Wasquehal - Français Volants de Paris (Division 2, 6e journée)

litimharondLes trois rencontres à domicile des Lions de Wasquehal s'étant soldées par autant de défaites, les craintes peuvent être légitimes à l'abord de la réception des Français Volants, voyageurs invaincus cette saison. D'autant que la récente réception de Cherbourg a tourné au scénario catastrophe, malgré un avantage à la marque face à un gardien de fortune venu de la Manche mais finalement loin d'être manchot...

Le match oppose deux équipes souvent pénalisées : au coup d'envoi, les ex "Magnusiens" Bardet, Wiotte et Brodin, ainsi que le désormais ex-Parisien Linus Eriksson, suivaient le Viking Legendre de près. La première faute parisienne débouche d'ailleurs sur l'ouverture de la marque, par Mickaël Bardet, sur un lancer initial de Tanguy (1-0 à 01'46"). À ce jeu, les visiteurs, vêtus de rose, sont moins efficaces et se heurtent à Fabien Chardon, sur un lancer haut de Frédérick Brodin et un tir de Mazzone, décalé à droite, directement dans le casque de son dernier adversaire.

Au retour à cinq, les Wasquehaliens allient leur volonté et leur enthousiasme à un pressing particulièrement gênant pour l'arrière-garde adverse. Johan Bäckö, cueilli à froid, est de plus surpris par l'inspiration de Bardet, qui n'hésite pas à lancer dès la mise au jeu, remportée à gauche par son compère Wiotte, et loge le palet au ras du poteau (2-0 à 07'20").

Trois minutes pour recoller... et s'envoler ?

Menés de deux buts, les Franciliens vont rapidement dissiper tout doute éventuel, rappelant ainsi aux Lions leurs difficultés défensives. Parti sur la gauche, Nicolas Gosset contourne la cage et trouve à son tour un trou de souris (2-1 à 09’04"). Puis Harond Litim, non inquiété dos au but, pivote pour égaliser à ras glace (2-2 à 10’10"). À l'image de Maxence Wagret face à Quentin Lamey, Wasquehal continue à presser haut, mais se découvre : seul à droite, Tim MacLean croise son lancer en force (2-3 à 11‘57"). Une minute plus tard, Charles-André Outin est encore le plus rapide pour reprendre le centre de l'inspiré Engstrom (2-4 à 12’24") et envoyer par là même Fabien Chardon sur la touche.

La mise au point de Frédéric Nilly, contraint de réclamer un temps mort, s'avère salutaire. Le nouvel entrant François Durand écarte certes une reprise à bout portant de Brendan Martial, les occasions se font plus rares pour les roses. Bäckö est à son tour sollicité par le très actif Wagret, qui suit son propre lancer, et Picard, posté à la bleue. Sur la glace, Nilly continue d'exhorter ses partenaires, et notamment Axel Canaguier, encouragé à poursuivre son effort dans le coin droit et servir l'ancien Clermontois devant le but (3-4 à 21'13").

Sur les talons des Français Volants, les Nordistes poursuivent leur harcèlement sur une action similaire impliquant Wiotte et Vienne, pour un résultat différent. À la recherche du triplé, Bardet bouscule Szewczyk le long de la balustrade et offre à son compère Wiotte l'occasion de faire briller le gardien suédois. Ce dernier s'emploie également en infériorité numérique devant Nilly, car Mickaël Bardet et Edmond Chan empêchent les Volants de développer leur jeu. Les quatre pénalités concédées par les roses accentuent la pression sur l'ancien Morzinois, ennuyé sur un lancer haut de Frédéric Nilly. Seulement six secondes après la faute d'Arnaud Mazzone, Bardet trouve la faille de près, à la suite d'une nouvelle action initiée par Fabien Tanguy, l'entraîneur béthunois de retour au jeu cette saison (4-4 à 32'42").

bardet_mickaelSachant la rencontre sur le point de basculer à la faveur d'un nouveau scénario décousu, Canaguier contourne à son tour plusieurs défenseurs pour buter sur Bäckö, soulagé de voir le corps arbitral annuler un but consécutif à un lancer en force de Nilly ayant occasionné un gros trafic devant la cage (36'59"). Wasquehal n'aura pas l'occasion de prendre l'avantage avant la deuxième sirène... devant attendre la reprise, et un tir en force de Chan en lucarne droite, pour passer devant (5-4 à 40'47").

Dans la période intermédiaire, seul un contre de Martial, qui évite Leclère, a permis aux équipiers de Frédérick Brodin d'inquiéter Durand. Il ne leur faut que quarante secondes pour réagir, à la faveur d'un lancer haut de Nicolas Szewczyk, malgré un sacrifice initial de Fabien Tanguy (5-5 à 41'26")... et seize pour faire disparaître cette fragile parité, laissant Valentin Vienne redonner l'avantage aux siens au milieu de la défense (6-5 à 41’42").

Grâce au jeune ancien Rémois, Wasquehal se trouve ainsi en bonne position pour empocher sa première victoire à domicile, et rattraper ainsi une partie de la déception vécue la semaine précédente, qualifiée de 'cauchemardesque' par son Président. Auteur d'un "grand pont" sur son ancien équipier amiénois Brodin, Mickaël Bardet vient buter sur Johan Bäckö. Toujours aussi présent, il surpasse ensuite un autre ancien Gothique, Arnaud Mazzone, qui l'accroche. Le tir de pénalité est toutefois repoussé du bâton (44'41").

Les Volants résistent

Acculés, les Français Volants parviennent à surprendre Hugo Picard, surpris par une passe en profondeur de Szewczyk vers Einar Engstrom, qui trouve ici la récompense de sa bonne prestation (6-6 à 47’31"). Cette rencontre ne semblant pas aller vers un résultat équilibré, un nouveau but ne tarde pas. Il est cette fois l'oeuvre des visiteurs, qui prennent les devants au bon moment, à la suite d'une faute de Tanguy et d'une déviation opportune de Litim (6-7 à 48‘02"). Ce dernier est d'ailleurs le seul Parisien à signer le doublé, juste récompense de sa générosité constante, quelque peu sanctionnée en début de rencontre.

Forts de plusieurs situations favorables, et notamment une double supériorité dans la dernière ligne droite, les Lions butent finalement sur une équipe acharnée à conserver son maigre avantage. Les Français Volants puisent en effet dans leurs ressources morales pour fermer le rideau à des assaillants handicapés par le forfait de Miroslav Hantak, durement ressenti à cet instant. En plus d'un temps de glace important, Brodin dirige la manoeuvre dans sa zone, afin de s'épargner une fin de rencontre difficile. Sorti de geôle, Brendan Martial prend quant à lui tout le monde à revers pour venir asseoir une victoire (6-8 à 58’35") confirmée par un but lointain d'Arnaud Mazzone dans une cage désertée (6-9 à 59'44").

Par moments bousculés et incapables de prendre leurs distances à la marque, les Français Volants empochent leur quatrième succès en autant de déplacements. Une performance, due autant à leur vitesse d'exécution qu'à la volonté affichée notamment par huit buteurs différents, à confirmer pour leur retour à domicile, une fois la glace récupérée. Ce nouveau match prolifique débouche encore sur un résultat frustrant pour Wasquehal, languissant de récupérer plusieurs cadres pour se dépêtrer de la fin du tableau.

 

Commentaires d'après-match

brodin mickalFrédérick Brodin (défenseur des Français Volants) : "La préparation, du fait de l'organisation du tournoi de tennis de Bercy, s'est effectuée à l'extérieur, notamment à Neuilly-sur-Marne, qui nous a prêté sa glace. Cela a encore plus compliqué ce match car Wasquehal voulait se relancer. Ne pas avoir disposé de notre glace depuis trois semaines n'est pas une excuse car nous avons manqué de physique par moments. Toutefois, la résistance manifestée sur les cinq dernières minutes prouve que l'équipe a su faire preuve de ressources. Se retrouver entre anciens Amiénois, en plus de Frédéric Nilly connu à Clermont, fait plaisir après les super années vécues à Amiens. Je reviens d'ailleurs dès que possible en Picardie quand le calendrier me le permet. Nous sommes un peu partis dans l'inconnu face à de très belles équipes, mieux organisées qu'il y a quelques années et pratiquant un jeu plus agréable. L'équipe est performante, à tel point que je ne suis pas surpris par ces dix points. Le danger chez nous peut venir de partout, il est plus facile de gérer cet effectif qu'une équipe disposant de deux ou trois buteurs. Il a fallu faire prendre conscience à chacun de ses possibilités. Nous abordons les matchs les uns après les autres dans l'optique des play-offs."

 

Wasquehal - Français Volants de Paris 6-9 (2-4, 2-0, 2-5).
Samedi 14 novembre 2009 à 18h30 à la patinoire Serge Charles de Wasquehal.
Arbitrage de Teddy Madrias et Guillaume Gardiol.
Pénalités : Wasquehal 14' (6', 2', 6'), Paris 22' (6', 8', 8‘).
Évolution du score :
1-0 à 01'46" : Bardet assisté de Tanguy et Wiotte (sup. num.)
2-0 à 07'20" : Bardet assisté de Wiotte
2-1 à 09’04" : Gosset
2-2 à 10’10" : Litim assisté de Faudot-Bel
2-3 à 11‘57" : MacLean assisté de Segura
2-4 à 12’24" : Outin assisté de Engstrom
3-4 à 21'13" : Nilly assisté de Canaguier
4-4 à 32'42" : Bardet assisté de Wiotte et Tanguy (sup. num.)
5-4 à 40'47" : Chan assisté de Bardet
5-5 à 41'26" : Szewczyk assisté de Mazzone
6-5 à 41’42" : Vienne assisté de Wagret
6-6 à 47’31" : Engstrom assisté de Szewczyk
6-7 à 48‘02" : Litim assisté de Martial (sup. num.)
6-8 à 58’35" : Martial (inf. num.)
6-9 à 59'44" : Mazzone (cage vide, inf. num.)

 

Wasquehal

Gardien : Fabien Chardon puis François Durand à 12'24"

Défenseurs : Fabien Tanguy - Tristan Leclère ; Hugo Picard - Nicolas Hamoudi ou Julien Thiery (A).

Attaquants : les paires d'ailiers Mickaël Bardet (A) - Edmond Chan, Axel Canaguier - Roman Moreau (C) et Valentin Vienne - Maxence Wagret ont alterné avec les centres Lionel Wiotte et Frédéric Nilly.

Absents : Alexis Thomas (épaule), Miroslav Hantak (dos), Thomas Fauchart (blessé).

Français Volants de Paris

Gardien : Johan Bäckö.

Défenseurs : Quentin Lamey [sorti à 20'00"] - Alexis Lamey ; Arnaud Mazzone (C) - Nicolas Szewczyk ; Kyle Roulston - Frédérick Brodin (A).

Attaquants : Nicolas Gosset - Tim MacLean (A) - Florian Segura ; Harond Litim - Brendan Martial - Thomas Faudot-Bel [ou Blanchard à 40'00"] ; Einar Engstrom - Julien Boulet - Charles-André Outin ; Nicolas Chauveau - Antoine Blanchard.

Remplaçant : Marc-Antoine Fourcade (G). Absents : Linus Eriksson (parti), Yann Morette (blessé), Loïc Morette (malade).