Interview de Marc Djelloul

Deux points de pénalité au classement, exclusion des Coupes de France 2010 et 2011, 1 500 euros d’amende, départ de Matt Amado, arrivée d’Andrej Rajcak... L’automne est mouvementé au pays du Mont-Blanc. Toujours à la recherche de ses premiers points en Ligue Magnus, l’Avalanche a découvert, le 13 octobre, l’étendue réelle de son déficit financier. Quinze jours plus tard, le club haut-savoyard était sanctionné, comme Grenoble, par la FFHG. Le 13 novembre, Matt Amado, le joker offensif tant attendu en début de saison, jouait son dernier match  avant son départ pour Egna (Série A2 italienne). Dans la foulée, le Mont-Blanc officialisait la signature du Slovaque Andrej Rajcak (38 ans, 1,91 m). Il est temps de faire le tour de ces questions avec le manager de l’Avalanche, Marc Djelloul.

- Marc, que se passe-t-il au Mont-Blanc ?

Quand la nouvelle équipe dirigeante est arrivée à la tête du club, fin juin, elle a commandé un audit pour vérifier l’état des finances. Or, il est apparu que le déficit était beaucoup plus important que prévu (N.D.L.R. : 253 000 euros, avec un passif cumulé de 301 000 euros, selon Le Dauphiné Libéré, au lieu des 90 000 euros annoncés au départ). Tout de suite, nous avons alerté la CNSCG. Elle a constaté que nous ne pouvions plus respecter le contrat d’objectifs signé à l’intersaison. Nous avons été logiquement sanctionnés. Ça ne fait pas plaisir, mais les instances n’ont fait qu’appliquer le règlement. D’ailleurs, elles ont reconnu notre bonne foi. Nous n’avons rien voulu cacher.

- Qu’allez vous faire ? Quelles sont les solutions ?

On ne fera pas d’économies sur la masse salariale. Nous avons déjà demandé aux joueurs de faire des efforts drastiques. Ils ne pourront pas faire plus. En revanche, nous recherchons activement de nouveaux partenaires. Un emprunt a été contracté. Nous espérons épurer nos dettes sur trois ans.

- Comment les joueurs du groupe Magnus ont-ils réagi ?

Assez bien, en fait. Ça les a même dopés. Nous leur avons expliqué que la pérennité du club n’était pas en danger. Et ils ont eu une belle réaction d’orgueil à Angers, même si nous avons perdu au Haras.

- Justement, comment jugez-vous le rendement de l’Avalanche depuis le début du championnat ?

Mieux que notre classement pourrait le laisser penser. En fait, c’est même plutôt encourageant. Le groupe fait preuve de grosses ressources morales. Il ne lâche rien, même s’il est plus friable que les saisons précédentes. Tous les joueurs se défoncent sur la glace. On a un nouvel entraîneur, une nouvelle façon de jouer, une dizaine de juniors alignés. Ce n’est pas évident. Maintenant, on doit encore gommer quelques erreurs individuelles, peaufiner chaque détail. C’est ce qui nous coûte la victoire contre Morzine, par exemple. On avait le match en main, avant qu’une mauvaise relance donne une opportunité aux Pingouins de revenir (NDLR : le Mont-Blanc menait 3-2 au début du dernier tiers avant de s’incliner 5-3 face au HCMA). À nous de ne plus perdre de points sur des matches prenables.

- Matt Amado vient de vous quitter. On a entendu dire que son contrat s’achevait fin octobre. Est-ce exact ?

Ce n’est pas tout à fait cela. Matt disposait d’une clause libératoire jusque fin octobre. Si un club européen lui faisait une meilleure offre, il pouvait partir. C’est ce qui s’est passé. Il se sentait bien à l’Avalanche, même si ça n’a pas toujours été facile. Il n’est arrivé que mi-septembre. Il a encore dû patienter quinze jours avant d’être qualifié. Il n’avait pas encore pris complètement ses marques avec le reste de l'équipe. Et il n’était pas autant entouré que la saison passée, à Amiens. Matt est un attaquant de grande valeur, très explosif. On aurait aimé qu’il termine la saison avec nous. Mais Egna lui a fait une proposition financière importante. Il ne pouvait pas se permettre de la refuser.

- Son remplaçant, Andrej Rajcak, a vite signé chez vous. Qui est-il ?

Il a 38 ans et de longues saisons de haut-niveau derrière lui. Tout le groupe devrait bénéficier de son expérience. Et puis c’est un beau bébé. Il a joué quelques matches en République Tchèque cette saison. Andrej est arrivé déjà pas mal affûté. On espère qu’il sera qualifié dès le week-end prochain. On a envoyé son dossier complet le vendredi 13 novembre. Ça porte chance, non ?