Épinal II - Metz (division 3, poule D)

patinoireEpinalMangés tout cru !

Bien placée dans la poule D de division 3, l'ICE-Amateur reçoit Metz et sa colonie russe. Un match pas comme les autres puisqu'il étrenne la nouvelle patinoire provisoire d'Épinal. Une structure érigée en un temps record, à l'ombre de sa "grande sœur" et qui vient tout juste d'obtenir l'aval de la commission de sécurité.

Ce derby lorrain est avant tout l'occasion de voir en "avant première" cette enceinte en configuration de match. L'occasion de prendre la température et ses repères dans ce "hangar-patinoire", visité avant la rencontre par le député-maire d'Épinal Michel Heinrich. Une seule "grande" tribune à l'arrière d'un but et une visibilité rendue très médiocre par l'éloignement des gradins et l'encombrante présence d'un filet sur les plexis. Manquerait plus que le brouillard s'en mêle et ce serait la fin des haricots... Pour sûr, plus rien ne sera pareil et beaucoup risquent d'être refroidis !

L'adversaire revêt aussi sa part de curiosité puisque le hockey à Metz renaît de ses cendres après une longue mise en sommeil. Proximité d'Amnéville oblige, ce renouveau est étroitement lié à son voisin. Nombreux en effet sont ceux qui ont quitté la cité thermale, alléchés par l'ambitieux projet messin. Les Yannick Hamri, Mathieu Bertrand, Yann Wannienwenhove et Cédric Dietrich sont autant d'habitués de la division 1, au même titre qu'un certain Djamel Zitouni, qui a fait toutes ses classes à Épinal. Un véritable retour aux sources pour le défenseur, qui retrouve ce soir ses ex-coéquipiers... et son frère aîné Grégory. Le tout sous la férule de l'increvable Djilali "Gilles" Hamri, toujours bon pied bon oeil en défense, et de Vladimir Kuznetsov. L'ancien maître à jouer des Galaxiens s'est d'ailleurs reconverti à la barre des Graoulis (ou Graoullys). Difficile de trouver meilleur symbole à Metz que ce dragon mythique.

Si Metz a récemment tombé le leader strasbourgeois (3-2), les Vosgiens, eux, ont ramené du Grand-Duché (3-2) un succès d'importance. Renforcés pour l'occasion d'Anthony Rapenne et Kévin Benchabane, les réservistes doivent ce soir faire une croix sur leurs deux attaquants, ainsi que sur le défenseur Yvan Charpentier, qui est du voyage à Angers avec la Magnus. D'ailleurs, si l'entraînement de la veille a été annulé, la glace est cette fois opérationnelle. Le hockey revit donc dans la Cité des Images, deux mois après la dernière partie livrée à quelques mètres de là par les réservistes spinaliens face au Tornado Luxembourg (5-3).

Courants d'air et filets garnis

Nettement dominés à l'aller (3-8), les réservistes spinaliens ne vont pas faire le poids ce soir face à des Messins plus forts dans tous les domaines. Ceux-ci prennent d'ailleurs rapidement le contrôle des opérations, sans grande opposition il faut bien l'avouer. Les locaux, très diminués et privés d'entraînements ces derniers temps, sont rapidement dépassés par les événements. Youri Drain est le premier à en profiter et s'amène côté gauche pour ajuster Perrin (0-1 à 02'10"). Un gardien valeureux, avec quelques parades bien senties, mais avant livré à lui-même ce soir. Canardé de toute part, il retarde l'échéance avant qu'Artem Rumyantsev ne le crucifie d'un tir des poignets à bout portant (0-2 à 07'03").

Les Mosellans déroulent et leur rythme, trop élevé pour les locaux, rend cette domination sans partage. Ils que les miettes aux Spinaliens, surclassés dans les duels et à chaque fois cueillis en entrée de zone. Autant de rampes de lancement pour des attaquants toujours démarqués. Yannick Hamri passe comme dans du beurre, cherche le haut du filet... mais trouve la mitaine de Mathieu Perrrin (09'43"). Yannick Hamri trouve plutôt la solution d'un tour de cage conclu à bout portant par ce diable de Rumyantsev (0-3 à 13'04"). Il remet ça dans la foulée, ou presque, filant côté gauche pour fixer la lucarne opposée (0-4 à 15'34").

Débordants de facilité, les Messins sont à peine contrariés par de rares contre-attaques. Passer le premier rideau relève de l'exploit pour les Vosgiens qui, ensuite, ont à faire avec Cédric Dietrich. Un dernier rempart à qui on ne la fait pas. Tout l'inverse d'une arrière-garde spinalienne ouverte à tous vents. Même Djamel Zitouni, positionné au avant-postes ce soir, s'offre une chevauchée en déshabillant son vis-à-vis pour buter sur Perrin (18e). Et quand les Russes jouent de concert, c'est sans fausse note. Youri Essipov, indissociable de Vadim Karpov au temps des Galaxiens, démontre ses automatismes avec Renars Undelis. Evgeni Kuznetsov, le fils de qui vous savez, les suit de près et conclu cette triangulation d'un plomb sous la barre (0-5 à 19'28").

Au premier vingt la "Metz" est dite. La suite sera du même tonneau pour les Vosgiens, malgré le rebond gagnant d'Emeric Lanois, qui prive Cédric Dietrich d'un premier jeu blanc cette saison (1-5 à 20'21"). L'avalanche de buts, elle, ne fait que commencer. Artem Rumyantsev répond dans la foulée (1-6 à 20'40"), bientôt suivi par Sergei Chesterikov, en embuscade au second poteau (1-7 à 22'17"). L'ancien Dijonnais (et Amnévillois, forcément), aligné sur la troisième ligne, n'a pas autant d'occasions qu'un Artem Rumyantsev par exemple.

D'ailleurs le Russe, en supériorité numérique, en remet une couche (1-8 à 23'45") avant que Renars Undelis, le Letton de service, ne marque son premier but sous ses nouvelles couleurs (1-9 à 24'21"). Cet ex-international junior, passé par tous les meilleurs clubs de son pays (Metalurgs Liepaja, Riga 2000 et même les "militaires" d'Ogre) signera un triplé ce soir et clôturera même le score, en toute fin de match (1-24 à 58'26").

Entre temps, des buts à tire-larigot. Artem Rumyantsev, meilleur compteur de la poule D, en remettra quatre autres à son actif personnel. Yann Vannienwenhove, lui, ira d'un hat-trick tandis que Yannick Hamri, son ex-coéquipier à Amnéville, se "contentera" d'un doublé (et de onze assists...). Nicolas Ravel et Mathieu Perrin, envoyés au casse-pipe, en ont donc eu plein les filets. Leurs coéquipiers, eux, en ont pris plein la vue face à ces Graoulis expérimentés et taillés pour la montée. Si toutefois ils parviennent à rattraper Strasbourg...

Cet affrontement disproportionné, où Metz n'a fait qu'une bouchée de son adversaire, restera comme le premier match jamais disputé dans cette patinoire provisoire. Quelques retouches, notamment au niveau de la glace, devraient être apportées avant que la Ligue Magnus ne reprenne ses droits avec la réception de Morzine-Avoriaz samedi prochain. Ce lundi, une réunion de la communauté de communes (Épinal et Golbey) devrait statuer sur le devenir de la "vraie" patinoire de Poissompré. La suite, au prochain numéro...

 

Épinal II - Metz 1-24 (0-5, 1-13, 0-6)
Samedi 21 novembre à 20h00 à la patinoire provisoire de Poissompré. Une poignée de spectateurs.
Arbitrage de Guy Zaëgel et Anthony Priolo.
Pénalités : Épinal II 12' (2', 4', 6') ; Metz 12' (2', 4', 6').

Évolution du score :
0-1 à 02'10" : Drain
0-2 à 07'03" : Rumyantsev assisté de Y. Hamri
0-3 à 13'04" : Rumyantsev assisté de Y. Hamri et Richard (sup. num.)
0-4 à 15'34" : Y. Hamri assisté de Rumyantsev
0-5 à 19'28" : Kuznetsov assisté d'Essipov et Undelis
1-5 à 20'21" : Lanois assisté de Paquie et Viac (sup. num.)
1-6 à 20'40" : Rumyantsev assisté de Y. Hamri
1-7 à 22'17" : Chesterikov
1-8 à 23'45" : Rumyantsev assisté de Y. Hamri et Vannienwenhove (sup. num.)
1-9 à 24'21" : Undelis
1-10 à 26'12" : Rumyantsev assisté de Vannienwenhove et Y. Hamri
1-11 à 26'31" : Vannienwenhove assisté de Y. Hamri
1-12 à 26'43" : Kuznetsov assisté d'Undelis
1-13 à 28'20" : Richard assisté de Drain et Rumyantsev (sup. num.)
1-14 à 29'44" : Undelis assisté de Y. Hamri
1-15 à 33'30" : Kuznetsov assisté d'Undelis (inf. num.)
1-16 à 36'04" : Drain
1-17 à 37'42" : Essipov assisté d'Undelis
1-18 à 38'51" : Y. Hamri
1-19 à 44'22" : Rumyantsev assisté de Vannienwenhove et Y. Hamri
1-20 à 47'32" : Rumyantsev assisté de Y. Hamri et Vannienwenhove
1-21 à 47'44" : Rumyantsev assisté de Y. Hamri
1-22 à 51'51" : Vannienwenhove
1-23 à 52'01" : Vannienwenhove assisté de Rumyantsev et Y. Hamri
1-24 à 58'26" : Undelis assisté de Kuznetsov et Vologhzanin


Épinal II

Gardiens : Mathieu Perrin [puis Nicolas Ravel de 26'31" à 39'20"].

Défenseurs : Thomas Paquie, Mathieu Mander, Jonathan Chillon, Ludovic Thomassin (A), Grégory Zitouni.

Attaquants : Christopher Viac, Emeric Lanois (C), Eric Mollad, Nicolas Maire-Richard, Jonathan Gury, Alexis Toux (A), Alexandre Jovanovic.

Absents :  Kévin Benchabane et Yvan Charpentier (avec la Magnus à Angers), Anthony Rapenne (cheville), Nathan Ganz, Justin Renouard, Pierre-Sylvain Mestivier, Thomas Étienne, Stanil Fortucci.

Metz

Gardien : Cédric Dietrich.

Défenseurs : Ivan Vologhzanin, Youri Drain, Djilali Hamri, Michael Richard, Nicolas Sztor.

Attaquants : Yannick Hamri - Artem Rumyantsev - Yann Vannienwenhove ; Evgeni Kuznetsov - Youri Essipov - Renars Undelis ; Djamel Zitouni - Sergei Chesterikov - Mathieu Moise.

Absents : Mathieu Bertrand, Cédric Collignon (adducteurs), Loïc Jund.