Brest - Avignon (D1, 10e journée)

BecuweDevant un Rïnkla stadium une nouvelle fois bien garni (1100 spectateurs), l'équipe des Albatros reçoit l'équipe d'Avignon qui reste sur un beau succès (7-2) obtenu sur la glace de l'entente Deuil/Garges. Un nouveau Castor, le Canadien Maxime Couturier, joue son premier match officiel en France ce samedi soir. Brest enregistre également l'apport d'un "nouveau" joueur avec le retour de Guillaume Fournier après près de deux mois d'arrêt. Krayzel, qui a effectué son retour au jeu la semaine dernière à Annecy, est laissé au repos afin de se préserver pour le match de coupe mardi à Angers. Malgré huit succès consécutifs, le manager brestois Sébastien Oprandi dénonce depuis quelques matchs dans la presse locale un grave problème au niveau de la rigueur défensive qui un jour se retournera contre son équipe. Il ne croyait pas si bien dire...

Le show "Carl Lauzon"

Après un hommage rendu à Jean-François Pointet, auquel la direction des Albatros dédie ce match, la rencontre peut commencer. Brest fait l'essentiel du jeu et c'est pourtant Avignon qui ouvre le score sur sa première occasion par l'intermédiaire de Carl Lauzon, qui, après avoir enrhumé Matej Kiska d'une feinte, trompe Bozik à bout portant (0-1). Trois minutes plus tard, Avignon a l'occasion de faire le break en bénéficiant d'une obstruction de l'ex-Avignonnais Macek. Le jeu de puissance visiteur a du mal à s'installer, Scanff est même obligé d'intervenir deux fois sur des contres brestois de Brunelle et d'Ignatovics. Les Brestois tuent cette première pénalité sans trop de problème mais ne parviennent pas par la suite à se créer de franches occasions.

La ligne Kaspar-Prosvic-Kiska pousse et cela finit par payer : sur un face-off remporté par Prosvic, Tomas Kaspar décalé sur la droite récupère le palet et effectue une "passe-tir" qui passe en dessous de Scanff et est déviée dans le but par Kiska. C'est ensuite au tour d'Avignon d'être sanctionné, d'abord Jordan Fazende pour faire trébucher et ensuite Patrick Pommier pour retard de jeu. Si la première supériorité numérique ne donne rien pour les Brestois, la seconde sera la bonne. Juraj Sadlon à la bleue décale sur sa gauche Fournier qui reprend la passe de volée et trouve la lucarne (2-1). Un but magnifique pour son retour de blessure, il célèbre d'ailleurs son but de manière comique en se servant de sa crosse comme béquille !

Après ce but, on pense que les Albatros vont, comme d'habitude, commencer à prendre le large mais c'est sans compter sur la persévérance des Castors. Plusieurs errements défensifs commencent à être décelés du côté brestois et c'est ainsi que l'on voit Carl Lauzon égaliser après avoir fait tranquillement la cage de Bozik sans rencontrer aucune résistance. Le premier tiers finit sur ce score de parité (2-2), les Brestois dominent au nombre d'occasions mais les Avignonnais font preuve d'un très grand réalisme et sont dangereux sur la moindre de leurs occasions.

Un chassé-croisé incessant

Entrevues lors du premier tiers, les largesses défensives brestois explosent au grand jour durant ce deuxième tiers. On joue depuis à peine dix secondes et Vladimir Holik perd bêtement le palet tout seul devant son gardien. Mathieu Becuwe n'en profite pas mais c'est un avertissement sans frais. Trente secondes plus tard, Sébastien Bernier envoie le palet au fond de la patinoire, Maxime Couturier le récupère le long de la bande et offre une belle passe à Lauzon, qui marque du revers, absolument seul devant Bozik. Le Canadien signe un magnifique coup du chapeau au nez et à la barbe des défenseurs brestois.

FavretL'égalisation brestoise intervient en powerplay de manière similaire au deuxième but : Volkov à la bleue décale sur sa droite, c'est l'autre Canadien Mathieu Brunelle qui est à la frappe cette fois et trompe Scanff de loin. Peu avant la mi-match, ça chauffe sur la cage brestoise en infériorité numérique, notamment lors d'une percée de Fazende sur l'aile droite qui remet à Favret au centre, mais Bozik s'interpose (29'33"). Brest reste néanmoins dangereux en infériorité et c'est ainsi que Fournier exploite une mauvaise sortie de Scanff en lui chipant le palet et en marquant dans un but vide (4-3). Vraiment très bien joué de la part du Canadien qui est omniprésent et qui fait un retour au jeu exemplaire en signant un second but. Mais une nouvelle fois les Castors vont trouver les ressources pour égaliser, par Becuwe (4-4).

C'en est trop pour Mojmir Bozik, anormalement fébrile ce soir et de doute façon pas aidé par sa défense, qui sort de son propre chef pour se faire remplacer. Pierre Pochon entre alors en jeu mais Sergueï Toukmatchev n'est visiblement pas de cet avis et Bozik revient en jeu au bout de trente secondes, tout cela sous les yeux incrédules du public. On sent planer une tension dans le Rïnkla qui n'a rien de rassurante. La goutte d'eau pour Bozik intervient une minute plus tard lorsque Ludovic Favret, sur une passe du jeune Paul Gleveau, fait une percée un peu trop facile au goût du portier breton et le trompe à bout portant (4-5). Cette fois-ci Bozik s'en va et ne reviendra plus, alors que le public ne comprend plus grand chose à cet incessant chassé-croisé. Cela n'empêche pas Brest de se créer plusieurs occasions, à l'image de Brunelle dont le tour de cage fait mouche (5-5). Brest domine incontestablement cette fin de tiers, le jeu avignonnais ayant souvent avorté par des passes imprécises ou interceptées. Et pourtant le score n'est pas usurpé pour les Avignonnais qui, même s'ils sont dominés, font preuve d'une redoutable efficacité.

Dominer n'est pas gagner

Tout va donc se jouer dans le dernier tiers. L'entraîneur brestois effectue un changement en remplaçant Nicolas Motreff par le revenant Guillaume Fournier sur la première ligne. Les Albatros reviennent sur la glace plus déchaînés que jamais avec un jeu de passe précis, rapide, fluide très agréable à voir. Le rythme n'est plus du tout le même. Les occasions locales ne manquent pas mais l'efficacité n'est pas au bout. Les Castors sont acculés mais une nouvelle fois ils trouvent les ressources pour repasser devant. Après avoir laissé passé l'orage pendant une dizaine de minutes, les Avignonnais mettent un peu de danger sur la cage de Pochon et cela va payer cash. Sur une action derrière le but brestois, Motreff est à la lutte avec Couturier pour récupérer le palet. De manière un peu confuse, l'arbitre commet une grossière obstruction sur Motreff.

Couturier en profite et transmet immédiatement à Lauzon seul face à Pochon, il marque et signe un quadruplé ! Un but plus que litigieux étant donné que Motreff a été très nettement gêné pour empêcher Couturier d'effectuer sa passe. L'égalisation brestoise le sera tout autant. Après plusieurs minutes où la cage de Scanff ressemble de plus en plus à "Fort Alamo", Kaspar tourne autour du but et réussit à marquer dans une cage désoclée par on ne sait trop qui (Scanff ? Un défenseur avignonnais ?). Toujours est-il que le but est validé par l'arbitre (6-6). Mais à force de pousser, les Brestois s'exposent aux contres, notamment de la part du duo Couturier-Lauzon qui s'entend très bien pour un premier match.

Avignon réagit après l'égalisation et met la pression sur la cage. Pochon effectue un arrêt de la jambière droite et tombe assis, le palet reste en suspens devant lui et aucun de ses défenseurs n'est en mesure de le dégager. Guillaume Ribourg le récupère et marque (6-7). Brest poussera de toutes ses forces dans les cinq dernières minutes mais ne pourra tromper un Scanff qui multiplie les arrêts. Cet incessant chassé-croisé finit par revenir en faveur des Castors d'Avignon qui s'imposent donc sur la glace du leader !

Les deux équipes sortent sous les applaudissements du public, visiblement satisfait du spectacle offert malgré la défaite des siens (la dernière défaite brestoise à domicile en championnat remontait à mars... 2008 !). Brest s'incline face à de surprenants Castors qui n'ont en aucun cas immérité leurs deux points. Ils ont fait preuve d'une efficacité et d'un réalisme à toute épreuve pour à chaque fois revenir au score ou mener. Une persévérance et une envie incroyable, et tout ça dans un esprit exemplaire.

Pour Brest, c'est un avertissement sans frais. Les craintes de Sébastien Oprandi étaient fondées, et ses déclarations d'avant-match prennent même un caractère "prophétique" au vu du score. Les carences défensives sont présentes depuis plusieurs matchs mais elles étaient masquées par les très bonnes performances de Bozik. Ce soir "Mojo" a été lâché par sa défense et était plus qu'ordinaire. Face aux très bons attaquants d'Avignon, ça n'a pas passé. Il y a des raisons de s'inquiéter à quelques jours d'un match de coupe face à la meilleure équipe actuelle de France (Angers), mais ce résultat peut aussi permettre aux brestois de réagir et combler leurs lacunes. Ils se devront de repartir de l'avant sur la glace de l'entente Deuil/Garges, avec cette fois-ci un effectif au complet puisque Krayzel devrait être définitivement réintégré.

 

Brest - Avignon 6-7 (2-2, 3-3, 1-2)
Samedi 21 novembre 2009 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1100 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin assisté de Jérémie Douchy et Ronan Herault.
Pénalités : Brest 12' (2', 6', 4'), Avignon 14' (4', 2', 8').
Évolution du score :
0-1 à 04'00" : Lauzon assisté de Bernier et Couturier
1-1 à 14'15" : Kiska assisté de Kaspar et Prosvic
2-1 à 16'46" : Fournier assisté d'Ocelka et Sadlon (sup. num.)
2-2 à 17'43" : Lauzon assisté de Couturier et Becuwe
2-3 à 20'45" : Lauzon assisté de Couturier et Bernier
3-3 à 25'01" : Brunelle assisté de Volkov (sup. num.)
4-3 à 30'45" : Fournier assisté de Sadlon (inf. num.)
4-4 à 32'06" : Becuwe assisté de Hennebert et Bernier (sup. num.)
4-5 à 33'29" : Favret assisté de Glaveau et Brakss
5-5 à 36'42" : Brunelle assisté d'Ignatovics et Holik
5-6 à 50'52" : Lauzon assisté de Couturier
6-6 à 53'27" : Kaspar
6-7 à 55'25" : G. Ribourg assisté de Marouillat et Kumeliauskas

 

Brest

Gardien : Mojmir Bozik [de 0' à 32'06" puis de 32'33" à 33'29"], Pierre Pochon [de 32'06" à 32'33" puis de 33'29" à 59'35"].

Défenseurs : Vladimir Holik - Aleksei Volkov ; Ivan Borzik - Lilian Prunet ; Juraj Sadlon - Peter Macek

Attaquants : Mathieu Brunelle - Nicolas Motreff [puis Fournier à 40'] - Andrejs Ignatovics ; Tomas Kaspar - Jaroslav Prosvic - Matej Kiska ; Juraj Ocelka - Serge Toukmatchev - Guillaume Fournier [puis Motreff à 40'].

Remplaçants : William l'Arvor, Clément Gonzales, Julien Legall. Absent : Ludek Krayzel.

Avignon

Gardien : Johan Scanff.

Défenseurs : Sébastien Bernier - David Hennebert ; Janis Brakks - Ludovic Garreau ; Nicolas Ruel - Patrick Pommier.

Attaquants : Mathieu Becuwe - Carl Lauzon - Maxime Couturier ; Donatas Kumeliauskas - Jordane Fazende - Ludovic Favret ; Guillaume Ribourg - Mickaël Marouillat - Paul Gleveau.

Remplaçant : Julien Rouiller (G). Absents : David Dauphin, Jérémy Malaval, Damien Ribourg.