Viry-Châtillon - Wasquehal (Division 2, 7e journée)

nilly_fredericLa victoire à Cherbourg, avec six buts marqués au passage, était le premier succès de Viry à l'extérieur depuis décembre 2007. Le genre de match qui peut débloquer les Jets et leur attaque, surtout avant de recevoir Wasquehal qui vient d'encaisser 19 buts en deux rencontres à domicile.

Pourtant, les Castelvirois sont loin de se ruer à l'offensive. Ils réalisent un début de match poussif, concédant deux pénalités - une obstruction d'Aubry et un surnombre - qui permettent aux Nordistes de prendre confiance. Viry tâtonne, et une douteuse passe transversale en zone neutre de Felix Chougui offre un palet de but à l'entraîneur-joueur visiteur Frédéric Nilly, qui s'avance et place le palet dans le haut du filet (0-1, 09'03").

Le seul point où les Jets semblent supérieurs, c'est le jeu de puissance. Contrairement à Wasquehal, ils s'installent fermement en zone offensive. Ils peinent certes à enchaîner les passes propres, mais Yvan Kerneis, dans un angle très fermé, glisse le palet entre le patin de Fabien Chardon et le poteau (1-1, 12'24").

Juste avant que la troisième supériorité numérique locale ne se termine, Viry concède deux obstructions de Stanislav Mistrik puis d'Anthony Denis sur l'engagement. Wasquehal joue donc 1'50" à 5 contre 3. Geoffroy Marcon semble tenir le fort : il vient boucher l'angle sur une reprise de Moreau et capte un lancer de Nilly sans rebond. Mais juste au moment où Mistrik repose le pied sur la glace, un centre de la gauche de Roman Moreau passe - dévié ? - entre les jambières du gardien virois (1-2, 16'33").

En début de deuxième période, Mickaël Denis vit toutes les émotions au cours de la même présence : il perd le palet derrière sa cage, le récupère ensuite d'une rude mise en échec qui envoie valser Canaguier, et termine l'action par un revers non concluant alors qu'il était servi seul devant la cage par Chougui. Ces contrastes sont symptomatiques d'une équipe de Viry qui alterne le chaud et le froid. Elle peine à construire son jeu et s'épuise dans ce deuxième tiers à force de présences trop longues. Elle aurait pu égaliser en avantage numérique lorsque Mickaël Denis lance sur la transversale, mais elle aurait aussi prendre deux buts de retard en toute fin de tiers lorsque Marcon sauve un rebond à bout portant.

wiottelionelLa troisième période est à peine commencée qu'Axel Canaguier accélère en zone neutre au point que tout le monde le voit partir dans le dos de Mistrik... sauf le principal concerné. D'une passe téléphonée, Miroslav Hantak envoie donc le cadet en breakaway (1-3, 40'52"). Ce match commence sérieusement à sentir le maroilles pour Viry... Seul point positif, la troisième ligne qui gagne du temps de jeu plus régulier. Ses efforts autour de la cage provoquent une obstruction de Thiéry, mais la supériorité numérique est gâchée par deux hors-jeu de ligne bleue.

À 50'44", Mistrik accroche Lionel Wiotte parti dans le dos de la défense : tir de pénalité ! Le duel entre les deux grands gabarits est remporté par le gardien Marcon face à l'ex-Amiénois Wiotte dont le palet s'envole au-dessus de la cage. Un répit pour Viry, où Robin Chrétien y croit toujours, avec un tir entre les cercles qui frappe encore la barre, puis une nouvelle pénalité provoquée contre Fabien Tanguy (sa quatrième). Mais pendant cette supériorité numérique, Yvan Kerneis se fait prendre le palet au centre de la glace par l'opprtuniste Axel Canaguier, qui part marquer son deuxième but de la soirée (1-4). Le jeune Nordiste (7 buts en 7 journées) est au courant qu'il est observé ce soir par un des entraîneurs de l'équipe de France U18, Sébastien Roujon.

Viry ne sauve même pas l'honneur. Même quand Moreau rate carrément le palet dans sa zone, Chougui ne profite pas du cadeau et se fait reprendre une fois de plus dans son dribble. Les cinq minutes donnent lieu à une nuée d'actions chaudes sur la cage de Chardon, tardives et de toute manière sans réussite. Pour clore la soirée noire des Jets, le défenseur Virgile Ponticelli prend de plein fouet le dernier lancer adverse et reste allongé tandis que retentit la sirène.

Les Virois ont touché le fond ce soir avec leur pire prestation, dans un match-clé contre un adversaire qui les rattrape au classement. Ils ont aligné jusqu'à l'overdose leurs attaques stéréotypées : des porteurs de palet qui aboutissent généralement derrière ou près de la cage par une remise plus ou moins à l'aveugle dans le slot, où il n'y a jamais personne pour reprendre. Les deux meilleurs marqueurs de l'équipe restent des défenseurs (Mistrik et Kerneis, eux-mêmes dans le trou ce soir), les jeunes blessés Vinatier et Lelièvre manquent déjà beaucoup, et l'attaque reste un chantier. Au moins, au lieu de jouer avec deux lignes fermes et quelques présences sporadiques d'une ligne variable, le coach Olivier Monneau a fait émerger une troisième ligne stable (Chrétien-Lemoine-Blossier) qui a réussi les meilleurs présences. Reste que l'absence d'un leader offensif ne s'est jamais fait autant sentir.

 

Commentaires d'après-match

Frédéric Nilly (entraîneur-joueur de Wasquehal) : "C'était un match vraiment capital parce que Viry pouvait prendre quatre points d'avance. La meilleure équipe a gagné, je crois qu'il n'y a pas eu photo. C'était un match vraiment bien arbitré, Viry a joué propre, et nous aussi je pense. Il faut le souligner car en D2 ça devient de plus en plus rare. Il y a deux semaines contre Cherbourg, les arbitres avaient été dépassés et pas aidés par une équipe de voyous. Le règlement n'avait pas été appliqué, on a attendu 25 minutes pour l'habillement du deuxième gardien. Mis à part Cholet, toutes les équipes sont à notre portée dans cette poule. [...] Canaguier est un peu passé au travers des sélections car il a arrêté le hockey pendant deux ans, mais c'est un joueur fort techniquement, il n'a pas raté un seul break depuis le début de la saison."

 

Viry-Châtillon - Wasquehal 1-4 (1-2, 0-0, 0-2)
Samedi 21 novembre 2009 à 20h30 à la patinoire des Lacs. 150 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Barré et Jean-Michel Hamont.
Pénalités : Viry 14' (10', 2', 2'), Wasquehal 22' (6', 8', 8').
Tirs : Viry 40 (13, 10, 17), Wasquehal 27 (10, 10, 7).
Évolution du score :
0-1 à 09'03" : Nilly
1-1 à 12'24" : Kerneis (sup. num.)
1-2 à 16'33" : Moreau (sup. num.)
1-3 à 40'52" : Canaguier assisté de Hantak et Nilly
1-4 à 53'31" : Canaguier (inf. num.)

 

Viry-Châtillon

Gardien : Geoffroy Marcon.

Défenseurs : Yvan Kerneis (C) - Guillaume Jeannette (A) ; Virgile Ponticelli - Stanislas Mistrik ; Sébastien Moraitis.

Attaquants : Antoine Cohen - Alexis Gautron - Zdenko Sarnovsky ; Anthony Denis - Mickaël Denis - Felix Chougui ; Robin Chrétien - Loïc Lemoine - Éric Blossier ; Benjamin Aubry - Julien Blaugy - Geoffrey Berardet.

Remplaçants : Nicolas Cargou (G). Absents : Hugo Vinatier (épaule), Giovanni Lelièvre (adducteurs), Romain Costes (poignet, accident de moto), Killian Dufaut.

Wasquehal

Gardien : Fabien Chardon.

Défenseurs : Fabien Tanguy - Tristan Leclère ; Hugo Picard - Julien Thiery (A) ; Nicolas Hamoudi.

Attaquants : Edmond Chan - Lionel Wiotte - Mickaël Bardet (A) ; Axel Canaguier - Frédéric Nilly - Miroslav Hantak ; Valentin Vienne - Roman Moreau (C) - Maxence Wagret.

Remplaçant : François Durand (G). Absent : Alexis Thomas (épaule).