Courbevoie - Rouen (Coupe de France, 8e de finale)

2009-11-25-Courbevoie-Rouen2La patinoire Thierry-Monier est bien remplie pour ce huitième de finale de Coupe de France face à l'une des équipes les plus prestigieuses du pays, les Dragons de Rouen. En dépit des obligations professionnelles des uns et des autres, l'équipe de Courbevoie est au complet pour l'évènement, même si Benoît Paillet est arrivé en retard et a raté l'échauffement.

Dans le camp normand, Jérémie Romand effectue son premier match en senior, un mois après sa blessure survenue à un mauvais moment pour lui, puisqu'il avait été convoqué en équipe de France. Il a de nouveau été appelé pour décembre et doit donc retrouver la forme d'ici là.

Chacun s'attend à une partie déséquilibrée, mais elle le sera encore plus car la troisième ligne rouennaise tue le match en moins de cinq minutes. Lionel Tarantino manque tout d'abord le cadre au rebond d'un tir de Luc Tardif, mais Jonathan Zwikel lui remet aussitôt le palet de derrière la cage et le Toulousain ne rate pas cette seconde chance. Tarantino n'en reste pas là et transforme un autre service de derrière le but, de Tardif celui-là, par une reprise parfaite en lucarne (0-2, 04'23").

Daniel Sevcik a deux occasions de relancer Courbevoie après cette entame catastrophique : il touche le poteau dans un angle très fermé, puis il est servi au second poteau par William Place en supériorité numérique, mais le déplacement latéral du gardien rouennais Trevor Koenig est rapide. C'est donc encore le RHE qui marque le but suivant. Nicolas Fourcade laisse un rebond sur un tir rasant de Loïc Lampérier, rebond tout de suite pris par Julien Desrosiers. Le palet est accompagné dans la cage par le patin du malheureux défenseur Maxime Pomerleau (0-3, 09'23"). Les Dragons pourraient aussi faire enfler le score en infériorité quand un tir de Carl Mallette fait billard à l'intérieur des jambières de Fourcade avant de ressortir.

2009-11-25-Courbevoie-RouenLe premier jeu de puissance de Rouen vire à la démonstration : Fourcade reçoit d'abord un tir du poignet de Doucet dans le masque, avant de s'incliner quelques secondes plus tard quand Marc-André Thinel dévie sous son nez une passe de la ligne bleue de Magnus Eriksson (0-4, 13'51"). Jérémie Romand, quant à lui, signe son entrée par la première vraie mise en échec appuyée, qui envoie au sol Maxime Levot - en effet ce sont les deux quatrièmes lignes qui sont face-à-face.

Comme si le COC était maudit en plus d'être surclassé, Alexandre Capet, servi seul face au but dans une position idéale, casse sa crosse au moment de tirer ! Rien ne va plus. Les Québécois Therrien et Pomerleau sont pénalisés sur la même action, transformant un 5 contre 4 pour Courbevoie en un 3 contre 4 : slap de Kai Ohberg à mi-hauteur côté mitaine (0-5, 17'41"). Rouen veut faire boire au COC le calice jusqu'à la lie... et le tabernacle avec : le tir du poignet de Carl Mallette a tout d'un objet de culte lorsque, depuis le cercle gauche, il va se loger dans la lucarne opposée (0-6, 19'46"). Rouen a totalement tenu son rang en éclaboussant ce premier tiers-temps de son talent.

On doute que les Rouennais trouvent la volonté de tenir ce niveau pendant soixante minutes. La deuxième période est effectivement plus favorable aux locaux. Arnaud Bougaran dribble David Holmqvist à la ligne bleue et passe dans le dos du défenseur suédois qui l'accroche. Lors de ce jeu de puissance, la motivation des Canadiens de Courbevoie ne suffit pas, pas plus que le tir trop mou de Sébastien Trabach sur passe en retrait de Sevcik. La déconcentration guette les visiteurs : passe en retrait pour Cédric Custosse isolé qui se fait contrer dans sa zone par Caillaux, relance à l'aveugle de Koenig vers un attaquant adverse (Guyot)...

Et pourtant, ces Dragons qui ont paru si dispersés vont ajouter trois nouveaux buts. Deux pénalités de Therrien et Pons sont converties avec un réalisme écoeurant : Thinel en cage ouverte sur passe au second poteau de Desrosiers, puis Tardif dans le haut du filet sur passe du coin de Salmivirta. La deuxième ligne enfonce le clou avec une contre-attaque parfaite : Desrosiers en zone neutre sert à droite de la ligne bleue Thinel et celui-ci centre pour Lampérier, seul devant la cage, qui ajuste Fourcade (0-9, 37'00"). Le deuxième tiers se termine donc sur le score de 0-3, alors que Courbevoie, pas récompensé, a mené 10 à 8 aux tirs.

2009-11-25-Courbevoie-Rouen-but11Premier petit moment de tension au début de la troisième période quand Romand joue encore les durs avec Levot qui a chargé son gardien Adrien Fénart. Le RHE a en effet changé de portier à la mi-match, contrairement à Courbevoie où Nicolas Fourcade dispute l'intégralité d'une soirée souvent difficile pour lui. Il s'offre tout de même de beaux arrêts dans ce début de troisième tiers, dont une mitaine pour la photo face à Lampérier.

Malgré tout, l'efficacité est toujours une vertu exclusivement normande : alors que Guyot a manqué son tir à bout portant sur une passe en retrait de Place, c'est Rouen qui ajoute un dixième but. Après une passe de la bleue de Babka vers le slot, la petite remise de Tarantino dans son dos pour Anthony Rech est superbe (0-10, 47'34").

Le seul couac pour le RHE survient à dix minutes de la fin, lorsque Carl Mallette réplique à une mise en échec avec les poings et s'offre une bagarre avec Juraj Varga : le capitaine rouennais en ressort en se tenant le nez... Les deux hommes sont expulsés, et Mallette prend deux minutes de pénalité supplémentaires pour sa charge avec la crosse sur Varga juste avant de donner le premier coup de poing (et d'enchaîner par un plaquage). Courbevoie reprend donc le jeu en avantage numérique, et neuf secondes plus tard, Daniel Sevcik dans le slot tire des poignets dans la lucarne droite (1-10, 49'55"). Un but bruyamment fêté par les supporters du COC, et mérité pour le Slovaque qui a lutté avec acharnement quel que soit le score. Le dernier mot revient aux Rouennais, tranquilles dans le slot : petit décalage de Virolainen pour Doucet (1-11, 51'09", photo de droite par Caroline Landré).

Dix buts d'écart, comme samedi en Ligue Magnus contre le Mont-Blanc, c'est le tarif en ce moment pour qui rencontre Rouen. Les Gothiques d'Amiens, qui les reçoivent le week-end prochain et ont déjà pris dix buts à l'île Lacroix en Coupe de la ligue, auront l'occasion de répondre demain dans l'autre match de coupe en région parsienne, à Asnières...

 

2009-11-25-Courbevoie-Rouen3

 

Commentaires d'après-match

Rishi Ovide-Étienne (entraîneur de Courbevoie) : "Ma petite déception est de ne pas avoir offert de suspense au public. Maintenant, il est venu voir du spectacle, avec une équipe de Magnus, et il en a eu. Et comme en championnat, Rouen fait déjà des scores comme ça... On a du mal à concrétiser nos occasions, ce n'est pas nouveau. On va profiter de ce match pour faire des correctifs vidéo. [...] Sur ce genre de match, l'autre gardien n'est pas disposé à rentrer. Et vu que mes joueurs n'ont pas offert d'opposition à l'adversaire au début, ce n'est pas la responsabilité du gardien. J'ai en revanche apprécié la réaction de mes joueurs lors des deux derniers tiers-temps. [...] Mallette n'a pas accepté une mise en échec un peu basse, mais correcte, au niveau de la hanche et non du genou. L'arbitre a bien jugé et a permis aux joueurs de se concentrer sur le jeu."

Rodolphe Garnier (co-entraîneur de Rouen) : "Tout s'est bien passé, à part l'épisode Mallette. On a déroulé en jouant à quatre lignes et en partageant le match entre nos deux gardiens. On joue bien offensivement en ce moment, on prépare bien les grosses échéances du mois à venir. [...] Ce n'est pas facile pour Romand, il a encore mal au pied et il manque du rythme. Il a joué en espoirs dimanche dernier, il faut lui donner du temps de glace. On a la D2 et les espoirs, on va utiliser ça au mieux pour qu'il revienne le plus vite possible."

 

Courbevoie - Rouen 1-11 (0-6, 0-3, 1-2)
Mardi 24 novembre 2009 à 20h00 à la patinoire Thierry-Monier. 485 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté de Jérémy Rauline et Nicolas Cregut.
Pénalités : Courbevoie 43' (6, 8', 4'+5'+20'), Rouen 42' (6', 2', 4'+5'+20').
Tirs : Courbevoie 27 (6, 6+4, 11), Rouen 40' (15, 8, 17).
Évolution du score :
0-1 à 02'03" : Tarantino assisté de Zwikel et Tardif
0-2 à 04'23" : Tarantino assisté de Tardif et Zwikel
0-3 à 09'23" : Desrosiers assisté de Lampérier
0-4 à 13'51" : Thinel assisté d'Eriksson et Desrosiers (sup. num.)
0-5 à 17'41" : Öhberg assisté de Babka et Zwikel (sup. num.)
0-6 à 19'46" : Mallette assisté de Desrosiers et Lampérier
0-7 à 29'50" : Thinel assisté de Desrosiers et Doucet (sup. num.)
0-8 à 31'14" : Tardif assisté de Salmivirta et Babka (sup. num.)
0-9 à 37'00" : Lampérier assisté de Thinel et Desrosiers
0-10 à 47'34" : Rech assisté de Tarantino et Babka
1-10 à 49'55" : Sevcik assisté de Petiot et Trabach (sup. num.)
1-11 à 51'09" : Doucet assisté de Virolainen et Desrosiers (sup. num.)

 

Courbevoie

Gardien : Nicolas Fourcade.

Défenseurs : Maxime Pomerleau - Maxime Dubuc ; Juraj Varga - William Place (C) ; Yoann Petiot - Grégory Boissière.

Attaquants : Yann Guyot - Benoît Paillet - Nicolas Therrien ; Alexandre Capet - Daniel Sevcik (A) - Sébastien Trabach ; Arnaud Bougaran - Guillaume Pons (A) - Thierry Caillaux ; Kévin Guimbard - Maxime Levot - Thomas Barré.

Remplaçant : Julien Figved (G).

Rouen

Gardien : Trevor Koenig puis Adrién Fénart à 30'24".

Défenseurs : Magnus Eriksson - Daniel Carlsson ; Kai Öhberg - David Holmqvist ; Petri Virolainen - Daniel Babka ; Cédric Custosse.

Attaquants : Ilpo Salmivirta - Éric Doucet (A) - Marc-André Thinel ; Julien Desrosiers - Carl Mallette (C) - Loïc Lampérier ; Luc Tardif - Jonathan Zwikel (A) - Lionel Tarantino ; Anthony Rech - Alexandre Mulle - Jérémie Romand.