Torpedo Nijni Novgorod - Metallurg Magnitogorsk (KHL)

2009-11-28-NijniNovgorod-Magnitogorsk5Le Torpedo Nijni Novgorod a fait rire la Russie la semaine dernière avec une décision managériale qui a été comparée à un poisson d'avril : l'entraîneur Evgeni Popikhin a été ré-engagé trois semaines seulement après avoir été licencié. Il déclare maintenant qu'il avait dû quitter la ville pour raisons familiales, mais l'explication officielle n'est pas crue. Il avait en fait été écarté après une série de quatre défaites consécutives en déplacement, alors que son bilan global restait équilibré (une seule défaite à domicile). Son successeur, le vieux Sergei Mikhalev, n'a obtenu qu'une victoire en cinq rencontres. On a donc rappelé Popikhin, simplement en remettant en vigueur son ancien contrat, comme si rien ne s'était passé !

À Magnitogorsk par contre, personne ne nie qu'il se soit passé quelque chose. L'éternel manager Gennadi Velichkin écarté après 18 ans de bons et loyaux services, c'est un séisme qui a de quoi ébranler toutes les aciéries de l'Oural. C'est un homme influent dans le hockey russe qui s'en va, un homme qui a été l'initiateur de la réforme contractuelle dans le hockey russe : aujourd'hui les salaires des joueurs sont garantis, et les dirigeants ne peuvent plus utiliser ce moyen de pression sur leurs éléments "non performants". Un état de fait qui, selon certains, s'est retourné contre le Metallurg, dont certains hockeyeurs ne justifient plus leur salaire. Ce sont notamment les Tchèques qui sont pointés du doigt.

Pourtant, la crise s'est tassée. "Magnitka" a repris le chemin de la victoire et Sergei Fedorov semble débarrassé de ses problèmes de dos. Et c'est bien Fedorov vers qui tous les regards convergent en ce moment : sera-t-il ou non sélectionné aux Jeux Olympiques ?

2009-11-28-NijniNovgorod-MagnitogorskUn Fedorov qui délivre la première passe décisive. Il sert Stanislav Chistov au coeur de l'enclave, alors que le défenseur Zhukov est en retard dans son marquage. Le meilleur buteur du Metallurg ne manque pas cette position idéale. Il n'empêche que le palet circule un peu trop facilement dans la zone défensive locale. Voir un joueur à la réputation de Brendl en position de dernier défenseur n'est pas un signe positif sur le travail des arrières. C'est ce qui se passe sur le deuxième but : il n'y a personne d'autre derrière Denis Platonov, servi au second poteau par Vladislav Bulin.

Le but suivant survient... 14 secondes plus tard ! Toni Koivisto prend un petit tir anodin en utilisant le défenseur Zhukov comme écran, et le palet tombe dans le trou de souris entre les bottes du gardien, franchement coupable sur cette fois-ci (0-3). Après avoir encaissé trois buts en trois minutes, le Torpedo demande un temps mort, pourtant il ne change pas de gardien.

C'est chose très rare en Russie de ne pas voir un gardien remplacé dans une telle situation. Mais cela s'explique : les deux gardiens de Nijni Novgorod sont en effet blessés. L'Autrichien Bernd Brückler doit être opéré du genou. Peu de temps avant, il avait été menacé par le staff d'être envoyé en division inférieure avec deux collègues (le Tchèque Krstev et le Suédois Lindström) dans le club voisin et partenaire de Sarov. Là aussi, cela aurait été assez rare s'agissant de renforts étrangers ! Pour en revenir aux gardiens, le junior Aleksandr Pimankin est donc le numéro 3, avec une doublure encore plus jeune de quelques mois. Sa première titularisation s'était très bien passée, avec une victoire, et Popikhin préfère ne pas perturber encore plus son groupe déjà fragilisé. Il maintient sa confiance à Pimankin... qui va la mériter.

2009-11-28-NijniNovgorod-Magnitogorsk3Chez les visiteurs aussi, le premier gardien est absent. Pruskuryakov a connu des problèmes de cou ces derniers joueurs. Cela tombe bien (!) puisque Magnitogorsk vient justement de se couvrir à ce poste en engageant Vassili Koshechkin, libéré de Togliatti où il n'était plus payé depuis deux mois. Le club ouralien a bien insisté sur le fait que ce recrutement n'était pas une défiance envers Proskuryakov, mais une volonté de renforcer la concurrence car tous les autres gardiens du club sont sélectionnés dans les différentes équipes nationales de jeunes et vont s'absenter à un moment ou un autre. La première expérience loin de Togliatti (à Kazan) s'était très mal passée pour Koshechkin, mais il semble s'affirmer à Magnitogorsk. Il se déplace bien et pare de la jambière face à Kosourov, qui a repiqué devant la cage après s'être échappé côté droit en ayant reçu une longue passe à la ligne bleue.

On en reste donc à 0-3 à la pause, et toujours pas la moindre pénalité. La première est contre les visiteurs, mais n'est pas exploitée malgré une déviation de Lindström sur une passe de Bednar. Le Torpedo Nijni Novgorod combine plus offensivement dans cette deuxième période, comme cette passe abandon de Mikhaïl Tyulyapkin pour Maksim Potapov qui envoie ensuite le palet vers la crosse de ce même Tyulyapkin parti dans l'enclave : la rondelle ainsi déviée fuse de peu à côté du poteau. En fait, les deux équipes pratiquent un jeu très technique et très propre... sauf Nikolaï Pronin qui s'attaque à Aleksandrov hors du jeu. Le public hurle en voyant son joueur au sol et l'ancien joueur du CSKA est sanctionné pour obstruction. Dès l'engagement gagné par Shakhraïchuk face à Kaïgorodov, Valeri Zhukov envoie à la cage et Ilya Krikunov hérite du rebond seul face à la cage ouverte (1-3).

2009-11-28-NijniNovgorod-Magnitogorsk4Du suspense, enfin ? Non. À peine trois minutes plus tard, une superbe passe transversale de Jan Marek ouvre l'angle à Vladislav Bulin. Le défenseur, qui avait raté le cadre alors qu'il était tout seul dans le slot un peu plus tôt, ne manque pas cette deuxième chance (1-4).

Forçant quand il le faut, Magnitogorsk ne sera pas inquiété au dernier tiers-temps, sauf dans les toutes dernières minutes, quand Igor Radulov est pénalisé en zone offensive pour un cinglage dans les jambes de Troshchinsky. Pendant la supériorité numérique, Koshechkin est vif face au rebond de Viktor Aleksandrov, mais il ne voit pas ensuite le tir du poignet de la ligne bleue de Lyubushkin (2-4). Un but de consolation car le Torpedo n'a jamais été en position de croire en la victoire.

Troisième victoire de suite pour Magnitogorsk qui oublie tout doucement sa reprise difficile après la trêve (2 points en 6 matches). Avoir vu ce match ne dément pas le constat du moment : il est vrai que les trois Tchèques ne paraissent pas fameux... mais il n'y a pas de raison de les mettre dans le même sac. Jan Marek revient de blessure et met du temps à retrouver la forme. Tomas Rolinek, au contraire, aurait juste besoin de repos : il donne tout à chaque fois qu'il porte le maillot tchèque, et quand il revient de l'équipe nationale, il a déjà vidé ses batteries. Reste Jaroslav Kudrna qui, lui, s'endort peut-être effectivement sur son contrat, ce qu'il avait déjà fait à Pardubice en son temps.

Et Sergei Fedorov, dans tout ça ? Il a comme toujours été dominateur aux engagements et il a contrôlé le jeu. Il est évident qu'il contribue beaucoup à la réussite offensive de Chistov. Et en infériorité numérique, domaine qui pourrait plaider pour sa sélection, il n'était pas présent sur les deux buts encaissés par son équipe. Cependant, il est délicat de tirer des leçons d'un match vite décidé qui ne s'est pas joué à un rythme international. C'est vraiment avec l'équipe de Russie que Bykov pourra le juger.

Quant au Torpedo, il est un peu désespéré par ses soucis de gardiens, car il vient d'annoncer la signature de Martin Falter, un gardien considéré moyen dans le championnat slovaque, et qui avait fait un essai infructueux au printemps.

 

Torpedo Nijni Novgorod - Metallurg Magnitogorsk 2-4 (0-3, 1-1, 1-0)
Dimanche 29 novembre 2009 à 17h00 au palais des sports de Nijni Novgorod. 5500 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov assisté d'Aleksandr Kamurkin et Sergei Shelyanin (tous de Moscou).
Pénalités : Nijni Novgorod 6' (0', 2', 4'), Magnitogorsk 8' (0', 4', 4').
Tirs : Nijni Novgorod 22 (8, 6, 8), Magnitogorsk 26 (9, 11, 6).
Évolution du score :
0-1 à 09'15" : Chistov assisté de S. Fedorov
0-2 à 11'34" : Platonov assisté de Bulin et Kontiola
0-3 à 11'48" : Koivisto assisté de Chistov et Fedorov
1-3 à 35'32" : Krikunov assisté de Zhukov et Shakhraïchuk (sup. num.)
1-4 à 39'22" : Bulin assisté de Marek et Pronin
2-4 à 59'24" : Lyubushin assisté de Bednar et Kosourov (sup. num.)

 

Torpedo Nijni Novgorod

Gardien : Aleksandr Pimankin.

Défenseurs : Aleksei Troshchinsky (C, KAZ/RUS) - Evgeni Korolev ; Mikhaïl Lyubyshin - Mikhaïl Tyulyapkin ; Vitali Novopashin - Valeri Zhukov ; Evgeni Shaldybin.

Attaquants : Egor Shastin - Andrei Nikitenko - Ilya Krikunov ; Maksim Potapov - Jaroslav Bednar (TCH) - Pavel Brendl (TCH) ; Viktor Aleksandrov - Vadim Shakhraïchuk (UKR/RUS) - Dmitri Klopov ; Dmitri Radchuk  - Joakim Lindström (SUE) - Aleksei Kosourov.

Absents : Bernd Brückler (genou), Evgeni Lobanov (blessé à Magnitogorsk la semaine dernière), Angel Krstev, Evgeni Gladskikh.

Metallurg Magnitogorsk

Gardien : Vassili Koshechkin.

Défenseurs : Evgeni Varlamov - Vitali Atyushov (C) ; Vladislav Bulin - Rinat Ibrahimov ; Evgeni Biryukov - Vladimir Malenkikh.

Attaquants : Denis Khlystov - Tomas Rolinek (TCH) - Jaroslav Kudrna (TCH) ; Denis Platonov - Petri Kontiola (FIN) - Igor Radulov ; Stanislav Chistov - Sergei Fedorov - Toni Koivisto (FIN) ; Jan Marek (TCH) - Aleksei Kaigorodov - Nikolaï Pronin.

Remplaçant : Aleksandr Pechursky (G). Absents : Ilya Proskuryakov (torticolis), Fedor Fedorov (rotule).