Evry - Français Volants (Division 2, 8e journée)

Après un non match à Meudon, une défaite à la maison face au leader et un nul chez l’ex-dernier de la poule, les Peaux-Rouges, frustrés plus qu’anxieux dans les vestiaires, avaient à cœur de reprendre la main et de réaffirmer dans le jeu leurs ambitions pour cette saison. L’occasion était donc unique de le faire face à une équipe en forme, solidement accrochée à la deuxième place du groupe B.

Victor_PEDUZZI_Evry_-_9738En réduisant son équipe à trois blocs, le coach affichait sa volonté de remotiver tout son monde par une élévation du rythme et des consignes claires : retrouver de la fraîcheur, de la simplicité dans le jeu, de la discipline et ... de l’efficacité. Dès l’entame du match ce sont pourtant les visiteurs qui se montrent les plus conquérants et occupent la zone des Peaux-Rouges. La défense des locaux, bien en place, laisse passer l’orage, bien aidée par un début de match sans faute du gardien, l’expérimenté Vincent Vancaysseele qui ne donne aucun rebond à l’adversaire.

A cinq minutes de jeu, Évry relève enfin le défi et vient s’installer chez les Volants pour conclure avec autorité, par Romain Danton, après un joli mouvement amorcé par Michal Divisek, coach du jour, et Victor Peduzzi très en forme. Ce but fait vaciller les Volants, qui pensaient avoir bien entamé leur match et le jeu tend à s’équilibrer.

Les Volants n’appliquent pas leur système habituel, fait d’un fort pressing devant et d’un gros patinage, et laissent beaucoup trop d’espaces aux Evryens, qui exploitent ces failles à plusieurs reprise pour conclure par Romain Danton à la onzième et Victor Peduzzi à la dix-septième minute, tous deux servis par un Kevin Ledoux très actif.

À 3-0 à la pause une partie du contrat est remplie et la balle est dans le camp des Volants. En effet, dès la reprise, les Parisiens cherchent à hausser leur niveau de jeu et parviennent à réduire le score par un très beau tir de Martial, étrangement seul en plein milieu du slot face au gardien. Le jeu s’équilibre un temps et les Volants, à l’énergie, reviennent à 2-3 sur un but de Roulston.

Si les Roses et Bleus pressent un peu plus, ils commettent cependant encore beaucoup trop d’erreurs et d’imprécisions pour inquiéter les joueurs d’Évry. L’illusion d’un retour au score s’envole en effet très vite, sur une chevauchée de Kevin Ledoux qui vient tromper le gardien sur un tir si puissant qu’un doute plane un temps sur la trajectoire réelle du palet et sa pénétration dans la cage, mais le but est validé par l’arbitre bien placé.

L’énervement gagne les Parisiens et quatre minutes plus tard Évry exploite un jeu de puissance et marque par Karl Gourgand pour ramener l’écart à trois buts avant la deuxième pause. Les Volants ne reviendront jamais.

Mohamed Benyahia tue le match dès la reprise et à 6-2, le troisième tiers-temps devient une caricature de jeu entre une équipe parisienne qui sent qu’elle n’a pas les moyens de s’imposer et joue dans un grand désordre, et les Evryens qui, ayant la main sur le match, se relâchent un peu et s’exposent. Le score de 4-4 sur ce dernier tiers ne doit pas faire illusion et reflète la baisse de niveau d’organisation des deux équipes.

Ces deux points acquis sans trembler à la maison permettent à Évry de se maintenir dans le groupe de tête avant le virage prochain des matchs retour. La manière doit également lui permettre d’envisager d’améliorer ses prestations à l’extérieur, à commencer samedi prochain par ... Anglet à égalité de point à ce stade du championnat.

Compte-rendu du site officiel d'Evry

Evry - Français Volants de Paris 9-6 (3-0, 2-2, 4-4).
Samedi 28 novembre 2009 à 18h30 à la patinoire François Lecomte. 200 spectateurs.
Arbitrage de Christian Maltaverne assisté de Pascal Telliez.
Pénalités : Évry 42' (2', 6', 14'+2x10'), Français Volants de Paris 52' (10', 2’, 10'+3x10').
Évolution du score :
1-0 à 05'15" : Danton assisté de Peduzzi et Divisek
2-0 à 11'02" : Danton assisté de Ledoux
3-0 à 17’28" : Peduzzi assisté de Ledoux
3-1 à 21‘42" : Martial assisté de Litim
3-2 à 31'14" : Roulston assisté de Brodin et Engstrom
4-2 à 33‘26" : Ledoux assisté de Danton
5-2 à 38'29" : Gourgand assisté de Danton (sup. num.)
6-2 à 47‘24" : Benyahia assisté de Bernier d'Aoust et Goujot
6-3 à 52'47" : Roulston assisté de Brodin et Engstrom
7-3 à 53‘10" : Danton assisté de Ledoux et Peduzzi
7-4 à 54'14" : Outin assisté de L. Morette et Boulet (sup. num.)
8-4 à 54'37" : Ledoux assisté de Danton et Peduzzi
9-4 à 56‘27" : Gourgand assisté de Benyahia et Ledoux (sup. num.)
9-5 à 58'28" : Roulston assisté de Engstrom
9-6 à 59‘59" : Engstrom assisté de Outin et Brodin (double sup. num.)