Angers - Grenoble (Coupe de la ligue, demi-finale aller)

Une fessée historique 

La demi-finale aller de coupe de la ligue entre Angers et Grenoble restera à jamais comme un match de légende pour les supporters angevins. Menés 0-4 à la mi-match, les Ducs ont su réagir pour mettre une claque invraisemblable à des Brûleurs de Loups médusés et abattus (8-4).

Le Haras est plein pour cette affiche (1200 spectateurs) et quelques supporters grenoblois ont fait le déplacement en Anjou. Les deux équipes arrivent sur la glace avec une envie incroyable. Eddy Fehri doit s'employer rapidement pour stopper de la jambière droite une belle déviation d'Éric Fortier devant le slot (2'). Il faut bien avouer que les joueurs de Mats Lusth sont un ton au-dessus des Angevins : vitesse de patinage, précision dans les passes... mais Peter Aubry est vigilant et contrecarre toutes les tentatives grenobloises, notamment devant Damien Fleury (12'). Les deux gardiens se rendent coup pour coup et ne laissent que des miettes aux attaquants, médusés de voir leurs tentatives échouer.

La fin du premier tiers approche et les premiers brassages interviennent : Damien Fleury fait bien comprendre à Jonathan Bellemare qu'il n'a pas vraiment apprécié sa charge. À 4 secondes de la fin, Marko Kiprusoff – pourtant peu enclin à jouer de son physique – stoppe net Anders Nilsson. Ce dernier se retrouve sur la glace sans que le viking finlandais ne bronche. Une obstruction que l'arbitre a sanctionné mais que les supporters des Ducs ont apprécié à sa juste valeur ! Les deux équipes rentrent donc aux vestiaires sur ce score de parité (0-0) mais les Grenoblois mènent aux points.

De retour sur la glace, les protégés de Heikki Leime vont subir la loi de Grenoblois ultra-dominateurs. En infériorité (suite à la pénalité de Marko Kiprusoff avant la pause), les Ducs craquent sur un tir ras glace de la ligne bleue de Viktor Wallin (0-1, 21'48''). Quelques secondes plus tard, sur un jeu rapide de passes, Damien Fleury trompe de près un Peter Aubry aussi spectateur qu'impuissant (0-2, 22'03'')... Douche froide au Haras ! Le pire est à venir puisque Grenoble prend le large avec un but... en infériorité numérique : suite à une frappe de la ligne bleue d'Alexandre Rouleau, le palet après - avoir rebondi sur le plexiglas et l'épaule de Peter Aubry - se retrouve dans la palette de Julien Baylacq qui n'a plus qu'à mystifier le portier local (0-3, 24'14'').

Heikki Leime demande un temps mort et parle calmement à ses joueurs pour les rassurer et les re-mobiliser. Mais rien n'y fait... et Grenoble impressionne de plus en plus sur la glace. Suite à une passe millimétrée, Damien Fleury – encore lui – trompe Peter Aubry de près (0-4, 26'16''). En moins de sept minutes, Grenoble a assommé les Ducs et leur public. À cet instant de la partie, on voit mal les protégés de Mickaël Juret revenir dans la partie...

Il faudra une pénalité de Nicolas Besch pour voir les leaders de la ligue Magnus ouvrir leur compteur. Eddy Ferhi – impérial jusque là – repousse des tirs de la bleue de Per Braxenholm et Marko Kiprusoff. Cependant, suite à une frappe monstrueuse de Lauri Lahesalu, le portier international de Grenoble laisse un rebond. Éric Fortier place la rondelle dans un trou de souris (1-4, 30'29''). Le Haras explose et espère que ses protégés vont pouvoir revenir dans la partie.

La remontée fantastique sera amorcé par le capitaine angevin Jonathan Bellemare. Pierre-Luc Laprise, après avoir gratté un palet à Victor Wallin derrière le but, sert "le Magicien" qui place le puck entre les jambières d'Eddy Ferhi (2-4, 33'04''). Une minute plus tard, Éric Fortier remonte la glace et de la ligne bleue lance la rondelle ras glace sur le cerbère visiteur. Un palet plutôt anodin mais Ferhi dévie de la crosse le palet qui passe "en louche" au-dessus de lui avant de mourir tranquillement au fond de ses filets (3-4, 25'08''). Grosse, très grosse bévue du portier international français qui se fait gentiment chambrer par le public. Les Grenoblois marquent le coup et semblent empruntés. On sent que les mouches ont changé d'âne et que les Angevins peuvent renverser la situation.

Le troisième tiers redémarre sur les chapeaux de roues et les Ducs attaquent tambour battant. La troisième ligne angevine sonne le début du déluge. Julien Albert déborde côté droit et tire sur Eddy Ferhi qui laisse un rebond. Thiery Poudrier, plus prompt qu'Alexandre Rouleau, pousse la rondelle dans la cage vide (4-4, 43'49''). Malheureusement, Kévin Igier, décidément peu inspiré ce soir, se retrouve au cachot. Une occasion de relancer l'équipe grenobloise mais il était dit que plus rien ne pouvait arriver aux Ducs ce soir. Les Brûleurs de Loups n'ont plus de jus et n'arrivent pas à installer leur jeu de puissance. Pire, ils vont se faire surprendre par l'incontournable Jonathan Bellemare qui, de près, place le palet dans la lucarne gauche d'un Eddy Ferhi aux abois (5-4, 46'03''). La patinoire angevine est en ébullition et les joueurs se sentent poussés comme jamais par le public angevin (pourtant si difficile à bouger...).

Il ne faudra que trois minutes aux Ducs pour enfoncer définitivement le clou face à des joueurs grenoblois qui ne savent plus quoi faire sur la glace et qui perdent complètement leur hockey. Pierre-Luc Laprise – le cannonier des Ducs – y va de son but de près (6-4, 50'21''). Puis Thiery Poudrier, en break, vient placer la rondelle entre les jambières d'Eddy Ferhi (7-4, 51'43''). Enfin Jonathan Bellemare (en infériorité pour la seconde fois de la soirée) vient également défier en solo le portier visiteur. Avec sa vitesse et sa technique, il enrhume complètement la défense qui ne peut le rattraper et trompe comme à l'entraînement le gardien adverse (8-4, 52'24''). Le visage des Grenoblois sur le banc prouve que ce match va rester dans les esprits. Mats Lusth, impassible et décontenancé, ne dit pas un mot à ses joueurs. Nul doute que le débriefing d'après-match a dû être musclé...

Un match d'anthologie de la part des Ducs d'Angers qui sont revenus de nulle part. À mi-match personne n'aurait imaginé un tel retournement de situation tant les Grenoblois étaient sereins. Une réaction collective a permis aux Angevins de s'offrir non seulement la victoire mais aussi une option sérieuse pour la qualification en finale de la coupe de la ligue. Côté grenoblois, rien à dire jusqu'à la mi-match mais le physique n'a pas tenu les 60 minutes. Nul doute que mentalement ce match leur a fait mal...

Les supporters angevins ont fêté cette belle victoire jusqu'au bout de la nuit... Les bières ont coulé à flot au Picotin, le bar de la patinoire...

Étoiles du match : *** Jonathan Bellemare (Angers), ** Thiery Poudrier (Angers), * Damien Fleury (Grenoble).

 

Angers - Grenoble 8-4 (0-0, 3-4, 5-0)
Mardi 1er décembre 2009 à 20h30 au Haras. 1200 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau assisté de Pierre Dehaen et Yann Furet.
Pénalités : Angers 14' (6', 4', 4'), Grenoble 16' (4', 10', 2').
Évolution du score :
0-1 à 21'48" : Wallin assisté de Sivic et Besch (sup. num.)
0-2 à 22'03" : Fleury assisté de Dufour et Besch
0-3 à 24'14" : Baylacq assisté de Rouleau (inf. num.)
0-4 à 26'16" : Fleury assisté de Rouleau et Milovanovic
1-4 à 30'29" : Fortier assisté de Lahesalu (sup. num.)
2-4 à 33'04" : Bellemare assisté de Laprise et Fortier
3-4 à 35'08" : Fortier
4-4 à 43'49" : Poudrier assisté d'Albert et Jokinen
5-4 à 46'03" : Bellemare assisté de Fortier et Lahesalu (inf. num.)
6-4 à 50'21" : Laprise assisté de Bellemare et Fortier
7-4 à 51'43" : Poudrier assisté d'Albert et Jokinen
8-4 à 52'24" : Bellemare assisté de Lahesalu (inf. num.)