Courbevoie - Reims (Division 1, 12e journée)

Revenus de nulle part le week-end dernier face aux Galaxians d’Amnéville (ndlr : gain 7-6), les Phénix se déplaçaient en terre parisienne, vendredi exceptionnellement, pour y défier leur bête noire, les Coqs de Courbevoie (4 défaites et 1 nul lors des derniers affrontements entre les deux formations) et tenter de continuer sur leur lancée actuelle. Sur la petite glace des Coqs favorisant mises en échec et nombreux tirs, les Rémois s’attendaient à un match disputé, compte tenu de l’enjeu du match.

Et comme il y a un mois et demi en coupe, Courbevoie démarrait pied au plancher et pressait haut les Rémois, dans l’espoir de prendre au plus vite les commandes de la partie. Et, dès la 30ème seconde, Kubis devait s’employer face à Therrien pour éviter une ouverture du score précoce. Les Rémois tardaient à réagir et les locaux continuaient de bourdonner aux abords des cages de Kubis, le portier tchèque continuant à faire barrage aux tirs des Coqs. L’orage passé, les Phénix frappaient à leur tour à la porte de Fourcade et ce dernier de bien répondre aux essais de Rehor puis Savoie. Cependant les locaux se mettaient à la faute et les gros canons d’avoir l’occasion de faire parler la poudre, mais ces derniers n’avaient pas le temps de s’installer, le corps arbitral les pénalisant à leur tour.

A quatre contre quatre, les espaces se créaient et, à ce petit jeu, Sevcik décalait à merveille Pomerleau, dont le puissant lancer balayé ne laissait aucune chance à Kubis (1-0, 03’47). Comme lors des affrontements précédents, l’histoire se répétait une nouvelle fois et on pouvait craindre le pire pour la formation de François Dusseau. Heureusement le brouillard n’avait pas le temps de s’installer dans les têtes rémoises, car 30 secondes après le but parisien, Lohou profitait d’un palet contré pour adresser un lancer précis de la bleue, laissant sans réaction Fourcade (1-1, 04’18).

Nullement abattu, Courbevoie repartait de plus belle et continuait à presser haut les Phénix. Ce pressing s’avérait payant à la 7ème, quand, sur un service venu de derrière les buts de Pons, Caillaux fusillait de près Kubis (2-1, 06’30). Mais pour les locaux, qui croyaient avoir fait le plus dur, l’histoire du premier but allait se répéter. 50 secondes plus tard, Cahill partait en débordement sur le côté gauche et décochait un tir aussi précis que soudain, qui faisait trembler les cordages de Fourcade (2-2, 07’22).

Les Phénix ne s’arrêtaient pas à ce but et avaient la bonne idée de poursuivre leur moment d’euphorie. A peine le puck engagé, que Reims créait à nouveau le danger dans la défense locale et Florian Sabatier sautait sur un rebond de Fourcade, suite à un tir de Vrielynck, pour faire passer ses couleurs en tête (2-3, 08’03). Placés dans de meilleures conditions, les Rémois pouvaient attendre leurs adversaires. Par la suite Courbevoie se retrouvait sans solution face à la muraille rémoise et s’exposait aux contres. Seulement l’indiscipline rémoise offrait une occasion aux locaux de revenir à égalité, avec un avantage de deux hommes (09’19). Mais Kubis et ses trois compagnons faisaient corps, annihilant chaque tentative des Coqs. Revenus à égalité numérique, Reims gérait son avantage tout en n’oubliant pas de placer des contres tranchants et, avec un soupçon de réussite, Martin-Whalen aurait pu, en deux occasions, donner un avantage plus conséquent aux Phénix. Reims gardait son avance jusqu’à la sirène et semblait bien parti dans ce match au vu de sa maîtrise jusque-là.

Au retour des vestiaires, on pouvait logiquement s’attendre de nouveau à un pressing plus intense des locaux pour niveler la marque. Mais c’était Reims qui démarrait le plus fort dans ce tiers. L’intenable Cahill partait dans une chevauchée, faisait le tour de cage et glissait le puck dans un trou de souris (2-4, 20’38). Ce but donnait de l’air aux Rémois, a contrario des locaux qui semblaient sonnés. Courbevoie tentait malgré tout de réagir, mais, gêné par le système défensif rémois, s’essayait le plus souvent aux tirs de lointains. Reims attendait le contre et, sans un Fourcade attentif, notamment face à Florian Sabatier, les affaires des locaux auraient pris un peu plus de plomb dans l’aile.

De son côté, Kubis faisait toujours bonne garde et, quand une erreur rémoise en zone offensive offrait un break à Bouragan, le portier tchèque faisait preuve d’autorité et rassurait ainsi un peu plus ses coéquipiers. Toutefois le travail continuait de plus belle pour le solide gardien rémois, notamment sur deux supériorités (31’37 et 33’18), mais rien ne changeait et Reims préservait ainsi son précieux avantage à la marque. Plus rien n’évoluait jusqu’à la fin du tiers malgré une domination des locaux, Reims se rapprochant quand à lui d’un important succès face à un adversaire direct.

Au retour sur le glaçon, la mission était simple pour la troupe à François Dusseau, rester solide défensivement et inscrire ce cinquième but qui plierait définitivement l’affaire. Courbevoie, qui n’avait plus rien à perdre, se ruait sur les buts de Kubis, mais ce dernier était dans un grand soir et repoussait tout ce qui se présentait. Le tournant du match allait se situer à la 49ème, quand trois pénalités rémoises offraient l’occasion rêvée aux locaux de revenir aux affaires. Se retrouvant dès lors en double supériorité, les joueurs des Hauts-de-Seine multipliaient les tentatives, notamment par Pomerleau et Sevcik, mais tous tombaient sur un Kubis en état de grâce. Therrien en était un des témoins, l’avant québécois voyant le portier tchèque lui voler un but certain d’un arrêt magique de la mitaine à la 51ème.

A coup sûr, Courbevoie venait là de laisser passer sa chance et les Phénix allaient porter le coup de grâce dans la foulée. A la 54ème, Savoie déboulait sur l’aile puis fixait Fourcade pour servir sur un plateau Vrielynck pour le but d’assurance (2-5, 53’14). Le match était alors plié et Reims n’avait plus qu’à laisser s’écouler le temps restant. Toutefois, Courbevoie jouait jusqu’au bout et son capitaine, Place, inscrivait pour l’honneur un but dans les derniers instants (3-5, 58’41). Quelques secondes plus tard, le klaxon final retentissait et Reims pouvait savourer sa précieuse victoire sur cette glace parisienne, maudite jusque là.

Repartant ainsi de Courbevoie avec les deux points en poche, Reims se donnait un peu d’air au classement et restait au contact du groupe luttant pour les play-offs. La semaine prochaine, les Phénix recevront à Bocquaine les Lynx de Valence, équipe au combien imprévisible cette saison, avec l’objectif de poursuivre leur série en cours et de goûter à un repos mérité avec la mini-trêve.


Courbevoie - Reims 3-5 (2-3, 0-1, 1-1).
Vendredi 4 décembre 2009 à 20h00 à la patinoire Thierry Monier.
Arbitrage de Marc Mendlowictz assisté de Maxime Durand et Sueva Torribio.
Pénalités : Courbevoie 4' (2', 2', 0'), Reims 16' (6', 4’, 6').
Évolution du score :
1-0 à 03'47" : Pomerleau assisté de Sevcik et Therrien
1-1 à 04'18" : Lohou assisté de J. Sabatier et Martin-Whalen
2-1 à 06’30" : Caillaux assisté de Paillet
2-2 à 07‘22" : Cahill assisté de Rehor
2-3 à 08'03" : F. Sabatier assisté de Vrielynck et Savoie
2-4 à 20‘38" : Cahill assisté de Rehor
2-5 à 53'14" : Vrielynck assisté de Savoie
3-5 à 58‘41" : Place