Dunkerque - Lyon (Division 2, 10e journée)

Malgré Grégory Renaux...

Bram De Backer blessé au genou, Arthur Legrand appelé en sélection nationale belge pour les Mondiaux U20, le HGD se trouve bien démuni au poste de gardien. L’hypothèse d’une demande de report écartée, le staff nordiste s’est résolu à confier la cage à Grégory Renaux, habituel attaquant...

Pourtant, le public de Raffoux se rend compte rapidement que le gardien de fortune n'a rien d'un faire-valoir. Parfois inscrit sur la feuille de match en qualité de substitut, comme ce fut le cas pour la réception de Nantes, Renaux réussit son entrée. Comme ses équipiers d’ailleurs, bien repliés en zone neutre. C’est ainsi depuis le centre de la glace que François Rozenthal intercepte une tentative de relance, se faufile au coeur de la défense rhodanienne, évite Désérable et ajuste Svedin (1-0 à 02'47") pour inaugurer la soirée en beauté.

Sitôt l'ouverture du score, les Corsaires retombent dans leurs travers et subissent par deux fois le coup de sifflet arbitral. Le deuxième cinglage, venu d’Argiolas, est fatal : la mise au jeu remportée côté gauche débouche sur un décalage de Deshaies vers Damien Croux, isolé sur la droite, d’où il s‘avance et trompe Renaux de près, malgré le retour de Dewolf (1-1 à 06'16"). Remis en scelle, les Lyonnais appuient sur l’accélérateur et prennent les devants par Combe, servi par Kodyjasz côté droit, avant de résister à son tour aux défenseurs locaux (1-2 à 10'11").

Les bonnes dispositions de Grégory Renaux ne peuvent empêcher les blancs de s’éloigner à la marque. Au retour des vestiaires, Damien Croux est tout aussi inspiré, pour isoler parfaitement Alexander Olsson, qui prend le soin de contrôler le disque devant la cage (1-3 à 23'11").

François Rozenthal... et François Rozenthal

Les deux buts d’avance ne libèrent pas les visiteurs pour autant. Il faut dire que les problèmes de gardien sont contagieux, Frederick Witte prenant la place d’un Daniel Svedin touché à l’épaule à l’approche de la mi-match... avant de s’incliner face à François Rozenthal, bien servi par Thomas (2-3 à 31'03").

Atteints par le doute, les joueurs de Pascal Margerit ne parviennent pas à profiter des cinq pénalités mineures infligées successivement à leurs adversaires, assorties d’une méconduite à l’encontre de Benjamin N’Guyen. Clément Thomas passe même près de l’égalisation sur une échappée. Cet avertissement passé, François Rozenthal revient à la charge, en infériorité, pour déborder Martin Croguennec et rétablir l’égalité (3-3 à 42'35").

Le match piège craint par les Lions prend une tournure compliquée... D’autant que, sur un nouveau face à face, Damien Croux butte cette fois sur Renaux. Toutefois, l’indiscipline finit par couper l’élan des Corsaires. Derepper en geôle, les visiteurs demandent un temps mort, mis à profit une minute plus tard par Baptiste Frioux, à la conclusion d’un jeu patiemment préparé par les deux Olsson, pour qui la comédie a trop duré (3-4 à 54'20").

Dénouement difficile à encaisser pour les Nordistes, qui n’auront pas à rougir d’une prestation paradoxalement plus enthousiasmante que le point arraché aux Nantais une semaine plus tôt.

 

Dunkerque - Lyon 3-4 (1-2, 1-1, 1-1).
Samedi 12 décembre 2009 à 18h45 à la patinoire Michel Raffoux. 650 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Barre et Guillaume Gardiol.
Pénalités : Dunkerque 42' (14', 12'+10‘, 6'), Lyon 24' (8', 8', 8').
Évolution du score :
1-0 à 02'47" : Rozenthal
1-1 à 06'16" : Croux assisté de Deshaies et R. Olsson (sup. num.)
1-2 à 10'11" : Combe assisté de Kodyjasz
1-3 à 23'11" : A. Olsson assisté de Croux et R. Olsson
2-3 à 31'03" : Rozenthal assisté de Thomas
3-3 à 42'35" : Rozenthal assisté de Péan (inf. num.)
3-4 à 54'20" : Frioux assisté de A. Olsson et R. Olsson (inf. num.)