Colmar - Besançon (Division 3, groupe E)

L'enjeu de cette partie n'avait pas la même signification pour les deux protagonistes. Colmar est déjà qualifié pour les play-offs mais une victoire ferait du bien pour ne pas trop douter après la baffe reçue à domicile par Belfort.

Besançon a par contre, à tout prix, besoin d'une victoire pour accéder à ces mêmes play-offs, car les Franc-Comtois sont à la lutte avec la réserve de Dijon pour la troisième place qualificative. Cependant, Colmar les a déjà battus par deux fois cette saison, la mission est donc périlleuse.

Pourtant, dès les premiers instants de la partie, on sent que les Titans sont loin de rentrer dans le match. Peut-être par absence de compétition (ce n'est que leur deuxième rencontre depuis un mois), gelés par le froid qui s'installe enfin en Alsace ou par abus de vin chaud sur les marchés de Noël pour tromper ce froid, toujours est-il que les locaux sont très fébriles, très statiques et très passifs devant les Bisontins. Marc Buchlin est déjà à l'ouvrage, et même très chanceux, sur ce palet gelé in extremis sur sa ligne (1'38"). En fait c'est surtout sa défense qui n'est pas très présente. Ce qui permet à Lukas Frank de longer la bande avant de remonter vers Buchlin et de le feinter joliment (0-1, 9'23"). Colmar peine énormément à construire un schéma offensif. De plus, le portier bisontin joue très bien son rôle de Rempart ultime à l'image de ce palet chaud devant sa cage (16'18"). Le score à la fin de cette période est somme toute mérité pour les visiteurs, un peu plus disciplinés dans leur hockey.

Les Titans ressortent des vestiaires nettement plus déterminés. C'est ainsi que Pierre Schultz rate une occasion à bout portant face à Sébastien Clerc (23'43"). Puis le même gardien bisontin se fait suppléer deux fois par son poteau sur des tirs de Mickaël Tin (23'55") puis Joan Koenig (24'13") alors qu'il semblait nettement battu. Colmar vient alors de laisser passer sa chance. En effet, un défenseur local rate ensuite grossièrement son contrôle à la bleue offensive, Ronan Marzin en profite pour prendre de vitesse tout son monde et battre Buchlin (0-2, 25'17"). Les Haut-Rhinois tentent de recoller mais butent toujours sur le portier bisontin inspiré ou aidé par sa défense recroquevillée autour de lui. C'est donc l'omniprésent Frank qui donne une longueur supplémentaire aux siens (0-3, 27'21") avant de tuer la période, aidé par Vendola, sur une nouvelle mauvaise coordination tactique locale (0-4, 36'30"). Colmar perd alors les pédales et rentre aux vestiaires le profil bas, tant les trois buts relèvent de grossières fautes d'inattention.

Le dernier tiers peine à commencer suite à des problèmes de qualité de glace. Jari Virtanen, jusque là cloué sur le banc, piaffe d'impatience de monter sur la glace. Yannick Maillot a changé deux de ses lignes offensives. Sébastien Leconte redonne un peu d'illusion aux siens sur un assaut de près (1-4, 44'44") mais les jeunes locaux peinent toujours à rester constants dans leurs efforts. Les relances peinent à être propres et les Remparts portent bien leur nom en se groupant pour défendre l'accès de la forteresse gardée par Clerc. Colmar est obligé de faire laborieusement le jeu et s'expose à de rares contres adverses, telle cette remontée culottée de Dany Parra (53'20").

Les Alsaciens se présentent même à six sur la glace, on croit le surnombre mais c'est en fait Marc Buchlin qui vient de laisser la place à un joueur de champ... Le pressing paie ses fruits puisque Virtanen décentré réduit le score (2-4, 57'00"). L'entraîneur continue sur sa lancée et laisse le portier local sur le banc, mais les Titans n'arrivent pas à bien faire circuler la palet devant Clerc et ses coéquipiers, prêts à s'allonger sur toute rondelle dangereuse. Lukas Frank, lui aussi reconverti aux pures tâches défensives, manque même de loger une dernière fois le palet dans le but local déserté mais le puck frôle le poteau. Les visiteurs peuvent alors se congratuler et passer de bonnes fêtes de fin d'année : ils reviendront à Colmar pour les play-offs.

C'est donc une excellent opération pour les Bisontins : au bout d'un match joué de façon très disciplinée, ils ont pu ramener les deux points manquants pour continuer leur progression en D3. Pourtant, leur tactique est simple : un bon gardien - Sébastien Clerc - pour parer les tirs adverses et un excellent soliste (Lukas Frank, l'unique rescapé des années "fastes" des Séquanes) pour diriger le jeu et créer constamment le danger. Le reste de la troupe abat son travail pour gêner l'adversaire. Simple, mais efficace pour ce match.

Colmar a réussi un exploit : celui de finir sur un score honorable, tant à 0-4 les Titans se dirigeaient vers le non-match. Quelle surprise d'assister à ce genre de partie après avoir vaincu toutes les équipes de la poule cinq fois de suite. Ce soir, la défense a été incroyablement fébrile, passive, peu agressive. Devant, la bonne volonté n'a pas suffi. Les Titans manquaient de précision dans les placements notamment, d'un peu de chance aussi sur les deux poteaux successifs. Restent pourtant de bons moments lorsque le duo Leconte-Koenig décidait de jouer le registre physique devant la cage de Clerc, sans doute les moments les plus dangereux.

La tactique à six joueurs de champ dans les trois dernières minutes est assez inédite à ce niveau mais valait le coup d'être tentée... Un peu plus de précision dans les passes et le placement pouvait créer le doute chez les Remparts, fatigués de leur partie. Colmar a surtout besoin d'un mental plus solide pour s'éviter les sempiternels moments de panique et de découragement incontrôlés que les jeunes locaux connaissent depuis plusieurs saisons. Il reste le match de Dijon pour se re-positionner mentalement avant la trêve. Après, ce sont d'autres calibres qui vont se présenter devant les Haut-Rhinois et les erreurs seront encore plus souvent payées au prix fort.

 

Colmar - Besançon 2-4 (0-1, 0-3, 2-0)
Samedi 13 décembre 2009 à 18h00 à la patinoire de Colmar. 150 spectateurs.
Arbitrage de MM. Salvador et Moncozet.
Pénalités : Colmar 6' (2', 4', 0'), Besançon 24' (4'+10', 6', 4').
Tirs : Colmar 38 (10, 15, 13), Besançon 21 (9, 8, 4).
Évolution du score :
0-1 à 09'23" : Frank assisté de Vendola
0-2 à 25'17" : Marzin (inf. num.)
0-3 à 27'21" : Frank
0-4 à 36'30" : Frank assisté de Vendola
1-4 à 44'44" : Leconte assisté de Koenig
2-4 à 57'00" : Virtanen assisté de Maillot

 

Colmar

Gardien : Marc Buchlin.

Défenseurs : Laurent Blanck (C) - Eloi Lenner ; Pierre Zaenker - Mickaël Tin (A) ou Sébastien Muller en rotation ; Charles-Édouard Manquat à 40'00".

Attaquants : Joan Koenig puis Jari Virtanen à 40'00" - Yannick Maillot - Sébastien Leconte [puis Buchlin à 40'00"] ; Pierre Schultz - Vincent Besserer - Julien Fuchs ; Julien Lavault [puis Koenig à 40'00"] - Timothée Heydt - Pierre Buchlin [puis Leconte à 40'00"].

Remplaçant : Julien Hagenmuller (G). Absent : Michel Roda.

Besançon

Gardien : Sébastien Clerc.

Défenseurs : Dany Parra - Richard Roberge ; Clément Brisebard - Damien Chevassut ; Rémi Heurteaux - Baptiste Jeanbourquin.

Attaquants : les centres Lukas Frank (A) et Frédéric Berthillier en alternance avec les duos d'ailiers Jean-Baptiste Étevenot - Frédéric Vendola (C) ; Ronan Marzin (A) - Michel Leautier ; Charles Machet - Sean MacLaughlin.