République Tchèque - Suède (EHT)

Match de la Kubok Pervogo Kanala, troisième manche de l'Euro Hockey Tour.

Linus Omark

Après avoir battu la Finlande à Prague, les Tchèques ont fait le voyage jusqu'à Moscou, mais ils ont aussi découvert les difficultés causées par les embouteillages dans la capitale russe. Ils ont été obligés d'annuler leur entraînement hier soir car la voiture transportant leurs équipements était encore bloquée sur la route. Si ça peut les rassurer, les Finlandais ont eu exactement le même problème.

Il n'y aurait donc que les Russes pour anticiper les bouchons moscovites ? Pas toujours... Eux-mêmes sont parfois piégés. La semaine dernière, les joueurs du Dynamo de Moscou ont été coincés par les embouteillages, un jour de neige, sur le chemin entre leur base de Novogorsk et la patinoire. Ils ont été contraints de prendre le métro pour arriver à l'heure (en fait un peu en retard, ce qui a valu un avertissement officiel de la KHL). Après ce périple dans le métro, les Dynamistes ont gagné, et le duo suédois Omark-Harju a réussi son meilleur match. La presse russe a vu là le réveil tant attendu de ses recrues scandinaves.

C'est qu'il n'y a plus de temps à perdre pour Linus Omark. Le prodige révélé au monde la saison dernière a expliqué dans la presse suédoise qu'il espérait disputer les Jeux Olympiques sur la ligne de Forsberg. Il s'est un peu enflammé, car il est loin de pouvoir choisir son trio. Au stade actuel, sa sélection est même plutôt improbable.

Omark se décide donc à réveiller un peu une patinoire Khodynka endormie par un match qui peine à se lancer : il tente un slalom en zone neutre et se fait accrocher par un Jaromir Jagr qui n'a pas des jambes aussi jeunes. À la fin de cette supériorité numérique, Per Åslund, tout seul dans le slot à la conclusion d'un mouvement à une touche de palet relayé par Persson dans le coin, ne parvient pas à reprendre correctement ce palet arrivé très vite. La pénalité est vite pardonnée à Jagr, qui aimante la rondelle à sa sortie de prison, avec un tour de cage du revers.

La situation se débloque en deuxième période grâce à une bonne présence de la ligne Åslund-Persson-Engvist. Elle met la pression sur la cage et pousse Caslava à une charge avec la crosse sur le centre suédois au milieu de la mêlée. Les Suédois sont installés pour le jeu de puissance, mais la passe de Sondell pour Johansson le long de la bleue est forte et difficile à reprendre, et les Tchèques montent pour essayer de contrer ce palet en zone neutre. La rentrée en zone des Scandinaves n'en est que plus dangereuse. La passe levée de Jimmie Ericsson saute la crosse de Rolinek et sert dans la profondeur Mattias Weinhandl qui effectue un petit tir du revers au-dessus de la jambière gauche de Jakub Stepanek (1-0).

Les minutes suivantes sont plutôt tchèques, mais le gardien Stefan Liv, autre joueur en balance pour être le troisième gardien aux JO (comme il y a quatre ans), arrête tout et se montre convaincant. Daniel Tjärnqvist marque à mi-hauteur côté plaque, servi par une bonne passe en retrait de Per Åslund après un duel gagné dans le coin par Andreas Engqvist (2-0). Patrik Zackrisson est tout proche du 3-0 du revers, tout comme Mårtensson en fin de tiers, à bout portant sur un centre du bout de la palette de Weinhandl.

Miroslav BlatakEn revanche, Linus Omark est souvent à contre-temps, et il finit la période en prison pour avoir donné un coup de coude en protégeant son palet derrière la cage adverse.

La Suède se sort de ce mauvais pas au début du troisième tiers, et c'est ensuite Blatak qui part en prison pour avoir retenu une crosse. Grâce à cet avantage numérique, Mattias Weinhandl reprend une passe parfaite de son capitaine Magnus Johansson au poteau opposé (3-0).

Fabricius accroche cependant Bednar dans la foulée, et les Tchèques sont à leur tour en jeu de puissance. Blatak cherche la déviation de Jagr près de la cage, et Petr Cajanek plonge littéralement pour reprendre de volée le rebond (3-1). La tranquille victoire suédoise qui se dessinait n'est plus tranquille du tout. La défense Sondell-Tjärnqvist, pas aidée par un Omark passif, n'arrive pas à se dégager et Jakub Klepis en profite pour réduire un peu plus le score (3-2).

La République Tchèque met la pression en fond de zone de manière beaucoup plus agressive, à l'instar de Jagr qui décoiffe Persson de son casque dans la lutte. Bengt-Åke Gustafsson en a marre de voir son équipe bousculée et prise à la gorge, et il utilise son temps mort. Les consignes consistent sans doute à laisser venir et à bloquer la zone neutre : c'est en tout cas ce que font ses joueurs.

Dans la dernière minute, c'est au tour de Ruzicka de demander son temps mort et de sortir son gardien. Fabricius accroche alors Jagr au passage de la bleue : 6 Tchèques, avec Cervenka en plus de la première ligne, font donc face à 4 Suédois. Sur la première mise au jeu, Stefan Liv réussit deux arrêts consécutifs. On réengage, Persson remplace Falk à l'engagement, mais les blancs gagnent encore le palet. La passe de Blatak libère Petr Cajanek, dont le tir ricoche sur le genou de Magnus Johansson (3-3). La dose de chance nécessaire pour égaliser.

Lors de la prolongation à quatre contre quatre, un dégagement en cloche de piège le défenseur tchèque Filip Novak. Le palet est récupéré dans son dos par Mattias Weinhandl qui, dans un angle très fermé, trouve le trou entre les bottes de Stepanek (4-3).

Ce hat-trick de Mattias Weinhandl a confirmé une fois de plus son formidable instinct de buteur et a définitivement assuré sa place à Vancouver. Par contre, dans leur présentation des portraits des olympiens potentiels, les chroniqueurs de la télévision suédoise ont fait tracer, avant même ce match, une grosse croix rouge barrant le visage de Per-Johan Axelsson... On ne vas pas spécialement blâmer l'attaquant défensif de Frölunda ce soir, car il a souvent été affecté à un marquage très délicat, celui d'un certain Jaromir Jagr. Pour sa part, Omark ne porte pas encore sa croix, mais bon...

 

Commentaires d'après-match

Vladimir Ruzicka (entraîneur de la République Tchèque) : "Nous avons joué trop compliqué pendant deux périodes, en essayant de passer la ligne bleue individuellement. En troisième période, nous avons joué plus simple. En plus, les Suédois, qui jouent bien défensivement, ont fait des erreurs. Chapeau pour avoir encore ramené un point. [...] Schwarz avait commencé le tournoi parce que Stepanek était un peu malade, et il jouera demain contre la Russie. Ce sera un gros test, notre dernier match avant les Jeux Olympiques. J'ai noté l'excellente forme de Miroslav Blaták."

 

République Tchèque - Suède 3-4 après prolongation (0-0, 0-2, 3-1, 0-1)
Samedi 19 décembre 2009 à 18h00 à la patinoire Khodynka de Moscou. 12500 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov et Aleksei Ravodin (RUS) assistés de Vladimir Sivov et Aleksandr Kalinkin (RUS).
Pénalités : République Tchèque 10' (4', 4', 2', 0'), Suède 14' (6', 4', 4', 0').
Tirs : République Tchèque 30 (8, 8, 13, 1), Suède 30 (8, 11, 9, 2).
Évolution du score :
0-1 à 25'51" : Weinhandl assisté de Mårtensson et Ericsson (2')
0-2 à 34'37" : Tjärnqvist assisté d'Åslund et Engqvist
0-3 à 43'00" : Weinhandl assisté de Mårtensson (sup. num.)
1-3 à 46'02" : Cajanek assisté de Jagr et Blatak (sup. num.)
2-3 à 49'03" : Klepis
3-3 à 59'49" : Cajanek assisté de Blatak (sup. num.)
3-4 à 62'11" : Weinhandl assisté de Tjärnqvist

 

République Tchèque

Gardien : Jakub Stepanek.

Défenseurs : Miroslav Blatak (2') - Filip Novak ; Petr Cáslava (2') - Ondrej Nemec ; Angel Krstev - Zdenek Kutlak ; Tomas Mojzis - Vladimir Sicak.

Attaquants : Petr Cajanek - Jiri Hudler - Jaromir Jagr (A, 4') ; Tomas Rolinek (C) - Roman Cervenka - Jaroslav Bednar (2') ; Jan Marek - Josef Vasicek - Jakub Klepis ; Petr Hubacek - Jaroslav Hlinka - Zbynek Irgl.

Remplaçant : Miroslav Kopriva (G). En réserve : Marek Schwarz, Jiri Novotny.

Suède

Gardien : Stefan Liv.

Défenseurs : Mattias Karlsson - Christian Bäckman ; Magnus Johansson (C) - Daniel Sondell ; Tobias Viklund - Daniel Josefsson ; Oscar Hedman - Daniel Tjärnqvist (4').

Attaquants : Jimmie Ericsson - Tony Mårtensson (A, 2') - Mattias Weinhandl ; Per Åslund - Niklas Persson - Andreas Engvist ; Linus Omark (2') - Johan Harju - Patrik Zackrisson ; Karl Fabricius (4') - Andreas Falk (2') - Per-Johan Axelsson (A).

Remplaçants : Henrik Karlsson (G), Joakim Lindström.