France - Norvège (match 1, à Strasbourg)

2009-12-18-France-NorvegeLes Bleus remettent les pendules à l'heure

C'était pas "l'Ajoie" pour les Bleus à Porrentruy. Leur adversaire suivant, c'est une Norvège qui est comme la Suisse en pleine préparation olympique, mais moins forte que celle ayant surclassé une équipe de France "expérimentale" au Bélarus en novembre dernier (6-3). Les Scandinaves étaient alors proches de leur configuration optimale, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Les "Allemands" (Tore Vikingstad et Morten Ask) ne sont pas là. Patrick Thoresen, quatrième marqueur de la KHL, non plus. Rajoutez Per-Åge Skrøder, parfait complément du duo Thoresen-Vikingstad en sélection nationale, et c'est toute la première ligne qui fait défaut...

Reste que la Norvège s'appuie toujours sur son impressionnant contingent suédois. La France peut aussi compter sur ses expatriés, même si le capitaine Laurent Meunier (blessé au genou) a dû se désister, rejoint par Yorick Treille (retenu par son club de Vitkovice) et Kévin Hecquefeuille. Comme la DEL n'observe pas cette trêve internationale, le centre de Cologne est resté en Rhénanie.

Les matchs face à la Norvège sont traditionnellement serrés, et il faut remonter au 18 décembre 2004 et le tournoi de Krynica (Pologne) pour trouver trace d'un succès français (3-1). Depuis, sept défaites se sont enchaînées, dont une crève-cœur au tournoi pré-olympique d'Oslo en février dernier (2-3).

L'Iceberg de Strasbourg est plein à ras bord pour son premier match international. Le public, venu nombreux ce soir (plus de 1600 spectateurs) a toutefois prendre son mal en patience ; l'équipe de France ayant été bloquée sur l'autoroute par un accident. D'où un retard de trois quarts d'heure.

Mais les Bleus seront facilement pardonnés. En quête de rachat après leur déroute jurassienne, ils vont montrer un tout autre visage face à des Norvégiens offensivement diminués. Bien présents défensivement, les hommes de Dave Henderson ouvrent rapidement la marque grâce à Jérémie Romand au rebond d'un tir d'Auvitu (1-0, 04'28") et protègent cet avantage malgré l'activité de Mads Hansen dans le camp norvégien.

Les Bleus se font rejoindre au deuxième tiers-temps sur un but de Marius Holtet, très actif dans le slot en jeu de puissance, qui place le palet sous le bras du gardien dans la mêlée (1-1, 27'17"). L'enchaînement des pénalités (trois en cinq minutes) a fait son oeuvre mais Florian Hardy, préféré ce soir à Eddy Ferhi, encaissera là son seul but du match.

En l'absence de Julien Desrosiers, blessé aux adducteurs, Teddy Da Costa, valeur sûre du championnat polonais, s'est joint à son frère Stéphane et à Pierre-Edouard Bellemare sur la première ligne. Un remplacement avantageux. La triplette commence à être dominante en deuxième période, mais c'est au troisième tiers qu'elle se révèle décisive. Pierre-Édouard Bellemare dénoue la situation sur une passe en or de Teddy Da Costa (2-1, 49'45") tandis que Stéphane Da Costa enfonce le clou en fin de match sur un centre de la droite de son frère, lors d'une contre-attaque lacée par Bellemare (3-1, 54'24").

Les Bleus ont accroché la victoire sur leur bête-noire du moment. Malgré l'impuissance du jeu de puissance (aucune tentative réussie), les motifs de satisfaction sont nombreux pour le staff tricolore. Reste maintenant à enchaîner, dans la foulée et face au même adversaire. Mais un peu plus au sud, à Mulhouse.

Désignés joueurs du match : Pierre-Édouard Bellemare pour la France et Mathis Olimb pour la Norvège.

 

Commentaires d'après-match (dans L'Équipe) :

Pierre Pousse (entraîneur-adjoint de la France) : "On a une équipe de caractère, capable de se relever après une déconvenue. On a touché le fond contre la Suisse mais on s'est bien entraînés et on a su réaliser un match de haut niveau, sérieux défensivement, car tout part de là."

 

France - Norvège 3-1 (1-0, 0-1, 2-0)
Vendredi 18 décembre 2009 à 20h45 à l'Iceberg de Strasbourg. 1650 spectateurs.
Arbitres : Frédéric Bachelet (FRA) assisté de Benjamin Gremion et Matthieu Loos (FRA).
Pénalités : France 14' (2', 10', 2') ; Norvège 26' (4', 8', 14').
Tirs : France 24 (4, 9, 11) ; Norvège 21 (6, 8, 7).
Évolution du score :
1-0 à 04'28" : Romand assisté de Lussier et Auvitu
1-1 à 27'17" : Holtet assisté de Holøs (sup. num.)
2-1 à 49'45" : Bellemare assisté de T. Da Costa
3-1 à 54'24" : S. Da Costa assisté de T. Da Costa et Bellemare

 

France

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Baptiste Amar (A) - Vincent Bachet (C) ; Nicolas Besch - Benoît Quessandier ; Yohann Auvitu - Kévin Igier.

Attaquants : Stéphane Da Costa - Teddy Da Costa - Pierre-Édouard Bellemare (A) ; Jérémie Romand - Laurent Gras - Antoine Lussier ; Luc Tardif Jr - Damien Raux - Sacha Treille ; Loïc Lampérier - Brian Henderson - Erwan Pain.

Remplaçants : Eddy Ferhi (G), Antonin Manavian. Absent : Julien Desrosiers (adducteurs).

Norvège

Gardien : Ruben Smith.

Défenseurs : Alexander Bonsaksen - Jonas Holøs ; Tommy Jakobsen - Juha Kaunismäki ; Lars-Erik Lund (A) - Lars Løkken Østli ; Brede Frettem Csiszar.

Attaquants : Mathis Olimb - Anders Bastiansen - Mats Zucarello Aasen ; Ken Andre Olimb - Mads Hansen (C) - Jonas Andersen ; Martin Laumann Ylven - Kristian Forsberg - Peter Lorentzen ; Martin Røymark - Lars Erik Spets - Marius Holtet ; Knut Henrik Spets.

Remplaçant : Andre Lysenstøen (G).