Finlande - Suède (EHT)

Mattias WeinhandlMatch comptant pour la Kubok Pervogo Kanala, troisième manche de l'Euro Hockey Tour.

Omark l'équilibriste

La Suède a une humiliation historique à se faire pardonner, ce 0-7 de novembre. On la sent très motivée à l'idée de prendre sa revanche sur les Finlandais, et elle prend le jeu à son compte, emmenée encore une fois par Mattias Weinhandl qui est un danger permanent. Sera-t-il le seul attaquant de cette équipe aux JO ?

Linus Omark a en effet eu à son tour la croix rouge fatidique placée au-dessus de son visage par la télévision suédoise. On l'a dit, il ne l'entend pas de cette oreille, quitte à provoquer des remous en réclamant avec immodestie sa sélection. Et le "gamin" (22 ans) a tant de talent que parfois il déborde. Il fait tout le tour de la zone finlandaise, un vrai numéro d'équilibriste malgré Louhivaara et Komarov sur son dos. En fin de parcours, il patine donc dans le "mauvais" sens, mais cela lui permet de lever la tête et de voir le défenseur offensif Magnus Johansson s'avancer pour reprendre sa passe et placer un tir croisé (0-1). Une action d'école de deux "olympiens" potentiels, même si elle vient sans doute trop tard pour Omark...

La Suède a réussi à maîtriser ce premier tiers malgré une statistique très défavorable aux engagements (4 contre 14). Elle peine un peu plus à sortir de sa zone en deuxième période et ne sort la tête de l'eau qu'au moment où le toujours virevoltant Omark provoque une pénalité de Mäenpää.

Peltonen, toujours fringant

Après la mi-match, le capitaine finlandais Ville Peltonen passe en coup de vent sur l'aile gauche et remet intelligemment en retrait à Jukka Hentunen. Celui-ci peut fusiller Liv sans difficulté car le centre Nicklas Falk s'est replié tellement bas qu'il bouche totalement la vue de son gardien. La Suède ne met cependant que 23 secondes pour reprendre l'avantage. Daniel Josefsson envoie un palet en feuille morte de la ligne bleue et Niklas Persson le rabat à ras glace, alors que le gardien Tarkki est encore debout (1-2).

Quant à Omark, il manque un incroyable palet de but, un rebond à trois mètres dans une cage grande ouverte. Iiro Tarkki, allongé sur le ventre, lève la jambe au cas où et réussit à dévier ce palet dans les airs. Omark n'en revient pas, et ce but manqué a même réussi à faire sourire son sélectionneur ! L'ambiance n'est donc pas si crispée dans le vestiaire suédois.

La pression finlandaise s'accentue en fin de deuxième tiers, et aboutit à une égalisation logique. Ville Peltonen n'a qu'à pousser le palet en l'air au rebond d'un tir de Hietanen. En troisième période, l'éternel Peltonen remet ça, toujours bien placé au rebond, sur un palet envoyé devant la cage par Immonen qui a complètement débordé le défenseur novice Mattias Karlsson en un contre un (3-2).

La Finlande recule pour protéger cet avantage, mais la Suède envoie le plus possible de palets à la cage pour des déviations. Daniel Tjärnqvist, démarqué, vient ainsi rediriger au second poteau le centre de Niklas Persson. La passe n'était pas puissante, mais le mauvais placement de la défense finlandaise - Pettinen en l'occurrence - avait été judicieusement repéré (3-3). Rien ne brisera la parité, même pas la prolongation. le sort du tournoi se joue aux tirs au but.

Jarkko ImmonenImmonen assume ses responsabilités

Le premier tireur Weinhandl vise entre les jambières de Iiro Tarkki, qui ferme la porte. Jarkko Immonen place mieux son palet, à mi-hauteur côté mitaine. La feinte de Linus Omark est rapide, mais sa cible est aussi entre les bottes... et Tarkki se répète : non. Peu inspiré, Peltonen est complètement bloqué par Liv.

Magnus Johansson est obligé de marquer, et il trouve une lucarne parfaite. Jukka Hentunen tente de conclure sa feinte du revers, mais Liv repousse. 1-1, donc, après trois tireurs.

On change d'ordre et chaque coach envoie le joueur qui a réussi sa première tentative. Immonen s'élance, cette fois pour un tir en lucarne côté mitaine. Johansson, pour sa part, n'a pas retenu la leçon et essaie comme ses camarades de trouver la faille entre les bottes de Tarkki, qui est têtu et ne veut toujours rien laisser passer par là.

Avec cette victoire, la Finlande remporte le tournoi de Moscou et met fin à cinq longues années de domination russe. Le paradoxe, c'est que l'équipe qui a réussi cette performance est celle qui comptait le plus d'absents importants parmi les joueurs évoluant en Europe (le blessé Nummelin et le jeune papa Kukkonen en défense, les deux Kapanen).

Alors, que peut-on en conclure pour Vancouver ? Le meilleur joueur de cette équipe est sans doute Jarkko Immonen. Il a pleinement assumé son rôle de leader, jusqu'aux deux penaltys gagnants. Pour autant, à son poste de centre, il y a trop de concurrence. Les frères Koivu ont la place assurée, Filppula (Detroit) sera sûrement de la partie, Olli Jokinen sera difficile à écarter au vu de sa carrière, et Niko Kapanen - le coéquipier d'Immonen à Kazan - est un meilleur attaquant défensif. Bref, il y embouteillage au centre.

Le dilemme Magnus Johansson

Ville Peltonen (36 ans) s'est rappelé au bon souvenir de tout le monde avec ses trois points : dès qu'il y a la Suède en face, c'est comme s'il retrouvait ses jambes de 20 ans et se croyait encore en finale du Mondial 1995. Mais dans cet effectif finlandais, ce sont peut-être les "role players", les ailiers physiques comme Pihlström et Komarov, qui ont le plus de chance d'aller à Vancouver. Le plus probable est encore le solide défenseur Ossi Väänänen, qui n'a pas joué ce soir car il a pris un coup hier.

Dans le camp suédois, Linus Omark a fait son meilleur match du tournoi. Il a encore magnétisé le palet comme si celui-ci lui appartenait, mais il est clair que son jeu très possessif est moins transposable sur petite glace que celui de Mattias "je tire dans toutes les positions" Weinhandl.

Reste le cas du défenseur Magnus Johansson, meilleur arrière suédois à chaque match. S'il est injuste de se priver d'un joueur de sa classe, rien ne dit que le sélectionneur ne lui préfèrera pas, par pragmatisme, quelques déménageurs de slot mieux adaptés aux patinoires nord-américaines. Un problème similaire à celui que pose Nummelin dans le camp finlandais.

 

Commentaires d'après-match

Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : "Un ou deux joueurs ont fermement cramponné le drapeau olympique. À chacun de deviner qui. Ces matchs de l'Euro Hockey Tour sont extrêmements durs, plus que le match moyen de saison régulière NHL, même s'il est difficile de comparer les joueurs des deux côtés de l'Atlantique. [...] Ville [Peltonen] a progressé au fil du tournoi, comme toute l'équipe. Il avait fait pareil au tournoi de Helsinki. Il est fort psychologiquement, et il est toujours en course pour la sélection."

 

Finlande - Suède 3-3 (0-1, 2-1, 1-1, 0-0) / 2-1 aux tirs au but
Dimanche 20 novembre 2009 à la patinoire Khodynka de Moscou. 2500 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov et Aleksei Ravodin (RUS) assistés de Vladimir Sivov et Aleksandr Kalinkin (RUS).
Pénalités : Finlande 6', Suède 8'.
Tirs : Finlande 34 (8, 11, 12, 3), Suède 30 (10, 8, 10, 2).

Évolution du score :
0-1 à 11'56" : M. Johansson assisté d'Omark
1-1 à 31'47" : Hentunen assisté de Peltonen et Mäenpää (sup. num.)
1-2 à 32'11" : Persson assisté de Josefsson
2-2 à 37'41" : Peltonen assisté de Hietanen et Lehterä
3-2 à 52'04" : Peltonen assisté de Hentunen et Immonen
3-3 à 55'15" : Tjärnqvist assisté de Persson et Omark

Tirs au but :
Suède : Weinhandl (arrêté), Omark (arrêté), Johansson (réussi).
Finlande : Immonen (réussi), Peltonen (arrêté), Hentunen (arrêté).

Tireurs supplémentaires : Immonen (réussi), Johansson (arrêté).

 

Finlande

Gardien : Iiro Tarkki.

Défenseurs : Mikko Mäenpää (2') - Teemu Aalto ; Pasi Puistola - Juuso Hietanen ; Tomi Pettinen - Mikko Kuukka (4').

Attaquants : Ville Peltonen (C, 2') - Jarkko Immonen - Antti Erkinjuntti ; Miikka Tuomainen (2') - Jori Lehterä - Jukka Hentunen ; Toni Koivisto - Petri Kontiola (2') - Antti Pihlström ; Leo Komarov (2') - Juha-Pekka Hytönen - Ossi Louhivaara.

Remplaçants : Teemu Lassila (G), Tuomas Pihlman, Ossi Väänänen.

Suède

Gardien : Stefan Liv.

Défenseurs : Magnus Johansson (C) - Mattias Karlsson (2') ; Daniel Sondell - Christian Bäckman ; Daniel Josefsson - Tobias Viklund ; Daniel Tjärnqvist - Oscar Hedman.

Attaquants : Mattias Weinhandl - Tony Mårtensson (A) - Jimmie Ericsson ; Joakim Lindström (2') - Niklas Persson - Andreas Engvist ; Patrik Zackrisson (2') - Johan Harju - Linus Omark ; Per-Johan Axelsson (A) - Andreas Falk (2') - Karl Fabricius.

Remplaçants : Henrik Karlsson (G), Per Åslund.