Strasbourg - Amiens (Ligue Magnus, 13e journée)

2009-12-27-Strasbourg-AmiensC'était le dernier match de l'année à l'Iceberg et les boys de Daniel Bourdages avaient envie de fêter dignement leur qualification pour les demi-finales de la Coupe de France (une première pour le club), récemment acquise contre Avignon.

Amiens, l'hôte du jour, était donc prévenu. Attention quand même à cette formation picarde qui a retrouvé de son allant, notamment en recrutant à l'intersaison deux Québécois qui officiaient à... Strasbourg la saison dernière. Yannick Riendeau et David Cayer avaient fait les beaux jours de l'Étoile Noire, au sein du Famous Five (Riendeau-Martin-Cayer-Pelletier-Cesnek), et étaient donc anxieusement attendus à l'Iceberg face à une formation alsacienne un peu moins flamboyante que l'exercice passé.

Les Gothiques ne devaient cependant pas oublier que les statistiques contre Strasbourg ne jouent pas forcément en leur faveur depuis qu'ils se rencontrent en Magnus.

Ce match était enfin un peu spécial car deux fratries se rencontraient : les frangins Marcos et Trabichet arborent ainsi les deux couleurs, de quoi rajouter un peu de pression à cette partie.

D'ailleurs, les hommes d'Antoine Richer subissent d'entrée le pressing local. Sans être pour autant étouffants, les Bas-Rhinois poussent haut et testent rapidement Ville Koivula, mais il manque toujours un petit quelque chose à chacune de leurs actions. Les Amiénois sont nettement plus avares en occasions. Cependant, ce sont eux qui se procurent les plus dangereuses, à l'instar de cette ouverture de Sylvain Rodier que Riendeau croît concrétiser mais qui bute sur un grand écart de Vlad' Hiadlovsky (4'46'') . Ce n'est que partie remise pour les Picards puisque, lors de la première supériorité du match, Riendeau reprend victorieusement un premier rebond de Cayer (0-1 à 10'09'').

Strasbourg essaie toujours mais rate encore bon nombre d'occasions par manque de réalisme, notamment par Brennan Sarrazin qui rate son duel face au portier finlandais (5'31'') ou bute sur le poteau (9'59''). En fait, les locaux laissent l'impression de pousser sans trop croire à leurs actions. Leur placement n'est pas toujours très précis et il manque souvent un peu de monde devant la cage de Koivula pour gêner ou tirer. Ainsi, hormis cette pirouette culottée de Cyril Trabichet (17'26''), le constat est un peu sévère pour Strasbourg avant de rentrer aux vestiaires : il va falloir se concentrer un peu plus sur du basique si les Alsaciens veulent venir à bout des Amiénois.

2009-12-27-Strasbourg-Amiens2Heureusement, Hughes Cruchandeau replace rapidement les siens : Cyril Trabichet, à la manœuvre derrière la cage amiénoise, lance lumineusement une transversale à l'opposée pour le jeune local qui score à mi-distance (1-1 à 22'13''). Pourtant, les locaux reprennent vite leurs mauvaises habitudes et attendent trop de fignoler leurs derniers gestes, il manque toujours du monde pour reprendre les rebonds des rares lancers... La menace amiénoise est pourtant toujours aussi timide.

Une double supériorité lance alors mieux la partie : Rodier puis Julian Marcos partent sur le banc, Bob Raymond et Maxime Mallette s'échangent le palet à la bleue avant que le second nommé lance enfin un missile salvateur à ras la glace (2-1 à 30'03'').

Cette réalisation libère enfin les locaux qui aèrent de façon un peu plus efficace leur jeu en zone visiteuse :  les Alsaciens voient ainsi plus de solutions pour évoluer en zone d'attaque, que ce soit au niveau des passes ou du placement. Pierre-Antoine Devin, bien lancé par Juho Lehtisalo, bute une première fois sur Koivula (33'59'') mais c'est le petit Finlandais qui va ensuite concrétiser une nouvelle occupation de zone en logeant le palet juste sous la transversale amiénoise (3-1, 36'58''). La partie a alors changé de camp. Les Amiénois sont devenus nettement plus passifs à partir du deuxième but local et sortent très peu, hormis en fin de tiers où les esprits s'échauffent un peu, notamment ceux de Rodier et Riendeau qui ont envie de jouer la déstabilisation psychologique.

Comme pour faire mentir cette constatation, le dernier tiers vient de commencer que Miroslav Pazak lance Anthony Mortas, mais Vlad' stoppe (42'00''). La partie change ensuite de physionomie suite une charge très appuyée de Riendeau sur Heikki Laine (42'44'') : le Finlandais saigne au visage et sort groggy, le petit Canadien est alors légitimement exclu du match. Les locaux disposent de cinq minutes de supériorité pour se mettre définitivement à l'abri d'un retour adverse. Hélas, le power-play n'est pas la spécialité de l'effectif alsacien cette année et les locaux vont passer leurs cinq minutes à se passer le palet, essayer de se décaler sans pour autant tirer sur Koivula.

2009-12-27-Strasbourg-Amiens3Revenus à égalité, les Picards remontent un peu plus devant. Toutefois, Richer a sérieusement modifié ses lignes, car en plus de Riendeau exclu, Rodier est écarté du jeu au profit des jeunes pousses gothiques. Le tiers n'offre donc pas grand chose de bien intéressant à se mettre sous la dent, si ce n'est cette échappée de Pazak, contrée au dernier moment devant la cage strasbourgeoise (53'35'').

Amiens n'a vraiment été dangereux que durant un tiers, le premier. L'effectif et les alignements sont relativement intéressants mais la tâche offensive est un peu trop laissée au seul trio canadien. Visiblement, les trois caribous étaient trop "remontés" hier soir pour donner quelque chose de correct. C'est donc la ligne des "vieux grognards" (Mortas, Pazak et Sadoun) qui aura été la plus constante, que ce soit devant et derrière. Au niveau défensif, on sait contenir les attaquants adverses, mais sans Bachet, il manque un leader, malgré le métier et/ou le travail des Teddy Trabichet ou Pavel Kowalczyk.

Cette (belle) victoire de Strasbourg reflète sensiblement la physionomie de l'effectif alsacien. Comme annoncé en pré-saison, c'est du travailleur avant tout que Danny le canadien a recruté. On ne distingue pas de grosse individualité comme la saison précédente, tout le monde peut être le joueur de la soirée. Les trois blocs sont homogènes, même si le duo Gilchrist-Sarrazin peut produire plus et être encore plus réaliste qu'il ne l'est actuellement. Derrière, on joue encore un peu timide et passif, avec des moments où l'on donne l'impression de regarder jouer les joueurs adverses. Le jeune Aziz Baazi a pourtant montré pas mal d'initiative et de concentration.

Récompensés à la fin du match : Elie Marcos (Strasbourg) et Miroslav Pazak (Amiens).

(photos Frédéric Schini)

 

Commentaires d'après-match (dans le Courrier Picard)

Anthony Mortas (attaquant d'Amiens) : "La charge de Yannick [Riendeau] est correcte, mais elle est impressionnante et ça a donné une impression de violence à l'arbitre. Quant à Sylvain [Rodier], il a pris deux méconduites de dix minutes à cause d'un énervement compréhensible. C'est un battant, il n'acceptait pas de voir son équipe malmenée ainsi. On est rentrés jeudi midi [de Briançon]. On ne s'est pas entraînés ni jeudi ni vendredi et on est partis samedi à Strasbourg à 8h30. Alors évidemment, ça influe sur notre comportement. Mais pas au point de provoquer ce qui s'est passé. C'est le troisième match consécutif où on est complètement nuls. Le mal est très profond. Chaque année, en décembre et en janvier, il y a un coup de fatigue de quelques joueurs. Mais cette saison, c'est général. Il va vite falloir trouver la solution avec le préparateur physique. Au fond de moi, je sais que nous avons le potentiel, les capacités pour finir dans les 4 premiers. Mais à la seule condition d'être toujours à 100 %. Quand ce n'est pas le cas, on est une équipe très moyenne."

 

Strasbourg - Amiens 3-1 (0-1, 3-0, 0-0)
Samedi 26 décembre 2009 à 17h30 à l'Iceberg. 800 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté de Matthieu Loos et Adrien Ernecq.
Pénalités : Strasbourg 8' (4', 2', 2') ; Amiens 61' (4', 8'+10', 4'+10'+25').
Tirs : Strasbourg 39 (13, 16, 10) ; Amiens 18 (6, 6, 6).
Évolution du score :
0-1 à 10'09" : Riendeau assisté de Cayer et Rodier (sup. num.)
1-1 à 22'13" : Cruchandeau assisté de Trabichet et Gilchrist
2-1 à 30'03" : Mallette assisté de Raymond [et "officiellement" Sarrazin] (double sup. num.)
3-1 à 36'58" : Lehtisalo

 

Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky.

Défenseurs : Hughes Cruchandeau - David Striz ; Maxime Mallette - Bob Raymond ; Aziz Baazi - Michal Cesnek.

Attaquants : Brennan Sarrazin (A) - Michael Gilchrist - Édouard Dufournet ; Cyril Trabichet - Miroslav Stolc - Heikki Laine ; Juho Lehtisalo - Elie Marcos (C) - Pierre Antoine Devin (A) ; Julien Burgert.

Remplaçants : Gilles Beck (G), Timothée Franck.

Amiens

Gardien : Ville Koivula.

Défenseurs : Teddy Trabichet - Jean Philippe Glaude (A) ; Grégory Beron - Pavel Kowalczyk ; Julian Marcos (A) - Maxim Belov.

Attaquants : Yannick Riendeau [puis Sadoun à 47'55] - Sylvain Rodier puis Valentin Claireaux à 47'55" - David Cayer ; Loïc Sadoun puis Jonathan Boehrer à 47'55'' - Anthony Mortas  - Miroslav Pazak (C) ; Kevin Hamon puis Yannick Offret à 47'55" - Brian Henderson - Simon Petit.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G) ; Romain Bault. Absent : Vincent Bachet.