Autriche - Suède (Mondial 20 ans)

Oliver Ekman-LarssonLe frisson de la remontée

Exercice mathématique : puisque les Tchèques ont encaissé dix buts contre cette équipe de Suède, combien vont en prendre les Autrichiens ? Eux espèrent évidemment résister comme ils l'ont fait hier, battus seulement 6-2 par une Russie qui a joué "tranquillou" après avoir marqué quatre fois au premier tiers.

On craint le pire pour les promus quand la Suède marque dès sa deuxième présence. Oliver Ekman-Larsson lance de la ligne bleue, Jacob Josefson récupère et place son palet à mi-distance (0-1).

La maîtrise des Scandinaves est totale et le palet ne quitte quasiment jamais leurs crosses. Ce qui se retourne parfois contre eux. Comme ils ont le palet en permanence, ils sont obligés de pratiquer un jeu sans rupture de rythme, qui permet à l'Autriche de mettre en place son système défensif.

Après avoir pris confiance pendant un powerplay bien installé à défaut d'être efficace, les Autrichiens tentent une percée dans l'axe au quart d'heure de jeu. Konstantin Komarek est contré, mais Andreas Kristler récupère le palet derrière lui et tire aussitôt. Le palet dévié est tout près de tromper le second gardien suédois Anders Nilsson, qui plonge in extremis pour sauver le palet sur sa ligne.

La Suède a failli concéder l'égalisation, mais elle double son avance sur une supériorité numérique providentielle en fin de tiers. Encore un slap de la bleue d'Ekman-Larsson, qui entre directement dans les filets ce coup-ci (0-2).

Le match paraît alors plié, et ce dès la reprise avec un nouveau but du rapide Anton Rödin (0-3). Pourtant, une crosse haute de Daniel Brodin remet tout en cause. Durant cette infériorité numérique, le gardien Nilsson, masqué par son coéquipier Silfverberg, ne voit pas partir le puissant slap dans l'axe d'Alexander Pallestrang (1-3).

RodinAntonLa Suède a encore assez de marge pour être tranquille, mais elle gâche des supériorités numériques en prenant des pénalités à son tour. Elle commet même un bête surnombre. L'Autriche en profite pour réduire le score par une passe transversale d'Andreas Kristler pour la reprise dans le cercle droit de Dominique Henrich (2-3).

Et on n'a encore rien vu. Une relance rapide de la bande de Kristler provoque un 2 contre 1 autrichien, qui est exécuté à la perfection : Heinrich feinte le lancer en angle et centre pour Komarek qui place le palet au ras du poteau (3-3). Un frisson d'exploit passe dans la patinoire de Regina pendant que Konstantin Komarek - qui joue en Suède - se couche sur la glace en éclatant de joie...

C'est sans compter sur Adam Larsson. Si on cherchait la preuve que le gamin de Skellefteå est un talent exceptionnel, la voici. À 17 ans et 1 mois, ce défenseur voit le jeu comme un vétéran et réalise une magnifique longue passe, qui retombe pile devant la palette d'Anton Rödin dans le dos de la défense. Il se présente seul face au gardien et place son palet entre les bottes (3-4). Le "ja" rageur lâché par le commentateur de la télévision suédoise au moment du but résonne comme un cri de soulagement, à la hauteur des doutes nés de la remontée autrichienne.

Au moment où Marco Zorec ouvre le menton de Josefson en levant sa crosse à un engagement, on se dit que l'Autriche va craquer. 2'+2' de pénalité, ça s'annonce long. La boîte autrichienne est pourtant bien en place... sauf quand Patrick Maier en sort pour contrer le palet devant Adam Larsson et aller en zone offensive. Lorsque les quatre minutes sont écoulées, la patinoire réagit, et elle émet encore des bruits suivis de soupirs de déception lorsque deux tirs autrichiens sont arrêtés dans la minute qui suit. La Suède a encore très chaud quand un palet s'échappe de la mitaine de Nilsson et est repris dans son dos par un défenseur.

2009-12-27-Autriche-SuedeAprès bien des frayeurs, les Scandinaves se mettent à l'abri par un lancer de la bleue de Ekholm dans le trafic (3-5). Pääjärvi-Svensson, manque certes deux occasions d'aggraver le score alors qu'il est parfaitement servi devant la cage, mais Andreas Kristler obtient encore un breakaway - dans le dos d'Adam Larsson - qui aurait pu faire 4-5 à trois minutes de la fin.

En infériorité, Zorec écope encore d'une prison idiote pour avoir attrapé le palet dans son gant et l'avoir jeté au loin, ce qui laisse son équipe à 3 contre 5 pendant 1'34". Le tir de Pääjärvi-Svensson échoue dans l'angle intérieur entre le poteau et la transversale, mais André Petersson finit par marquer dans un angle fermé. Il reste encore Zorec sur le banc de la prison et Ekman-Larsson ajoute un dernier but (3-7).

Le score final est un peu injuste pour la résistance des Autrichiens, qui se défendent très bien en tant que promus alors qu'ils ont été versés dans le groupe le plus difficile avec les quatre meilleures nations européennes. Ils ont vraiment fait bonne impression avec une bonne implication collective dans le jeu défensif, que ce soit pour tenir les positions ou pour écarter les Suédois des rebonds. Pour ne rien gâcher, leur première ligne offensive Kristler-Heinrich-Komarek a démontré un certain talent combiné à beaucoup de dynamisme. On sait qu'il est toujours difficile pour une petite nation de tenir le choc dans l'élite avec une génération différente de celle qui a obtenu la montée. Alors, jusqu'ici, bravo l'Autriche !

 

Commentaires d'après-match

Konstantin Komarek (attaquant de l'Autriche) : "Je ne pensais vraiment pas que nous aurions pu retourner le match quand ils ont mené 3-0. Vraiment amusant. C'était très spécial pour moi de jouer contre la Suède. J'ai vu jouer des gars comme Pääjärvi en Elitserien, et [le gardien] Anders Nilsson dans mon club [Luleå]. C'était cruellement bon de marquer contre lui. En Autriche, c'est difficile de trouver une place en équipe première et la seule chance est d'aller en étranger. J'ai regardé en Suède, en Finlande et en Amérique du nord, mais il n'y a qu'en Suède que j'étais capable de combiner études et hockey correctement. Mon agent et 'Osten' [NB : surnom de l'ancien sélectionneur suédois de l'Autriche, Lars Bergström] ont fait en sorte que ce soit Luleå."

 

Autriche - Suède 3-7 (0-2, 3-2, 0-3)
Dimanche 27 décembre 2009 à 13h00 au Brandt Centre de Regina. 5025 spectateurs.
Arbitrage de Vladimir Baluska (SVK) et Daniel Piehcaczek (ALL) assistés de Matt Traub (CAN) et Jozef Tvrdon (SVK).
Pénalités : Autriche 20' (6', 6', 8'), Suède 12' (4', 8', 0').
Tirs : Autriche 24 (3, 11, 10), Suède 54 (14, 16, 24).

Évolution du score :
0-1 à 00'41" : Josefson assisté d'Ekman-Larsson
0-2 à 18'36" : Ekman-Larsson assisté de Larsson et Josefson (sup. num.)
0-3 à 22'41" : Rödin assisté de Silfverberg et Lander
1-3 à 26'54" : Pallestrang assisté de Hartl (sup. num.)
2-3 à 36'41" : Heinrich assisté de Kristler et Ulmer (sup. num.)
3-3 à 38'13" : Komarek assisté de Henrich et Kristler
3-4 à 39'47" : Rödin assisté de Larsson
3-5 à 53'33" : Ekholm assisté de Krüger et Josefson
3-6 à 58'12" : Petersson assisté d'Andersson et Johansson (double sup. num.)
3-7 à 59'22" : Ekman-Larsson assisté de Lander et Rödin (sup. num.)


Autriche

Gardien : Marco Wieser.

Défenseurs : Fabian Scholz (A) - Stefan Ulmer ; Marcel Wolf - Alexander Pallestrang ; Marco Zorec - Maximilian Isopp ; Florian Mühlstein.

Attaquants : Andreas Kristler (A) - Dominique Heinrich (C) - Konstantin Komarek ; Nikolaus Hartl - Fabio Hofer - Patrick Maier ; Markus Pöck - Markus Unterweger - Peter Schneider ; Andreas Untergaschnigg - Pascal Kainz - Alexander Korner.

Remplaçant : Lorenz Hirn (G).

Suède

Gardien : Anders Nilsson.

Défenseurs : Tim Erixon - David Rundblad (A) ; Oliver Ekman-Larsson - Adam Larsson ; Lukas Kilström - Mattias Ekholm ; Peter Andersson.

Attaquants : Magnus Päajärvi-Svensson - Marcus Johansson (C) - André Petersson ; Daniel Brodin - Marcus Krüger - Jacob Josefsson ; Anton Rödin - Anton Lander (A) - Jacob Silfverberg ; Carl Klingberg - Martin Lundberg - Dennis Rasmussen.

Remplaçant : Jakob Markström (G). Absent : Mattias Tedenby.