Amiens - Briançon (Ligue Magnus, 14e journée)

Sévèrement secoués par les Rapaces, les Amiénois ont l'occasion de terminer l'année sur une bonne note, face à d'autres Haut-Alpins, encore plus coriaces. Un mois après une victoire de prestige face aux Dragons rouennais, ils retrouvent un autre cador de la Ligue, contre qui ils ont aussi connu mauvaise fortune ces dernières années.

Les Picards ont les moyens d'entrer de plein pied dans la rencontre, à la faveur de la première charge sanctionnée sur Ville Koivula. Toutefois, les tâtonnements du jeu de puissance rappellent les difficultés offensives des deniers temps. Stéphane Gervais vient même employer le gardien finlandais, le temps pour son homologue Bachet d'en faire enfin de même. Sans grand succès pour l'instant, à l'image des incursions de Pazak.

La première faute locale, venue de Marcos, permet aux Diables Rouges d'investir le camp picard de façon plus létale. Koivula repousse ainsi le danger venu d'un tir puissant de Lévèque et une incursion du vif Bernier. Quant à Bachet, il vient à son tour couper court aux intentions de Terglav.

Repartis de l'avant, les roses peinent encore devant la cage, et Pazak voit défiler la rondelle sur une sortie volontaire de Béron. Toutefois, le palet demeure dans les parages de Ramon Sopko, pris de vitesse par les deux insistants protagonistes (1-0 à 09'33"). A mesure que la paire Henderson-Petit reprend son travail de sape, Julian Marcos se permet même un geste spectaculaire, d'une passe dans le dos.

Les Diables Rouges ne parviennent pas à insuffler leur rythme, perdent des palets de façon inhabituelle... tout comme Riendeau, cependant, qui offre bien involontairement à Terglav une occasion en or, rattrapée par Trabichet, au secours d'un gardien battu. Hormis cette frayeur, la plupart des phases de jeu développées par Amiens sont agréables à suivre et animées. Seule la finition manque encore à Béron sur un nouvel oubli de ses adversaires.

Les locaux tiennent ainsi les Alpins à distance, font preuve de vigueur le long des bandes, épargnant ainsi Koivula, surtout défié de loin. La faute de Gervais n'est pas plus convertie, un lancer étant même contré par Glaude devant Sopko, à son tour décisif face à Trabichet. Avec deux hommes de plus, Anthony Mortas parvient à ses fins, au second poteau (2-0 à 20'28"), puis, à la suite de Bachet, un autre défenseur habitué des avant-postes sur l'avantage numérique, à savoir Glaude, passe près du K.O.

Le double avantage à la marque ouvre en outre de nouveaux espaces aux Gothiques : Cayer et Riendeau s'y engouffrent, en quête de l'aisance affichée en début de saison. C'est toutefois sur une échappée de Rohat, accroché en dernier recours par Marcos, que Briançon obtient une belle occasion. Le tir de pénalité subséquent est converti par Guénette (2-1 à 23'24").

À compter de cette réduction de l'écart, Amiens est moins en verve et manque de spontanéité, notamment sur une supériorité marquée par la sortie temporaire de Pazak, touché au poignet et pénalisé sur la même action. Il n'en fallait pas plus pour qu'un lancer frappé de Gervais ne rétablisse la parité initiale (2-2 à 27'12"). Contraint à défendre, David Cayer coupe court illégalement à un dribble de Raux, et Koivula se reprend devant Bernier et Gervais.

Relancés, les Diables Rouges accentuent la pression sur une défense privée pour dix minutes de Kowalczyk, et secourue par un Finlandais inspiré devant Perez, oublié à gauche, et Szelig, de la bleue. Les réactions picardes, intermittentes prennent désormais la forme de contre-attaques, elles aussi insuffisantes pour faire pencher la balance de leur côté, malgré la furie d'une pénalité différée ponctuée d'un lancer de Grégory Béron sur le poteau.

Ce sont au contraire les visiteurs qui capitalisent sur leur bonne période intermédiaire, au retour des vestiaires, lorsque Edo Terglav, à la réception d'un cadeau de la défense adverse, glace un peu plus l'ambiance (2-3 à 40'38"). L'équipe de Luciano Basile prend ainsi les commandes de la rencontre et Bernier imite son capitaine pour inscrire un but quasi décisif, sur une nouvelle perte de palet fatale aux Gothiques (2-4 à 43'41").

Le scénario de la rencontre n'incite guère à l'optimisme pour les joueurs de la Somme, pris dans le piège de l'organisation défensive briançonnaise. Les fautes de Timo Seikkula, privé de crosse, et Brice Chauvel, en zone offensive, ouvrent pourtant la voie à un but 100% québécois, le tir de Riendeau étant dévié de façon fortuite par Jean-Philippe Glaude devant la cage (3-4 à 50'01").

Le danger pointe de plus en plus autour de la cage de Ramon Sopko , à la faveur notamment d'une injustifiée nervosité, à l'origine d'une avalanche de pénalités. Seikkula, sorti pour dix minutes suite à une charge à la tête, assiste au fléchissement des Diables depuis la geôle. Kowalczyk, lui même de retour d'une méconduite, fait chauffer son lancer.

Mais le temps presse, et Ville Koivula ne peut sortir que de façon éphémère... À sa deuxième tentative, Grégory Béron est le premier sur le palet envoyé au fond et le rusé Anthony Mortas prend le rebond (4-4 à 59'26").

Le coup sur la tête de Ramon Sopko en appelle un autre, sous forme de coup de semonce de Pavel Kowalczyk, venu apporter le soutien sur une passe de Riendeau (5-4 à 63'31"). Les protestations de l'ancien Rouennais, gêné devant sa cage, ne s'effaceront que devant l'appel au calme de son coach.

Une victoire renversante pour Amiens, toujours à l'affût du peloton de tête.

Désignés meilleurs joueurs du match : Pavel Kowalczyk pour Amiens et Edo Terglav pour Briançon.

 

Amiens - Briançon 5-4 (1-0, 1-2, 2-2, 1-0)
Mardi 29 décembre 2009 à  20h00 au Coliseum.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté d'Adrien Ernecq et Pierre Dehaen.
Pénalités : Amiens 20' (2', 8'+10', 0‘, 0'), Briançon 34' (10', 4', 10'+10', 0').
Évolution du score :
1-0 à 09'33" : Pazak assisté de Mortas et Béron
2-0 à 20'28" : Mortas assisté de Béron et Bachet, double sup. num.
2-1 à 23'24" : Guénette (tir de pénalité)
2-2 à 27'12" : Gervais assisté de Terglav
2-3 à 40'38" : Terglav
2-4 à 43'41" : Bernier
3-4 à 50'01" : Glaude assisté de Riendeau et Cayer
4-4 à 59'26" : Mortas assisté de Bachet et Béron
5-4 à 63'31" : Kowalczyk assisté de Riendeau et Cayer