Neuilly-sur-Marne - Amiens (Ligue Magnus, 15e journée)

DermignySebastien2Amiens est l'énigme du moment en Ligue Magnus, capable de battre des favoris comme Briançon et Rouen, mais aussi de perdre contre tout le monde. Pourquoi pas par exemple à Neuilly-sur-Marne, qui a besoin de points après avoir perdu au Mont-Blanc contre un adversaire direct.

Au retour de ce voyage alpin, les Bisons ont décidé de déroger au principe édicté en début de saison. Les trois Nord-Américains sont placés pour la première fois sur la même ligne. Comme ils ont fait preuve d'un meilleur état d'esprit que leurs prédécesseurs, leur entraîneur ne craint plus qu'ils forment un groupe à part et se coupent du reste du vestiaire.

Les Gothiques n'ont plus ni blessés ni suspendus, mais ils ne forment pas pour autant encore une équipe uniforme dans sa forme. Antoine Richer laissera Loïc Sadoun sur le banc durant tout le match. Et après avoir pris une méconduite à la sixième minute, Jean-Philippe Glaude sera remplacé par Romain Bault. Le défenseur canadien, fautif sur le but encaissé, ne reverra plus la glace même après la fin de sa pénalité. Les joueurs confirmés n'échappent donc pas à la concurrence.

C'est Grégory Béron qui remplace actuellement Sadoun sur la première ligne offensivement, avec succès puisqu'il a marqué trois points mardi lors de la belle victoire en prolongation sur Briançon. Dès la première entrée de zone, il déclenche un beau jeu en triangle avec remise de Pazak en retrait pour Mortas en troisième homme. Celui-ci marque à mi-hauteur, côté mitaine (0-1, 00'21").

Les lendemains de fête, les réveils peuvent être parfois brutaux. Dans ce match, il est douloureux pour les défenses et les gardiens. Seth Leonard, démarqué sur le côté droit de la cage, hérite du palet et égalise (1-1, 01'15"). Une relance de Pawel Kowalczyk, droit sur Kecka, aurait même pu donner l'avantage aux locaux. Mais ce sont eux qui sont pris à revers par une belle passe de Béron pour Pazak qui attend à la ligne bleue dans le dos de la première paire défensive Wagner-Pousset. Celle-ci encaisse son deuxième but quand Marco Emond se fait transpercer par le tir du Slovaque (1-2, 02'35").

Le gardien canadien aura amplement l'occasion de se reprendre de ce début de match manqué, car la première période est dominée majoritairement par Amiens. Les évènements se calment un peu jusqu'à un changement de joueurs plus vif pour les Gothiques que pour les Bisons. La relance d'Alexis Birolini, le défenseur resté sur la glace est interceptée, et aussitôt Pazak reçoit de nouveau le palet à la bleue. L'accélération du Slovaque décroche les défenseurs, et Pousset doit faire faute pour l'empêcher de lancer. C'est le tir de pénalité, mais Pazak échoue sur Emond (16'46"). Ce n'est qu'un sursis : le but vient moins d'une minute plus tard par David Cayer sur une action préparée derrière la cage (1-3, 17'33").

MortasAnthonyAnthony Mortas se fait accrocher par Pierre-Charles Hordelalay à la ligne bleue et obtient une pénalité en fin de tiers. Il y essaye de volleyer un rebond dans les airs, mais n'est pas encore mûr pour le baseball et ne trouve pas le cadre. Avec cette supériorité numérique, Emond finit la période avec 21 tirs reçus, évidemment beaucoup trop. Surtout, à la reprise, le restant d'avantage numérique est transformé par Vincent Bachet, qui y occupe sa position préférentielle devant la cage (1-4, 20'26").

Kevin Dugas se jette devant Kowalczyk pour contrer sa relance, et le palet revient à Hordelalay dans le slot. Une chance énorme, mais l'ex-Amiénois échoue sur Koivula. Là est la différence... En face, il suffit de commettre une seule mauvaise relance pour la payer. Celle de Sébastien Dermigny est interceptée avant la bleue par Brian Henderson qui place un lancer poteau rentrant (1-5, 24'19").

Neuilly-sur-Marne domine le jeu dans cette deuxième période. Mortas sauve même un palet traînant sur sa ligne après un tir de Wagner non bloqué par Koivula. Seth Leonard signe un slalom serré dans la défense mais bute sur le gardien. Quant au joker Casey Bartzen, on ne peut pas lui dénier son engagement. Il donne des boîtes, il s'implique, mais ne peut pas faire la différence techniquement comme un Karl Fournier. Le résultat, c'est que ces dix minutes d'efforts locaux aboutissent en fin de compte à... un but amiénois, marqué par Simon Petit dans la confusion (1-6, 38'50").

La troisième période commence par une minute d'offensive amiénoise, mais Hordelalay se saisit d'un palet en zone neutre, met le turbo et... tire sur le poteau ! Toujours pas de but pour Neuilly-sur-Marne, donc, même pas quand le banc amiénois écope de deux pénalités simultanées pour surnombre plus retard de jeu ! Il a tardé à sortir le cinquième joueur de la glace à l'engagement malgré la première pénalité. Si le réalisme offensif fait toujours défaut, Neuilly évite au moins le pire en gardant ce dernier tiers à 0-0, notamment grâce à Dermigny qui allonge bien son corps et sa crosse sur un 2 contre 1.

Neuilly-sur-Marne n'a pas su profiter des erreurs adverses, mais les siennes ont été punies immédiatement. Les contre-attaques ont été redoutables avec un Miroslav Pazak particulièrement rodeur, qui a reçu trois palets de break à la ligne bleue, en a contrôlé deux, et a transformé l'un en but et l'autre en penalty.

Commentaires d'après-match

Jérôme Pourtanel (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "La mauvaise entame lors des deux premiers tiers nous a mis un peu en dedans. On a manqué de chance devant Koivula qui a fait une bonne partie mais a laissé pas mal de rebonds, qu'on n'a pas su exploiter. On a pressé à deux et on s'est fait contrer naïvement par une équipe technique. On aurait pu aussi les attendre, mais j'ai fait ce choix car je préfère que les joueurs ne se posent pas de questions.

Antoine Richer (entraîneur d'Amiens) : "On n'a pas très bien joué, mais on a marqué au moment où il fallait pour prendre le large quand Neuilly a flotté défensivement. Nous avons des joueurs qui ne sont pas à leur meilleur niveau. En face, il y a eu de la réplique, des actions dangereuses. Ce n'était pas un beau match, les deux équipes manquaient sans doute de glace. Je pensais que ce serait un peu plus délié."

 

Neuilly-sur-Marne - Amiens 1-6 (1-3, 0-3, 0-0)
Samedi 2 janvier 2010 à 18h30 à la patinoire municipale de Neuilly-sur-Marne. 523 spectateurs.
Arbitrage de M. Barbez assisté de MM. Juret et Herrault.
Pénalités : Neuilly-sur-Marne 10' (6', 2', 2'), Amiens 26' (2'+10', 4', 10').
Tirs : Neuilly-sur-Marne 35 (9, 14, 12), Amiens 46 (21, 14, 11).
Évolution du score :
0-1 à 00'21" : Mortas assisté de Pazak et Béron
1-1 à 01'15" : Leonard assisté de Bartzen et Snider
1-2 à 02'35" : Pazak assisté de Béron et Kowalczyk
1-3 à 17'33" : Cayer assisté de Rodier
1-4 à 20'26" : Bachet assisté de Béron et Pazak (sup. num.)
1-5 à 24'19" : Henderson
1-6 à 38'50" : Petit assisté de Kowalczyk

 

Neuilly-sur-Marne

Gardien : Marco Emond.

Défenseurs : Jérôme Wagner (A) - Nicolas Pousset (C) ; Sébastien Dermigny - Mathieu Wathier ; Alexis Birolini -  Michael Steiner.

Attaquants : Pierre-Charles Hordelalay - Kévin Dugas - Benjamin Galmiche (A) ; Seth Leonard - Shawn Snider - Casey Bartzen ; Miroslav Kecka - Romain Gentilleau - Gaël Guilhem.

Remplaçants : Roman Svaty (G), Luc Tanésie, Hugo Delecour. Absents : Clément Rey, Jérôme Veret.

Amiens

Gardien : Ville Koivula.

Défenseurs : Vincent Bachet (C) - Pavel Kowalczyk ; Teddy Trabichet - Jean Philippe Glaude (A) puis Romain Bault à 05'26" ; Julian Marcos (A) - Maxim Belov.

Attaquants : Grégory Beron - Anthony Mortas - Miroslav Pazak ; Yannick Riendeau - Sylvain Rodier - David Cayer ; Yannick Offret - Brian Henderson - Simon Petit.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Loïc Sadoun, Valentin Claireaux, Kevin Hamon, Jonathan Boehrer.