Publicité

Suède - Suisse (Mondial 20 ans, petite finale)

Benjamin ConzLes matchs de classement ne sont pas toujours les plus passionnants, et ce, quelque soit le sport. La démotivation due à une élimination sur la dernière marche avant la grande finale affecte souvent le jeu et le mental des joueurs. Néanmoins, dans le cas présent, les deux équipes ont une bonne raison de jouer le coup à fond.

La Suède, finaliste des deux dernières éditions, ne se voit pas repartir bredouille du Saskatchewan après n'avoir craqué que dans les dernières minutes de sa demi-finale contre les États-Unis. La Suisse, elle, veut faire fructifier sa victoire en quarts-de-finale contre la Russie par une médaille historique pour les promus helvètes. Cette médaille de bronze sera tout autant extraordinaire qu'elle ne serait que la seconde de l'histoire du pays neutre, l'unique breloque remontant aux championnats finlandais de 1988.

Preuve de la volonté de bien faire, les deux coachs alignent ce soir leur gardien titulaire : Jacob Markström pour la Suède et Benjamin Conz pour la Suisse, deux des meilleurs portiers du tournoi.

Les Suédois se rendent tout de suite maîtres du palet et obligent les Suisses à s'essouffler à patiner dans le vide et à charger leurs adversaires sans réussite. Le premier tir démontre, déjà, la fébrilité de Conz qui, au lieu de refermer la mitaine sur le puck, le laisse ricocher dans son gant, offrant un rebond non exploité par la troisième ligne scandinave. Les Suisses ne parviennent pas à sortir de leur zone autrement qu'en effectuant des dégagements interdits ou en dehors des limites de la glace. À force de presser, les Suédois parviennent même à récupérer les palets sur les mises en jeu qu'ils perdent. C'est ce que fait Lundberg le long de la bande droite avant de repiquer au centre. Son tir n'est pas très appuyé mais, à ras glace, il contraint Conz à repousser de la jambière, directement sur Dennis Rasmussen, totalement oublié par les défenseurs, qui marque à mi-hauteur (1-0, 03'59").

Ce but ne va pas réveiller les Helvètes qui continuent à défendre. Heureusement, ils sont disciplinés tant au niveau des fautes – ce qui leur évite d'être encore plus malmenés par la vitesse nordique – qu'au niveau du placement défensif. Du coup, les Suédois jouent la plupart du temps dans la zone adverse mais ne se créent pas d'actions particulièrement dangereuses. Ils font circuler le palet, passent derrière la cage, mais la défense suisse se place toujours idéalement pour bien entourer leur gardien.

La pression se fait de plus en plus forte sur le but de Conz qui ne capte aucun palet mais les repousse tous pour le moment. Lorsqu'Adam Larsson trouve la diagonale parfaite pour André Petersson, tout le monde croit au but, mais celui qui est pourtant le dépositaire du jeu suédois depuis le début du match manque le cadre.

2010-01-05-Suede-Suisse3Profitant d'un nouveau dégagement interdit, Anton Lander récupère la rondelle. Il sert plein axe Anton Rödin qui s'y reprend à deux fois pour shooter. Son tir est mal lu par Conz qui repousse de la jambière directement sur un attaquant suédois, une fois de plus. Lander n'a plus qu'à lever le palet pour doubler l'avance des joueurs scandinaves (2-0, 11'44"). Si le portier suisse n'est pas au mieux de sa forme, il faut aussi dire que sur le coup, le défenseur Ramon Untersander a été très laxiste sur le marquage de Lander.

Les Suisses tentent bien de réagir mais si le tir de Schappi est soudain, il ne trompe pour autant un Markström froid mais concentré. Un peu plus tard, les Suisses vont finir par se mettre à la faute, à force de toujours courir après le palet. Les Suédois ont ainsi l'occasion de tester leur jeu de puissance et il ne leur faudra que trente petites secondes pour le convertir en but. David Runblad s'avance, feinte le tir, passe à sa droite à Pääjärvi-Svensson qui trouve une splendide diagonale opposée pour Andre Petersson dont la reprise instantanée passe entre les jambes d'un Conz en retard (3-0, 14'32").

Vu la physionomie du match, on commence à craindre que les Helvètes n'en prennent toute une valise ! Cela se confirme lorsque Jacob Josefson déborde sur la gauche et centre. Paajarvi-Svensson laisse le palet passer entre ses jambes pour Andre Petersson qui après une petite feinte glisse la rondelle entre les jambes de Conz (4-0, 18'50"). Voilà comment on signe un doublé en moins de cinq minutes dans une petite finale de championnat du monde junior. L'attaquant du HV71 Jönköping, âgé de 19 ans, fait donc une nouvelle fois parler la poudre, lui qui est le meilleur buteur et pointeur de la Suède.

Le réengagement vire au dramatique : les Suisses remportent bien la mise en jeu mais à peine dix secondes plus tard, Mattias Tedenby se retrouve devant le but de Conz qu'il ajuste d'un joli tir à ras du poteau (5-0, 19'04"). La vitesse de déplacement et les passes lumineuses des Suédois sont finalement bien plus efficaces que leur jeu posé dans la zone adverse et grâce à ce nouveau but, ils prennent un avantage qui semble bien être définitif.

2010-01-05-Suede-Suisse2Le début de la deuxième période permet aux Suisses de souffler un peu puisque Lundberg campe en prison pour un retenir. Néanmoins, dès la pénalité terminée, les Suédois reprennent la mainmise sur le jeu. Au bout de trois minutes, Silfverberg sort d'une mêlée improvisée dans son camp, passe la rouge et envoie au fond. Conz est bien le premier à contrôler le puck derrière son but mais Slifverberg vient le gêner. Lander le récupère, centre mais un défenseur suisse intercepte avec le corps. Le palet retombe dans la crosse de Silfverberg dont le tir est freiné par Conz. Malheureusement celui-ci, vraiment pas dans le coup, pose sa mitaine sur la rondelle mais la manque ! Incroyable boulette du portier suisse qui tentera bien de se plaindre auprès de l'arbitre de la gêne occasionnée par Kruger mais cela ne change rien, le but est validé (6-0, 23'17").

Il ne faudra que quarante secondes pour voir le prochain but suédois. Les jaunes sont dans la zone, Kruger est complètement excentré sur la gauche et, plutôt que de centrer pour Brodin qui s'est mis en place, il préfère un tir sans angle. Conz n'est toujours pas sur le coup… le palet rebondit sur son torse, virevolte dans les airs et retombe dans la palette de Brodin qui l'achève un peu plus (7-0, 23'56"). La télévision canadienne a beau alterner les plans de Jakob Kölliker, coach suisse dépité, et de Matthias Mischler, le back-up, rien n'y fait, Conz reste entre les poteaux malgré la déroute qu'il vit ce soir.

Les Suisses ont bien une possibilité de se donner un peu d'air suite à une pénalité contre Elman Larsson mais les Suédois n'en ont cure, ils continuent d'attaquer. Mais va avoir lieu une triple mauvaise inspiration suédoise. Plutôt que de conserver le palet dans la zone adverse, Petersson préfère revenir sur ses pas (et d'une). Il passe à Kilström qui manque son contrôle et voit le palet filer derrière le but de son gardien (et de deux). S'il arrive le premier sur la rondelle, Kilström manque totalement sa passe ou son dégagement qui atterrit directement dans la palette de Loichat qui campait à la bleue (et de trois !). Ce dernier s'avance et d'un magnifique slap dans la lucarne fait voler en éclat le blanchissage de Markstrom (7-1, 26'30").

Dès lors, on va suivre une très belle alternative pénalité/but… Mc Gregor part en prison ? Une minute vingt plus tard, à l'issue de passes croisées, Silfverberg loge le puck dans la lucarne opposée de Conz (8-1, 30'05"). Camperchioli part en prison ? Il faut ce coup-ci une minute quarante-six pour voir Brodin à la conclusion d'un centre de Kruger et un festival de Tedenby (9-1, 33'50"). Kilström part en prison ? Une petite minute sera suffisante pour voir Ryser récupérer derrière le but, passer à Schlumpf dont la reprise trouve le poteau opposé d'un Markström trop collé au premier poteau (9-2, 35'44"). Et but de Fuglister ! Comment ça but ? Hey, y'a personne en prison pourtant ! Non, non, ça n'est pas une erreur. Sur l'engagement, les Suisses envoient au fond. Markström est le premier sur le palet mais sa passe derrière le but atterrit directement sur Jorg qui remet à Fuglister qui conclut dans une cage désertée par Markström qui plongera pour rien (9-3, 35'55").

2010-01-05-Suede-Suisse-junHeureusement, le match va reprendre son cours normal. Josefson, pour retenir, puis Ekholm, pour retenir la crosse, partent prison. Deux suédois pénalisés, vous connaissez la suite, Schlumpf et Niederreiter s'échange le palet à longue distance avant que le dernier nommé finisse par envoyer un missile sous la jambière de Markström (9-4, 37'51"). Les Suisses semblent un peu revenir dans le match mais il y a toujours cinq buts d'écart ce qui semble rédhibitoire à un peu plus de vingt-deux minutes du terme. Surtout que les Suédois continuent de presser, même en infériorité. Et quoi de mieux pour repartir du bon pied qu'un bon petit but malgré un homme de moins ? Alors que les Rouges perdent le palet en entrant dans la zone offensive, ils décident de changer de ligne… à quatre d'un coup ! Rundblad qui avait récupéré le palet, l'envoie dans les airs et Kilstrom est le premier à la tombée. Il s'avance puis remet derrière lui à André Petersson qui envoie magnifiquement la rondelle dans la lucarne de Conz (10-4, 38'40"). Sur le coup, Conz et Geering (le seul à ne pas avoir eu l'idée lumineuse de changer) sont complètement dépités devant l'erreur tactique de leurs coéquipiers !

Avec six buts d'avance, le dernier tiers n'est plus qu'une formalité pour les Suédois, d'autant plus que le rythme finit par baisser d'un gros cran ! Au final, dix-sept tirs seront recensés dans cette période, mais un seul but. En supériorité numérique, Rundblad repique au centre et déclenche un tir d'une rare spontanéité qui surprend une nouvelle fois le pauvre Conz qui aura dû subir sans broncher (mais avec une moue à rendre triste le plus heureux des enfants) les onze buts suédois. Les joueurs de la Tre Kronor repartent donc avec une nouvelle médaille dans leur escarcelle, la quatorzième de leur histoire (une d'or en 1981, 7 d'argent et 6 de bronze), ce qui leur permet de préserver leur troisième place au classement historique du nombre de médailles mondiales.

 

Suède – Suisse 11-4 (5-0, 5-4, 1-0)
Mardi 5 janvier 2010 à 15h00. 12121 spectateurs.
Arbitrage de Keith Kaval (CAN) et Derek Zalaski (CAN) assistés de Paul Carnathan (USA) et Vit Lederer (TCH).
Pénalités : Suède 24' (4', 20', 0') ; Suisse 14' (2', 8', 4').
Tirs : Suède 50 (21, 17, 12) ; Suisse 20 (5, 10, 5).

Évolution du score :
1-0 à 03'59" : Rasmussen assisté de Lundberg
2-0 à 11'44" : Lander assisté de Rodin
3-0 à 14'32" : Petersson assisté de Paajarvi-Svensson et Svensson (sup. num.)
4-0 à 18'50" : Petersson assisté de Josefson et Andersson
5-0 à 19'04" : Tedenby assisté de Brodin
6-0 à 23'17" : Silfverberg
7-0 à 23'56" : Brodin assisté de Kruger et Tedenby
7-1 à 26'30" : Loichat (sup. num.)
8-1 à 30'05" : Silverberg assisté de Rodin et Lander (sup. num.)
9-1 à 33'50" : Brodin assisté de Kruger et Tedenby (sup. num.)
9-2 à 35'44" : Schlumpf assisté de Ryser et Loichat (sup. num.)
9-3 à 35'55" : Fuglister assisté de Jorg
9-4 à 37'51" : Niedereiter assisté de Schlumpf (double sup. num.)
10-4 à 38'40" : Petersson assisté de Kilstrom et Rundlblad (inf. num.)
11-4 à 53'37" : Rundblad assisté de Rasmussen (sup. num.)


Suède

Gardien : Jacob Markström.

Défenseurs : Oliver Ekman-Larsson – Adam Larsson ; Lukas Kilström – Mattias Ekholm ; Peter Andersson – David Rundblad (A).

Attaquants : Dennis Rasmussen – Carl Klingberg – Martin Lundberg ; Jacob Josefson – Andre Petersson – Magnus Pääjärvi-Svensson (A) ; Mattias Tedenby – Marcus Krüger – Daniel Brodin ; Jakob Silfverberg – Anton Lander (C) – Anton Rödin.

Remplaçant : Anders Nilsson (G).

Suisse

Gardien : Benjamin Conz.

Défenseurs : Patrick Geering (A) – Lukas Stoop (C) ; Ramon Untersander – Dominik Schlumpf ; Jannik Fischer – [Stoop] ; [Geering] – Luca Camperchioli.

Attaquants : Nino Niederreiter – Jeffrey Fuglister – Mauro Jorg ; Tristan Scherwey (A) – Tim Weber – Nicolas Gay ; Sven Ryser – Reto Schappi – Michaël Loichat ; Benjamin Antonietti – Ryan McGregor – Pascal Marolf.

Remplaçant : Matthias Mischler (G).