Sheffield, petit mais costaud

Steelers

Le dernier participant à la Coupe Continentale est le moins glamour. On peut se demander ce que le champion britannique en titre fait à l'avant-dernière place de sa ligue élite. D'ailleurs, les Sheffield Steelers se le demandent eux-mêmes. Avec la quatrième meilleure défense, ils valent sans doute mieux. Après six défaites consécutives, ils viennent pourtant de gagner 8-0 dimanche contre Edimbourg, une équipe affaiblie qui est pourtant... classée devant eux.

Ce match a permis au gardien vétéran Andrew Verner de reprendre confiance avec un blanchissage de 20 arrêts. Ses adducteurs - sa faiblesse récurrente depuis plus de cinq ans - avaient en effet été ménagés la semaine précédente, par mesure de sécurité avant la Coupe Continentale. Son remplaçant Dan Green a d'ailleurs été moyen, et l'expérience de Verner est indispensable : l'ancien joueur de Cologne et Klagenfurt est spectaculaire tant par sa mitaine que par ses tics fréquents de la tête et des épaules.

Gageons que Sheffield gagnera deux places et finira cinquième, ce qui est plus conforme à son niveau, mais c'est de toute façon loin du classement espéré. Le champion sortant est irrégulier et commet trop souvent des erreurs grossières. Il a traversé des moments difficiles, passant deux semaines sans son coach début décembre. David Matsos était en effet auprès de son fils George, âgé de moins de deux ans et admis en soins intensifs pour une pneumonie. Il est heureusement guéri.

Les blessures sont une partie de l'explication. Scott Basiuk, opéré de l'épaule, n'avait plus joué depuis... le 12 septembre. Mais ce défenseur au jeu simple, chargé de faire le ménage dans le slot, est revenu au jeu juste à temps ce week-end. Mais l'Américain Stephen Wood - qui avait remplacé Basiuk - est parti au même moment pour "raisons personnelles". Cela évite au club d'avoir à trancher puisqu'il y aurait eu un étranger de trop (l'arrière Randy Dagenais était particulièrement sur la sellette), cependant Sheffield espérait aborder le tournoi avec cinq défenseurs étrangers puisque les restrictions d'imports ne valent que pour le championnat britannique.

La défense n'aura donc pas un joueur de plus que la normale ce week-end, mais du moins sera-t-elle au complet, avec la force physique de Kevin Bolibruck mais surtout la détermination de Rod Sarich. Celui-ci est normalement le défenseur offensif le plus talentueux de la ligue britannique, mais sa saison est polluée par des blessures. Il avait notamment manqué le tour précédent à Bolzano en raison d'un doigt cassé. Samedi à Belfast, il s'est fracturé le pied et sera absent entre 4 et 6 semaines. Contre l'avis des médecins, Sarich se fait pourtant faire des injections d'anti-douleurs chaque jour pour être présent à Grenoble avant de s'arrêter ensuite pour se soigner ! La Coupe Continentale n'est donc vraiment pas prise par-dessus la jambe, mais plutôt par-dessus le pied cassé...

Sheffield se satisfait d'être le petit poucet de la compétition et s'est exercé à la trappe en zone neutre avec dans l'idée d'adopter une configuration plutôt défensive pour surprendre en contre avec la vitesse de Matt Hubbauer et du buteur Jeff Legue. Ce sont les deux principaux joueurs à surveiller, en compagnie de l'obstiné Joe Talbot, qui avait impressionné ses équipiers en jouant malade lors de la qualification à Bolzano.

Le vétéran de l'équipe Doug Sheppard (33 ans) était entraîneur-joueur à Basingstoke il y a trois ans avant de rejoindre Sheffield comme assistant de Matsos, rôle important ces derniers temps au moment où le coach était auprès de son fils. Enfin, le cinquième attaquant étranger Brad Cruikshank est surtout connu pour ses talents de bagarreur, une espèce commune dans la ligue britannique mais moins utile ce week-end.

Avec 10 imports autorisés, les clubs britanniques sont aujourd'hui obligés de laisser quelques places aux joueurs locaux. En général, cela a surtout comme conséquence de raccourcir leur banc. Mais les attaquants britanniques ont leur mot à dire. Le Gallois Jonathan Philips est un joueur-clé, capitaine de l'équipe. "Jono", comme on l'appelle, se distingue par sa rapidité, alors que Robert Dowd, formé à Billingham, a un profil plus créatif. Enfin, le huitième... et dernier attaquant (!) est Jason Hewitt, un joueur très physique qui aurait pu se cantonner à des tâches bourrines mais a suffisamment progressé pour être intégré à l'équipe nationale aux derniers championnats du monde.

Précisions bien que Sheffield est habitué à jouer avec un banc aussi court : c'est sa configuration "normale", et les Anglais enchaînent des matches deux jours de suite chaque week-end. C'est à 14 joueurs contre 20 que les Steelers ont surpris Bolzano, et avec des absents notables, les Grenoblois ne sont évidemment pas à l'abri d'une déconvenue similaire vendredi soir.