Dunkerque - Tours (Division 2, 13e journée)

Poursuivre le "sans faute"

stepanradek

Toujours invaincus, les Tourangeaux passent un test important sur la glace des Corsaires, avides de revanche après le lourd revers subi à l'aller. L'occasion de faire chauffer Thomas Sychterz se présente dès l'entame, suite à une percée de François Rozenthal. Les deux premiers lancers dunkerquois sont bien maîtrisés, mais une charge de Wachowski dans le dos de Thomas permet à ce dernier d'inquiéter un peu plus le portier canadien, ensuite bien secouru par un déjà très présent Radek Stepan.

Malgré quatre pénalités mineures, les Tourangeaux n'en délaissent pas leurs velléités offensives pour autant. Roman Novotny profite de la clairvoyance de Philippe Ringuette, du bout de la crosse, pour tester Arthur Legrand. La deuxième incursion, ponctuée d'un lancer en force côté droit de Lukas Krejci, surprend le Wallon (0-1 à 05'38"). Faute d'avoir pu convertir ses opportunités devant un portier toujours calme et avare de rebonds, notamment face à Rozenthal, Dunkerque s'expose un peu plus lorsque les coups de sifflet arbitraux lui sont dirigés.

Deux fautes en zone neutre de Dubois et Derepper entraînent un surplus de travail pour leur jeune portier, toujours appelé à tenir la cage en attendant un retour de son compatriote De Backer. Vladimir Sabol voit son lancer bloqué, puis Ringuette se heurte à une jambière très mobile sur le coup pour rattraper un premier mouvement risqué, mais parvient rapidement à se rattraper, de volée, à la ligne bleue (0-2 à 11'43").

Forts de ce double avantage et solidement lancés, les visiteurs prennent ensuite possession de la zone adverse. Une passe venue de l'arrière de la cage passe ainsi très près d'être convertie par Lietava, mais la séquence se poursuit par une contre-attaque nordiste, annihilée par une intervention trop musclée de Jason D'Ascanio, pris de vitesse. Le tir de pénalité de Rozenthal est repoussé par Sychterz, qui serre bien les jambières (14'36"), mais l'ancien international revient à la charge rapidement, pour feinter son lancer et trouver l'ouverture de près (1-2 à 15'21"). Remis en confiance par ce but, et relancé par une obstruction de Xavier, Clément Thomas prend dans la minute suivante le temps de contrôler le disque pour mieux l'expédier, en force, dans les filets (2-2 à 16'09").

Après deux occasions offertes à Krejci, l'une repoussée de justesse par Legrand, l'autre manquée par manque de rapidité dans le geste décisif, Tours cherche à asseoir son statut au retour des vestiaires. Démarqué sur la droite lors d'un deux contre un, Mathieu Pasquier feinte la passe pour mieux tromper Legrand, qui anticipait sur le centre (2-3 à 22'51"). Le dernier repart des bleus a vite l'opportunité de se racheter, devant Novotny, servi dans l'enclave, Radek Stepan, aux montées de plus en plus nombreuses, et Devon Smith, lancé à la cage. Pris à revers sur cette dernière contre-attaque, Dunkerque tarde à retrouver le dynamisme affiché plus tôt dans la soirée.

novotnyromanUne nouvelle percée de François Rozenthal, qui contourne la défense, permet à Destoop d'égaliser sur le rebond (3-3 à 29'44"), mais Tours profite d'un changement de ligne pour se porter rapidement en zone offensive. Grégory Dubois ayant perdu sa crosse, sa défense patine plusieurs secondes derrière le palet, expédié en force par D'Ascanio entre Legrand et son poteau (3-4 à 32'53"). Le jeu direct des équipiers de François Gleize leur permet de reprendre l'avantage, le sacrifice de certains, comme Devon Smith sur un tir de Rozenthal, permettant de rattraper des pénalités évitables, telles une obstruction de Xavier derrière la cage locale. Sur un dégagement de la tour de contrôle Stepan, Devon Smith, à peine remis du tir contré précédemment, rate même le cadre en échappée, puis Philippe Ringuette ne peut tromper Legrand en pareille situation alors que deux Dunkerquois, pourtant en supériorité, trébuchent en entrant sur la glace. Quant à Novotny, seul sur le côté d'une cage laissée libre par une sortie ratée d'Arthur Legrand, il ne peut trouver le cadre... Heureusement pour lui, Peter Lietava s'était chargé entre-temps, de rediriger l'un de ses essais, de près (3-5 à 39'24).

Lancés vers un nouveau succès, les Diables Noirs, bien positionnés en zone neutre, semblent en mesure de contenir des Dunkerquois moins en verve. Pourtant, la sérénité leur fait défaut. Jason D'Ascanio relance ainsi directement dans la palette de François Rozenthal, mais l'épaule de Thomas Sychterz ferme le chemin de la lucarne. Sur une mise au jeu, Lukas Krejci est coupable d'une obstruction, qu'il conteste avec véhémence auprès des juges. La pénalité de match (45'46") à un quart d'heure du terme offre une bonne opportunité à la formation locale, une fois les palabres achevées. De la bleue, Clément Derepper lance le premier, vers une mitaine toujours sûre. Ensuite, deux services vers N'Guyen, monté dans l'enclave, font encore briller le portier. Battu sur un nouveau tir de la bleue, ce dernier est ensuite soulagé de voir Clément Thomas prendre le temps de contrôler le rebond et viser hors cadre.

Une obstruction de Benjamin N'Guyen, dans une position similaire à celle de Krejci, met fin au siège de la cage tourangelle... pendant quelques secondes, le temps pour Philippe Ringuette de rater un break et pour Sébastian Wachowski de charger Folcke dans le dos. Grégory Dubois et son compère Rozenthal s'échangent les politesses pour tromper Sychterz, abandonné sur le coup (4-5 à 50'32"), et redonner l'espoir à un public déchaîné. Moins d'une minute plus tard, une faute de Ringuette expose un peu plus son équipe, rattrapée sur un lancer aussi puissant que précis de Loïc Destoop (5-5 à 51'31").

À chacun sa balle de match

À mesure que l'incertitude plane sur l'issue de la rencontre, à un slalom de François Rozenthal répond une montée puissante de Roman Novotny. Un tir en angle de Sabol entraîne une échauffourée devant la cage, ponctuée par une faute de Brendon Smith (52'58"). Thomas Sychterz, sur un lancer à ras glace du capitaine corsaire, et Radek Stepan, encore bien placé pour s'opposer à l'accélération de François Rozenthal, redoublent de vigilance pour stopper l'hémorragie. Bien leur en prend, car au retour à égalité numérique, Roman Novotny coupe un dégagement et profite du trafic devant la cage pour tromper Legrand, masqué (5-6 à 56'15").

Le contrecoup de ce but libérateur est peut-être encore plus difficile à encaisser pour les Maritimes. Alors que le Tchèque passe devant le banc de ses hôtes, il reçoit un coup asséné par Arnaud Péan. Contraints de terminer la rencontre à quatre, les joueurs de Karl Dewolf voient leur élan coupé. Avec trois assistances et le but de la victoire, Roman Novotny est le héros d'une rencontre haletante et très disputée. Ironie de l'histoire, alors qu'il a contribué à effacer l'indiscipline rampante de ses équipiers, il regagnera lui aussi le vestiaire prématurément...

Commentaires d'après-match

Karl Dewolf (défenseur de Dunkerque) : "On a prouvé qu'on était largement capable d'aller très loin cette année. Ensemble, en se sacrifiant pour l'équipe, on peut faire de bonnes choses et aller loin, mais pas en agissant seul. Il est normal, étant donné leur effectif, que les Tourangeaux soient en tête. De notre côté, beaucoup de jeunes sans expérience ont su jouer avec un coeur énorme et se battre pour le maillot. Je suis fier, même si certains n'ont toutefois pas fait les sacrifices nécessaires pour être présents. Je ne pense pas que nous soyons les meilleurs, les plus talentueux, mais avec le coeur le souhait du club de voir plus haut sera abouti. Certains apprendront de leurs erreurs, pour ne pas les répéter. On avance à grands pas."

François Rozenthal (attaquant de Dunkerque) : "Je suis frustré car on tenait le match. La victoire de Tours n'est pas déméritée, ils ont quasiment toujours été devant à la marque, mais on avait les armes pour gagner. Ce qui arrive en fin de match est impardonnable de la part d'un joueur [NDLR : Péan] qui ne respecte pas l'équipe car ses équipiers se sont battus tout au long du match. Ce soir, c'était une rencontre référence dans l'optique des playoffs, pour donner une idée de notre potentiel. Nous pouvons rivaliser avec la meilleure équipe de la division. Ce fut un match physique, correct, avec un arbitrage à la hauteur. J'espère que Tours ne sera pas autorisé à jouer les playoffs au dernier moment car cela décrédibiliserait le championnat."

 

Dunkerque - Tours 5-6 (2-2, 1-3, 2-1).
Samedi 16 janvier 2010 à 18h45 à la patinoire Michel Raffoux. 950 spectateurs.
Arbitrage de Teddy Madrias et Christian Maltaverne.
Pénalités : Dunkerque 65' (8'+10', 8'+10', 4'+25'), Tours 117' (14'+2x10', 10'+10‘, 8'+10'+20'+25').
Évolution du score :
0-1 à 05'38" : Krejci assisté de Novotny (inf. num.)
0-2 à 11'43" : Ringuette assisté de Sabol et Krejci (double sup. num.)
1-2 à 15'21" : Rozenthal assisté de Dubois et N'Guyen (sup. num.)
2-2 à 16'09" : Thomas assisté de Rozenthal et N'Guyen (sup. num.)
2-3 à 22'51" : Pasquier assisté de Sabol
3-3 à 29'44" : Destoop assisté de Rozenthal (inf. num.)
3-4 à 32'53" : D'Ascanio assisté de Novotny et Ringuette
3-5 à 39'24" : Lietava assisté de Novotny (inf. num.)
4-5 à 50'32" : Dubois assisté de Rozenthal (sup. num.)
5-5 à 51'31" : Destoop assisté de Dewolf et N'Guyen (double sup. num.)
5-6 à 56'15" : Novotny

 

Dunkerque

Gardien : Arthur Legrand.

Défenseurs : Grégory Dubois (C) - Benjamin Denis ; Karl Dewolf - Clément Derepper ; Olivier Batardière - Sébastien Maison.

Attaquants : Clément Thomas - Benjamin N’Guyen (A) - François Rozenthal (A) ; Loïc Destoop - Camille Argiolas - Ghislain Folcke [Cousein de 14'36" à 24'36"] ; Barthélémy Cousein [Arnaud Péan de 14'36" à 24'36"] - Benjamin Turpin - Aurélien Zajac.

Remplaçant : Grégory Renaux (G). Absents : Bram De Backer (blessé au genou), Benjamin Louf (malade), Christophe Eichenholc.

Tours

Gardien : Thomas Sychterz

Défenseurs : Radek Stepan (A) - Vladimir Sabol ; Sebastian Wachowski - Jason D'Ascanio [Ringuette de 14'36 à 24'36"].

Attaquants : Peter Lietava - Roman Novotny - Philippe Ringuette ; Brendon Smith - Devon Smith - Judicaël Xavier ; Mickaël Lamothe - François Gleize (C) - Mathieu Pasquier ; Lukas Krejci.

Remplaçants : Yoann There (G), Christophe Colombel, Antoine Picot (A).