Clermont-Ferrand - Rouen II (Division 2, 13e journée)

Après avoir subi un revers plein d'amertume sur l'Ile Lacroix lors de la 4ème journée de Division 2 au terme d'une rencontre qui voyait les Clermontois égaliser puis prendre l'avantage dans les quatre dernières minutes (2-3), c'est une équipe de Rouen avide de chasser le sanglier arverne qui se déplaçait dans le Puy-de-Dôme pour le début du sprint final de cette première phase.

En effet, à six journées de la fin de l'aller-retour, les points glanés ou perdus sont désormais bien plus onéreux et la rencontre entre Rouen (7ème) et Clermont (6ème) se drapait d'un enjeu crucial pour les deux formations. Un véritable match à quatre points qui finira par pencher à la faveur des Hauts-Normands au terme d'une course échevelée après le tableau d'affichage. En effet, en dépit d'un début de match jaune et noir acéré, les affaires tournaient rapidement à l'avantage des locaux. Ainsi, l'intenable entraîneur-joueur Tuomo Määttä, alors que la barre des cinq minutes n'était pas encore franchie, trouvait la passe improbable pour Hugo Florentin. Comble de malchance pour les Dragons, le lancer, certes bien placé, ricochait sur la crosse d'un Rouennais avant de tromper un Fabrice Lhenry surpris par la déviation impromptue (1-0 à 04'30").

Alors que les Dragons s'étaient promis de débuter la rencontre sous les meilleurs auspices possibles, ils étaient désormais contraints de batailler pour revenir au score. Et de bataille, il sera question jusqu'à la sirène finale. Solidaires, courageux, les Rouennais feront briller le Dragon affiché sur leur maillot. Ainsi, Benoît Sanchez dans le filet clermontois devait multiplier les interventions tandis que son prestigieux alter ego rouennais restait sur la lignée de sa rentrée face à Dunkerque, savant dosage d'élégance et d'assurance. Quoiqu'il en soit en dépit des jolies intentions normandes, le score semblait difficile à faire bouger. Manquant l'opportunité d'égaliser en avantage numérique (05'28"), la chance se mêlait de l'affaire sur un lancer de Quentin Berthon qui heurtait le poteau (07'34"). La réaction d'orgueil rouennaise était, certes, plaisante à voir mais infructueuse jusqu'à cette relance parfaite de Fabrice Lhenry en direction d'Alexandre Mulle. Ainsi, alors que les Seino-Marins se pliaient au jeu difficile de l'infériorité numérique, la lumineuse passe du gardien rouennais permettait à Alexandre Mulle de partir en contre pour égaliser à 1-1 à 09'15". Une douce récompense pour les Dragons qui auraient même pu regagner le vestiaire avec une marge nettement supérieure au tableau d'affichage si le duo arbitral n'avait pas décidé de refuser deux buts aux Dragons.

Dès la reprise, un regrettable atermoiement défensif rouennais leur coûtait le deuxième but de la rencontre. Profitant du menu présent, Benjamin Valere se chargeait de donner le 2-1 aux siens pour le plus grand plaisir des spectateurs puydomois (22'31"). Comme si cela ne suffisait pas pour les Dragons, à peine deux minutes plus tard, c'est une accélération limpide de Thomas Dreyfus qui laissait sur place la défense des Arvernes. Si Benoît Sanchez repoussait la tentative du Dragon de la mitaine, le rebond lâché permettait aux Rouennais d'égaliser à 2-2. Hélas, triple hélas d'ailleurs, pour la troisième fois de la soirée, la troupe de Julien Guimard se voyait refuser un but, les équidés décidément peu affables jugeant, cette fois, que le palet s'était perdu dans le masque du gardien (24'00").

De fait, menés au score avec trois buts refusés, une frustration bien légitime mais fort improductive gagnait les rangs rouennais. En effet, la saison rouennaise regorgeant de spectres de domination infructueuse se soldant par d'amères défaites, les Normands vacillaient et les certitudes de début de match s'estompaient peu à peu. Un temps de latence qui offrait quelques contres intéressants aux Auvergnats, notamment à Tuomo Määttä, le fair-play finlandais, sniper de gardien qui butait néanmoins à plusieurs reprises sur l'homme aux quatre olympiades solidement vissé dans le filet rouennais. Dominer n'est pas gagner, un poncif qui servira néanmoins de credo à cette rencontre jusqu'à la deuxième sirène.

A l'occasion de l'ultime période, les Rouennais finiront par voir le sort leur sourire. Là où, face à Dunkerque, les Rouennais s'étaient effondrés, là ou, face à Clermont, l'édifice avait tremblé, là où, face à Lyon, les Normands manquaient le joli coup, cette fois, la jeunesse rouennaise, après avoir montré ses limites à plusieurs reprises cette saison, prouvait sans coup férir qu'elle pouvait faire preuve d'expérience et se montrer pleine d'opportunité pour inverser au courage une rencontre à l'issue aléatoire. Sans doute que les Sangliers Arvernes pourront nourrir des regrets à l'issue de la partie après avoir mené au score par deux fois mais indéniablement avec plus de cinquante lancers contre vingt à leurs adversaires, les Rouennais méritaient amplement de recueillir le fruit de leurs efforts.

Ainsi, après avoir vu plusieurs tentatives refusées, Benoît Sanchez finissait par céder aux avances des attaquants normands. Dans le rôle du libérateur, Jason Lorcher prenait une place de choix. Après avoir manqué plusieurs occasions sur les deux premières périodes, l'attaquant rouennais faisait preuve d'un réalisme crucial à cette instant de la rencontre, d'abord en égalisant à l'amorce des dix dernières minutes (2-2 à 49'09"), puis sur un débordement rondement mené qui permettait aux Dragons de prendre la main dans la partie (2-3 à 52'29"). En tout et pour tout, les Rouennais auront mené au score pendant 7 minutes et 31 secondes. En effet, suite au doublé de Jason Lorcher, ils ne lâcheront pas prise en dépit de plusieurs tentatives courageuses des Clermontois. Le Dragon se battant comme un mort de faim sur chaque palet, les Sangliers finiront par abdiquer, laissant les Rouennais à leur joie de récolter deux très précieux points dans l'optique de la course aux play-offs.

Clermont-Ferrand - Rouen 2-3 (1-1, 0-1, 2-0).
Samedi 16 janvier 2010 à 20h30 à la patinoire de Clermont Communauté. 724 spectateurs.
Arbitrage de Hervé Roulet assisté de Christophe Gautier.
Pénalités : Clermont-Ferrand 18' (6', 6', 6'), Rouen 4' (2', 0’, 2').
Évolution du score :
1-0 à 04'30" : Florentin assisté de Määttä
1-1 à 09'15" : Mulle assisté de Lhenry (inf. num.)
2-1 à 22’31" : Valere
2-2 à 49‘09" : Lorcher
2-3 à 52'29" : Lorcher assisté de Ten Braak et Chevalier