Tours - Rouen II (Division 2, 14e journée)

Tours face à Lhenry

Après près de deux mois sans match à domicile, le public a répondu présent pour ce début 2010 : une patinoire bien remplie pour accueillir l'équipe 2 de Rouen. Fabrice Lhenry, de retour de blessure, garde les cages normandes...

Tours débute bien la partie avec une bonne présence de la ligne de Judicaël Xavier. Mais Rouen riposte sur sa première chance : Arnaud Briand ouvre le score du cercle gauche (0-1, 01'42"). Le jeu se fait physique et les Normands, bien placés, profitent d'une remise en retrait pour piéger Sychterz ras glace, d'un tir de la bleue à travers une forêt de joueurs (0-2, 05'11"). Les Diables Noirs sont cueillis à froid.

Lhenry vigilant (photo C. Vinot)Le jeu est équilibré, même si Tours pousse. Les duels sont accrochés, les Dragons posant beaucoup de problèmes à la défense tourangelle. Au quart d'heure de jeu, l'attaque des Noirs trouve enfin la faille : François Gleize, oublié devant le but, glisse la rondelle au second poteau, parfaitement servi par Mathieu Pasquier derrière le but (1-2 à 14'52"). Malheureusement pour les Diables, Vladimir Sabol prend deux minutes sur la présence suivante. La défense joue haut et musèle l'attaque rouennaise : aucune occasion. Mais dans la foulée, Thomas Sychterz doit s'imposer du gant devant un lancer en entrée de cercle, puis sur un tir plein axe. Dans la dernière minute, Philippe Ringuette se rend coupable d'un cinglage : Rouen commencera le 2e tiers temps en supériorité numérique.

Le jeu de puissance normand se montre efficace rapidement avec un but de près, en deux temps, signé Valentin Dumelie (1-3, 20'49"). Tours, sonné, bénéficie d'une faute de Clément Hondier. La percussion de Ringuette côté droit ne donne rien, pas plus que le tir de Radek Stepan de la ligne bleue. Rouen s'en sort sans grande difficulté, face à une formation tourangelle toujours pas dans le rythme.

Pour revenir dans le match, les Diables tentent de s'imposer physiquement ; les contacts se multiplient, mais dépassent parfois les limites. Jason D'Ascanio prend ainsi deux minutes pour une charge trop haute. Rouen ne menace pas Sychterz et ce sont mêmes les Diables qui cherchent les contres : Lhenry fait parler son jeu à la crosse. À peine revenus à cinq, les joueurs de Bob Millette reprennent deux minutes dans un contact discutable sur Lhenry. Plus à l'aise à quatre, Tours se fait dangereux, à l'image d'une interception de Ringuette dont le centre est à peine trop long. Dans la foulée, Rouen se rend coupable d'un surnombre évident. Tours lance au but et cherche la déviation : Lhenry fait l'arrêt mais un cinglage est appelé contre Lietava, une faute contestée par les Tourangeaux. 4 contre 4 donc, et brève supériorité rouennaise qui ne donne rien. Cette série de pénalités a fait du bien aux Diables, plus mordants dans les duels et qui jouent avec plus d'intensité. L'occasion se profile à cinq minutes de la fin avec une supériorité. Les Noirs s'installent, se créent quelques chances dans les derniers instants, sans réussite face à un Lhenry intraitable et une défense bien positionnée.

Lamothe tente de la prendre de vitesse, mais trouve la botte du portier international sur son tour de cage. Lhenry écoeure ensuite Ringuette à bout portant. Dans la dernière minute, l'intensité tourangelle paie enfin. Débordement côté droit de Philippe Ringuette, qui repique vers le centre et trompe Fabrice Lhenry en trois temps (2-3 à 39'25"). Les Diables poussent, s'infiltrent dans l'enclave pour chercher les rebonds, au contact. Tours s'est réveillé en fin de période, de même que son public... alors que la tension est palpable en sortie de glace : on en vient presque aux mains et l'entraîneur de Rouen invective un joueur de Tours. Bob Millette s'en mêle et on rejoint le vestiaire dans la confusion...

Cédric Custosse (photo C. Vinot)Reprise du jeu avec un score plein de suspense : idéal pour le public. Intensité physique et vitesse sont au rendez vous côté tourangeau dès le début du tiers. Malheureusement pour les Diables, un surnombre est sifflé à la 44e minute. Sur l'engagement, un contact dans la zone neutre touche Devon Smith, qui sort en saignant. Les équipes techniques doivent intervenir sur la glace. Rien à signaler sur le jeu de puissance rouennais, et c'est même Tours qui met la pression sur le but de Lhenry au retour à cinq.

L'horloge défile, et le jeu est toujours très serré : peu de lancers et du monde devant les buts pour les contrer. La tension est à son comble, Rouen baissant de pied. Ce qui devait arriver arriva : un tir du revers de la bleue surprend Lhenry en hauteur, bien masqué (3-3, 52'17"). Le public explose mais Sychterz doit immédiatement sauver son camp face à un 3 contre 1 des Normands... mal géré ! La réplique des visiteurs n'a pas tardé et l'intensité monte encore d'un cran.

Les contacts se multiplient et Tours pousse : nouveau tir du revers sorti par Lhenry, mais une pénalité est appelée contre Maxime Lefebvre. Valentin Dumelie frôle le but de la victoire en profitant d'une sortie hésitante de Sychterz mais le gardien s'en sort de justesse. Les petites erreurs de défense se multiplient de part et d'autres. La défense rouennaise en commet de plus en plus et Brendon Smith manque de peu d'en profiter, se heurtant à Lhenry de près suite à une partie de billard dans l'enclave. Deux minutes à jouer et c'est toujours aussi indécis. Malgré les efforts des deux côtés, le score reste à 3-3... ce qui n'empêche pas les deux équipes de se chauffer encore un peu avant la traditionnelle poignée de mains. Il y avait un parfum de Magnus ce soir...



Commentaires d'après-match :

Robert Millette (entraîneur de Tours) : "On a concédé deux buts faciles mais on a eu du coeur pour revenir, c'était un beau spectacle. Le tournant, c'est leur 3e but, Lhenry a fait son show après ça et ça nous a remis dans le match. On sait que c'est un des meilleurs gardiens français et qu'il peut faire un match à lui tout seul. On lui a donné deux buts et il était en confiance, comme un 3e défenseur, sortant pour couper les passes. Mais il est devenu trop confiant et on a su revenir de belle manière. Il n'y a aucun match facile, tout le monde est motivé pour faire tomber Tours. C'était intense : on savait que c'était la seule équipe qui pouvait rivaliser physiquement car ils ont du banc. On a donc mis le 'focus' sur la discipline, mettre du trafic et déconcentrer le gardien devant le filet. Rouen a bien géré, laissant peu d'espaces et travaillé fort. Nous, on a un peu trop regardé Lhenry, comme tout le monde, même les arbitres parfois. Un gardien c'est 70% d'une équipe, il parlait à sa défense, les motivait. Mais on a su réagir, ne pas se laisser impressionner et c'est bien pour le public de voir un beau match comme ça. Sychterz a été malade toute la semaine, il était fatigué mais il a bien réagi après les 2 buts de début de match. Il y a un virus qui traîne dans le vestiaire et on n'était pas au top."

 

Tours - Rouen II 3-3 (1-2, 1-1, 1-0)
Samedi 23 janvier 2010 à 20h00 à la patinoire municipale de Tours "Elyséum".
Arbitrage de Laurent Antunes et Thierry Fraysse.
Pénalités : Tours (6', 6', 2'), Rouen II (4', 6', 2').
Tirs : Tours 21 (5, 9, 7) , Rouen II 20 (8, 5, 7).
Récapitulatif du score :
0-1 à 01'45" : Briand assisté de Ten Braak et Raimbourg
0-2 à 05'11" : Custosse assisté de Berthon et Mulle
1-2 à 14'52" : Gleize assisté de Pasquier
1-3 à 20'49" : Dumelie assisté de Sucre et Mulle (sup. num.)
2-3 à 39'25" : Ringuette assisté de Pasquier
3-3 à 51'56" : Lietava assisté de Sabol

 

Tours

Gardien : Thomas Sychterz.

Défenseurs : Radek Stepan - Vladimir Sabol ; Sebastian Wachowski - Jason D'Ascanio ; Christophe Colombel - Antoine Picot.

Attaquants : Roman Novotny - Philippe Ringuette - Brendon Smith ; Devon Smith - Lukas Krejci - Peter Lietava ; Mickaël Lamothe - François Gleize - Judicaël Xavier ; Mathieu Pasquier.

Remplaçant : Guillaume Papillon (G).

Rouen II

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Mathieu Chevalier - Nicolas Lehericey ; Cédric Custosse - Clément Hondier ; Nicolas Levasseur - Paul Sérandre.

Attaquants : Quentin Berthon - Kévin Marias-Magill - Alexandre Sucre ; Arnaud Briand - Bryan Ten-Braak - Germain Raimbourg ; Thomas Dreyfus - Valentin Dumelie - Maxime Lefebvre ; Clément Gaudeaux - Nordine Mahdidi - Alexandre Mulle.

Remplaçant : Adrien Fenart (G).