Gap - Dijon (Ligue Magnus, 18e journée)

Florian HardyLes Ducs ont perdu leur glaive

Les Dijonnais tremblent dès la première action de Jiri Rambousek, bien sauvée par Florian Hardy. Conformément aux ordres donnés par André Svitac, Gap installe son jeu et prend le dessus physiquement dans les duels. Lors du premier power-play (obstruction de Mille), après un cafouillage dans la défense dijonnaise, Gap trouve la faille grâce à Tekel (2'16).

Globalement, les Gapençais dominent le premier tiers. Les Ducs souffrent vraiment : ils n'arrivent pas à construire et défendent mal, mettant en difficulté à plusieurs reprises leur gardien tricolore. Les Dijonnais ne se réveilleront qu'à partir de la quinzième minute de jeu avec des actions collectives rondement menées, notamment le duo Nurminen et Pain qui fait trembler la défense gapençaise.

Lors du début du deuxième tiers, les Dijonnais se montrent plus entreprenants. Malgré cela, Gap double la marque par l'intermédiaire de Julien Correia (34'22"). Les actions gapençaises se succèdent et Dijon perd confiance. Le match devient beaucoup plus physique, les contacts violents se succèdent. Lors d'un changement de ligne gapençais, Nurminen fait trébucher Correia, une vive altercation s'ensuit. En fin de tiers, Les Dijonnais lâchent prise moralement et attendent que la tornade gapençaise se calme. Après une passe de Charrette, Skvlaridlo frappe à bout portant. Hardy s'incline une troisième fois. Dans ce deuxième tiers, on aura remarqué les retards répétés de Hardy sur le puck, mettant fortement en danger son équipe.

Le troisième tiers n'est qu'une copie conforme du précédent. Du beau jeu de part et d'autre, de l'engagement physique, mais Dijon n'arrive toujours pas à concrétiser ses occasions. Les percées répétées de Pain, Nurminen ou Mille n'y feront rien. Gap tient bien en défense. Les Dijonnais réalisent des erreurs assez stupéfiantes à ce niveau, dépités par leur manque de réussite... ou plutôt par le jeu fluide, simple mais technique imposée par les Gapençais. Après avoir percé (une nouvelle fois) la défense dijonnaise, le duo Jelen-Correia inscrit le 4e but gapençais (45'14).

Aki Nurminen

Les Dijonnais n'y sont plus. Quatre minutes plus tard, après un slap violent de Skvaridlo détourné par Hardy sur Charette qui passe à Moussier qui n'a plus qu'a tirer au fond de la cage vide... Oui, la cage vide, puisque Hardy, croyant que son équipe avait récupéré le palet, était retourné ! Grosse bourde, qui vient conclure un match dominé par les Rapaces, et où les Dijonnais n'auront pu montrer leur visage offensif si intéressant.

Ce match est le scénario inverse de celui joué à Trimolet, remporté par Dijon 8-2. Les Gapençais avaient inscrit le premier but puis s'étaient totalement relâchés, faisant des erreurs lourdes en conséquences !

La contre-performance de ce match n'est autre que celle du gardien Florian Hardy, dépassé par les événements et parfois méconnaissable. Mais ce n'est pas LE responsable de cette cinglante défaite, c'est la défense qui a pris une nouvelle fois l'eau !

Dans ce match, quatre joueurs se sont vraiment fait remarquer : il s'agit bien évidement d'Erik Bochna et Milan Tekel, les ex-Dijonnais, qui ont fait plus que défendre durant 60 minutes. Ainsi que Tomas Skvaridlo, le Slovaque drafté par Pittsburgh qui a fait le spectacle. Rapide sur la glace, il a fait la différence à plusieurs reprises face aux défenseurs dijonnais, très peu présents.

Enfin, on retiendra surtout l'excellente performance du portier gapençais, Ronan Quemener, qui semble avoir pris définitivement cette saison la place de gardien numéro 1 au vu de ses performances : deux blanchissages en deux semaines. De même que l'attaque gapençaise qui a fait trembler plus d'une équipe en ce début d'année 2010. Gap est dans la place !

Gap remonte à la dixième place avec  13 points, provisoirement à l'abri des play-down.

Hommes du match : Ronan Quemener pour Gap et Aymeric Gillet pour Dijon.

 

Gap - Dijon 5-0 (1-0, 2-0, 2-0)
Samedi 23 janvier 2010 à 20h30 à la patinoire Brown-Ferrand. 745 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni assisté d'Adrian Popa et Guillaume Gielly.
Pénalités : Gap 18' (4', 10', 4'), Dijon (4', 2', 4').
Tirs : Gap 46, Dijon 24.
Évolution du score :
1-0 à 02'16" : Tekel assisté de Correia et Rambousek (sup. num.)
2-0 à 34'22" : Correia assisté de Rambousek
3-0 à 38'33" : Skvaridlo assisté de Charette et Bochna
4-0 à 45'14" : Jelen assisté de Correia
5-0 à 49'18" : Moussier assisté de Charette et Skvaridlo

 

Gap

Gardien : Ronan Quemener.

Défenseurs : Trevor Read - Milan Tekel ; Alexandre Cornaire - Jakub Suchanek ; Patrice Leblanc Bilodeau.

Attaquants : Jiri Rambousek (A) - Jiri Jelen (A) - Julien Correia ; Tomas Skvaridlo - Jean-Charles Charrette - Romain Moussier (C) ; Sébastien Vidal - Erik Bochna - Édouard Outin ; Mathieu André.

Remplaçants : Jakub Macek (G), Alexis Dicharry, Marc Slupski, Romain Vitali, Kévin Zampa, Jérémy Baridon. Absent : Matus Luciak.

Dijon

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Pavol Resetka - Aymeric Gillet ; Matthieu Mille - Aki Nurminen ; Jesse Lustberg - Peter Strapaty.

Attaquants : Thomas Decock - Anthony Guttig (A) - Arnaud Hascoët ; Stephen Dugas (C) - Luc Mazerolle - Matthew Reynolds ; Anton Lezo - Erwan Pain - Mathieu Séguy.

Remplaçants : Andy Foliot (G), Thomas Lecoanet, Miroslav Kristin (A).