Amiens - Grenoble (Ligue Magnus, 19e journée)

Larges vainqueurs à Épinal, là où les Gothiques ont éprouvé des difficultés à concrétiser leur statut de favori trois jours plus tôt, les Brûleurs de Loups reviennent dangereusement sur les talons de l'adversaire du soir.

Sans Mats Lusth, rentré aux pays pour des raisons privées, les Grenoblois annoncent vite la couleur, par une entrée en matière rugueuse de leurs deux avants suédois. Témoignage de l'importance accordée à la rencontre, les Gothiques ripostent par une première incursion de la turbulente ligne québécoise, suivis de près par Julian Marcos, et surtout Brian Henderson, dont le tir en angle termine dans la mitaine de Ferhi. 

2010-01-29-amiens-grenoble2La faute de Grégory Béron, derrière la cage de ce dernier permet aux visiteurs de monter en puissance. La deuxième faute, infligée à Miroslav Pazak, au rebond d'un missile de Kowalczyk repoussé tant bien que mal par la mitaine d'Eddy Ferhi, permet même aux visiteurs d'ouvrir la marque sur un rebond capricieux du palet dans les patins de Koivula, malheureux sur le coup (0-1 à 07'33"). Heurté par un Jansson sanctionné, le portier finlandais repousse avec difficultés, de la crosse, un tir croisé de Nilsson, mais retrouve de meilleures dispositions sur une percée de Baylacq et un tir à la bleue de Rouleau.

Une charge contre la bande de Mitja Sivic, en zone offensive, met fin à cette bonne période grenobloise. La sanction est quasi immédiate, car Miroslav Pazak prend le contrôle du jeu de puissance picard, se démène sur la gauche, repique vers la cage et offre un caviar à Grégory Béron (1-1 à 13'14"). La fin de tiers sera plus calme, malgré les efforts de Pazak, d'un côté, et de Sivic, de l'autre, pour rompre l'égalité.

Après la pause, consacrée à l'école du cirque, les Brûleurs de Loups entament le deuxième tiers avec conviction, Koivula devant fermer son angle sur un tir de Jansson. Un bel enchaînement de Tartari est ensuite arrêté fautivement par Marcos. Antonin Manavian profite de la situation pour faire sentir sa présence devant la cage, contrôlant la passe de Sivic pour mieux trouver la faille (1-2 à 22'39"). Amiens, à l'assaut de la zone offensive, passe près de la correctionnelle sur un contre mené à droite par Julien Baylacq, et repoussé par le poteau. Mitja Sivic cause même un début de panique dans la défense, sanctionnée.

2010-01-29-amiens-grenoble1Toutefois, le jeu de puissance grenoblois est moins limpide, et tarde à trouver la gâchette d'Alexandre Rouleau. Il est même pris à revers par une échappée de Rodier, lancé par Trabichet. Béron, sur un lancer spontané, inquiète Eddy Ferhi sur le retour à cinq, écourté par une faute iséroise, qui met fin aux échanges menés par Riendeau et Cayer. Le trafic devant la cage, créé notamment par Glaude, prend à défaut le portier international (2-2 à 28'39"). Et voici désormais les visiteurs sur la corde raide, voyant dangereusement Thomas Roussel percer et se faire stopper illégalement.

Autour de Rouleau, et grâce à un bon pressing de Martin Jansson, Grenoble s'en sort sans dommages, mais le Suédois, coupable d'une charge appuyée sur Sylvain Rodier, est renvoyé au vestiaire. Après avoir regagné le banc difficilement, le Québécois ne reviendra pas. La longue supériorité subséquente ne permet pas aux Amiénois de trouver de bonnes situations. Une défense resserrée les contraint même à attendre près de deux minutes pour lancer, par Teddy Trabichet. Les contrôles manqués et d'autres tâtonnements sont autant d'aubaines pour les Grenoblois, qui ratent le break sur une échappée de Dufour, maîtrisée par Ville Koivula.

Au contraire du tiers intermédiaire, le dernier vingt est attaqué tambour battant par les équipiers de Vincent Bachet. Grégory Béron est ainsi le plus rapide sur un palet envoyé au fond par son capitaine. Sur l'action suivante, le numéro 3 se démène, contourne son défenseur et loge la rondelle sous la barre (3-2 à 40'21"). Le Coliseum redouble d'encouragements à mesure que ses protégés poursuivent la prise d'assaut d'une cage  un peu trop mobile au goût de l'assistance. Une déviation de Valentin Claireaux, entré en cours de jeu, un décalage de Béron pour Mortas et une passe de Brian Henderson pour Cayer, dont la reprise est stoppée in extremis, réchauffent encore le public alors que le thermomètre extérieur flirte avec le zéro.

2010-01-29-amiens-grenoble3Les Brûleurs de Loups, dangereux par intermittences, surtout par Damien Fleury, gardent cependant la tête froide et attendent la première faute picarde pour trouver la faille, par Mitja Sivic, servi sur la droite par Viktor Wallin (3-3 à 46'05"). Tout est donc à refaire pour Amiens, qui multipliera les occasions dans la dernière période. Miroslav Pazak sort encore la rondelle de l'arrière de la cage, avant de buter du revers sur Ferhi, et de récupérer le rebond pour le diriger au-dessus. Puis Teddy Trabichet, en appui sur le Slovaque, perce pour tenter de jouer un mauvais tour à ses anciens partenaires, qui suppléent leur gardien en catastrophe. La mitaine d'Eddy Ferhi chauffe encore pour calmer les ardeurs de David Cayer et Riendeau et s'opposer à Pavel Kowalczyk sur le dernier jeu de puissance.

La prolongation, que l'un des deux hommes du match, Grégory Béron, devra quitter prématurément à cause d'une coupure au pied, ne débouchera pas sur une plus grande réussite pour les attaquants. Fleury pour Grenoble, d'un tir croisé, et Cayer, pour Amiens, en tentant de contourner la cage, ne peuvent éviter les tirs au but.

La séance décisive s'initie par deux arrêts, face à Rouleau et Kowalczyk, et se poursuit par un tir au-dessus de Dufour. Le quatrième à s'élancer, Miroslav Pazak, trouvant la faille entre les jambières de Ferhi, il faut une feinte de Damien Fleury pour permettre aux Grenoblois d'espérer.

Cependant, Brian Henderson imite l'ancien Caennais et offre aux Picards une nouvelle victoire de prestige face à un gros, après Rouen et Briançon en fin d'année civile. Situation qui tranche avec les dernières saisons et permet à la troupe d'Antoine Richer de rester à l'affût du podium, avant un déplacement en Anjou. Seul bémol, mais de taille, de la soirée, les sorties prématurées sur blessures des deux attaquants Béron et Rodier.

Désignés meilleurs joueurs du match : Grégory Béron pour Amiens et Mitja Sivic pour Grenoble.

 (photos www.hockey-passion.com)

Amiens - Grenoble 3-3 (1-1, 1-1, 1-1, 0-0) / 2-1 aux tirs au but
Vendredi 29 janvier 2010 à 20h00 au Coliseum.
Arbitrage de Nicolas Barbez assisté d'Adrien Ernecq et Thibaud Juret.
Pénalités : Amiens 16' (6', 6', 4‘, 0'), Grenoble 51' (6'+10', 6'+5'+20', 4', 0').
Évolution du score :
0-1 à 07'33" : Dufour
1-1 à 13'14" : Béron assisté de Pazak et Mortas (sup. num.)
1-2 à 22'39" : Manavian assisté de Sivic (sup. num.)
2-2 à 28'39" : Glaude assisté de Riendeau et Cayer (sup. num.)
3-2 à 40'21" : Béron assisté de Pazak
3-3 à 46'05" : Sivic assisté de Wallin (sup. num.)

Tirs aux buts :
Rouleau (arrêté), Kowalczyk (arrêté), Dufour (non cadré), Pazak (réussi), Fleury (réussi), Henderson (réussi).

 

Amiens

Gardien : Ville Koivula.

Défenseurs : Vincent Bachet (C) - Pavel Kowalczyk ; Teddy Trabichet - Jean Philippe Glaude (A) ; Julian Marcos (A) - Thomas Roussel.

Attaquants : Grégory Beron - Anthony Mortas - Miroslav Pazak ; Yannick Riendeau - Sylvain Rodier [puis Henderson] - David Cayer ; Loïc Sadoun (puis Valentin Claireaux à 40'00") - Brian Henderson (puis Yannick Offret à 40'00") - Simon Petit.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Maxim Belov, Kevin Hamon, Romain Bault.

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Viktor Wallin (A) - Maxime Moisand ; Alexandre Rouleau - Jakob Milovanovic ; Antonin Manavian - Nicolas Besch.

Attaquants : Mitja Sivic - Martin Jansson (A) - Anders Nilsson ; Jean-François Dufour - Christophe Tartari (C) - Damien Fleury ; Julien Baylacq - Raphaël Papa - Nicolas Arrossamena.

Remplaçants : Anthony Koren (G), Jason Crossman, Loup Benoît. Absents : Ludek Broz (lombalgie), Sébastien Raibon (G, blessé).