Mulhouse - Annecy (Division 1, 19e journée)

Cyril BossierCette dernière rencontre de janvier est importante pour les deux équipes. Après un début de saison pour le moins catastrophique, les Annéciens ont amorcé une nette progression depuis le mois de décembre, au point de ne plus figurer parmi les places de relégables. Ceci dit, la lutte pour le maintien risque de durer tout le reste de la saison, donc un ou deux petits points grappillés un peu partout ne seraient pas pour déplaire aux coéquipiers de Jeff Bonnard.

Pour les Scorpions de Mulhouse, les choses sont encore plus simples. Si les hommes de Christer Eriksson ne veulent pas être distancés de la course au podium, il faut perdre le moins de points possibles. La chose est simple en apparence. Quand on sait que le mois de février prochain voit des déplacements à Brest puis Caen et la réception de l'entente Deuil-Garges, on se dit que ce soir, il faut absolument les prendre, les deux points. Ne serait-ce que pour se redonner confiance après la défaite subie en Avignon. Mulhouse pouvait partir un peu plus rassuré : Annecy ne dispose pas d'un Carl Lauzon en puissance mais plutôt de quatre ou cinq (plus petits) pointeurs... La tâche ne sera peut-être pas si facile pour eux face à d'anciens habitués de Magnus tels les Boldron, Lecompère, Billieras, Catelin ou Bonnard. Bref, attention à ce match piège.

D'ailleurs, cette théorie se confirme très rapidement : premier assaut haut-savoyard, Benjamin Arnaud et Fabrice Leglaive s'échangent des politesses en entrée de zone mulhousienne sous l'œil très bienveillant des locaux pas encore très chauds. Tellement bienveillants les scorpions qu'Arnaud ouvre le score impunément (0-1 à 1'04"). Quel toupet !

Dès lors, les Mulhousiens n'ont plus d'autre choix que d'aller au charbon mais ce n'est pas pour autant facile. De part et d'autre, on se neutralise beaucoup en entrée de zone. Que c'est dur de passer la bleue, on ne parle même pas des tirs (5 tirs au total au bout d'environ dix minutes de jeu) ! Aussi, hormis une percée de Vincent Bringuet qui temporise un poil trop devant Cyril Bossier (8'14"), ou cette intrusion de Jens Eriksson qui bute sur le même portier haut-savoyard (13'16"), c'est de la neutralisation qui est offerte aux spectateurs, agrémentée de charges et de défis physiques. Bref, une partie âpre tout en restant très correcte au niveau des fautes.

Les Mulhousiens démarrent le deuxième tiers plus déterminés et surtout nettement plus percutants : ils perforent donc un peu plus les barrages annéciens et tirent plus sur le portier, mais il leur manque encore un peu de lucidité, comme sur ce tir à bout portant que Domen Vedlin rate, un peu surpris de l'aubaine (21'19"). Ce n'est que partie remise puisque Romain Pierrel remonte le long de la bande pour ensuite longer la rouge et tromper, d'un décalage, Bossier (1-1 à 24'37"). Les Annéciens tiennent bien le coup même s'ils pressent beaucoup moins leurs hôtes. Ils reprennent ainsi l'avantage sur un rebond laissé à portée de crosse de Leglaive, lors d'une supériorité (1-2 à 29'26"). Mulhouse a le mérite de se remettre aussitôt au travail et score d'un break opportuniste d'Adrien Dufournet qui venait juste de monter sur le glaçon (2-2 à 30'35").

La partie s'équilibre et les deux protagonistes verrouillent un peu plus leurs entrées de zone, si bien qu'un rideau assez opaque est posé devant les deux gardiens. Mickaël Gasnier, pourtant masqué, sort alors le grand jeu sur deux essais consécutifs d'Arnaud (33'57"), et dans la foulée, Bossier ferme bien son angle face à Olli Ruokamo (34'20"). Mulhouse prend alors la tête du match lors d'une infériorité : Jeff Bonnard arme son slap de la bleue et allume... la coquille de Marcus Forsberg. Le Suédois (sain et sauf !) récupère le palet et lance Kevin Gadoury qui n'en attendait pas tant. Le Canadien loge la rondelle entre les jambes du portier alpin (3-2 à 37'40"). Mulhouse rentre aux vestiaires sur un score qui reflète assez bien le tiers : les Alsaciens dominent mais Annecy veille... Bref, ce n'est pas encore du tout cuit.

Romain PierrelAlors il faut repartir à l'assaut en ce début de dernier tiers et on s'aperçoit qu'Annecy dispose d'un peu moins de jus : quatre défenseurs et deux centres pour trois lignes, ça fatigue quand même pas mal. Aussi Max Catelin va jouer le poste avec la troisième ligne. C'est quand même Mulhouse qui continue de pousser, sans toutefois être réaliste devant la cage adverse.

La partie avance, les joueurs se chambrent de plus en plus, pas facile de rester concentré. Annecy en profite pour revenir au score lors d'une nouvelle supériorité : Catelin glisse la rondelle entre les jambes de Gasnier au milieu d'une bronca dans les gradins (M. Catarino vient de pénaliser Forsberg un peu trop indiscipliné face à un chambrage), le but en lui même ne souffre pourtant d'aucune contestation (3-3 à 51'47"). C'est alors Julien Aubry qui débloque une fois pour toutes l'issue du match lors d'une remontée et d'un tir tendu en entrée de zone savoyarde (4-3 à 54'45") ; Cette fois-ci, il ne faut plus laisser passer l'occasion. Les locaux bloquent efficacement les dernières velléités des visiteurs tout en se payant le luxe d'un dernier assaut de Bringuet dont le tir est détourné par la transversale de Bossier (58'39").

La partie ne fut pas à proprement parler très agréable à regarder. Les deux équipes ont passé beaucoup de temps à se neutraliser avant tout, et donc il n'y eut pas pléthore d'occasions réellement franches.

Annecy manquait sans doute d'un peu plus de fraîcheur en défense, et un peu aussi en attaque, notamment durant les vingt dernières minutes. On notera pourtant des choses sympathiques au niveau offensif, notamment une vitesse de patinage intéressante et deux trois leaders-vecteurs qui portent souvent le danger. Il manquait aussi un peu plus de percussion devant la cage de Gasnier.

Mulhouse s'en tire bien, avec une victoire certes logique au vu de la partie mais qu'il a fallu chercher avec beaucoup de persévérance. Cela manque un peu de présence directement devant le gardien adverse. Devant Gasnier, ce n'est pas toujours très serein non plus. Il reste cependant beaucoup de hargne et de patience, les deux caractéristiques qu'il fallait pour gagner ce soir.

Récompensés à la fin du match : Fabrice Leglaive pour Annecy et Julien Aubry pour Mulhouse.

 

Mulhouse - Annecy 4-3 (0-1, 3-1, 1-1)
Samedi 30 janvier 2010 à 17h45 à la patinoire de l'Illberg. 987 spectateurs.
Arbitrage de Jean Catarino assisté de Sueva Torribio et Geoffrey Barcello.
Pénalités : Mulhouse 20' (2', 6', 2'+10'), Annecy 12' (4', 2', 6').
Tirs : Mulhouse 30 (8, 12, 10), Annecy 14 (4, 8, 2).
Évolution du score :
0-1 à 01'04" : Leglaive assisté de B. Arnaud et Boldron
1-1 à 24'37" : Pierrel assisté de Tromeur et Ruokamo
1-2 à 29'26" : Leglaive assisté de Bonnard et Crettenand (sup. num.)
2-2 à 30'35" : Dufournet assisté de Stopar et Gadoury
3-2 à 37'40" : Gadoury assisté d'Aubry et Forsberg (inf. num.)
3-3 à 51'47" : Catelin assisté de Bonnard et Billieras ( sup. num.)
4-3 à 54'45" : Aubry assisté de Delisle et Stopar

 

Mulhouse

Gardien : Mickaël Gasnier.

Défenseurs : Domen Vedlin - Markus Forsberg ; Maximilien Tromeur - Roman Jasko (A) ; Yann Marez (ou Mathieu Bidoli à partir de 36'11") - François Delisle.

Attaquants : Romain Pierrel - Jens Eriksson - Olli Ruokamo (A) ; Julien Aubry (C) - Jure Stopar - Kevin Gadoury ; Vincent Bringuet - Adrien Dufournet - Lucas Tremellat.

Remplaçants : Marc-André Martel (G), Julien Mathieu, Anthony Pernot.

Annecy

Gardien : Cyril Bossier.

Défenseurs : Gabriel Périllat ; Jean-François Bonnard ; Yoan Crettenand ; Yann Lecompère en rotation (plus Thomas Eischen de 0' à 20").

Attaquants : Cédric Boldron ou Marc Billieras (A) en rotation avec les duos Benjamin Arnaud (A) - Fabrice Leglaive ; Thomas Bussat (C) - Maxime Catelin ; Romain Laplace - Damien Laplace (puis Max Catelin en 3e centre à partir de 40').

Remplaçants : Joffrey Pingrit (G), Joris Barcelo. Absents : Tadeusz Pulawski, Florian Pesce.