Poitiers - La Roche/Yon II (Division 3, poule basse, groupe G2)

Charly Venien

La trêve des confiseurs a duré bien longtemps pour les Dragons poitevins, qui avaient mis la compétition entre parenthèses depuis le 12 décembre et leur dernier match de phase régulière, perdu 1-6 contre les Taureaux de Limoges, leaders de la poule A. Une pause d'un mois et demi qui leur a sans aucun doute laissé le temps de repenser à cette saison - quoi qu’il arrive - frustrante, marquée par des rendez-vous manqués (Rennes, Niort, Tours... La Roche/Yon) et une présence en play-off sabordée.

Triste constat pour les ouailles de John Stinco : les trois formations de la poule ayant obtenu leur billet pour les play-off, Limoges, Tours B et Niort, avaient été hachées menu par les Pictaviens lors du précédent exercice, dominé par Anglet. Poitiers, alors deuxième, avait atteint son objectif malgré un banc bien maigre et une infirmerie gonflée.

Las ! Les gaillards étaient certes bien rétablis à l'aube de la saison 2009/2010. Mais le Stade Poitevin devait déplorer la perte de son artilleur slovaque Ján Katrušin, parti chercher le soleil à Toulon, du défenseur tchèque Roman Bambuch, rapatrié subitement en fin d'année pour cause de décès dans la famille et depuis resté sur place, et de son gardien fétiche Florent Robin, qui s'occupe désormais de protéger les cages nantaises en D2. Exit également les vieux de la vieille Virgil Valsaint, Mick Joyeux ou Mickaël Gouget. Place à la nouvelle garde, composée essentiellement de juniors en manque d'expérience mais débordants d'envie.

 

Le premier match à domicile face aux Rennais d'Yven Sadoun avait laissé entrevoir quelques promesses (victoire 3-2). Mais, malgré un buteur en forme, Alexis Lateule, et une discipline recouvrée, la réalité de la glace a pris le dessus sur les ambitions poitevines. En face aussi, les changements d'inter-saison avaient modifié la donne : à Limoges, à Tours et surtout à Niort, le retour de mercenaires avait équilibré, sinon inversé, les forces en présence. Sans mal faire, les Dragons passaient à la trappe...

La première rencontre des play-down contre les Cormorans de Rennes reportée en début de mois à cause de la neige, c'est à domicile et contre la réserve des Aiglons yonnais que les Dragons sont repartis samedi à l'attaque avec comme double objectif de commencer par une victoire et de laver l'affront vendéen lors de l'ultime confrontation (défaite 5-6 après avoir mené 5-2).

Et il ne faut guère patienter pour se rendre compte que la machine locale est toujours bien huilée. Romain Menneteau ouvre la marque alors que le chrono affiche à peine 90 secondes de jeu, avant que Lateule fasse le break une demi-minute plus tard. Les Aiglons profitent cependant d'une supériorité numérique pour revenir rapidement au score par Mario Planchot (2-1, 6e). Pas le temps de s'ennuyer donc ! Les temps morts sont inexistants, le rythme est soutenu et le jeu bien léché. Poitiers domine toutefois assez largement, et le siège des filets vendéens se conclut par deux nouveaux buts dans le premier acte, à mettre à l'actif de Romain Diversay (3-1, 9e) puis du capitaine François Duchene alors que les Aiglons sont deux de moins sur la glace (4-1, 13e).

Xavier Davranche

Le cavalier seul des Poitevins se poursuit dans l’opus suivant avec trois buts inscrits en à peine quatre minutes. Olivier Franger réussit son face-à-face avec le gardien Benjamin Durand et porte à quatre longueurs l'avance des siens (5-1, 22e). Dans la foulée, Duchene slalome dans la défense adverse avant de passer à Lateule qui réalise le doublé (6-1, 23e). Enfin, Menneteau contourne les filets yonnais et glisse la rondelle dans un trou de souris (7-1, 26e). C'en est terminé de l'avalanche ! En tous cas pour les locaux...

Car les Aiglons, certes bien mal embarqués dans la partie, parviennent à réagir. À l'instar des Pictaviens, ils s'en vont réduire considérablement la marge qui sépare les deux équipes avec une rapidité surprenante. À la demi-heure de jeu, les Blancs sonnent la charge et mènent un contre concrétisé avec succès par le capitaine et meilleur pointeur du groupe, Xavier Davranche (7-2). La même action, une minute plus tard, permet à Vincent Brie d'y aller de son but (7-3). Les Dragons voient alors rouge et se retrouvent en infériorité. Rémi Linay n'en demandait pas plus : il se démarque, tire de loin et trouve la lucarne de Matthieu Rassineux (7-4, 32e), faisant ainsi lever des travées les quelques supporters vendéens, tout à leur joie devant cette esquisse de retournement de situation. Duchene s'empresse cependant de casser leur ardeur (8-4, 33e).

Malheureusement pour le public et le jeu, cette dernière réalisation marque le début d'un nouveau match, ponctué par d'incessants arrêts de jeu, de vilaines fautes et de gestes violents. Le troisième et dernier acte, long d'une heure (!), en sera donc pourri même si Venien casse la monotonie de la partie en retrouvant la voie des cages (9-4, 49e et que Duchene exploite au mieux la passe de Menneteau (10-4, 51e). La giffle s'arrête avec le hat-trick de Lateule, qui fait alors monter son compteur saisonnier à 16 buts (10-4, 52e).

Excédé par la facilité adverse, le jeune Jordan Retailleau pète les plombs et s'acharne sur le pauvre Grégory Stinco, déjà le nez dans la glace, en le chargeant d'un brutal coup de crosse dans le dos. Le rejeton du coach poitevin, piqué au vif, se relève illico presto et lui donne la réplique. S'ensuit un début de bagarre qui prend fin en même temps que le retour aux vestiaires du belligérant (52e). Auparavant, Menneteau avait lui aussi quitté prématurément la partie (48e). C'est peu dire qu'il était temps que tout le monte rentre chez soi.

 

 

Alexis LateulePoitiers - La Roche/Yon (B) 11-4 (4-1, 4-3, 3-0)
Samedi 30 janvier 2010 à 20h15 à la patinoire municipale de Poitiers. 80 spectateurs.
Arbitrage de MM. Boucheret et Sevillia.
Pénalités : Poitiers 46' (6', 6'+10', 4'+10'+10'), La Roche-sur-Yon (10'+10'+10', 4', 6'+5'+20').
Évolution du score :
1-0 à 01'29" : Menneteau
2-0 à 02'04" : Lateule
2-1 à 05'08" : Planchot (sup. num.)
3-1 à 08'24" : Diversay assisté de Lateule
4-1 à 13'24" : Duchene assisté de P. Aussenac (double sup. num.)
5-1 à 21'37" : Franger assisté de Venien et Menneteau
6-1 à 23'10" : Lateule
7-1 à 26'15" : Menneteau assisté de Jolly et Venien
7-2 à 29'55" : Davranche assisté de Retailleau
7-3 à 31'02" : Brie assisté de Planchot
7-4 à 32'08" : Linay assisté de Davranche (sup. num.)
8-4 à 33'13" : Duchene assisté de Menneteau (inf. num.)
9-4 à 49'12" : Venien assisté de Robin
10-4 à 50'51" : Duchene assisté de Franger
11-4 à 51'35" : Lateule assisté de Franger et Thiebault

 

Poitiers : Matthieu Rassineux puis Dorian Auzou à 40'00" – Romain Diversay, Grégory Stinco, Thomas Thiebault (A), Alexis Lateule, François Duchene (C), Olivier Franger, Charly Venien, Sébastien Jolly, Aurélien Desgranges, Romain Memmeteau, Charles Robin (A), Etienne Rey, Rémi Aussenac, Pierre Aussenac.

La Roche/Yon 2 : Benjamin Durand - Christophe Bézier, Xavier Davranche (C), Vincent Brie, Thomas Pellerin, Jordan Retailleau, Rémi Linay, David Boudeau, Mario Planchot, Alexandre Martin (A), Jérémy Geoffroy, Jordan Sebbak.