Angers - Amiens (Ligue Magnus, 20e journée)

Le Mont-Blanc est bien digéré !

Après la débâcle subie vendredi dernier contre Mont-Blanc, les Angevins avaient à cœur de se racheter devant leur public. Cette affiche du haut de tableau a attiré la foule (1200 spectateurs) mais malheureusement des joueurs majeurs ne sont pas de la partie : Sylvain Rodier, Grégory Béron (Amiens) et Simon Lacroix (Angers), tous trois blessés.

Le match démarre sur un rythme soutenu et la première ligne angevine met à contribution Ville Koivula, l'ex-chouchou du Haras. Le portier visiteur est impérial en ce début de partie. Il s'interpose avec brio sur des tirs de la bleue de Per Braxenholm ou à bout portant de Jonathan Bellemare. Il faudra attendre presque 4 minutes pour voir le premier tir visiteur. Les protégés de Heiki Leime vont finir par percer la "muraille" Koivula. Ce dernier repousse du plastron un tir puissant d'Éric Fortier et se jette sur la rondelle pour la geler ; mais c'est sans compter sur l'opportunisme de Pierre-Luc Laprise qui, du bout de la palette, fait passer le puck au-dessus du cerbère visiteur allongé sur la glace (1-0, 4'54").

AngersDès lors les Angevins vont essayer de faire le break mais les (rares) contres amiénois sont dangereux : Yanick Riendeau (7') ou Simon Petit (9') viennent défier un Peter Aubry très inspiré. Les deux supériorités amiénoises coup sur coup ne donnent rien : le gardien angevin arrête les rares tirs amiénois lors de la première, et la seconde est superbement négociée par les Angevins qui font la passe à dix sur toute l'aire de jeu et monopolisent le palet.

La domination territoriale est quand même nettement angevine et Pavol Mihalik est à deux doigts d'inscrire un deuxième but lorsque son tir de la bleue est repoussé par la base du poteau gauche de Ville Koivula (12'). Les Angevins méritent leur avantage à la fin de ce premier tiers. Avantage qui aurait pu être bien plus conséquent, mais Koivula veille au grain.

Le deuxième tiers repart sur des bases encore plus élevées et Angers domine nettement. La défensive amiénoise est constamment inquiétée, avec des tirs de Hermani Vidman (22' et 23'), une déviation d'Éric Fortier quelques centimètres au-dessus de la transversale (25'), ou un tir en angle fermé de Pierre-Luc Laprise (27'). Le portier visiteur est aussi tout heureux de voir un tir de la bleue de Marko Kiprusoff frôler sa lucarne gauche (30'). Ce même Kiprusoff s'est fait accrocher trois fois dans la même action par Jean-Philippe Glaude. D'habitude si stoïque, l'ex-international finlandais, a répondu en plaçant un bon coup d'épaule au défenseur canadien amiénois qui a fini... les fesses sur la glace.

À trop défendre, les visiteurs finissent par craquer deux fois en quatre minutes. D'abord sur un superbe jeu de passes en triangle du trio Fortier-Bellemare-Laprise. Une belle remontée de palet et Jonathan Bellemare, de derrière le but, sert Éric Fortier lancé plein axe et qui place la rondelle entre les jambières de Ville Koivula (2-0, 35'01"). Ensuite, Julien Albert – après un très bon travail pour récupérer le palet derrière la cage – sert Thiery Poudrier dans l'enclave qui place la rondelle au ras du poteau droit (3-0, 39'43"). On se dirige tranquillement vers ce score, mais à une seconde de la fin, Simon Petit trompe Peter Aubry d'un tir à mi-hauteur sur le côté droit (3-1, 39'59"). Ce but a le mérite de laisser les Amiénois dans le match, mais le gardien angevin peut s'en vouloir car il est d'une étrange passivité sur cette action.

Les Angevins continuent leur domination au troisième tiers, mais Ville Koivula, décidément très inspiré face à ses anciens coéquipiers, entretient l'espoir pour son équipe. Il arrête de la mitaine un tir de Tomas Baluch à bout portant (46') et dévie de la botte un tir vicieux de Per Braxenholm (47'). Il est malheureux sur le quatrième but angevin, puisqu'après avoir fait le premier arrêt sur un tir de Fortier, il voit Bellemare prendre le rebond. L'infortuné gardien amiénois dévie le palet au-dessus de lui avec sa crosse... Le palet passe la ligne de vingt bons centimètres. Rageant ! (4-1, 48'32"). Mais, une nouvelle fois contre le cours du jeu, les protégés d'Antoine Richer reviennent au score. Yannick Offret prend un rebond de Thomas Roussel de la bleue et trompe brillament Peter Aubry qui se couche trop tard sur cette action (4-2, 49'20"). La supériorité à 6 contre 5 d'Amiens ne donnera rien. Les Angevins auraient même pu ajouter un cinquième but en cage vide si Thiery Poudrier n'avait pas – inexplicablement – loupé son tir à dix mètres.

Une très belle prestation des Ducs d'Angers qui se devaient de se racheter après cette déconvenue du Mont-Blanc. Les Angevins sont toujours troisièmes et peuvent être rassurés sur leur jeu, même s'il est moins fluide qu'en première partie de saison. Julien Albert, sous les yeux de Dave Henderson ce soir au Haras, a sans doute marqué des points dans l'optique d'intégrer l'équipe de France.

Côté amiénois, pas grand grand-chose à retenir si ce n'est les belles accélérations de Yanick Riendeau. Pavel Kowalczyk et Ville Koivula se sont avérés des pièces essentielles du dispositif amiénois lors de cette rencontre. Malgré la défaite, c'est un retour gagnant pour celui qui restera à jamais dans le cœur des Angevins le gardien héros de la coupe de France 2007.

Étoiles du match : *** Éric Fortier (Angers), ** Ville Koivula (Amiens), * Julien Albert (Angers).

 

Angers - Amiens 4-2 (1-0, 2-1, 1-1)
Mardi 2 février 2010 à 20h30 à la patinoire du Haras. 1 200 spectateurs
Arbitrage de Bruno Colléoni assisté de Yann Furet et Jérémy Rauline
Pénalités : Angers 8' (4', 2', 2'), Amiens 6' (0', 4', 2').
Évolution du score :
1-0 à 04'54" : Laprise assisté de Fortier
2-0 à 35'01" : Fortier assisté de Laprise et Bellemare
3-0 à 39'43" : Poudrier assisté de Albert
3-1 à 39'59" : Petit assisté de Offret et Claireaux
4-1 à 48'32" : Bellemare assisté de Laprise et Fortier
4-2 à 49'20" : Offret assisté de Roussel et Kowalczyk