Kovalchuk échangé vers New Jersey

Devils

Depuis le début de la saison, on se demandait comment Atlanta allait gérer l'avenir d'Ilya Kovalchuk, en fin de contrat cet été. Le joueur russe était en effet exigent : il demandait à la fois le plus gros salaire possible (20% des revenus de l'équipe, soit 11 millions de dollars) et une rente "à vie", à savoir un contrat de douze ans. Sur ce dernier point, les Thrashers étaient prêts à céder en négociation, mais pour moins de neuf millions de dollars par an. Ils pouvaient aussi franchir la barre des dix millions, mais pour sept ans. Un accord devenait de plus en plus improbable.

Restait la solution d'un échange, pour au moins récupérer quelque chose en retour. Comme la date limite est fixée au 3 mars, et que les transferts sont gelés pendant la quinzaine olympique, il fallait se dépêcher. Hier, le double champion du monde a donc été envoyé à New Jersey en compagnie de l'arrière finlandais Anssi Salmela (qui y retourne puisqu'il jouait l'an passé). La compensation comprend deux Suédois (le défenseur Johnny Oduya et le jeune attaquant Nicklas Bergfors), un choix de premier tour et... Patrice Cormier, le capitaine de l'équipe canadienne junior qui vient d'être suspendu pour toute la fin de saison pour sa tendance à lever le coude en direction des têtes de ses adversaires.

Voilà donc le pur buteur Kovalchuk dans l'équipe à la réputation la plus défensive de la NHL, entraîné par le maître des tactiques prudentes Jacques Lemaire. Il a prouvé depuis deux ans en équipe de Russie qu'il pouvait se rendre utile quand un titre était en jeu, alors qu'à Atlanta, qui avait bâti son équipe autour de lui mais n'avait jamais gagné un match en play-offs, il ne pouvait guère espérer que soigner ses statistiques personnelles. Va-t-on voir un autre Kovalchuk ? Et d'autres Devils, car ils savent manquer de talent offensif pour être compétitifs ?