Dijon - Grenoble (Ligue Magnus, 21e journée)

Match à enjeu opposant le 6e, Grenoble, au 7e, Dijon. Un match annoncé comme étant serré, mais qui ne le fut pas vraiment, notamment à cause de la défense dijonnaise... et d'une équipe de Grenoble très réaliste.

Le réalisme à la grenobloise

Dès le début du match, les Brûleurs de Loups, encouragés par leurs supporters venus en nombre et donnant de la voix, imposent leur jeu et pressent Dijon très haut. Tactique payante puisqu'après une attaque des Dijonnais, le palet est récupéré par Julien Baylacq. Il passe à Mitja Sivic qui va tromper (tranquillement) Hardy, sans défenseur ! Quatre minutes plus tard, rebelote : après une offensive dijonnaise, les BDL interceptent le palet, et Christophe Tartari va battre Hardy, impuissant... Puis les Grenoblois, sereins, dérouleront leur jeu, en attendant la fin du tiers. Mais, les Dijonnais, toujours présents, bien qu'en retard sur les contres, ne l'entendent pas de cette oreille. Et à deux minutes de la fin de la première période, Erwan Pain fait sonner la révolte dijonnaise (1-2) Tout semble encore possible pour les Dijonnais à condition de combler les carences défensives.

Marquer ou ne pas prendre de but, tel est le problème ! Cruel dilemme que se pose la bande à Maric au début du deuxième tiers. Bien que bousculant les BDL, les Ducs s'inclinent pour la troisième fois (Sivic, 21'52"). Face à un réalisme incroyable, les Dijonnais ne perdent pas espoir, et le jeune tricolore Anthony Guttig pousse en attaque. Mais rien ne passe, notamment grâce à un excellent Eddy Fehri, à la fois chanceux et magistral. À deux minutes de la fin du deuxième tiers, les Dijonnais lâchent prise... et Baylacq score à nouveau (1-4).

HardyFlorian7Le troisième tiers ressemble étrangement au précédent. Dijon attaque beaucoup, construit, mais n'arrive toujours pas à mettre au fond. Le manque terrible de chance, allié à un excellent Fehri (qui sauve in extremis le palet sur sa ligne à plusieurs reprises) ainsi qu'à une défense laxiste, font de Dijon une bête blessée. C'est Damien Fleury qui met un terme à ce festival offensif grenoblois (1-5), but marqué une nouvelle fois en contre, après un mauvais marquage des défenseurs dijonnais.

Copie à revoir pour Dijon. En effet, une majorité de buts grenoblois ont été marqués en contre. Coach Maric devra donc trouver la solution à ce cruel manque d'inspiration en défense. Les Dijonnais auraient pu espérer beaucoup mieux si... la défense s'était replacée à chaque offensive adverse. Conséquence de ce manque d'attention : les Dijonnais restent septièmes, avec 21 points, mais, derrière, les Strasbourgeois se rapprochent avec 19 points grâce à leur victoire à Villard.

Pour les Grenoblois, ce match permet surtout de rassurer. Après des performances en demi-teinte, notamment mercredi dernier, face à Epinal, où ils ont dû avoir recours aux pénaltys pour s'imposer. Ils remontent à la cinquième place grâce à la défaite de Morzine face à Amiens, 4-5.

Les étoiles de ce match sont côté grenoblois : Mitja Sivic et Julien Baylacq. Ils ont percuté de tous les côtés et mis la défense bourguignonne en difficulté. Tout comme Eddy Fehri qui a fait un match de grande classe, avec des arrêts réflexes pour le moins extraordinaires.

Côté dijonnais, on notera l'excellente performance d'Anthony Guttig et Erwan Pain en attaque, qui ont sauvé l'honneur. Tout comme le dernier rempart, Florian Hardy, qui a remporté plusieurs face-à-face. De bon augure de la part de deux gardiens internationaux pour les championnats du monde qui auront lieu à Mannheim en mai.

 

Dijon - Grenoble 1-5 (1-2, 0-2, 0-1)
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté de Benjamin Gremion et Yann Furet.
Pénalités : Dijon 14' (8', 4', 2') ; Grenoble 12' (4', 6', 2').
Évolution du score :
0-1 à 02'37" : Sivic assisté de Baylacq et Nilsson
0-2 à 08'10" : Tartari assisté de Fleury et Rouleau (sup. num.)
1-2 à 18'01" : Pain (inf. num.)
1-3 à 21'52" : Sivic assisté de Nilsson (sup. num.)
1-4 à 38'37" : Baylacq assisté de Sivic et Nilsson
1-5 à 48'30" : Fleury assisté de Wallin (sup. num.)

 

Dijon

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Matthieu Mille (C) - Aymeric Gillet (A) ; Jesse Lustberg - Aki Nurminen ; Pavol Resetka - Peter Strapaty.

Attaquants : Miroslav Kristin - Luc Mazerolle - Matthew Reynolds ; Anton Lezo - Erwan Pain - Arnaud Hascoët ; Thomas Decock - Anthony Guttig (A) - Mathieu Séguy.

Remplaçants : Andy Foliot (G), Nicolas Ritz, Thomas Lecoanet, Yassine Fahas. Absent : Stephen Dugas.

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Viktor Wallin (A) - Maxime Moisand ; Alexandre Rouleau (A) - Jakob Milovanovic ; Antonin Manavian - Nicolas Besch.

Attaquants : Mitja Sivic - Julien Baylacq - Anders Nilsson ; Jean-François Dufour - Christophe Tartari (C) - Damien Fleury ; Loup Benoît - Raphaël Papa - Nicolas Arrossamena.

Remplaçants : Anthony Koren (G), Jason Crossman, Elie Raibon. Absents : Ludek Broz (lombalgie), Martin Jansson (suspendu), Sébastien Raibon (G, blessé).