Amiens - Morzine-Avoriaz (Ligue Magnus, 21e journée)

L'accès au podium ayant été fermement barré par les Ducs d'Angers, l'objectif numéro 1 des Gothiques est de conserver le quatrième strapontin, convoité en premier lieu par Morzine et Grenoble. Les Brûleurs de Loups tenus à distance huit jours auparavant, reste aux hommes d'Antoine Richer à calmer les ardeurs des Pingouins, privés de Nicolas D'Aoust, suspendu.

De leur côté, les Gothiques ont également laissé des plûmes avant leur déplacement en Anjou. Sylvain Rodier et Grégory Béron vont beaucoup leur manquer dans les prochaines semaines, non seulement par leur technique, mais aussi par leur application. Comme ce fut le cas pour la deuxième partie de la rencontre face à Grenoble, Brian Henderson replace Rodier, mais cette fois entre Cayer et Marcos, de retour en attaque. Riendeau prend pour sa part le poste de Béron aux côtés de Mortas et Pazak, pour se mettre en évidence rapidement sur un travail initié derrière a cage par ses deux partenaires. Un gros lancer de Bachet ponctue cette bonne présence en zone adverse, pour acculer les visiteurs peu à leur avantage y compris suite à deux fautes de Marcos et Henderson.

Immonen et ou Halava ne peuvent accélérer le jeu de puissance, le premier parvenant tant bien que mal à proposer un lancer. La meilleure occasion échoit finalement à... David Cayer, sur une échappée maîtrisée par Guillaume Richard. La pression demeure sur ce dernier au retour à cinq, et Simon Petit offre une deuxième chance à Yanick Riendeau, qui tient là sa revanche (1-0 à 08'43"). Les mouvements du Québécois et de Pazak perturbent la défense haut-savoyarde, pris de court sur une nouvelle action rapide de Mortas, pour Kowalczyk, venu s'intercaler devant la cage. Richard se remet vite du premier filet picard, écartant la menace présentée par le Tchèque, et détournant de l'épaule un tir de Cayer.

Les Morzinois semblent sur le point de craquer, d'autant que le manque de solutions nuit à l'efficacité de leurs relances. Ils trouvent soudain les moyens d'inquiéter Koivula, sur une erreur de marquage que Kim Virtanen tente en vain de sanctionner face à la jambière de son compatriote. Puis sur un beau travail de Hjalmarsson, repoussé sur Johan Älgekrans (1-1 à 13'15") et un lancer en lucarne de Mickaël Brodin (1-2 à 16'23") les Pingouins trouvent la faille de façon inopinée. Cet avantage conforte les blancs, plus présents offensivement, comme en témoigne la solution apportée à Halava par une nouvelle montée de Virtanen. Koponen et Toivonen mettent pour leur part en évidence certains oublis de l'arrière-garde rose.

Derrière, le rideau se dresse rapidement sur Riendeau, et lorsque Pazak parvient à s'extirper du marquage, la reprise du Québécois échoue sur un Richard vigilant. Les hommes d'Antoine Richer cherchent encore la solution après la première pause, face à de patients Morzinois, mais Ville Koivula est à ce moment le plus occupé, captant du gant l'essai de Brodin, et faisant front à la percée de Koponen. Un autre Finlandais, Niko Toivonen, se heurte par deux fois à l'ancien Angevin, sur un tir en force détourné du bâton et sur une sortie rapide qu'il pensait conclure de l'enclave.

L'équation paraît insoluble à l'approche de la mi-match, tant le dispositif mis en place par Santeri Immonen et ses hommes parait rôdé. La présence du capitaine Bachet aux abords de la cage alpine ne suffit pas plus à bousculer les visiteurs. Ces derniers vont pourtant craquer sur une action rapidement menée par la troisième ligne gothique. L'ultime défenseur trébuche et laisse un boulevard à Claireaux et Petit, qui empoche son deuxième point de la soirée (2-2 à 28'57"). L'euphorie née de cette égalisation perturbe totalement une défense devenue friable, qui rend la rondelle à Riendeau et subit le choc des incisifs Marcos et Henderson, dont l'engagement ouvre des brèches, dont profite notamment Cayer (3-2 à 29'40").

À mesure que la discipline commence à faire défaut, les vagues se succèdent sur la cage de Guillaume Richard. Les gros lancers de Marcos, Trabichet et Cayer sont repoussés, mais Brian Henderson exploite un rebond (4-2 à 32'35"). L'écart ne se creuse pas avant le deuxième coup de sirène, les essais en force de Kowalczyk et Riendeau étant tout aussi repoussés que le tir de Mortas dans la jambière de Guillaume Richard. Ni au début du dernier tiers, car le jeune gardien sauve encore Morzine, dépassé par Pazak, devant Riendeau.

Les Gothiques ménagent le suspense...

Pour ne pas rendre les efforts de son gardien vains, Santeri Immonen accélère le jeu de puissance, d'une part sur un lancer en force vers la mitaine sûre de Koivula, d'autre part sur un décalage vers Antti Koponen, qui surprend le dernier rempart de la droite (4-3 à 42'35"). Et comme Richard sort trois grands arrêts sur la même action, devant Henderson, Marcos en pivot et Cayer sur un palet aérien, la maladresse de Mortas dans le dernier geste est aussitôt punie par le contre de Erik Hjalmarsson, toujours de la droite (4-4 à 44'41").

La prestation inconstante des Gothiques les expose à nouveau à l'intrépidité des attaquants alpins, Puntureri et sa passe abandon pour Toivonen en tête. Le tir de Kowalczyk ne peut percer la forêt de joueurs placés devant une cage ensuite ratée par la déviation de Simon Petit. Et la situation est sur le point de se corser sur une faute provoquée par Niko Toivonen.

Miroslav Pazak choisit pourtant cette infériorité pour accélérer sur l'aile et permettre à Anthony Mortas, en contournant Richard, de donner l'avantage aux locaux (5-4 à 50'11"). Les roses attendent désormais, à l'affût de possibilités de contre-attaquer. Sur l'une d'elles, David Cayer glane à son tour une supériorité numérique, occasion de sceller le sort des Pingouins. Peine perdue car Guillaume Richard veille encore sur le tir en hauteur de Riendeau et ferme son côté à Bachet et Mortas.

C'est même Kim Virtanen, dont le lancer est repoussée par le poteau, et Toivonen, alerté en profondeur, qui passent près de rendre aux Gothiques la monnaie de leur pièce. Malgré la faute de Cayer à moins de cinq minutes du terme, Ville Koivula, assez employé tout au long de la rencontre, n'aura plus qu'un arrêt difficile à réaliser, sur un lancer de l'actif Koponen, malgré le trafic important dans son enclave.

Opportunistes par moments, les Morzinois ont profité de certaines largesses picardes pour remporter deux tiers et faire douter leurs hôtes. Ces derniers confortent toutefois leur quatrième place.

Désignés meilleurs joueurs du match : David Cayer pour Amiens et Erik Hjalmarsson pour Morzine-Avoriaz.

Commentaires d'après-match

David Cayer (attaquant d'Amiens) : "C'est certain que Sylvain Rodier et Grégory Béron sont deux joueurs majeurs. À nous de nous adapter et trouver les moyens de compenser cette perte importante. Ce ne fut pas notre meilleur match, la différence s'est faite sur les unités spéciales. Il faudra rester disciplinés dans le sprint final. La trêve va nous permettre de nous reposer avant les séries."

 

Amiens - Morzine-Avoriaz 5-4 (1-2, 3-0, 1-2)
Samedi 6 février 2010 à 20h00 au Coliseum. 2800 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek assisté d'Adrien Ernecq et Nicolas Piedigrossi.
Pénalités : Amiens 10' (4', 0', 6'), Morzine-Avoriaz 10' (0', 6', 4').
Évolution du score :
1-0 à 08'43" : Riendeau assisté de Petit
1-1 à 13'15" : Algekrans assisté de Hjalmarsson et Suderman
1-2 à 16'23" : Brodin assisté d'Älgekrans et Hjalmarsson
2-2 à 28'57" : Petit assisté de Claireaux
3-2 à 29'40" : Cayer assisté d'Offret
4-2 à 32'35" : Henderson assisté de Marcos et Cayer (sup. num.)
4-3 à 42'35" : Koponen assisté d'Immonen et Älgekrans (sup. num.)
4-4 à 44'41" : Hjalmarsson assisté de Jestin
5-4 à 50'11" : Mortas assisté de Pazak (inf. num.)

Amiens
Gardien : Ville Koivula.
Défenseurs : Vincent Bachet (C) - Pavel Kowalczyk ; Teddy Trabichet - Jean Philippe Glaude (A) ; Romain Bault - Thomas Roussel (A).
Attaquants : Yanick Riendeau - Anthony Mortas - Miroslav Pazak ; Julian Marcos - Brian Henderson - David Cayer ; Yannick Offret - Valentin Claireaux - Simon Petit.
Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Maxim Belov, Kevin Hamon, Jonathan Boehrer, Loïc Sadoun. Absents : Grégory Beron, Sylvain Rodier (blessés).

Morzine-Avoriaz
Gardiens : Guillaume Richard.
Défenseurs : Matt Suderman - Mathieu Jestin (A) ; Santeri Immonen - Kim Virtanen ; Christian Élian (A) - Alexander Hogstad.
Attaquants : Mickaël Brodin (C) - Johan Älgekrans - Erik Hjalmarsson ; Mika Halava - Niko Toivonen - Antti Koponen ; Fabien Seebach - Matt Puntureri - Romain Bonnefond.
Remplaçants : Greg Blais (G), Théophile Mourin. Absents Loïc Gaydon (blessé), Nicolas D'Aoust (suspendu).