Chambéry - Viry-Châtillon (Division 2, 16e journée)

Les Éléphants, en recevant les jets de Viry, entamaient samedi soir la difficile mission de terminer la phase régulière par quatre victoires d’affilée. Motivés et batailleurs, ils ont offert un spectacle de haut niveau gâché pas les décisions du corps arbitral.

Les tribunes étaient bien garnies dés l’entame et vite les locaux ouvraient les débats. En moins de 7 minutes, Bigot déchaîné allait buter sur le dernier rempart de l’Essonne par trois fois. Les Éléphants continuaient sur leur lancée et allaient ouvrir la marque. Bouvier, combatif, médusait les défenseurs et scorait (7’35"). Les Jets faisaient tout pour revenir, mais l’homme de ce premier tiers fut Burnet, dans les cages chambériennes, qui régalait le public d’un récital parfait. De part sa vélocité et ses réflexes, il frustrait ses belligérants. Et, lors de deux échappées de duos castelvirois, sa mitaine captait le palet. Burnet blanchissait l’équipe adverse dans cette première période de tout son talent !

La seconde période était imprégnée d’un combat intense de deux équipes vaillantes, elle fut aussi marquée par le déclin des arbitres. Côté sportif, Viry égalisait à mi-match par Mistrik (29’11"). Un but validé alors que deux joueurs bloquaient Burnet dans sa zone sans être sanctionnés. Ce premier coup du sort blessait juste les Éléphants. Car, bien vite, les hockeyeurs de la cité des Ducs reprenaient la main. Bouvier encore lui, en break, en duel face au gardien, freinait, ajustait et envoyait sa torpille en lucarne (33’15"). Puis un nouveau vol à Chambéry : calque du premier but, le gardien et sa zone squattée signalait avec ses défenseurs la faute aux deux référés et encaissait le shoot qui suivait (34’26"). Tout le banc chambérien grondait et reprenait les initiatives sans réussite. Score de parité 2 à 2 pour la seconde pause.

Dernière période qui prédisait une apothéose. Les Savoyards allaient décrocher la lune dans le premier temps d’une valse. Gay (46’38") puis Enselme (50’20") offraient le break à la Savoie. Mais, faiblesse de l’équipe, Viry réduisait et égalisait en moins d’une minute. Déception dans les tribunes, vite rassurées par Bazin, et Chambéry reprenait la tête (53’15"). De courte durée une nouvelle fois : nouvelle égalité par Gautron (54’09"), fin de la danse.

Incontestablement, les faits qui suivaient n’avaient jamais été vécus à Chambéry. Pas à Chambéry certes, mais à Pralognan en décembre à cause des deux mêmes arbitres. Le jeu des simulations n’avait plus d’égal même chez les footballeurs transalpins. Un Jet était à terre signalé par les joueurs chambériens : les arbitres stoppaient le jeu sans appeler de pénalité. Ils constataient une coupure sous le menton et désignaient Grabit pour aller purger 2 minutes de pénalités. Comble de l’incompétence, le pauvre Grabit, sur le banc au moment des faits, aggravait la pire prestation arbitrale sur la patinoire de Buisson Rond. Les Éléphants tuaient la pénalité mais bougeaient leur cage en phase défensive. Tir de pénalité accordé, le Suédois Chougui offrait la victoire à Viry (58’43").

Belle prestation des Éléphants dans un match ou seul le résultat était important. La horde de Sarzier a relevé la tête, combattu et offert un bel engagement. Malheureusement, les arbitres étaient impossibles à battre.

 

Chambéry - Viry-Châtillon 5-6 (1-0, 1-2, 3-4).
Samedi 6 février 2010 à 20h30 à Buisson-Rond. 675 spectateurs.
Arbitrage de Patrick Peythieu et Hervé Roulet.
Pénalités : Chambéry 32' (4', 12'+10', 6'), Viry-Châtillon 32' (2', 6', 14'+10').
Évolution du score :
1-0 à 07'35" : Bouvier
1-1 à 29'11" : Mistrik assisté de Kerneis et Bossier (sup. num.)
2-1 à 33’15" : Bouvier
2-2 à 34‘26" : Gautron assisté de Vinatier (double sup. num.)
3-2 à 46'38" : Gay assisté de Satonay et Bigot (double sup. num.)
4-2 à 50‘20" : Enselme (sup. num.)
4-3 à 50'49" : Vinatier assisté de Chougui et Karimboccus
4-4 à 51‘31" : Sarnovsky assisté d'Aubry
5-4 à 53'15" : Bazin assisté de Bouvier (inf. num.)
5-5 à 54‘09" : Gautron assisté de Vinatier (sup num.)
5-6 à 58'43" : Chougui, tir de pénalité