Amnéville - Montpellier (Division 1, 20e journée)

Celui d'Amnéville (groupe Tranchant) supporte les Galaxians. Ceux de la Grande Motte et de Palavas (groupe Partouche) soutiennent les Vipers. La guerre des casinos pouvait faire rage...

Ils ont pourtant eu leur initiation au "Texas Hold' em", pas plus tard que mercredi soir au casino de la Grande Motte, les Vipers, mais au poker menteur, c'est à celui qui cache le mieux son jeu qui l'emporte. Les Galaxians avaient décidé de garder un atout dans la manche et c'est à Philippe Lepage, gardien luxembourgeois, qu'étaient confiées les cages mosellanes.

De quoi sans doute déconcentrer les Montpelliérains qui allaient livrer là une des pires périodes de leur campagne 2009-2010. Les débats commençaient avec une pénalité à Alexis Billard (4'18") que les Galaxians transformaient vite par Gaël Jeanbourquin (5'47"), bien démarqué par un Johan Chang qui sera handicapé plus tard par un palet reçu sur la lèvre.

Désireux de rattraper la bourde, Alexis Billard (6'15") s'appuyait sur ses coéquipiers Romain Masson et Quentin Garcia, qui lui délivraient un palet très excentré. L'entraîneur des jeunes du MAHC lançait sans hésiter le long de la ligne rouge et le palet trouvait la lame de patin du malheureux Lepage... Un autre qui ne serait pas malheureux, c'est Jérôme Catil (8'21") ! En effet, le palet lui arrivait droit sur la palette, après qu'un rebond d'un lancer de Romain Masson se mettait à ne plus respecter les lois de la physique (i = r).

Mais, hormis ces éclairs de chance, rien dans le jeu des Vipers ne pouvait laisser espérer qu'ils soient enfin à même de ramener deux points... Fusse chez la lanterne rouge. C'est au contraire le jeune Antoine Thomas (18'54") qui recevait le palet de Yohan Chang et Arnaud Disnard pour fixer Fabrice Agnel et loger le cylindre au fond des filets.

Très loin de leur niveau, les Vipers avaient donné des signes inquiétants d'impuissance. Même si l'entame pouvait faire illusion, un trou noir vertigineux d'environ dix minutes précipiterait les Montpelliérains au fond du fond. C'est l'artificier Fiser qui se chargeait du job...

Les premières minutes se mettaient à pulser sous l'impulsion du vibrionnant Romain Masson (21'40"). Aidé de Marcel Simak, un peu au four et au moulin après la blessure au pied survenue à Robert Pospisil, et de Quentin Garcia, l'attaquant pénétrait dans la zone pour lancer en pleine lucarne droite.

Cet éclair de vivacité à peine estompé, ce sont les ténèbres qui peu à peu envahissaient le jeu des joueurs de Lionel Bilbao. Le trou noir s'ouvrait sous les patins des visiteurs. En douze minutes, montre en main, le Tchèque Miroslav Fiser (24'01", 28'16", 36'45") mettait le feu et se chargeait de remplir la musette du voyage retour de Vipers dont l'avertissement relatif au voyage à vide ne parlait pas des buts encaissés, mais des points pris !

Le temps de laisser Gaël Jeanbourquin (24'19") le créditer d'une aide, le diablotin de la Moselle profitait des largesses accordées généreusement par des Montpelliérains totalement en panne de réaction.

Tout juste Joshua Boileau (32'31") parvenait-il à surnager lorsqu'il reprenait, d'un tir foudroyant, le palet qu'un engagement réussi de Yoann Chauvière lui procurait.

Un but qui empêchait les Vipers de sombrer car, même si Fiser redonnait deux buts d'écart à sa formation, le trou noir se comblait peu à peu et les coéquipiers de Jérôme Catil reprenaient quelques couleurs. On voyait même Kamil Vavra sortir la tête de l'eau et parvenir à être à l'origine du but qui allait ramener les joueurs de l'Hérault à une encablure de ceux de la Lorraine. Il allait être l'oeuvre de Yoann Chauvière (37'23"), s'appuyant sur Marcel Simak (une 2ème assistance...) par une passe lumineuse que le jeune attaquant ne ratait pas.

Les Vipers pouvaient pousser un soupir de soulagement, ils avaient vraiment frôlé la catastrophe....

Toute cette foire donnait à Lionel Bilbao l'occasion de tendre un miroir sans concession à ses joueurs. Ceux ci n'allaient pas s'y reconnaître et décidaient que la fête au village avait assez duré...

Le premier à faire connaître ses intentions était Fabrice Agnel. Lesté de pas moins de six buts, le portier montpelliérain allait fermer la porte à tous les assauts, y compris ceux portés dès l'entame du tiers-temps. Concentré sur l'ouvrage, le gardien ne laissait plus aucun espace et rassurait ses coéquipiers.

Au point même que les maillons faibles allaient aussi se mettre aussi à la peine....! On voyait ainsi Ville Åman mettre au millimètre, dans une course parfaite, son ancien de ligne, Romain Masson (48'28") pour un tir croisé qui laissait Lepage furieux de n'avoir pu se saisir du palet.

L'égalité créée, la marche des Vipers reprenait avec une supériorité numérique concédée par Loureiro. Peut-être enfin touchés par la grâce, les trois du premier bloc apportaient leur pierre à l'édifice en marquant le but qui mettait les Vipers enfin devant. Kamil Vavra (50'06") se chargeait de la chose par un maître tir décoché des cercles, après avoir reçu le palet de Ville Åman via Matus Hanes.

Frustrés et revenus sur terre, les Galaxians s'en prenaient aux bonhommes. Le grand Vychodil (56'18") assénait un cross check dans le dos de César Lefranc, appelé par Lionel Bilbao au remplacement d'Erik Piatak. Le jeune homme, un peu à court de rythme, donnait salement sur la bande. Quentin Garcia, 72-72 (1m72, 72 kg), se portait à la défense de son coéquipier par deux droites assénées au Tchèque. Les deux tombaient les gants, mais l'arbitre jugeait plus judicieux de leur infliger 2' + 2' et les priver de fin de match.

Le but d'assurance était marqué par Alexis Billard (58'05"). Celui ci reprenait la passe idéale de Yoann Chauvière qui l'avait trouvé seul devant un gardien déjà décalé. Romain Masson, dans un dernier clin d'oeil à une très belle soirée, s'était fait complice sur l'action.

Pour aller à la guerre des points et de la qualification, il faut des soldats et avoir envie de se battre. Se battre avec à ses côtés un coéquipier amorphe et sans entrain, autant n'en pas avoir. Le talent et le potentiel ne sauraient tout faire accepter... Le prochain combat aura lieu à Végapolis contre les Boxers. Bordeaux n'y a jamais perdu en quatre saisons de division 1...


Amnéville - Montpellier 6-8 (2-2, 4-3, 0-3).
Samedi 6 février 2010 à 18h00 au Centre de Loisirs. 200 spectateurs.
Arbitrage de Marc Mendlowictz assisté de Laurent Rouèche et Julia Cruchandeau.
Pénalités : Amnéville 16' (4', 2', 10'), Montpellier 14' (6', 2’, 6').
Évolution du score :
1-0 à 05'47" : Jeanbourquin assisté de Chang (sup. num.)
1-1 à 06'15" : Billard assisté de Garcia et Masson
1-2 à 08’21" : Catil assisté de Masson (sup. num.)
2-2 à 18‘54" : Thomas assisté de Chang et Disnard
2-3 à 21'40" : Masson assisté de Garcia et Simak
3-3 à 24‘01" : Fiser assisté de Chang et Wiktorsson
4-3 à 24'19" : Jeanbourquin assisté de Fiser et Penxa
5-3 à 28‘16" : Fiser assisté de Jeanbourquin et Reiss (sup. num.)
5-4 à 32'31" : Boileau assisté de Chauvière
6-4 à 36‘45" : Fiser assisté de Wiktorsson
6-5 à 37'23" : Chauvière assisté de Simak et Vavra
6-6 à 48‘28" : Masson assisté de Åman (inf. num.)
6-7 à 50'06" : Vavra assisté de Hanes et Åman (sup. num.)
6-8 à 58‘05" : Billard assisté de Masson et Chauvière (sup. num.)