Val Vanoise - Rouen II (Division 2, 17e journée)

Dans une partie décisive pour l'obtention de la sixième place du classement de Division 2, les Dragons rouennais n'auront pas su saisir leur chance face à Val Vanoise en s'inclinant 3 buts à 1 dévissant au passage à la septième place, toujours sous la menace d'un retour de Nantes et Clermont. Une bien mauvaise opération pour les Normands, qui auraient pu s'éviter les affres d'un dernier match couperet à Champigny si le réalisme ne leur avait pas fait à nouveau défaut notamment au cours d'un premier tiers où la logique aurait voulu qu'ils rentrent au vestiaire avec un avantage solide au tableau d'affichage.

En effet, loin d'être mis en délicatesse après un long périple, les Rouennais attaquaient fort la partie. Prenant à la gorge leurs adversaires d'entrée de jeu, les Normands se ruaient sur la cage du portier de Val Vanoise. Dépassés, les locaux résistaient tant bien que mal mais étaient contraint de céder quelques minutes de prison aux Dragons. Par trois fois (02'00", 09'01" et 16'52"), les Rouennais évolueront en avantage numérique sans parvenir à déjouer le portier montagnard. Pourtant, pour les Seino-Marins, les occasions étaient bien présentes notamment sous l'impulsion de Quentin Berthon, qui tentait sa chance en vain (06'07") avant de voir un fort joli déboulé de Maxime Lefebvre qui permettait à Clément Gaudeaux d'ajuster un lancer. Malheureusement pour ce dernier, le palet flirtait avec la transversale et symbolisait le manque de réussite des Normands en première période (9'35").

Toujours à l'affut, l'attaque rouennaise continuait de pousser à l'image de son premier trio sur un décalage qui permettait à Alexandre Sucré de prendre un bon lancer (13'35"). Dans la foulée, cette même ligne se montrait à nouveau à son avantage, toujours par l'intermédiaire de son capitaine Alexandre Sucré, qui trouvait une passe en or pour Alexandre Mulle (13'55"). En quelques minutes, les Dragons auraient pu faire basculer la rencontre à leur avantage. Malheureusement pour eux, le score restait cantonné à un odieux 0-0 en dépit des ultimes tentatives de Bryan Ten Braak très en vue sur la rencontre en compagnie de son compère Germain Raimbourg (15'27"). Pris sous la bombarde rouennaise, les joueurs de Val Vanoise ne paniquaient guère et restaient groupés défensivement tout en plaçant quelques flèches de contre à l'image de leur explosif canadien Mathieu Cyr, à la vitesse de patinage incroyable, qui manquait de peu le hold-up en tête à tête avec Fabrice Lhenry (17'13"). Finissant la période sur un énorme travail de Bryan Ten Braak, solide sur son débordement avant de proposer un lancer de Nicolas Levasseur (18'40"), les Dragons regagnaient le vestiaire avec le sentiment d'avoir manqué le coche sur ce premier vingt minutes.

Effectivement, à l'occasion du deuxième tiers, les « mouches changeront d'âne ». Toujours dominateurs mais moins précis les Dragons perdront peu à peu le fil de la conversation. Alors que jusqu'alors ils avaient fait du mot « discipline » leur credo, le premier jeu en infériorité numérique du deuxième tiers se révèlera fatal aux Normands (24'30"). Avec un immense embouteillage devant la cage de Fabrice Lhenry, Niclas Lundberg avait tout loisir de se jouer du portier jaune et noir en décalant pour le lancer de Mathieu Cyr pour l'ouverture du score (1-0 à 24'48"). Une belle leçon de réalisme à la sauce alpine qui annihilera en partie la fougue rouennaise. En effet, dès la remise en jeu du palet sur le glaçon, l'occasion était donnée aux Dragons de revenir directement à parité. Avec deux défenseurs au cachot, l'équipe de Val Vanoise se retrouvait à 3 contre 5 pendant de longues secondes (28'29").

Au lieu de revenir au score les Dragons se mettront en danger en concédant un lancer de pénalité sur une envolée céleste de leur rapide canadien Mathieu Cyr (28'29"). Aux aguets, Fabrice Lhenry contrariait la tentative montagnarde mais le couperet était passé bien proche de la tête du Dragon. Dans l'incapacité de revenir à égalité, les Dragons déjouaient désormais sur le glaçon de la patinoire de Méribel et les infériorités se multipliaient (30'10", 31'25" et 33'29"). Tenant tant bien que mal défensivement, les Rouennais rivalisaient d'abnégation pour empêcher le score de s'alourdir fortement, prenant même au passage une chance d'égaliser sur un échange de palet entre Nicolas Levasseur et Alexandre Mulle pour un lancer de ce dernier suivi d'un rebond pour Thomas Dreyfus (32'48).

Laissant passer l'orage, les Rouennais pliaient sans rompre en attendant une éclaircie. Finalement le rayon de soleil de ce tiers portera le nom de Valentin Dumelie. En avantage numérique, le Dunkerquois profitera d'une passe de Thomas Dreyfus pour trouver le chemin des filets tenus par Ricard Olsson peu avant la deuxième sirène (1-1 à 36'15"). Une égalisation somme toute méritée qui laissait encore de jolis espoirs pour les Dragons pour la fin de match.

Après un deuxième tiers mi-figue mi raisin pour les Normands, l'ultime période débutait sur un coup de semonce savoyard. Avertissement sans frais pour les Dragons, qui voyaient la tentative de Mathieu Cyr repoussée par le poteau (46'22"). Toutefois, cette mise en garde ne restera pas sans conséquence. Une minute plus tard Svante Brostrom profitait d'une hésitation défensive rouennaise pour porter la marque à 2-1 (47'39"). Manquant de réussite dans la foulée par Kévin Marias-Magill pour un lancer sur le poteau (48'38"), les affaires rouennaises périclitaient sauvagement.

Perdant pied, les Dragons ne parviendront pas à rétablir la balance. Pire même à l'amorce du money-time, l'intenable Mathieu Cyr profitera d'un des derniers jeux en supériorité numérique pour porter la marque à 3-1, score final (55'41"). Des regrets, toujours des regrets pour les Dragons qui devront patienter jusqu'à la dernière journée pour entériner ou pas leur qualification pour les play-offs, à moins que le week-end prochain dédié aux matchs en retard n'apporte un rayon de soleil aux Normands.

Val Vanoise - Rouen 3-1 (0-0, 1-1, 2-0).
Samedi 13 février 2010 à 20h$30 à la patinoire olympique de Méribel. 300 spectateurs.
Arbitrage de Hervé Roulet assisté de Didier Driff.
Pénalités : Val Vanoise 38' (6', 10'+10', 2'+10'), Rouen 40' (2', 10’+10', 8'+10').
Évolution du score :
1-0 à 24'48" : Cyr assisté de Lundberg (sup. num.)
1-1 à 36'15" : Dumelie assisté de Dreyfus et Mulle (sup. num.)
2-1 à 47’39" : Brostrom assisté de Lundberg
3-1 à 55‘41" : Cyr assisté de Bjornberg (sup. num.)