États-Unis - Norvège (JO 2010, groupe A)

PAVELSKI_Joe-2009-7860Les Américains ont peut-être été l'équipe la moins impressionnante à leur premier match, mais peut-être est-ce simplement dû à la qualité de leur premier adversaire (la Suisse). Ils doivent donc se rassurer et faire grimper le score face aux Norvégiens, sachant que la différence de buts est importante s'ils veulent être le meilleur deuxième et se qualifier directement en quart de finale.

La Norvège semble une proie facile, qui leur facilite la vie par un changement de ligne délicat. Joe Pavelski décale alors Phil Kessel seul dans l'axe qui entre en zone pour un tir du poignet imparable en lucarne (1-0, 02'39"). Pavelski est dangereux à chaque présence en ce début de match, et il trouve même la transversale en déviation, une action née d'une mauvaise relance de Lars Erik Lund qui a perdu l'équilibre.

Les rouges ont cependant quelques bons moments. Le lutin magique Mats Zuccarello Aasen s'échappe de la bande en évitant la charge simultanée de deux Américains et réussit une passe diagonale d'anthologie pour Jonas Solberg Andersen. Waouh ! Une action exceptionnelle, que Ryan Miller a cependant bien suivie pour un arrêt de la jambière. Le déplacement latéral du gardien de Buffalo est également excellent sur un 2 contre 1 de Forsberg et Spets.

Entre-temps, cependant, les États-Unis ont doublé la mise : Grotnes laisse un petit rebond devant lui sur un tir du poignet de Callahan, et Chris Drury vient fructifier ce palet en devançant Lars Erik Lund (2-0, 13'04").

La deuxième période commence tranquillement pour les Américains. Ils passent sans encombres leur première infériorité, concédée par Backes, et marquent dans la foulée, avec l'aide du grdien adverse. Un très mauvais rebond est lâché par la mitaine de Grotnes devant Patrick Kane qui n'en demandait pas tant (3-0, 25'52").

Les États-Unis n'avaient pas été convaincants en supériorité numérique lors de la première période, mais c'est encore pire à la mi-match. L'attaquant Jamie Langenbrunner, placé à la ligne bleue comme avec les New Jersey Devils, se fait piéger. Marius Holtet file en contre-attaque et son tir du poignet bat Miller côté mitaine (3-1, 28'37").

JOHNSON_Jack-2009-7771Après avoir été tenus en échec dans le jeu au deuxième tiers, les Américains accélèrent le rythme en fin de match pour reprendre le dessus.

Jack Johnson a connu une soirée très difficile, car ses montées offensives ont surtout offert des situations de 2 contre 1 à la Norvège. Mais à six minutes de la fin, le défenseur des Los Angeles Kings se lance dans un nouveau numéro offensif, réussi celui-là. Servi par une relance de son gardien, "JJ" dribble deux joueurs de manière spectaculaire, et si son tir est repoussé par l'épaule de Grotnes, le rebond est joliment redirigé au vol par Ryan Malone (4-1, 54'19").

Une crosse haute involontaire de Jakobsen au visage de Bobby Ryan permet aux États-Unis de marquer, enfin, en supériorité numérique, par Brian Rafalski sur passe de derrière la cage de Zach Parisé (5-1, 57'00"). Rafalski remet ça sur un ultime lancer de la bleue (6-1, 59'23").

La Norvège méritait mieux que ce résultat, ne serait-ce que pour la vision du jeu fantastique de Mats Zuccarello Aasen. Mais elle manque de profondeur, ce qu'illustrent les 28 minutes passées sur la glace par Holøs. Après s'être fait contrer à la bleue en supériorité numérique en début de troisième période, l'erreur de trop, Lars Erik Lund a été laissé sur le banc et le coach norvégien a terminé avec seulement cinq défenseurs.

Les Américains ont souvent fauté dans le repli défensif dans ce match, laissant des 2 contre 1 à leurs adversaires. Offensivement, leur deuxième centre Joe Pavelski a été très bon, contrairement à leur premier centre Paul Stastny, énigmatique. Ses qualités de passeur ne sont peut-être pas très bien utilisées en le plaçant devant la cage en powerplay. Mention, enfin, au vieux lion Chris Drury qui a abattu un gros travail et prouvait qu'il méritait sa sélection controversée.

 

États-Unis - Norvège 6-1 (2-0, 1-1, 3-0)
Jeudi 18 février 2010 à 12h00 à la Canada Hockey Place de Vancouver. 16710 spectateurs.
Arbitrage de Marc Joanette et Guy Pellerin (CAN) assistés de Petr Blümel (TCH) et Jean Morin (CAN).
Pénalités : États-Unis 4' (0', 2', 2'), Norvège 10' (4', 4', 2').
Tirs : États-Unis 39 (15, 8, 16), Norvège 11 (2, 7, 2).
Engagements : États-Unis 55 (17, 19, 19), Norvège 21 (10, 6, 5).
Évolution du score :
1-0 à 02'39" : Kessel assisté de Pavelski et Malone
2-0 à 13'04" : Drury assisté de Callahan et Backes
3-0 à 25'52" : Kane assisté de Parisé
3-1 à 28'37" : Holtet (inf. num.)
4-1 à 54'19" : Malone assisté de J. Johnson et Miller
5-1 à 57'00" : Rafalski assisté de Parisé et Kessel (sup. num.)
6-1 à 59'23" : Rafalski assisté de Suter et Pavelski


États-Unis

Gardien : Ryan Miller.

Défenseurs : Ryan Suter - Brian Rafalski (A) ; Ryan Whitney - Erik Johnson ; Brooks Orpik - Jack Johnson ; Tim Gleason.

Attaquants : Zach Parisé (A) - Paul Stastny - Patrick Kane ; Phil Kessel - Joe Pavelski - Ryan Malone ; Dustin Brown - Ryan Kesler - Jamie Langenbrunner (C) ; Chris Drury - David Backes - Ryan Callahan ; Bobby Ryan.

Remplaçant : Jonathan Quick (G). Absent : Tim Thomas (G).

Norvège

Gardien : Pål Grotnes.

Défenseurs : Tommy Jakobsen (C) - Mats Trygg (A) ; Ole Kristian Tollefsen - Jonas Holøs ; Alexander Bonsaksen - Lars Erik Lund.

Attaquants : Patrick Thoresen - Tore Vikingstad - Martin Røymark ; Mats Zuccarello Aasen - Mads Hansen (A) - Jonas Andersen ; Mathis Olimb - Marius Holtet - Anders Bastiansen ; Lars Erik Spets - Kristian Forsberg - Martin Laumann Ylven.

Remplaçant : Ruben Smith (G), Juha Kaunismäki. Absents : André Lysenstøen (G), Per-Åge Skroder (pied).