Suède - Allemagne (JO 2010, groupe C)

Le champion olympique en titre fait son entrée dans le tournoi face à l’Allemagne, une équipe qui a beaucoup à se faire pardonner après son Mondial 2009 décevant et qui profite du tournoi olympique pour préparer « son » Mondial prévu à domicile au mois de mai.

La Suède domine le début de match mais les occasions les plus dangereuses sont allemandes sur des contre-attaques rapidement exécutées. La Suède tente de s’imposer physiquement à l’image d’une grosse charge régulière de Niklas Kronwall sur Wolf. Marco Sturm teste Henrik Lundqvist mais le gardien des New York Rangers capte facilement de la mitaine. Les champions olympiques en titre campent dans la zone offensive mais ne trouvent pas la solution. La défense allemande fait le ménage devant Thomas Greiss qui lit bien la trajectoire des tirs Suédois, y compris sur une déviation devant la cage de Lidström. Weinhandl puis Zetterberg ne cadrent pas leur tir. La Suède semble impuissante dans ce premier tiers-temps. Mulock écope de la première pénalité pour une faute sur Oduya. Mais même en supériorité numérique, les joueurs de la Tre Kronor ne trouvent pas d’ouverture et terminent le tiers sur un décevant score nul et vierge.

En début de deuxième tiers, l’Allemagne est même tout près de l’ouverture du score avec un tir de Christian Ehrhoff qui vient s'écraser sur le poteau. Marcel Müller se retrouve sanctionné pour une charge un peu trop appuyée le long de la bande.  La Suède installe le jeu de puissance et fait bien circuler le palet. Ohlund se décale sur la gauche, tire et bénéficie d’un très bon écran de Daniel Sedin pour tromper Greiss qui réclamait une présence dans la zone (1-0, 24'29"). La pression suédoise pousse les Allemands à la faute : Butenschön fait trébucher Alfredsson, sans conséqsuence. Puis c’est au tour d’Enström, aux prises avec Rankel, de se retrouver sanctionné. L'Allemagne tente de forcer l’égalisation en power-play par Sturm à bout portant du revers mais la Suède continue de se montrer dangereuse en contre-attaque par Alfredsson.

Malgré le peu de tirs qu’il reçoit, Lundqvist doit se montrer vigilant sur un tir de Holzer contré. Le pressing suédois finit quand même par payer. Sur un palet perdu dans la bande par Sulzer, pressé par Alfredsson, Backström récupère le palet et sert Loui Eriksson, idéalement placé au second poteau pour inscrire le second but suédois (2-0, 34'13"). Un but qui donne de l’air aux hommes de Bengt-Ake Gustafsson.  Greiss doit même sortir le grand jeu face à Weinhandl, idéalement servi par Henrik Sedin. La Suède finit le tiers en supériorité numérique après une faute de Ficenec.

La Suède sent que son avance de deux buts n’est peut-être pas suffisante et veut mettre fin au suspense d’entrée du troisième tiers par Hornqvist puis Alfredsson. Mais une déviation de Hecht devant la cage de Lundqvist fait passer un frisson dans les rangs suédois. Après une longue période de jeu stérile, Holzer retient Weinhandl et offre un power-play aux Suédois. Ces derniers font feu de tout bois et Greiss est soumis à un siège en règle mais les Allemands sont très accrocheurs en défense et parviennent à endiguer les assauts de leurs adversaires. Murray s’offre une grosse mise en échec sur Felski tandis que Sturm teste la mitaine de Lundqvist. Au fil des minutes, les Suédois semblent se contenter de gérer leur avance de deux buts et procèdent par contre-attaques. Un gros slap de Ficenec oblige Lundqvist à effectuer un arrêt difficile de l’épaule. L’Allemagne, grâce à un bon repli défensif, n’encaisse pas de but supplémentaire jusqu’à la fin du match.

La Suède s’impose sans vraiment convaincre, montrant ses limites sur le plan offensif. Les coéquipiers de Nicklas Lidström ont manqué d’imagination pour déstabiliser une défense allemande bien regroupée comme aux plus belles heures de l’ère Hans Zach. Heureusement la défense jaune et bleue s’est montrée très solide devant Henrik Lundqvist qui a surtout été inquiété par Marco Sturm. Paradoxalement, le vaincu, l’Allemagne a plus de motifs de satisfaction à retirer de ce match : la certitude d’être au niveau défensivement et de n’avoir rien à perdre dans cette compétition. On attend en revanche un autre visage de la Suède pour la suite de la compétition.

 

Suède - Allemagne 2-0 (0-0, 2-0, 0-0)

Mercredi 17 février à 16h30 à la Canada Hockey Place de Vancouver. 16966 spectateurs

Arbitrage de Marc Joannette (CAN) et Guy Pellerin (CAN) assisté de Thor Nelson (USA) et Andriy Kicha (UKR)

Pénalités : Suède 18' (4', 4'+10’, 0'), Allemagne 22' (2', 6’+10', 4')

Tirs : Suède 25 (6, 10, 9), Allemagne 21 (7, 3, 11)

Évolution du score :

1-0 à 24'29" : Ohlund assisté de Enström et Weinhandl (sup. num.)

2-0 à 34'13" : Eriksson assisté de Backström

 

Suède

Gardien : Henrik Lundqvist.

Défenseurs : Mattias Ohlund - Tobias Enström ; Nicklas Lidström (C) - Niklas Kronwall ; Magnus Johansson - Henrik Tallinder ; Doug Murray - Johnny Oduya.

Attaquants : Daniel Sedin - Henrik Sedin - Mattias Weinhandl  ; Peter Forsberg - Henrik Zetterberg (A) - Patric Hörnqvist ; Loui Eriksson - Nicklas Backström - Daniel Alfredsson (A) ; Johan Franzen - Samuel Pahlsson - Fredrik Modin.

Remplaçant : Jonas Gustavsson (G)

Allemagne

Gardien : Thomas Greiss.

Défenseurs : Christian Ehrhoff - Dennis Seidenberg  (A) ; Jakub Ficenec - Alexander Sulzer ; Korbinian Holzer - Sven Butenschön ; Christopher Schmidt - Michael Bakos.

Attaquants : Jochen Hecht  - Marcel Goc - Marco Sturm (C) ; Michael Wolf - Travis Mulock  - Thomas Greilinger ; Sven Felski (A) - John Tripp - André Rankel ; Manuel Klinge - Kai Hospelt - Marcel Müller.

Remplaçant : Dimitri Pätzold (G).