Slovaquie - Russie (JO 2010, groupe B)

BRYZGALOV_Ilya-2009-7391Le jour qui va changer la face du tournoi olympique ?

À Turin, la rencontre entre ces deux équipes avait été magnifique, la plus belle du tournoi. Une telle performance est-elle reproductible ? La question concerne surtout les Slovaques, qui ont livré un match difficile face aux Tchèques. Ils ont maintenu leur confiance en Halak qui enchaîne comme gardien titulaire, alors que la Russie pratique une rotation et donne sa chance à Bryzgalov.

Un surnombre slovaque donne rapidement l'occasion de voir les Russes évoluer en jeu de puissance. On se souvient que Bykov n'avait dévoilé aucun alignement spécifique en powerplay au premier match : on a la confirmation qu'il avait bien quelques surprises dans sa manche. La première est de taille : Aleksandr Ovechkin évolue à la ligne bleue ! Une pratique normale dans son club de Washington, sauf qu'en équipe nationale cela réveille de mauvais souvenirs, ce palet perdu par le numéro 8 qui avait été le début de la fin au Mondial de Moscou... Pour l'instant, ce premier powerplay ne se distingue guère.

Le jeu se poursuit sans temps mort entre deux formations impressionnantes de fluidité technique. La Slovaquie est la plus active des deux, avec un très bon très tir dans l'axe de Demitra.

La différenciation de styles est sensible dans l'équipe russe : d'un côté Kovalchuk et Malkin qui se font des passes transversales sur toute la largeur de la glace, de l'autre Ovechkin qui essaie de faire la différence individuellement, et dont le fulgurant tir du poignet est paré par le gant de Halak. En fin de premier tiers, Radulov, à la lutte avec Gaborik dans le coin, finit par faire trébucher Palffy. Leur compagnon de la ligne Stümpel décoche un slap de la bleue pendant la supériorité numérique, qui touche le haut de la transversale.

L'ouverture du score en deuxième période est peut-être entachée d'un hors-jeu préalable. Le slap puissant d'Aleksei Morozov est légèrement dévié par un défenseur vers le haut du filet (0-1). En tout cas, ce but conforte la Russie dans sa stratégie de prêter avant tout attention à la défense. Ses arrières montent très peu, mais il leur est malgré tout difficile de contenir la vitesse des attaquants slovaques. Un tir de Demitra est dévié dans le slot par Marian Hossa entre les jambières de Bryzgalov, qui arrête in extremis. La Russie domine néanmoins de plus en plus. Avant la pause, sa première ligne s'installe en zone offensive, avec une accélération côté droit de Malkin qui passe au second poteau à Afinogenov, mais celui-ci bute sur Halak alors que Kovalchuk avait déjà levé les bras.

Le "blueliner du powerplay" Ovechkin, qui a donné quelques charges à retardement, s'est fait finalement pénaliser pour un cinglage à deux secondes du retour aux vestiaires sur un contre de Zednik en infériorité. Au troisième tiers, Tyutin le rejoint en prison, et les bleus évoluent donc pendant 1'19" à 5 contre 3. Gaborik mène la manœuvre, mais ne trouve pas la solution face à des Russes bien en place autour de Volchenkov. On s'achemine vers le plus petit des scores, mais à dix minutes de la fin, Marian Hossa reprend en haut de l'enclave une passe de Demitra et propulse le palet entre les jambières de Bryzgalov (1-1, 49'48").

Les Russes ont été si médiocres en supériorité numérique que Bykov varie les options, en mettant désormais Ovechkin devant la cage. Mais quel que soit l'alignement, la coordination fait défaut dans ces situations de jeu. La Slovaquie est au bord de l'exploit quand Palffy récupère un palet derrière la cage et trouve en retrait Gaborik qui tire entre deux défenseurs, mais Bryzgalov fait l'arrêt.

VISNOVSKY_Lubomir-2005-1040484Le capitaine slovaque Zdeno Chara essaie de forcer le destin en prolongation. Il déborde Gonchar et repique à la cage mais son tir en angle est arrêté par Bryzgalov, qui est également vigilant sur un une-deux entre Hossa et Demitra.

Comme le Canada un peu plus tôt, la Russie va donc devoir passer par les tirs au but. Stümpel se présente en premier et réussit une très belle feinte, conclue du revers. Le tir de Morozov est dévié dans les airs par le bras droit de Halak. Le gardien russe Ilya Bryzgalov frustre Demitra d'un poke-check parfait. Deuxième tireur russe : Ovechkin, qui n'a jamais été bon en penalty. Il marque cependant en force sous le bras de Halak. Les gardiens prennent leur revanche : Bryzgalov ne prend pas à la feinte de Marcel Hossa, et Halak a le culot de surprendre Datsyuk par un poke-check. Un but partout... et un poke-check partout face à deux des spécialistes les plus redoutables.

Ovechkin rêve d'imiter Crosby en donnant la victoire à son équipe, mais perd le palet sur sa deuxième tentative. Stümpel essaie entre les jambières mais, lui non plus, n'arrive pas à doubler. Le tir de Kovalchuk est repoussé, Handzus bute sur le bouclier de Bryzgalov. La Russie insiste encore avec Ovechkin. Cette fois il tente une feinte, mais le revers n'est pas cadré. Le tir de Gaborik est repoussé par le bras droit du gardien. Malkin part sans vitesse et n'arrive pas à se jouer de Halak.

Il reste Demitra qui a une revanche à prendre sur son penalty manqué : il s'excentre comme sur son premier tir, longeant presque la bande, il attire de nouveau la crosse de Bryzgalov à la quête de la rondelle, mais cette fois c'est pour mieux la lever en lucarne. Bykov pourra regretter de ne pas avoir laissé Datsyuk se rattraper lui aussi au lieu de tomber dans le piège de l'Ovechkin-mania.

Voici donc la journée qui peut changer la face du tournoi : les deux favoris - Canada et Russie - ont lâché des points et ne termineront probablement pas à la première place générale à la fin de cette première phase. Ils risquent donc de se croiser avant la supposée finale de rêve.

Les Russes ont voulu (se) prouver que leur défense était capable de rester attentive pendant soixante minutes. Ses joueurs ont bien appliqué les consignes et ont tous effectué leur travail de repli. Ce que le staff russe n'avait pas imaginé, c'est que n'encaisser qu'un seul but ne suffirait pas à remporter la victoire face à une équipe tout aussi compétente défensivement. Le travail sur le jeu de puissance devient maintenant urgent.

Quelle épatante équipe slovaque, revenue aussi motivée depuis quatre ans malgré son âge ! Va-t-elle tenir le rythme cette fois et garder cette forme jusqu'à la fin du tournoi ? Pavol Demitra est évidemment le héros du soir avec une activité fantastique, en plus du gardien Jaroslav Halak, mais il faut souligner, dans un rôle plus discret mais tout aussi précieux, l'excellence défensive de Lubomir Visnovsky, bien placé et propre à la relance.

Commentaires d'après-match

Vyacheslav Bykov (entraîneur de la Russie) : "Nous avons rencontré une équipe très bien organisée avec une défense sophistiquée, que nous avons rarement réussi à passer. La principale raison de l'échec, c'est que nous ne nous sommes pas créé suffisamment de bonnes opportunités de tir. Les pénaltys sont une loterie et nous n'avons pas choisi les bons joueurs."

Jan Filc (entraîneur de la Slovaquie) : "Nous avons obtenu une victoire importante, mais nous ne voulons pas la surestimer. C'est un moment agréable, mais nous sommes conscients que tout peut s'effondrer dans les prochains jours. On a bien mérité le jour de repos avant le match contre la Lettonie. Sur le papier c'est peut-être l'adversaire le plus facile, mais en fait c'est le plus difficile car c'est le plus proche."

 

Slovaquie - Russie 1-1 (0-0, 0-1, 1-0, 0-0) /  aux tirs au but
Vendredi 18 février 2010 à 21h00 à la Canada Hockey Place de Vancouver. 17202 spectateurs.
Arbitrage de Danny Kurmann (SUI) et Bill McCreary (CAN) assistés de Jay Sharrers (CAN) et Felix Winnekens (ALL).
Pénalités : Slovaquie 10' (2', 6', 2', 0'), Russie 6' (2', 2', 2', 0').
Tirs : Slovaquie 32 (10, 5, 14, 3), Russie 37 (8, 16, 10, 3).
Engagements : Slovaquie 35, Russie 38.
Évolution du score :
0-1 à 25'32" : Morozov assisté de Markov et Zinoviev
1-1 à 49'48" : Marian Hossa assisté de Demitra et Marcel Hossa

Tirs au but :
Slovaquie : Stümpel (réussi), Demitra (arrêté), Hossa (arrêté).
Russie : Morozov (arrêté), Ovechkin (réussi), Datsyuk (arrêté).

Tireurs supplémentaires : Ovechkin (manqué), Stümpel (arrêté), Kovalchuk (manqué), Handzus (arrêté), Ovechkin (manqué), Gaborik (arrêté), Malkin (manqué), Demitra (réussi).


Slovaquie

Gardien : Jaroslav Halák.

Défenseurs : Andrej Meszároš - Zdeno Chára (C) ; Martin Štrbák - Lubomír Višnovský ; Andrej Sekera - Milan Jurcina.

Attaquants : Marcel Hossa - Pavol Demitra (A) - Marián Hossa (A) ; Marián Gáborík - Jozef Stümpel - Žigmund Pálffy ; Luboš Bartecko - Michal Handzuš - Richard Zedník ; Martin Cibák - Tomáš Kopecký - Branko Radivojevic.

Remplaçants : Peter Budaj (G), Ivan Baranka, Miroslav Satan. Absent : Rastislav Stana (G).

Russie

Gardien : Ilya Bryzgalov.

Défenseurs : Fedor Tyutin - Sergei Gonchar ; Denis Grebeshkov - Konstantin Korneev ; Andrei Markov - Ilya Nikulin ; Dmitri Kalinin - Anton Volchenkov.

Attaquants : Ilya Kovalchuk (A) - Evgeni Malkin - Maksim Afinogenov ; Aleksandr Ovechkin (A) - Pavel Datsyuk - Aleksandr Semin ; Danis Zaripov - Sergei Zinoviev - Aleksei Morozov (C) ; Viktor Kozlov - Sergei Fedorov - Aleksandr Radulov.

Remplaçant : Evgeni Nabokov (G). Absent : Semion Varlamov (G).