Division 1 : Montpellier rit, Bordeaux pleure !

Le choc de cette journée opposait Caen à Mulhouse. Les Alsaciens, qui allaient en Normandie sans pression, ont été pris à froid par les Drakkars. Avec quatre buts dans le premier quart d’heure, le sort du match semblait rapidement scellé et finalement les Scorpions n’ont jamais vraiment trouvé la solution malgré deux buts en toute fin de rencontre (5-2). Brest reste donc à distance de Caen, après sa victoire face à Annecy. Des doublés du duo Brunelle-Fournier ont permis à Brest d’aisément remporter la rencontre (6-1).

À la lutte pour les playoffs, Cergy recevait Nice, un concurrent direct. Le match a été accroché et Nice a une nouvelle fois emmené son adversaire en prolongations. Mais David Lapierre a complété un tour du chapeau après seulement vingt-cinq secondes en temps supplémentaire, assisté des deux autres buteurs Nelson Vargas-Dias et Sébastien Gauthier (5-4). Nice ramène cependant un point qui pourrait s’avérer précieux lors du décompte final. À la lutte également les équipes d’Avignon et de Garges. Ces derniers ont une nouvelle fois été trop indisciplinés pour espérer la victoire et Bryce Luker a été chassé du match pour la deuxième fois consécutive ! C’est Johan Scanff qui a été blanchi pour les Castors (6-0).

Dans la bataille pour l’avantage de la glace en playoffs, la bonne opération est effectuée par Montpellier. En recevant Valence ils ont facilement remporté le match, marqué par une grosse échauffourée après le quatrième but des locaux. Quatre joueurs de chaque côté ont ainsi été priés de regagner prématurément les vestiaires.  En effet, leur concurrent direct, Bordeaux, a été battu à domicile par Reims. À cause d’un Filip Kubis impérial devant sa cage, les Bordelais ont été écœurés et c’est finalement Kevin Dusseau, tout juste revenu de son essai en Suède, qui a inscrit le but vainqueur pour Reims (3-5).

Enfin, dans le duel pour sauver sa place en D1, c’est Amnéville qui se donne un peu d’espoir. Miroslav Fiser, Johan Chang et Antoine Thomas ont marqué à eux trois les sept buts lorrains, Courbevoie n’a su répondre qu’à trois reprises et repart en région parisienne plus que jamais avec un pied en D2 (7-3).