Slovaquie - Lettonie (JO 2010, groupe B)

La promenade de santé des Slovaques

Le vent tourne bien vite du côté de Vancouver et plus encore lors du tournoi de hockey sur glace où les certitudes d’un jour sont balayées par de nouvelles le lendemain. En l’espace de trois jours, la Slovaquie a ainsi vu son statut de formation vieille et apathique se transformer en celui d’une équipe redoutable pouvant mettre son grain de sel dans une compétition olympique finalement plus ouverte qu’il ne pouvait y paraître. Les commentaires élogieux vont désormais certes bon train mais il est clair que cette génération dite de « pré-retraités » en a surpris plus d’un après sa victoire aux penalties contre les champions du monde russes. Et la défaite contre les frangins tchèques fait déjà partie du passé…

Alors, au moment d’aborder l’ultime match de poule, on ne donne pas cher de la peau des Lettons encore bredouilles de points dans un groupe il est vrai peu à même de leur laisser une moindre lueur d’espoir. Les ouailles d’Oleg Znarok avaient encaissé huit buts contre Ovechkin & Co en ouverture ; ils en ont encore pris cinq contre les Lions la veille. Les premières secondes contre les représentants de la Double Croix laissent malheureusement pour eux entrevoir le même régime.

DARZINS_Lauris-2009-8184Rapidement maîtres de leurs adversaires en défense, les Slovaques entament tambours battants la rencontre avec des offensives rondement menées. ?uboš Barte?ko est le premier à être en position d’ouvrir la marque lorsque, dos au gardien Masalskis, il se retourne et tire. Le palet embrasse le poteau droit des cages lettones (1’46). Qu’à cela ne tienne, Mikelis Redhlis s’en va faire un petit tour en prison et laisse la bande à Chára en supériorité numérique après seulement 70 secondes de jeu. Une belle occasion pour les Slovaques de montrer leur force de frappe. Jozef Stümpel contourne les buts baltes vers la gauche et dévie en retrait pour ?ubomír Viš?ovský, excellemment démarqué entre les deux cercles. Le défenseur d’Edmonton, d’un tir puissant et précis, trouve déjà la voie des filets (2’44, 1-0).

Les champions du monde 2002 sont dès lors lancés sur les bons rails. Une demi-minute plus tard, Pavol Demitra et Marián Hossa s’échappent en attaque et se retrouvent avec un seul défenseur en face d’eux. Les deux compères nous livrent alors un joli une-deux qu’Hossa n’arrive pourtant pas à concrétiser avec succès (3’12). La différence de style est flagrante, les Lettons se font chiper la rondelle bien trop facilement par des défenseurs plus expérimentés. La rapidité d’exécution et la science du jeu font également défaut aux Grenats. Pas étonnant alors d’assister à un festival d’assauts slovaques. Hossa, très actif ce matin, puis Gaborík se montrent ainsi bien souvent à leur avantage.

Michal Handzuš également. Le joueur de Los Angeles fait la différence avant de passer à Richard Zedník qui se trouve dans la même position de tir que Viš?ovský sur le premier but. Sa tentative se conclut dans la lucarne droite du pauvre Masalskis, mis à rude épreuve en cette entame (9’11, 2-0). Les moustaches de Znarok commencent clairement à friser... D’autant plus que les Slovaques temporisent à peine avant de repartir à l’attaque. Žigmund Pálffy, jusqu’ici timide, se réveille un tant soit peu et n’est pas loin de tripler la mise par deux fois, notamment sur la deuxième après un bon travail de Gaborík puis Stümpel (13’30). Si Mikelis Redlihs tente de redonner de l’allant aux siens après que Lauris Darzins lui a glissé le palet derrière la ligne d’attaque (16’31) – soit la première occasion lettone –  Stümpel s’empresse de ramener tout ce beau monde à la raison en imitant, dans l’emplacement et le geste, ses deux camarades buteurs (17’08, 3-0).

Les Slovaques poussent autant au retour des vestiaires et profitent d’un nouveau power-play pour aggraver la marque. Stümpel, encore lui, sert parfaitement Marián Hossa qui n’a même pas besoin de s’employer pour marquer (21’07, 4-0). Les Lettons sont dépassés. Handzuš prend le dessus sur l’ensemble de la défense balte et, sans assistance, poursuit le festin slovaque (22’20, 5-0). La fête est d’autant plus belle pour les supporters présents lorsque Miroslav Šatan fait enfin ses débuts dans le tournoi après avoir soigné plus ou moins sa main douloureuse.

Il semble que le paroxysme de la prestation slovaque ait été atteint en même temps que le poteau gauche de Masalskis sur une énième frappe de Stümpel (23’57). Car, pour la première fois du match, la Lettonie presse efficacement et gêne la sortie du palet de la défense adverse. Désormais à l’abri, la sélection de Ján Filc tempère davantage et est moins prompte à glisser, sans toutefois voir sa domination contestée. Le match perd donc en intensité et les Lettons, plus faibles physiquement, espèrent dès lors sortir de leur mutisme en profitant au mieux de la moindre erreur dans le camp d’en-face. Kristaps Sotnieks tente ainsi sa chance deux fois coup sur coup. En vain.

La fin de rencontre est marquée par une baisse du nombre de tirs de part et d’autres des deux formations. Les coéquipiers de Skrastins comptent bien utiliser à bien une supériorité numérique (deuxième faute sur trois de Pálffy) pour jouer leur va-tout et inscrire enfin un but dans la partie. Darzins voit sa première tentative repoussée par le poteau gauche slovaque (49’34) avant de réitérer l’action et de trouver cette-fois ci Halák, toujours en forme. S’en est finit pour les Grenats ; ils quitteront la glace « fanny » et  l’escarcelle remplie d’un ultime but slovaque, inscrit dans la lucarne droite en toute fin de match par le revenant Ivan Baranka, auteur d’une jolie frappe appuyée (57’20, 6-0).

Commentaires d’après-match

Marián Hossa (attaquant de la Slovaquie) : "Nous savions que les Lettons avaient joué la veille un match difficile et qu’ils l’auraient encore dans les jambes. Nous nous étions dit que si nous aurions de courts remplacements de joueurs, que l’on jouerait comme une équipe et toujours les mêmes quatre lignes, nous allions les fatiguer rapidement. Nous savions que si nous jouions depuis l’arrière, les buts viendraient. On a réussi à inscrire trois buts très rapidement et les Lettons n’ont pas pu retrouver leur souffle. C’est sûr que c’est mieux de gagner avec un tel score que de l’emporter difficilement 1-0. Cela nous fait plaisir que les buts aient été marqués par plusieurs d’entre nous et qu’un attaquant par ligne a marqué."

Andrej Sekera (défenseur de la Slovaquie) : "Cela n’a pas été aussi simple que le résultat final peut le laisser entrevoir. Aucun match de ce tournoi n’est facile, chacune des équipes peut surprendre. On a tenté d’aborder ce duel en étant 100 % sérieux. Nous avons deux jours de libres maintenant, c’est pour cette raison que nous avons voulu tout donner dans cette rencontre. Les Lettons ont eu un match difficile la veille, on savait qu’ils seraient fatigués."

Miroslav Šatan (attaquant de la Slovaquie) : "Mis à part deux fois dans le match où j’ai dû affronter des situations difficiles, ma main ne m’a pas fait souffrir. J’ai désormais deux jours de repos pour finir de la guérir. Après cela, tout devrait être revenu dans l’ordre. J’avais dis aux entraîneurs que je me sentais prêt à jouer mais c’était à eux de choisir le moment de me mettre sur la feuille de match. Je pensais que ma main allait résister et cela s’est avéré dans le match."

Herberts Vasiljevs (attaquant de la Lettonie) : "Nous devons nous améliorer dans tout. C’est certain que nous ne voulions pas réaliser ce genre de performance. Les Slovaques ont inscrit de très beaux buts. À présent, nous devons réfléchir sur nos erreurs et préparer notre duel pour accéder aux quarts de finale. Pour le moment, nous ne sommes pas parvenus à surprendre aucun favori, on espère le réussir prochainement."

Lauris Daržins (attaquant de la Lettonie) : "Cette défaite ne change rien à notre affaire car, à partir de maintenant, le tournoi repart de zéro. À l’exception de quatre équipes, les autres sont au même niveau. Attention à elles de ne pas nous sous-estimer. Si nous jouons bien, nous pouvons surprendre. Nous devons voir les choses positivement et nous pourrons alors en étonner plus d’un."

 

Slovaquie - Lettonie 6-0 (3-0, 2-0, 1-0)
Samedi 20 février 2010 à 16h30 à la Canada Hockey Place de Vancouver. 16 800 spectateurs.
Arbitrage de Daniel O’Halloran (CAN) et Marcus Vinnerborg (SUE) assistés de Andrij Kicha (UKR) et Brian Murphy (USA).
Pénalités : Slovaquie 8’ (0’, 4’, 4’), Lettonie 6’ (4’, 2’, 0’).
Tirs : Slovaquie 37 (13, 15, 9), Lettonie 21 (5, 10, 6).
Évolution du score :
1-0 à 02'44" : Viš?ovský assisté de Stümpel et Zedník (sup. num.)
2-0 à 09'11" : Zedník assisté de Handzuš et Barte?ko
3-0 à 17'08" : Stümpel assisté de Pálffy
4-0 à 21'07" : Marián Hossa assisté de Stümpel (sup. num.)
5-0 à 22'20" : Handzuš
6-0 à 57'20" : Baranka assisté de Handzuš et Šterbák

 

Slovaquie

Gardien : Jaroslav Halák.

Défenseurs : Zdeno Chára (C) - Andrej Meszároš ; Martin Štrbák - Lubomír Višnovský ; Andrej Sekera - Milan Jurcina ; Ivan Baranka [à 23'].

Attaquants : Marcel Hossa - Pavol Demitra (A) - Marián Hossa (A) ; Marián Gáborík - Jozef Stümpel - Žigmund Pálffy ; Luboš Bartecko - Michal Handzuš - Richard Zedník ; Martin Cibák - Tomáš Kopecký - Branko Radivojevic ; Miroslav Satan [à 23'].

Remplaçant : Peter Budaj (G). Absent : Rastislav Stana (G).

Lettonie

Gardien : Edgars Masalskis.

Défenseurs : Georgijs Pujacs - Arvids Rekis ; Karlis Skrastins (C) - Krisjanis Redlihs ; Rodrigo Lavins - Guntis Galvins [blessé à 2'30"] ; Oskars Bartulis - Kristaps Sotnieks.

Attaquants : Aleksandrs Nizivijs (A) - Herberts Vasiljevs (A) - Martins Cipulis ; Martins Karsums - Janis Sprukts - Girts Ankipans ; Lauris Darzins - Aleksejs Sirokovs - Mikelis Redlihs ; Gints Meija - Armands Berzins - Kaspars Daugavins.

Remplaçant : Sergejs Naumovs (G). Absents : Ervins Mustukovs (G), Guntis Galvins (épaule).