Suède - Finlande (JO 2010, groupe C)

TIMONEN_Kimmo-2005-1090998Si la Finlande gagne, elle remporte la première phase et s'offre un quart de finale contre le vainqueur de Suisse-Bélarus, en envoyant les Suédois face aux Tchèques (et en retrouvant le vainqueur en demi-finale). La Suède a quant à elle besoin de gagner de plus de cinq buts pour inverser cette situation. Une victoire "normale" la mettrait deuxième au classement général, ce qui lui donnerait la qualification directe mais la placerait dans le tableau de Canada/Russie.

Il ne peut y avoir d'arrière-pensée.  Pour ces deux équipes, c'est l'heure de vérité. C'est par leurs performances contre la Finlande que se définissent les meilleurs joueurs suédois. C'est par leurs performances contre la Suède que se définissent les meilleurs joueurs finlandais.

Un seul changement de ligne finlandais : le décevant Antti Miettinen est envoyé sur le banc, remplacé par Jarkko Immonen qui joue pour la première fois du tournoi. L'attaquant de Kazan prend la place de centre en troisième ligne, et Olli Jokinen passe donc à l'aile. La Suède n'a prévu aucun changement, mais c'est sans compter avec la gastro qui s'est invitée à la fête. Peter Forsberg a été malade mais joue quand même, pas Påhlsson.

La Finlande se retrouve immédiatement en supériorité numérique, domaine où elle a excellé. En face, ce n'est plus l'Allemagne, la boîte suédoise est la plus agressive, mais le danger n'en est pas moins grand quand un revers de Mikko Koivu passe juste au-dessus de la cage.

Une obstruction de Timonen est suivie une minute plus tard d'une faute de Pitkänen qui met sa crosse entre les jambes de Franzén. La Suède joue donc à 5 contre 3. Pour la première fois elle a mis en place une ligne spéciale pour le jeu de puissance, avec Johansson et Alfredsson à la bleue, Franzén, Bäckström et Eriksson. Cette nouvelle unité concrétise par Loui Eriksson près de la cage sur un rebond laissé par Jiprusoff (1-0). La Tre Kronor maîtrise la suite du premier tiers-temps dans les deux sens de la glace avec une incroyable qualité de passe : zéro défaut.

La deuxième période suit la même tendance. Lasse Kukkonen cafouille et trébuche sur le palet dans sa zone défensive, et Daniel Sedin en profite pour servir de derrière la cage le lancer balayé de Niklas Bäckström (2-0). Forsberg, qui ne paraît pas en forme, retient Hagman : la Finlande n'arrive même plus à s'installer proprement.

Lidström fait trébucher Mikko Koivu, puis Franzén en fait de même sur Hagman, en zone offensive, et enfin Öhlund enlève le casque de son adversaire : la Suède enchaîne les pénalités et subit deux passages à 3 contre 5. Il est temps pour la Finlande de réagir, mais Selänne et consorts multiplient les approximations. Henrik Tallinder sort ce palet sur la première séquence, et les joueurs de Detroit (Lidström, Kronwall et Zetterberg) tiennent bon sur la seconde.

NISKALA_Janne-2009-7747La Tre Kronor, elle, n'a besoin que d'un avantage numérique pour faire la différence : Loui Eriksson contourne tranquillement Kiprusoff pour glisser le palet au second poteau (3-0). La Finlande peut-elle tomber plus bas ? Oui, car il n'y avait pas encore eu la moindre expulsion dans ce tournoi. Joni Pitkänen est le premier au tableau de la honte avec une charge avec le coude en direction de la tête de Hörnqvist.

On se dit alors que la Suède n'est qu'à mi-chemin du 6-0 qui lui offrirait la première place générale, détenue à cet instant par les États-Unis. Elle ne semble cependant pas chercher à tout prix à enfoncer le clou. La Finlande réussit donc à gagner du temps pendant ces cinq minutes d'infériorité, entrecoupées par la pause.

La Suède ralentit le jeu et le match se dépassionne, même si un lancer de Janne Niskala atterrit sur la barre transversale. On s'ennuie ferme jusqu'à la sirène...

Les Suédois se contentent donc d'affronter le vainqueur de Slovaquie-Norvège, et surtout de croiser en demi-finale le gagnant du choc des favoris Canada-Russie. En évitant la déroute, les Finlandais conservent leur qualification directe pour les quarts de finale, où ils affronteront les Tchèques ou les Lettons.

Les deux équipes ont donc deux jours de repos avant de rejouer mercredi. La Suède va soigner ses malades et blessés (commotion pour Hörnqvist ?) dans cet intervalle, alors que la Finlande va beaucoup s'interroger. Après de belles performances collectives, elle s'est effondrée. Ce soir, sa quatrième ligne, théoriquement défensive, a été la plus dangereuse, avec le provocateur Jarkko Ruutu en meilleur joueur de son équipe. Ce n'est pas forcément bon signe.

Commentaires d'après-match

Henrik Lundqvist (gardien de la Suède) : "J'avais juste à être stable pour que nous gagnions. Je n'avais rien à faire d'extraordinaire, nous jouons si bien dans notre zone. Actuellement c'est une joie d'être dans le but. Il y a un tel calme dans l'équipe. Le boxplay a été la clé aujourd'hui. On joue si incroyablement bien dans notre zone. C'est frustrant pour nos adversaires que notre équipe contrôle aussi bien le palet."

Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : "Il est clair que la ligne Peltonen-Kapanen-Ruutu a été la meilleure. Les joueurs-clés n'ont pas bien joué aujourd'hui. Le frein à main était enclenché. Peu importe le dispositif suédois en infériorité : le jeu à 3 contre 5 est toujours le même, trois types qui se tiennent en triangle. Un seul tir dans le genou de l'adversaire en double supériorité numérique, c'est donc une mauvaise performance. Nous avons pourtant aligné de bons joueurs. C'était un tournant du match."

 

Suède - Finlande 3-0 (1-0, 2-0, 0-0)
Dimanche 21 février 2010 à 21h00 à la Canada Hockey Place de Vancouver. 17410 spectateurs.
Arbitrage de Marc Joanette (CAN) et Danny Kurmann (SUI) assistés de Timothy Nowak (USA) et Yuri Oskirko (RUS).
Pénalités : Suède 14' (4', 8', 2'), Finlande 33' (2', 2'+5'+20', 0').
Tirs : Suède 32 (16, 8, 8), Finlande 20 (5, 10, 5).
Évolution du score :
1-0 à 06'41" : Eriksson assisté de Bäckström et Johansson (sup. num.)
2-0 à 24'19" : Bäckström assisté de D. Sedin
3-0 à 38'08" : Eriksson assisté de Franzén et Bäckström (sup. num.)


Suède

Gardien : Henrik Lundqvist.

Défenseurs : Nicklas Lidström (C) - Niklas Kronwall ; Magnus Johansson - Henrik Tallinder ; Mattias Öhlund - Tobias Enström ; Doug Murray - Johnny Oduya.

Attaquants : Daniel Sedin - Henrik Sedin - Mattias Weinhandl ; Peter Forsberg - Henrik Zetterberg (A) - Patric Hörnqvist ; Loui Eriksson - Nicklas Backström - Daniel Alfredsson (A) ; Johan Franzén, Fredrik Modin.

Remplaçant : Jonas Gustavsson (G). Absents : Stefan Liv (G), Samuel Påhlsson (gastro-entérite).

Finlande

Gardien : Miikka Kiprusoff.

Défenseurs : Joni Pitkänen [exclu à 39'11"] - Lasse Kukkonen ; Kimmo Timonen (A) - Sami Salo ; Toni Lydman - Sami Lepistö ; Janne Niskala.

Attaquants : Valtteri Filppula - Mikko Koivu - Tuomo Ruutu ; Jere Lehtinen - Saku Koivu (C) - Teemu Selänne (A) ; Olli Jokinen - Jarkko Immonen - Niklas Hagman ; Ville Peltonen - Niko Kapanen - Jarkko Ruutu.

Remplaçants : Niklas Bäckström (G), Antti Miettinen. Absent : Antero Niitymäki (G).