Suède - Finlande (JO 2010, tournoi féminin, match pour la 3e place)

MertanenTerhiSi le duel nord-américain est la finale quasi-permanente du hockey féminin, ce derby nordique est l'éternel match pour le bronze. Pourtant, il n'a eu lieu qu'une fois en trois éditions olympiques. À l'époque de Nagano, la Chine était encore une puissance médaillable, et à Turin, la Suède avait accédé à la finale à la surprise générale.

La dernière médaille finlandaise date de 1998. Les deux joueuses "survivantes", Karoliina Rantamäki et Emma Laaksonen, veulent conduire leurs héritières au plaisir d'un podium. Leurs résultats face aux équipes nord-américaines (0-5 et 0-6) ont été plus convenables que ceux de leurs rivales.

Les Suédoises, en effet, ont explosé, alors qu'elles disaient être venues pour remporter le tournoi. Elles se sont un peu ridiculisées par un tel écart entre leurs prétentions et la réalité, puisqu'elles ont encaissé 22 buts en deux rencontres, le double de la Finlande. La gardienne Kim Martin n'y aura pas survécu, puisque c'est Sara Grahn qui est titularisée ce soir.

Cette contre-performance a été durement critiquée au pays, et une mère de joueuse s'est plaint dans la presse des "commentaires insultants" de l'expert télévisuel Niklas Wikegård, qui a reçu un avertissement. Pas de risque de choquer ce soir pendant le début du match, car il n'est pas diffusé en direct sur la chaîne publique SVT. Celle-ci a privilégié le ski de fond et une demi-finale de curling féminin. Un signe que le hockey féminin n'a pas progressé dans cette olympiade du point de vue de son expansion sportive et médiatique en Europe...

2010-02-25-Suede-FinlandeLes Suédoises dominent tellement les mises au jeu au premier tiers (14 à 3) qu'elles ont forcément tendance à prendre un certain avantage. Un lancer de la bleue de Frida Nevalainen trouve l'extérieur du poteau. Maria Rooth, quant à elle, bute à bout portant sur la gardienne Noora Räty.

C'est qu'il ne fait pas bon approcher la cerbère finlandaise. Quand Ostberg tombe sur elle, elle la "caresse" de tout son équipement (crosse, bouclier). En deuxième période, elle échangera même des coups de poing avec Timglas qui avait, il est vrai, abusé des coups de crosse pour lui faire lâcher un palet.

Et pendant que l'agressivité de Räty dissuade les offensives suédoises, la Finlande prend l'avantage en début de deuxième période par un beau lancer de Heidi Pelttari au-dessus de l'épaule gauche de Grahn (1-0).

La Suède, maintenant dominée, finit cependant par répliquer lorsque Posa fait trébucher Eliasson. Sur l'avantage numérique, un lancer de la bleue d'Isabelle Jordansson est dévié par Maria Rooth dans l'enclave - une combinaison qu'elle avouera avoir travaillée à l'entraînement - pendant qu'Uden-Johansson masque la gardienne (1-1).

RatyNoora3La Finlande repasse devant sur un exploit personnel de Michelle Karvinen, la soeur de l'international danois Jannik Karvinen : elle gagne le palet face à Emma Nordin à la ligne bleue offensive, fonce sur son aile droite et repique vers la cage pour placer le palet au second poteau derrière la gardienne (2-1).

L'atout des Suédoises ce soir, c'est le jeu de puissance, avec une bonne présence dans le slot. Pendant que Pelttari est en prison, Gunilla Andersson lance de la bleue et Les Suédoises sont trois autour la cage. Danijela Rundqvist a alors le temps de prendre deux fois le rebond pour glisser le palet au fond (2-2).

À six minutes de la fin, Emma Eliasson retient Saarinen contre la bande. Les Finlandaises vont-elles enfin concrétiser cette dernière chance en avantage numérique ? Encore une fois, elles s'en remettent à Karvinen : elle dribble toute la défense dans une chevauchée fantastique mais pousse un peu trop loin son palet qui file quelques centimètres au-delà de sa crosse et arrive jusqu'à la gardienne.

Les Suédoises paraissent nerveuses en prolongation. Nevalainen perd deux palets sur la même présence. Une alerte prémonitoire. Une minute plus tard, "l'ancienne" Rantamäki centre au second poteau pour Sara Tuominen. S'agit-il d'une déviation involontaire du patin ? pas exactement ! En fait, Tuominen donne un coup de patin dans la crosse mal placée de la capitaine suédoise Erika Holst qui dévie ainsi ce palet contre son camp (2-3).

Les Finlandaises éclatent de joie et saluent Tarja Halonen, la présidente du pays, qui est en tribunes pour les soutenir. Voilà au moins une nation où le hockey féminin a gagné de la reconnaissance. Il faut dire que ce n'est que la troisième médaille de la Finlande dans ces Jeux olympiques... en attendant les messieurs, histoire que le hockey constitue à lui seul la moitié des breloques ?

OstbergCeciliaPour la Suède, comme pour le hockey féminin dans son ensemble, l'heure est à la crise existentielle. Le niveau de patinage de l'équipe a été pointé du doigt, alors que la préparation avait pourtant été soignée. L'entraîneur depuis neuf ans, Peter Elander, avait obtenu plus de moyens que jamais et avait même invité des joueurs de NHL (Lilja et Brunnström) pour diriger des séances. Avant le match, Elander a annoncé son départ à la télévision canadienne (le pays de sa femme), déclarant avoir deux offres de travail venues d'Amérique du nord. Les cadres de l'équipe pourraient elles aussi prendre leur retraite...

Moment "amusant" pour finir la soirée. L'intervieweuse de SVT Marie Lehmann demande à Elander s'il a reçu sa médaille de bronze. Réponse grimaçante du coach qui rappelle que son équipe a perdu le match. Et la journaliste de se rattraper comme elle peut en expliquant qu'elle plaisantait, ce qui est peut-être encore plus indélicat que la distraction.

Commentaires d'après-match

Erika Holst (attaquante de la Suède) : "C'est le pire sentiment que j'ai jamais connu. Perdre n'est jamais agréable, mais en prolongation et contre la Finlande..."

Maria Rooth (attaquante de la Suède) : "Je suis complètement vidée, il faudra certainement plusieurs mois avant que je prenne une décision. Je ferai une pause verrai si je sens le besoin de revenir. Si c'est le cas, je parie sur les Jo de Sotchi en 2014. [...] Je ne veux pas que les filles jouent comme les garçons : le hockey féminin est le hockey féminin. Introduire les mises en échec causerait des blessures, car la différence entre les joueuses est encore très grande. Et je pense que c'est bien d'avoir une grille. Personne ne dirait jamais qu'il veut laisser son visage sur la glace. Ce sont des arguments de macho."

 

Finlande - Suède 3-2 après prolongation (0-0, 2-1, 0-1, 1-0)
Jeudi 25 février 2010 à 12h00 à la Canada Hockey Place. 16398 spectateurs.
Arbitrage de Nicole Hertrich (ALL) assistée de Miyuki Nakayama (JAP) et Malene Skovbakke (DAN).
Pénalités : Finlande 14' (4', 6', 4', 0'), Suède 12' (2', 6', 4', 0').
Tirs : Finlande 24 (7, 8, 6, 3), Suède 18 (7, 2, 9, 0).
Engagements : Finlande 24 (3, 12, 9, 0), Suède 41 (14, 16, 9, 2).
Évolution du score
1-0 à 24'24" : Pelttari
1-1 à 32'24" : Rooth assistée de Jordansson et Eliasson (sup. num.)
2-1 à 36'02" : Karvinen assistée de Välimäki
2-2 à 45'09" : Rundqvist assistée de G. Andersson et Holmlov (sup. num.)
3-2 à 62'33" : Rantamäki assistée de S. Tuominen et Hiirikoski


Suède

Gardienne : Kim Martin.

Arrières : Emilia Andersson - Gunilla Andersson ; Emma Nordin - Emma Eliasson ; Jenni Asserholt (A) - Frida Nevalainen.

Attaquantes : Pernilla Winberg - Erika Holst (C) - Elin Holmlov ; Klara Myren - Tina Enström - Cecilia Ostberg ; Katarina Timglas - Isabelle Jordansson - Maria Rooth (A) ; Danijela Rundqvist - Erica Uden-Johansson - Frida Svedin Thunström.

Remplaçante : Sara Grahn (G). Absente : Valentina Lizana (G).

Finlande

Arrières : Terhi Mertanen - Heidi Pelttari ; Rosa Lindstedt - Emma Laaksonen (C) ; Jenni Hiirikoski - Sarja Sirvio ; Maria Posa.

Attaquantes : Karoliina Rantamäki - Saara Tuominen (A) - Mari Saarinen ; Nina Tikkinen - Marjo Voutilainen - Anne Helin ; Venla Hovi - Linda Välimäki - Michelle Karvinen.

Remplaçantes : Anna Vanhatalo (G), Annina Rajahuhta, Minnamari Tuominen. Absente : Mira Kuisma (G).