Amiens - Strasbourg (Ligue Magnus, 25e journée)

dsc_0010Amiens contre Strasbourg, une affiche alléchante entre deux outsiders de la Magnus. Une affiche qui évoque des rencontres serrées, spectaculaires, pleines de suspense. Et la nouvelle opposition du 2 mars entre Picards et Alsaciens a tenu toutes ses promesses.

D'abord par son contexte qui, avant même le coup d'envoi, nous laissait déjà d'un parfum de suspense. Ayant repris d'un point la quatrième place à Grenoble, le faux-pas était interdit aux Amiénois. De leur côté, les Strasbourgeois, en cas de victoire, s'assuraient la huitième place de Magnus. Parfum de revanche, ensuite, par le résultat du match aller : 3-1 en faveur de Strasbourg pendant la période « critique » des Gothiques. Et parfum de nostalgie, enfin, quand on se rappelle la saison dernière et cette même affiche pour clôturer la saison régulière 2008-2009, où Amiens sortait victorieusement en prolongation (4-3) devant son public et au terme d'un match à haute tension.

L'Étoile Noire attaque, les Gothiques répondent

Loin de la sérénité amiénoise affichée face à Chamonix, force est de constater que ce match est plus disputé. Dès la mise au jeu, les locaux affichent leurs ambitions et font résonner le montant. Aligné de nouveau aux côtés de Pazak et Mortas, Sadoun sert le 55 local qui tire sur le poteau. Sur le contre, Gilchrist met à contribution Koivula. Par la suite, Amiens travaille contre la bande avec Cayer et Riendeau. Le puck arrive à la bleue pour Roussel qui voit son lancer, dévié par Cayer, terminer sa course sur Hiadlovsky (1'50). Strasbourg prend possession du palet et presse assez haut, jusqu'à la faute de Heikki Laine (2'08, retard de jeu). Hiadlovsky laisse un rebond dans son slot sur un tir de Henderson, que les locaux ne peuvent exploiter. La pénalité s'achève et Strasbourg reprend sa marche en avant. Le portier Koivula s'éloigne de sa ligne et se fait feinter. Il doit uniquement son salut au sauvetage d'un de ses défenseurs sur la ligne de but. Un cafouillage devant la cage picarde se transforme en altercation. Il en ressort deux minutes de pénalité pour dureté à Cyril Trabichet et Julian Marcos (4'25). À 4 contre 4, les visiteurs s'installent en zone offensive, sans réellement parvenir à lancer dangereusement. De nouveau au complet, les équipes font circuler le puck d'un but à l'autre, même si l'on note une initiative alsacienne. Claireaux force Hiadlovsky à geler le palet (7'03). Sur l'action suivante, son homologue amiénois lui donne la réplique en deux temps (7'55).

dsc_0025Strasbourg s'installe ensuite plus fermement en zone offensive et Amiens doit se contenter de prendre les contres, à l'image de Roussel qui récupère la rondelle et effectue une montée offensive jusqu'à Hiadlovsky (8'18). C'est ensuite Glaude qui lance sur le bouclier, avant qu'une boîte de Claireaux à la bleue n'empêche la sortie de zone des visiteurs. L'action débouche sur un tir de Henderson. L'Étoile Noire reprend sa marche en avant et se crée l'occasion la plus dangereuse du premier tiers : sur un travail derrière la cage, Heikki Laine rate un caviar dans le slot alors que Ville Koivula était battu (11').

Les esprits s'échauffent ensuite fortement quand, pour se venger d'un faire trébucher de Cayer sur un coéquipier, Hiadlovsky prend le chemin de son banc de touche afin de faire rentrer un sixième joueur de champ et laisse traîner sa crosse dans les patins d'un Amiénois. Cayer prend alors deux minutes pour faire trébucher et Hiadlovsky pour obstruction (12'21). À 4 contre 4, Amiens semble reprendre le dessus et conserve le palet en zone offensive. Les deux joueurs sortent de prison et les visiteurs mettent à nouveau Amiens sous pression, forçant Koivula à geler la rondelle. Les Strasbourgeois poursuivent leur occupation offensive, travaillant derrière la cage adverse, mais voient leur élan stoppé par une pénalité contre Burgert (2' pour obstruction). Une fois encore, Amiens réussit à s'installer en zone offensive et propose un jeu contre la bande afin de trouver le décalage à la bleue. Tactique illustrée par un slap de Glaude qui ne trouve pas les filets. Ce qui change dans ce premier tiers, c'est qu'à la fin de la supériorité numérique, Amiens continue de posséder le palet et semble reprendre légèrement le dessus. Pazak intercepte un palet et lance Sadoun dont le shoot est dévié par Hiadlovsky (18'). L'Étoile Noire réplique avec un tir de Sarazin, suite à une passe de Gilchrist, et une action offensive supériorité numérique, après une faute d'Offret (19'37, 2' pour accrocher).

La deuxième partie du match reprend sur les chapeaux de roues. Le capitaine Vincent Bachet intercepte un palet en zone défensive et s'en va en 2 contre 1 avec Pazak. Les deux se donnent le change et Pazak finit par glisser le palet entre les bottes du portier adverse, libérant le Coliséum (20'33, 1-0). Le public peut à peine savourer cette ouverture du score que les visiteurs se reprennent, et occupent la zone offensive amiénoise. Depuis la bleue, Maxime Mallette voit son slap dévié par Koivula, mais pas suffisamment pour éviter l'égalisation (21'28, 1-1). Les visiteurs reprennent du poil de la bête avec des tirs de Stolc et Devin. Puis la première ligne amiénoise réagit et s'installe, après un contre, en zone offensive. Kowalczyk tire depuis la bleu. Un cafouillage entre un défenseur strasbourgeois et Sadoun semble déstabiliser Hiadlovsky qui laisse le palet rentrer (24'49, 2-1). Elie Marcos se rend alors auprès des arbitres pour discuter le but, prémisse de longs débats près de la table de marque jusqu'à la fin du match pour diverses raisons.

dsc_0095Le match s'anime : Teddy Trabichet slalome au milieu du glaçon et sert Henderson qui transmet à Petit dont le lancer est capté par le portier adverse. Puis une attaque des visiteurs est annihilée par un bon retour défensif de Thomas Roussel. C'est ensuite Kowalczyk qui prend sa chance pour Amiens depuis la bleue, puis Pazak qui rate un break face au cerbère Hiadlovsky. La tension est à son comble et se matérialise par une altercation envoyant Julian Marcos en prison pour deux minutes (charge incorrecte). En jeu de puissance, son frère Elie prend le premier lancer de la supériorité, puis un défenseur amiénois contre le shoot de Striz. La défense picarde doit cependant s'incliner sur une bonne combinaison : contre la bande, Cesnek transmet à Édouard Dufournet qui provoque Koivula au premier poteau pour passer à Elie Marcos. Ce dernier, démarqué au poteau opposé, pousse le puck au fond des filets. (28'45, 2-2)

Le jeu devient plus physique contre les bandes, profitant indéniablement aux visiteurs qui prennent l'avantage au tableau d'affichage par une copie conforme de leur but précèdent avec un décalage au second poteau. C'est cette fois Devin qui donne à Dufournet. Le 22 visiteur trouve une seconde fois son compère Elie Marcos qui double son compteur personnel de la soirée. (31'03, 2-3)

Strasbourg exerce alors un jeu rugueux, lent, parfois dans la limite du sportif par les contacts. Puis c'est une altercation concernant une poignée de joueurs qui éclate contre les bancs de touche, presque inévitable avec la tension, mais regrettable par rapport au spectacle. Roussel, Riendeau et Raymond vont au cachot. En infériorité, Amiens prend tout de même sa chance par l'intermédiaire de Mortas. Puis Koivula est sollicité par deux fois avant que sa défense ne parvienne à se dégager. La pénalité s'achève à peine que les locaux trouvent la faille. Mortas prend le puck contre sa bande défensive et lance Pazak en break à la bleue par une passe lobée. Le buteur fétiche du Coliseum prend le temps d'ajuster Hiadlovsky pour s'offrir un doublé (35'34, 3-3). C'est ensuite un jeu de contre qui s'effectue jusqu'au buzzer des 20 minutes.

dsc_0112

La pause est l'occasion pour le public de se détendre en allant danser le madison sur la glace avant de laisser l'habituelle surfaceuse faire son travail et les pom-pom-girls du Coliseum assurer le spectacle. La reprise est marquée par une - nouvelle - pénalité de Riendeau, visiblement très en vue par les arbitres ce soir (2' pour retard de jeu). Amiens se retrouve ensuite en double infériorité numérique, suite à une obstruction de Marcos. Strasbourg s'installe mais ne peut lancer dangereusement qu'une fois par Cesnek qui trouve le gant de Koivula. Amiens réussit à se dégager par la suite et empêche un nouveau jeu offensif visiteur.

À 5 contre 5, Riendeau engage un slalom de sa zone défensive jusqu'au rond central où il se fait accrocher (44'38, 2' à Cyril Trabichet pour faire trébucher). Amiens s'applique sur son jeu offensif et imite les deux précédents buts strasbourgeois. Sur le côté droit, Pazak donne à Mortas au premier poteau qui prolonge pour Sadoun, seul au second. Le 21 local retrouve le chemin des filets pour le plus grand plaisir de ses fans (46'07, 5-3). Amiens déroule et Pazak, encore lui, part face à un défenseur, servi par Kowalczyk. Le 55 local tire à mi-distance dans la zone offensive et surprend Hiadlovsky qui concède un rebond lointain. Le cerbère adverse ne peut geler la rondelle avant que Pazak ne vienne la reprendre et la pousser au fond des filets, inscrivant son troisième but et honorant le Coliseum d'un magnifique tire-fesse pour célébrer son but (50'33, 5-3). Amiens remet le couvert en contre avec sa deuxième ligne. Claireaux s'infiltre en zone offensive mais se fait bloquer contre la bande par un adversaire. Henderson, qui a suivi, récupère le puck et passe derrière la cage pour le transmettre à gauche sur Glaude qui glisse le caoutchouc en finesse entre le poteau et la botte du portier de l'Étoile Noire (51'37, 6-3).

dsc_0152Le public cherche alors à lancer une ola, interrompue par la réduction du score adverse. Sur un travail dans le coin gauche, Stolc passe à Trabichet qui marque depuis le slot (51'57, 6-4). Riendeau prend ensuite une troisième pénalité, plongeant le Coliseum dans l'appréhension d'un retour de l'Etoile Noire (52'35, accrocher). Amiens gère parfaitement et seul Striz peut lancer sur Koivula. À la fin de la pénalité, Claireaux lance un revers vicieux qui fait passer des sueurs froides sous le plastron de Hiadlovsky. Dufournet s'immisce ensuite dans le slot amiénois mais ne peut déjouer le portier finlandais. Toujours en contre, Henderson entre sur le côté droit de la zone offensive et feinte Hiadlovsky côté bouclier pour s'ouvrir le côté gauche du but (58'17, 7-4).

Strasbourg renonce et termine le match en infériorité numérique, laissant Amiens faire tourner le palet en zone défensive. Les visiteurs ont fait jeu égal avec les Picards en jouant haut et avec beaucoup d'énergie, mais ils se sont effondrés au troisième tiers, au moment où Amiens montait en puissance. La quatrième place n'est donc pas encore assurée pour les Gothiques qui devront s'imposer à Villard-de-Lans. Côté strasbourgeois, la huitième place est encore là, malgré la défaite. En tout cas, les deux équipes ont offert un beau spectacle, digne d'un quart de finale.

Hommes du match : Elie Marcos pour Strasbourg, Miroslav Pazak pour Amiens.

Après ce match, le président Henno a signalé à une partie des invités qu'avec l'approche des playoffs les joueurs seraient moins disponibles afin de se mettre dans un état d'esprit d'équipe. Cependant, Valentin Claireaux a accepté de répondre à quelques questions.

  

- Ce soir Amiens sort victorieux face à Strasbourg. Que retenir de ce match pour l'équipe et pour toi ?

- C'était un match important. Il nous fallait cette victoire et c'est chose faite. On est toujours en course pour la quatrième place, mais elle n'est pas assurée. D'un point de vue personnel, je ne suis pas satisfait à 100 % car j'ai fait quelques erreurs défensives que j'aurais dû éviter...

- On a remarqué une atmosphère étrange dans le Coliseum pour ce dernier match à domicile de la saison régulière. Une ambiance unique et une certaine tension. Même menés et à la peine, le public a continué de vous pousser. Comment as-tu ressenti cela ?

- Oui il y avait beaucoup de bruit ce soir et le public a répondu présent. Cela nous aide, ça fait la différence par moment. C'est un plus sur la glace qu'on tente d'utiliser le plus possible.

- Avec la défaite angevine face à Rouen, le classement se resserre. Est-ce que tu espères une troisième place ou la quatrième te convient-elle ?

- Pourquoi pas un faux-pas d'Angers, une troisième place serait bien. Mais pour l'instant on est quatrième et on va déjà batailler pour tenir cette place.

- Les playoffs arrivent après le match de samedi face à Villard-de-Lans. Est-ce que tu y penses déjà ? As-tu une idée quant aux possibilités amiénoises dans ces phases finales ?

- Je vais donner mon maximum pour l'équipe. Après ce qui compte, c'est la finale. Tout est possible et j'ai envie d'aller au bout !

Photos : Jérémy Beuvin

Galerie photo de la rencontre : http://picasaweb.google.fr/106995161026966805068/AmiensStrasbourgMars2010

 

Amiens -Strasbourg 7-4 (0-0, 3-3, 4-1)
Mardi 2 mars 2010 à 20h00 au Coliseum. 3 050 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre, assisté de Benjamin Gremion et Thomas Caillot.
Pénalités : Amiens 18' (6', 6', 6') ; Strasbourg 14' (8', 2', 4').


Évolution du score :
1-0 à 20'33" : Pazak assisté de Bachet (inf.num.)
1-1 à 21'23" : Mallette assisté de Raymond et Sarazin (sup. num.)
2-1 à 24'48" : Kowalczyk assisté de Pazak et Mortas
2-2 à 28'45" : E. Marcos assisté de Dufournet et Cesnek (sup. num.)
2-3 à 31'03" : E. Marcos assisté de Dufournet et Debin
3-3 à 36'52" : Pazak assisté de Mortas
4-3 à 47'07" : Sadoun assisté de Pazak et Mortas (sup. Num.)
5-3 à 50'33" : Pazak assisté de Mortas
6-3 à 51'37" : Glaude assisté de Henderson
6-4 à 51'57" : C. Trabichet assisté de Stolc
7-4 à 58'17" : Henderson assisté de Glaude

Amiens

Gardien : Ville Koivula.

Défenseurs : Vincent Bachet (C) - Pawel Kowalczyk ; Jean-Philippe Glaude (A) - Teddy Trabichet ; Thomas Roussel (A) - Julian Marcos

Attaquants : Miroslav Pazak - Anthony Mortas - Loïc Sadoun ; David Cayer - Brian Henderson - Yanick Riendeau ; Yannick Offret - Simon Petit - Valentin Claireaux.

Remplacants : Sebastian Ylönen (G), Maxim Belov, Romain Bault, Jonathan Boehrer. Absents : Grégory Béron (coupure au mollet), Sylvain Rodier (double fracture de la mâchoire)

Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky.

Défenseurs : Hugues Cruchandeau - David Striz ; Maxime Mallette - Bob Raymond ; Aziz Baazi - Michal Cesnek.

Attaquants : Brennan Sarrazin (A) - Michael Gilchrist - Juho Lehtisalo ; Cyril Trabichet - Miroslav Stolc - Heikki Laine ; Édouard Dufournet - Elie Marcos (C) - Pierre Antoine Devin (A) ; Julien Burgert.

Remplaçant : Gilles Beck (G).