Amnéville - Reims (Division 1, 24e journée)

Sortis vainqueurs de leur affrontement face aux Vipers, les Phénix se retrouvent dès lors en bonne position pour les séries. Reste à composter le billet lors du déplacement à Amnéville, pour un match qui s’avère périlleux. En effet les Galaxians, en position délicate au classement, sont à la recherche de points pour se maintenir en D1 et, pour leur dernière rencontre à domicile, les Mosellans sont donc bien décidés à faire tomber les Rémois.

Les Rémois se présentent dans la même composition que lors du match précédent, mais doivent faire sans leur coach, suspendu par la CIRJ pour cette rencontre. Le match démarre sur un bon rythme et le jeu va d’un camp à l’autre. S’appuyant sur trois succès consécutifs, Amnéville joue crânement le coup, se méfiant de la puissance de feux des Rémois. Toutefois, les locaux obtiennent la première supériorité du match (03’35) et ont là l’occasion de se mettre sur de bons rails. Kubis, bien secondé par sa défensive, fait bonne garde et Reims se sort sans dommage de ce passage à 4. Bien en place, Reims annihile les initiatives locales et prend petit à petit le contrôle de la partie. Martin-Whalen frappe à la porte de Macrez, mais ce dernier reste solide. Reims investit la zone offensive et Dusseau se charge de jouer les artificiers à la bleue. Si Macrez écarte son premier essai, sur le 2ème, le slap du défenseur rémois trouve la faille entre les bottes du portier mosellan (0-1, 06’47).

Amnéville ne se laisse pas abattre pour autant. Sur un puck flippé, Chang prend de vitesse la défense rémoise, Kaisjoki revient in-extremis pour gêner le Suédois, qui lance toutefois, sans réel danger pour Kubis et Cie. Les Phénix semblent avoir entendu le signal d’alerte et repartent à l’assaut des buts mosellans. Les vagues rémoises continuent de s’abattre sur les Galaxians et ces derniers n’ont parfois d’autre solution que de se mettre à la faute pour respirer. Sur une supériorité à la 12ème, les gros canons rémois sont de sortie, à l’instar de Kévin Dusseau qui continue de s’essayer de loin, mais Macrez fait bonne garde. Mais le travail de sape des Rémois va finir par payer à la 15ème. Sur une descente à deux, Rehor sert Florian Sabatier sur l’aile droite, puis ce dernier s’engouffre derrière la cage. Après avoir fixé la défense locale, le cadet des Sabatier sert dans l’axe Vrielynck, qui trompe Macrez d’un tir anodin (0-2, 14’26). Les Mosellans ont pris un coup sur la tête suite à ce but, a contrario de Reims qui vient de faire un premier break dans cette partie. Et ce n’est pas une supériorité dans la minute suivante qui va les relancer, Kubis se montrant toujours intraitable. Reims gère sereinement son avance et laisse que peu d’espace aux locaux pour s’exprimer. La sirène sonne et les Galaxians se demandent comment ils vont pouvoir renverser la situation.

Les locaux profitent de cette pause pour revenir gonflés à bloc à l’aube du deuxième tiers. Amnéville parvient enfin à bousculer les Rémois, qui peuvent compter sur un Kubis solide face à Vychodil, Chang ou encore Fiser, pour tenir le score. Les sept premières minutes de la période sont à l’avantage des Mosellans et leurs efforts vont finir par payer. A la 28ème, au terme d’une belle action collective, Chang lance sur Kubis qui fait l’arrêt dans un premier temps, mais Timothée se trouve à point nommé pour pousser le rebond au fond (1-2, 27’17). Les Galaxians s’inscrivent à la marque et se sentent pousser des ailes. Seulement, Reims n’est pas décidé à laisser revenir les locaux dans le match. Trois minutes plus tard, au terme d’une action confuse, un palet à l’abandon revient sur Kévin Dusseau, qui expédie un lancer de mammouth au fond des cages de Macrez (1-3, 30’19).

Les Phénix pensent avoir mis à la raison les locaux avec ce but. Mais, nullement découragé, Amnéville repart de l’avant. Dans la minute suivante, Jeanbourquin lance dans la profondeur Fiser, qui s’y reprend à deux fois pour battre Kubis (2-3, 30’49). Les rouges ne lâchent rien, toutefois leur enthousiasme est freiné par une pénalité à la 34ème et Reims va sanctionner cela. Sur la supériorité, Rehor trouve Jérémy Sabatier dans l’enclave. Macrez repousse le tir du Rémois, mais Martin-Whalen saute sur le rebond pour redonner deux longueurs d’avance aux Phénix (2-4, 35’05). Malgré leur handicap, les locaux se montrent toujours percutants. Même à un homme de moins sur le glaçon, Chang et Fiser trouvent le moyen de faire passer quelques sueurs froides à l’arrière-garde rémoise, qui peut dire un grand merci à son portier sur le coup. Les Rémois ont maintenu l’écart de deux unités dans ce tiers, mais on sent le match monter en intensité, les locaux jouant enfin sans complexe et croyant en leurs chances.

A la reprise, l’équation est simple pour les Rémois : tenter de tuer dans l’œuf la révolte des locaux et faire un break définitif par la suite. Hélas, d’entrée, les Phénix ne se mettent pas dans les meilleures dispositions. Une relance hasardeuse envoie Disnard en échappée, mais la patrouille rémoise revient à temps pour contrer le capitaine des Galaxians. Une certaine fébrilité gagne les crosses rémoises et Amnéville le sent bien. Les locaux pressent les Rémois dans leur zone défensive et Kubis se retrouve très vite à l’ouvrage. A la 44ème, Jeanbourquin et Chang donnent le tournis à l’arrière-garde rémoise, Kubis intervient une première fois face au Suédois, mais ne peut rien sur la reprise de Reiss à bout portant (3-4, 43’28). Ce but relance et galvanise Amnéville, qui accentue dès lors sa pression. Deux minutes plus tard, sur une percée plein champ, Vychodil arme un tir puissant qui laisse sans réaction Kubis (4-4, 45’33).

Aussi incroyable qu’il n’y parait, Amnéville est revenu à la hauteur des Rémois, pour qui tout est à refaire. Amnéville continue sur sa lancée, croyant subitement à un exploit. Reims serre le jeu et le match reste indécis. A la 49ème, les Phénix ont une supériorité pour reprendre les commandes (48’33). A peine 20 secondes d’écoulées sur le jeu de puissance, Vrielynck s’empare du disque à la bleue rémoise, remonte le glaçon et trompe Macrez d’un tir croisé (4-5, 48’57). Bien qu'accusant le coup suite à l'exploit individuel de l'avant rémois, Amnéville est bien décidé à réagir immédiatement et repart de plus belle. Sous la pression locale, Reims attend l’ouverture pour plier l’affaire.

A la 54ème, suite à un cafouillage devant les cages de Kubis, Jeanbourquin saute sur le palet libre pour égaliser. Malheureusement pour l’ex-Rémois, le corps arbitral, placé différemment sur l’action, ne voit pas les évènements de la même façon et annule le but, à la grande colère des partisans locaux (53’13). A coup sûr, cette action représente un tournant dans ce match. Les Rémois ont senti le boulet mosellan les frôler et se décident à tuer le match à trois minutes du buzzer. Une mauvaise relance des Galaxians profite à Rehor, qui sert Florian Sabatier dans l’axe, ce dernier élimine Macrez et conclut d’un revers en lucarne (4-6, 56’49).

Ce but sonne le glas des derniers espoirs mosellans. La frustration gagne les têtes locales, pour preuve, ce geste inutile de Vychodil sur Savoie, qui voit le défenseur tchèque regagner prématurément les vestiaires (57’45). Dans les deux dernières minutes, Pichonsky tente un coup de poker en sortant son portier, mais Florian Sabatier intercepte le palet et porte l’estocade aux Galaxians (4-7, 58’59). Un dernier raid de Reiss fait briller une dernière fois Kubis et quelques instants plus tard, les Rémois peuvent savourer leur succès à la sirène finale.

Non sans s’être fait quelques frayeurs, les Rémois ont remporté cette victoire qui leur permet d’accéder aux séries finales pour la première fois de leur existence. Il reste maintenant aux hommes de François Dusseau à confirmer leur place au classement, avec la réception à Bocquaine des Coqs de Courbevoie. Les Parisiens sont à prendre au sérieux au même titre qu’Amnéville, ces derniers luttant aussi pour rester en Division 1.


Amnéville - Reims 4-7 (0-2, 2-2, 2-3).
Samedi 6 mars 2010 à 18h00 au Centre de Loisirs. 250 spectateurs.
Arbitrage de Gilles Durand assisté de Julia Cruchandeau et Nicolas Cregut.
Pénalités : Amnéville 37' (4', 4', 4'+5'+20'), Reims 10' (8', 0’, 2').
Évolution du score :
0-1 à 06'47" : Dusseau assisté de Martin-Whalen
0-2 à 14'26" : Vrielynck assisté de F. Sabatier et Rehor
1-2 à 27’17" : Franck assisté de Chang et Aubry
1-3 à 30‘19" : Dusseau assisté de F. Sabatier et Vrielynck
2-3 à 30'49" : Fiser assisté de Jeanbourquin
2-4 à 35‘05" : Martin-Whalen assisté de J. Sabatier et Rehor (sup. num.)
3-4 à 43'28" : Reiss assisté de Chang et Maurer
4-4 à 45‘33" : Vychodil assisté de Chang et Fiser
4-5 à 48'57" : Vrielynck assisté de Dusseau et Kubis (sup. num.)
4-6 à 56‘49" : F. Sabatier assisté de Rehor
4-7 à 58'59" : F. Sabatier assisté de Kaisjoki, cage vide