Huet : L’heure de vérité ?

Lors du début de la saison, Cristobal Huet apparaissait comme le gardien n°1 logique des Blackhawks de Chicago, ce qui lui donnait pour la première fois de sa carrière en NHL l’opportunité de jouer les play-offs en tant que titulaire avec une équipe considérée comme une des favorites pour le titre. Mais la situation a changé depuis, entre rumeurs insistantes de transferts et possibilité de voir le remplaçant prendre le rôle de n°1, et la saison du Français arrive à un point critique. Retour sur ses performances depuis son arrivée à Chicago.

La saison précédente avait été marquée à Chicago par la coexistence entre deux gardiens aux salaires importants : Huet, signé à l’été 2008 pour 4 ans à 5,625 millions de dollars par an et Khabibulin qui était dans sa dernière année de contrat à 6,75 millions par an. Le club avait cherché avait cherché à faire partir Khabibulin en le plaçant sur les « waivers » mais aucun club n’avait souhaité prendre en charge le gardien vétéran (35 ans) jugé comme ayant un salaire trop important. Chicago a donc eu le duo de gardiens le plus cher de la ligue lors de la saison 2008-09. Les deux se sont finalement partagé le filet (42 matchs pour Khabibulin, 41 pour Huet) durant la saison régulière avec des statistiques légèrement meilleures pour le Russe (2,33 buts encaissés par match contre 2,53 pour le français et 91,9% d’arrêts contre 90,9%). Arrivé aux play-offs en bonne position (quatrième de la conférence ouest), le coach Quenneville a choisi de titulariser Khabibulin, du fait de sa bonne saison et de son indéniable expérience en play-offs (il a remporté la coupe Stanley en gardant les filets du Lightning de Tampa Bay en 2004). Il a joué ainsi la majeure partie de la compétition (où Chicago élimine Calgary puis Vancouver dans des séries de 6 matchs chacune) jusqu’à la finale de la conférence contre leurs rivaux de division, les Red Wings de Detroit.

Chicago a perdu les deux premiers matchs à la Joe Louis Arena de Detroit. Jouant à domicile, les Blackhawks démarrent idéalement le troisième match en marquant 3 fois. Mais les Wings reviennent fort et marquent 3 buts en 5 minutes à la fin de la deuxième période. Quenneville choisit alors de faire rentrer Huet (Khabibulin semblant être blessé) pour la troisième période qui s’annonce décisive. Aucun but ne sera marqué durant cette période et Huet repousse 6 tirs. Finalement les Blackhawks forcent la décision dans les deux premières minutes de la prolongation, avant même que les Wings ne réussissent à tirer sur les cages adverses. Malheureusement, les choses se gâtent vite pour Huet. Du fait de la blessure de Khabibulin, il est titularisé pour le quatrième match, à Chicago, mais il encaisse 5 buts en 26 tirs (dont certes 2 en infériorité numérique mais 1 en situation de supériorité numérique) et il est remplacé au début de la troisième période par Crawford. Chicago s’incline finalement 6-1. Pourtant, malgré cette contre-performance, le Français se reprend bien lors du cinquième match : il n’encaisse que 2 buts en 46 tirs, affichant ainsi un impressionnant pourcentage d’arrêts de 95,7%. Malgré cette performance Chicago perd 2-1 et est éliminé. Huet termine la compétition avec un pourcentage d’arrêts de 91% en 3 matchs, ce qui est bon mais ne reflète pas la disparité de la performance, entre le 80,7% du quatrième match et le 95,7% du cinquième.

Lors de l’été 2009, Chicago laisse partir Khabibulin sur le marché des agents libres, laissant la place de n°1 à Huet. Il est secondé par un jeune Finlandais, Antti Niemi (26 ans), qui a joué 3 matchs de saison régulière l’année précédente avec les Blackhawks et 38 avec l’équipe réserve d’AHL. Le début de la saison est difficile pour le Français. Parmi les contre-performances les plus notables, il encaisse 3 buts en 5 tirs à domicile le 12 octobre contre les Flames de Calgary et est remplacé par le coach au bout de 7 minutes. Il obtient une fiche de 89,8% d’arrêts en 10 matchs. Mais le mois de novembre se passe mieux et il enchaîne 7 victoires d’affilée et un pourcentage d’arrêts de 92,2% en 10 matchs. En décembre, il signe 2 blanchissages d’affilée et est nommé comme une des trois étoiles de la semaine avec un total de 91,4% d’arrêts en 10 matchs. La période du mois de janvier et du début février voit une baisse dans ses statistiques avec 87,9% d’arrêts lors de 12 matchs.

Au total, ses statistiques ne sont pas flamboyantes et il se classe en ce début mars comme le 42e gardien de la ligue avec 89,8% d’arrêts après 46 matchs joués. Antti Niemi se classe quant à lui 28e avec 90,9% et 24 matchs, ce qui n’apparaît pas forcément suffisant pour que l’inexpérimenté Finlandais puisse être considéré comme un titulaire potentiel. Comme les équipes qui gagnent la coupe Stanley possèdent généralement dans leurs rangs les meilleurs gardiens de la ligue, le club et les fans ont commencé à s’interroger pour savoir s’ils allaient pouvoir briguer le titre avec le duo Huet-Niemi.

La rumeur a commencé à se répandre, en février dernier, que des changements pourraient avoir lieu à l’approche de la fin des transferts (au début mars) sur le poste de gardien. Rumeur qui paraissait saugrenue pour certains observateurs, qui faisaient remarquer qu’aucune équipe ayant la meilleure moyenne de buts encaissés de la ligue n’avait jamais effectué de changement de gardien en cours de saison. Il est vrai que Chicago a longtemps été la meilleure défense de la ligue (le club est actuellement troisième avec 2,4 buts encaissés par match en moyenne), mais cela est principalement dû au fait que Chicago est l’équipe qui reçoit le moins de tirs de ses adversaires (24,2 tirs par match en moyenne, avec une nette avance de 3 tirs sur ses poursuivants). La rumeur a enflé quand Quenneville a fait jouer Niemi lors de 4 matchs consécutifs juste avant la pause olympique. Certains observateurs ont pensé que l’équipe ne voulait pas risquer que Huet se blesse, ce qui aurait eu pour effet de rendre un transfert compliqué. Il faut aussi dire que le marché semblait propice à un tel transfert. Ainsi, le manager général des Panthers de la Floride avait annoncé que, du fait des résultats médiocres de son équipe, il était ouvert à toute proposition concernant n’importe quel joueur du club dont Tomas Vokoun, considéré comme un des meilleurs gardiens de la ligue (actuellement deuxième de la ligue au pourcentage d’arrêts avec 93%). Il a alors été évoqué la possibilité d’un échange Vokoun et Seidenberg contre Huet et Versteeg. Mais, finalement, Huet n’a pas été transféré.

On peut imaginer plusieurs hypothèses pour expliquer que Chicago n’ait pas bougé à la fin de la période des transferts. Ainsi, il est possible que les dirigeants du club aient choisi de faire confiance au duo Huet-Niemi, mais aussi qu’ils aient trouvé le prix d’un gardien trop cher (outre un joueur d’avenir, il était aussi évoqué que Chicago aurait dû se séparer d’un premier tour de draft pour obtenir un nouveau titulaire). Enfin, il est également possible que les dirigeants de Florida se soient ravisés au sujet de Vokoun car le souvenir du transfert calamiteux de Luongo vers Vancouver a marqué les esprits des fans des Panthers.

Les fans ont accueilli cette absence de transfert assez fraîchement. Certes, les performances du duo ne sont pas catastrophiques mais les espoirs des fans sont exacerbés par une longue attente. Ainsi, les Blackhawks de Chicago, membres de l’« Original Six » (les six équipes historiques de la ligue nationale), n’ont pas remporté la coupe Stanley depuis 1961, détenant le record actuel de saisons d’affilée sans remporter le titre. Leur dernier bon parcours en play-offs date de 1992 où ils avaient été éliminés en finale de coupe Stanley par les Penguins de Pittsburgh de Mario Lemieux. Ils ont ensuite fait quelques apparitions en play-offs lors de la décennie 1990 jusqu’à la saison 1996-97. Ensuite, entre la saison 1997-98 et celle de 2008-09, ils n'ont plus participé aux play-offs. Cela leur aura permis de drafter des jeunes extrêmement talentueux (Jonathan Toews, Patrick Kane…) mais aura aussi exacerbé les attentes des fans. Attentes d’autant plus fortes que, dans le même temps, les Red Wings de Detroit, ennemis jurés du club et rivaux de division, remportaient plusieurs fois la coupe Stanley et accumulait les titres de champions de division.

La pression est donc forte sur les épaules des gardiens des Blackhawks après cette fin de période des transferts. Il faut dire que leurs performances n’ont pas été extraordinaires. Le 2 mars, Niemi est titularisé pour le match contre les Islanders mais sort après avoir encaissé 3 buts en 12 tirs en 22 minutes de jeu. Huet le remplace mais encaisse 2 buts en 11 tirs. Les Blackhawks perdent 5-3 bien qu’ils aient largement surpassé leurs adversaires du soir en tirs au but avec 44 contre 23. Chicago enchaîne ensuite une série de matchs à domicile avec Huet comme titulaire : victoire le 3 mars contre les moribonds Oilers d’Edmonton 5-2 où Huet encaisse les 2 buts sur 14 tirs reçus (85,7% d’arrêts) et victoire le 5 contre les Canucks de Vancouver 6-3 où Huet encaisse les 3 buts en 23 tirs (87% d’arrêts). Les choses commencent à se gâter lorsque Chicago reçoit Detroit le 7. Le match commence idéalement avec deux buts en première période signés Duncan Keith et Andrew Ladd, pendant que Huet repousse les 9 tirs des Red Wings. Le deuxième période sera terrible pour le Français : en 10 minutes, il encaisse 4 buts en 8 tirs et est remplacé par Niemi. Celui-ci encaisse également un but juste avant la fin de la période. Les Blackhawks marqueront deux buts lors de la troisième période, mais en vain : Detroit gagne 5-4. Inutile de dire que les fans n’ont pas apprécié de voir leurs rivaux marquer 5 buts dans la même période sur leur glace.

Quenneville a réagi en indiquant que Niemi jouerait le prochain match, contre les Kings de Los Angeles, en précisant toutefois qu’il offrirait à nouveau à Huet l’occasion de jouer titulaire avant la fin de la saison régulière. Cette fois, la performance du Finlandais est bonne : il n’a encaissé que 2 buts en 30 tirs (93,3% d’arrêts) et Chicago remporte le match en prolongation 3-2 malgré la performance du gardien adverse Jonathan Quick (40 arrêts). Il est possible que le poste de n°1 passe à présent dans les mains du jeune Finlandais mais rien n’est encore vraiment fait. Il reste encore 16 matchs à jouer pour les Blackhawks. Il y aura notamment le dimanche 14 mars un match à domicile contre les Capitals de Washington, actuellement la première équipe de la ligue et qui en possède la meilleure attaque (3,9 buts marqués en moyenne par match). Nul doute que les observateurs tireront beaucoup de conclusions d’un match qui pourrait opposer deux finalistes potentiels pour la coupe Stanley. Enfin, le dernier match de la saison aura aussi son importance puisque, le 11 avril, Chicago recevra une nouvelle fois Detroit…

Le gardien qui se montrerait à son avantage lors de ces deux matchs gagnerait sans doute beaucoup de crédit auprès des dirigeants et des fans. À l’inverse, toute contre-performance réduirait ce crédit. Les dirigeants des Blackhawks de Chicago ont eu l’occasion de transférer Huet, ils ne l’ont pas fait, à la surprise d’une partie des observateurs. Maintenant, la balle est dans le camp du Français : s’il veut s’imposer au finish comme titulaire indiscutable, il va devoir livrer des performances du niveau de celles qu’il avait en novembre et décembre dernier lors des prochains matchs qu’il va disputer et qui s’annoncent cruciaux pour lui.