Français Volants - Dunkerque (Division 2 – 1/8e de finale aller)

Les Français Volants entament le premier tour des séries en position d'outsiders face aux Corsaires de Dunkerque. Ces derniers possèdent de très bons joueurs en leur sein, notamment plusieurs ex-pensionnaires de ligue Magnus dont le plus célèbre est bien entendu François Rozenthal.

Dès les premières minutes, les Français Volants décident de s'appuyer sur leur physique, caractéristique habituelle de leur jeu. Et ça leur réussit : Einar Engström s'échappe en infériorité numérique sur la droite, son tir est mal repoussé par le gardien dunkerquois, et Charles-André Outin n'a plus qu'à récupérer le palet laissé libre pour marquer (1-0, 04'13").

outincharlesandre2Néanmoins, les Volants reprennent une nouvelle pénalité et jouent en double infériorité numérique : au bout de 16 secondes, François Rozenthal place un joli tir en pleine lucarne droite de Johan Bäcko (1-1, 05'36"). Les Corsaires n'ont pas eu le temps de gamberger avec cette rapide égalisation.

La suite du tiers montre une certaine indiscipline des locaux, indiscipline dont ne sauront profiter les Corsaires (et ce malgré une très belle occasion à 13'08'' où un attaquant dunkerquois rate un but tout fait sur un palet laissé libre). Ce tiers a mis en exergue le jeu actuel des Volants, fait de jeu physique et des pénalités qui en découlent le plus souvent. Néanmoins, malgré de nombreuses supériorités numériques, les Corsaires n'ont pas su se montrer très convaincants sur le plan du jeu.

Les Volants entament le deuxième tiers en supériorité numérique : si Einar Engström trouve la transversale à 21'23'', la persévérance des Volants est récompensée 21 secondes plus tard avec une superbe mine lancée par Frédérick Brodin suite à un joli travail de Kyle Roulston et Einar Engström. Mais les Corsaires ne sont pas déstabilisés par ce but : suite à un superbe tir plein axe repoussé par Johan Backö, François Rozenthal trouve à nouveau le cadre (2-2, 25'37").

Ce but annonce la révolte des Français Volants. À peine onze secondes après l'égalisation dunkerquoise, ils marquent un but tout en finesse : Kyle Roulston dévie subtilement un tir de Harond Litim lancé dans un angle impossible sur la gauche de la cage.

À la mi-match, les Volants aggravent le score d'une superbe manière : sur une échappée à 2 contre 1, Kyle Roulston marque le quatrième but de son équipe. Sur une énième infériorité, les locaux marquent à nouveau par l'intermédiaire de leur feu follet Einar Engström qui mystifi tranquillement le gardien dunkerquois Bram De Backer sur une échappée en solitaire. Julien Boulet y va également de son but suite à un bon service de Frédérick Brodin sur la droite : celui-ci passe à l'opposé de la cage et Boulet n'a plus qu'à conclure d'un joli tir. Les Corsaires sont à l'agonie et le calvaire n'est pas fini dans ce tiers : juste avant la fin, Einar Engström marque un nouveau but en pivotant sur lui-même grâce à une jolie mine à mi-distance (7-2, 38'33").

Les Français Volants ont littéralement fait exploser la défensive nordiste. Sur cette deuxième période, les Volants montrent qu'ils peuvent également laisser parler leur technique.

Si les Corsaires semblaient à l'agonie, ils vont parfaitement exploiter les cin premières minutes du troisième tiers et le flottement, voire les errances des Volants. Grégory Dubois convertit rapidement une supériorité numérique sur un tir plein axe. À peine une minute plus tard, les visiteurs inscrivent un quatrième but par l'inévitable François Rozenthal suite à un bon travail de ses coéquipiers sur la gauche (7-4, 44'25").

Ce but a le mérite de sortir les Volants de leur torpeur. Sur une supériorité numérique, à 54'34'', les Parisiens marquent un huitième but par l'intermédiaire de Frédérick Brodin : suite à une belle construction, celui-ci place un joli slap de la droite vers la gauche de la cage adverse (8-4, 54'34"). Le public, venu nombreux, pense que ce but va faire repartir la machine francilienne mais ce seront les Dunkerquois qui auront le dernier mot : Arnaud Péan marque un cinquième but en pivot sur une supériorité numérique (8-5, 57'45").

Ce match aller s'est révélé très intéressant : les Volants ont certes un léger avantage avant le match retour mais cet avantage de trois buts sera-t-il suffisant ? Suite à leur magnifique deuxième tiers, il est un peu dommage que les 5 premières minutes du troisième aient relancé complètement les Dunkerquois. Ce relâchement coupable aura-t-il des conséquences fâcheuses ? Réponse samedi prochain à Dunkerque.

 

Français Volants de Paris - Dunkerque 8-5 (1-1, 6-1, 1-3)
Samedi 6 mars 2010 à 18h45 à la patinoire Sonja-Henie. 400 spectateurs environ.
Pénalités : Français Volants 36' (12', 4'+10', 10'), Cherbourg 28' (2'+10', 4', 2'+10').
Évolution du score :
1-0 à 04'13" : Outin assisté d'Engström (inf. num.)
1-1 à 05'36" : Rozenthal assisté de Nguyen Van (sup. num.)
2-1 à 21'44" : Brodin assisté de Roulston et Engström (sup. num.)
2-2 à 25'37" : Rozenthal assisté de Thomas et Dubois
3-2 à 25'48" : Roulston assisté de Litim
4-2 à 29'49" : Roulston assisté de Outin et A. Lamey
5-2 à 33'53" : Engström assisté de Brodin (inf. num.)
6-2 à 36'46" : Boulet assisté de Martial et Brodin
7-2 à 38'33" : Engström assisté de Roulston
7-3 à 43'04" : Dubois assisté de Nguyen et Thomas (sup. num.)
7-4 à 44'25" : Rozenthal assisté de Thomas et Nguyen
8-4 à 54'34" : Brodin assisté de Roulston et Outin (sup. num.)
8-5 à 57'45" : Péan assisté de Destoop (sup. num.)