Division 2 : Anglet tombé dans le piège rouennais

Anglet-Rouen : cette affiche de l'élite d'autrefois a fait des étincelles ce soir. Certes il ne s'agissait que de la réserve rouennaise, mais elle se présentait dans sa meilleure configuration puisque les Dragons ne jouaient pas ce soir. L'actuelle quatrième ligne de Magnus (Alexandre Mulle, Lionel Tarantino et Anthony Rech) avait fait le déplacement au Pays Basque, et elle a marqué trois fois en supériorité numérique. Dos au mur, l'Hormadi est revenu à hauteur par un doublé de Géraud Maréchal puis par l'égalisation de Jimmy Ferrez à quatre minutes de la fin. Mais cette spectaculaire remontée, devant 1300 spectateurs, n'aura pas suffi. Après deux résultats identiques à l'aller et au retour (3-3), c'est en prolongation, après une pénalité de Larroque, que Kevin Beziau a qualifié les jeunes Dragons.

Deux autres surprises ont eu lieu, aboutissant là encore à la qualification d'équipes moins bien classées. Toulouse, avec ses cinq buts d'avance, n'a jamais été vraiment en danger à Evry puisqu'il n'y avait qu'un but d'écart avant les cinq dernières minutes (5-2). En revanche, le suspense était intense pour les 1083 spectateurs de Dunkerque, où il y avait égalité parfaite contre les Français Volants à un quart d'heure de la fin (5-8 puis un score de 6-3 provisoire). Mais Denis et Dewolf ont alors été pénalisés pour des cinglages, et le duo Engström-Roulston a tué le match en supériorité numérique (6-6 au final).

Les trois favoris ont passé une soirée tranquille. Tours, futur adversaire de Toulouse, a marqué trois buts dans les cinq premières minutes et a tranquillement assuré une victoire 8-3 contre Meudon. Le blanchissage n'a échappé à Lyon - prochain rival des Rouennais - qu'à cinq minutes de la fin face à Wasquehal (6-1). Quant aux prochains visiteurs des entrailles de Bercy, les Choletais, ils avaient certes gagné de peu à Clermont-Ferrand, mais ils se sont grandement rattrapés au retour (13-4). Ces trois-là ne seront pas faciles à battre.

Pour la quatrième place en demi-finale, un duel d'outsiders se prépare au prochain tour. Asnières a reçu une piqûre de rappel en encaissant un but de Viry après 23 secondes, et n'a cette fois pu battre qu'une fois le gardien Geoffroy Marcon. Mais les quatre buts d'avance du match aller constituaient une avance suffisamment confortable pour gérer la qualification
 (1-1). Ce fut plus difficile pour son futur adversaire La Roche-sur-Yon, qui n'a écarté la menace Vanoise qu'à la mi-match avec une série trois buts en trois minutes
 (7-2 après la défaite de l'aller).