Avangard Omsk - Neftekhimik Nijnekamsk (KHL, 1/4 de finale de conférence est, match 3)

2010-03-14-Neftekhimik-PerssonOn pensait que l'Avangard Omsk ne pouvait pas connaître une pire saison que 2008/09, marquée au fer rouge par le décès de Cherepanov. Après avoir consommé trois entraîneurs, les Sibériens s'étaient qualifiés de justesse en play-offs en seizième position avant de connaître une résurrection en éliminant le leader Ufa et en ne s'inclinant que dans la prolongaton décisive face au futur champion Kazan.

Cette fois, les coéquipiers de Jaromir Jagr n'affronteront pas un cador dès le premier tour, car ils sont simplement... moyens. Leur bilan est quand même inquiétant depuis un mois et demi, car ils ont fini la saison régulière par six défaites. Ils ont donc perdu l'avantage de la glace dans cette série face au modeste Neftekhimik Nijnekamsk, très content du cadeau.

La veille des play-offs (!), les dirigeants d'Omsk ont annoncé le recrutement de deux nouveaux entraîneurs, Raimo Summanen et Vassili Tikhonov. Ils ont ensuite annoncé que Summanen serait le numéro un et que Nikitin était rétrogradé au rôle de simple adjoint. La série de défaites a donc mis fin au retour au calme que devait constituer cette saison 2009/10. En effet, l'ancien sélectionneur finlandais Summanen a la réputation d'insulter ses joueurs, et il est célèbre pour avoir dégoûté Niinimaa qui avait quitté l'équipe en plein tournoi. Son dernier passage à Rapperswil en Suisse a été tout aussi catastrophique humainement, avec les résultats en moins.

Il est donc très surprenant de le voir recruté par l'Avangard, où l'on pensait qu'il fallait que les entraîneurs se fassent discrets derrière le vrai patron du vestiaire, nommé Jaromir Jagr.

2010-03-14-Omsk-publicEn tout cas, Summanen n'a pas fait figure de sauveur. Son équipe a largement été battue au cours des deux premières manches (2-0 et 6-2). Des résultats d'autant plus étonnant que le Neftekhimik était privé de son centre de la première ligne Niklas Persson, victime de douleurs musculaires la veille du premier match.

L'Avangard est donc au pied du mur. Le gardien finlandais Karri Rämö, remplacé à 5-0 après deux tiers-temps avant-hier, retrouve sa place dans les cages. Devant leur public, les Sibériens se doivent de réagir et partent avec beaucoup d'envie. Jaromir Jagr est dans tous les bons coups, avec l'appui d'Aleksandr Svitov qui est le meilleur joueur de la KHL aux mises au jeu. Igor Volkov également a une telle belle occasion de but.

C'est comme si Omsk avait jeté toute ses forces pour d'entrée. Comme cela n'a pas suffi, la tendance s'inverse assez vite. Le Neftekhimik reprend le contrôle du jeu et se montre dangereux, en particulier, avec un centre d'Ivanov pour la déviation de près de Persson. les locaux enchaînent deux pénalités contre Averin et Kulyash, et les visiteurs finissent par ouvrir le score en supériorité numérique. Une combinaison magistrale : feinte de lancer du défenseur slovaque Tomas Starosta qui sert Renat Mamashev côté gauche, et passe transversale à l'opposé pour Dmitri Makarov (1-0). Du grand art.

Marquer de jolis buts collectifs, l'Avangard Omsk sait également le faire. C'est aussi sur un jeu en triangle qu'il revient à partié en deuxième période : la passe en retrait d'Igor Volkov est reprise par Éric Perrin qui plie les genoux dans le slot pour armer son tir (1-1).

2010-03-14-Omsk-RamoLes Sibériens essaient par la suite de prendre l'avantage, et la majorité de leurs occasions provient toujours du trio Klepis-Svitov-Jagr. Les trois hommes tirent dans toutes les positions, mais sans jamais percer la cuirasse d'Ivan Kasutin. Et à trois minutes de la fin, c'est le désastre : le défenseur Aleksei Bondarev perd le palet à la ligne bleue sur une action installée, et Maksim Yakutsenia peut ainsi s'échapper en solitaire. Yakutsenia, qui s'était fait écarter d'Omsk l'an dernier avant les play-offs, crucifie son ancien club d'un tir précis (1-2).

Une douce revanche personnelle pour lui, mais une cruelle désillusion pour les supporters d'Omsk, au bord des larmes. Dans cette conférence est, il y a beaucoup moins de surprises qu'à l'ouest. Kazan s'est qualifié, même s'il a perdu au passage son attaquant international Danis Zaripov. Les deux autres cadors Ufa et Magnitogorsk devraient passer, et les trois grands seront donc au rendez-vous. Les trois, uniquement, car l'Avangard est marginalisé. Après ce nouvel échec, il n'a plus rien d'un super-club.

Que penser maintenant de cette adjonction du duo d'entraîneurs venus de Finlande (c'est dans ce pays que le fils Tikhonov a fait l'essentiel de sa carrière de coach) ? Leur curieuse mission aura échoué en à peine cinq jours. Ils n'ont signé un contrat que pour les play-offs, mais il se disait que même en cas d'élimination ils pourraient être reconduits l'an prochain. Cette hypothèse est-elle encore valable ? L'Avangard n'a pas seulement perdu la série, il a été balayé en trois manches. Raimo Summanen a annoncé que les joueurs seraient mis au repos une journée avant de reprendre l'entraînement mardi. En Russie, on continue de se préparer. Mais dans quel état d'esprit pour une équipe qui n'a plus gagné depuis le mois de janvier ? Que restera-t-il d'elle à la rentrée ? Jagr s'engagera-t-il encore après ces deux années décevantes ? Le printemps sera lourd d'interrogations à Omsk.

2010-03-14-NeftekhimikCommentaires d'après-match

Raimo Summanen (entraîneur d'Omsk) : "Nous avons perdu contre une bonne équipe. Le Neftekhimik était entraîné pour gagner et a bâti une très bonne défense. Mais il n'y a pas d'excuses à cette défaite. Bien sûr, l'échec repose sur le staff. Malheureusement, je n'ai pas pu accomplir ce pour quoi j'étais venu ici, remporter la Coupe Gagarine. Je pensais que c'était possible. Au vu de son potentiel, l'Avangard était assez comparable à l'équipe nationale de Finlande. Et voilà le résultat... Mon style de travail dépend de la situation. Ici, je suis venu avec le coeur ouvert. À notre première rencontre, j'ai dit aux joueurs : soyez vous-mêmes. Ne vendez pas votre âme et ne trahissez pas."

Vladimir Krikunov (entraîneur de Nijnekamsk) : "Je voudrais remercier les gars qui ont travaillé dur. Il n'y a qu'à Nijnekamsk que nous avons attribué une garde personnelle à Jagr, une tâche qu'Arkhipov a bien remplie. Pour ce troisième match, avec Persson de retour dans le système, nous n'avons pas prêté une attention particulière au Tchèque."

 

Avangard Omsk - Neftekhimik Nijnekamsk 1-2 (0-1, 1-0, 0-1)
Dimanche 14 mars 2010 à 17h00 à l'Arena-Omsk. 7150 spectateurs.
Arbitrage de Sergei Gusev (Serov) et Denis Bondar (Magnitogorsk) assistés de Yuri Oskirko (Yaroslavl) et Sergei Serdyuk (Yaroslavl).
Pénalités : Omsk 8' (4', 2', 2'), Nijnekamsk 8' (4', 2', 2').
Tirs : Omsk 25 (7, 10, 8), Nijnekamsk 27 (10, 8, 9).
Engagements : Omsk 39 (15, 13, 11), Nijnekamsk 23 (7, 9, 7).
Évolution du score
0-1 à 18'13" : Makarov assisté de Mamashev et Starosta (sup. num.)
1-1 à 27'27" : Perrin assisté de Volkov et Kukkonen
1-2 à 57'27" : Yakutsenia


Avangard Omsk

Gardien : Karri Rämö (FIN) [sorti à 59'05"].

Défenseurs : Denis Kulyash - Lasse Kukkonen (FIN) ; Nikita Nikitin - Vyacheslav Belov ; Aleksei Bondarev - Dmitri Ryabykin.

Attaquants : Jakub Klepis (TCH) - Aleksandr Svitov - Jaromir Jagr (TCH) ; Igor Volkov - Éric Perrin (CAN) - Igor Averin ; Aleksandr Popov - Anton Malyshev - Dmitri Vlasenkov ; Timofei Shishkanov - Vladimir Pervushin - Evgeni Timkin.

Remplaçants : Evgeni Tsaregodotsev (G), Anton Babchuk, Evgeni Orlov.

Neftekhimik Nijnekamsk

Gardien : Ivan Kasutin.

Défenseurs : Nikolaï Belov - Evgeni Ryasensky ; Renat Mamashev - Tomas Starosta (SVK) ; Sergei Bernatsky - Maksim Berezin ; Ion-Georgi Kostev - Deron Quint (CAN).

Attaquants : Andrei Ivanov - Niklas Persson (SUE) - Maksim Yakutsenia ; Maksim Pestushko - Dmitri Makarov - Sergei Konkov ; Sergei Demagin (BLR) - Denis Arkhipov - Aleksandr Drozdetsky ; Eduard Lewandowski (ALL) - Igor Poligalov - Igor Bortnikov.

Remplaçant : Vadim Tarasov (G).