Anglet - Rouen II (Division 2, 1/8e de finale retour)

2010-03-13-DansePas de printemps pour l'Hormadi

Les Orques sont prévenus. Du côté de Rouen, ils ont évité la correctionnelle en se ressaisissant dans les dernières minutes du match aller, et ce soir, ils vont devoir jouer un tout autre hockey s'ils veulent aller plus loin dans ces play offs de division 2.

Le public a répondu présent et ce sont 1300 supporters qui vont encourager les Orques et tenter de les pousser vers la victoire ! Avant le match une sympathique exhibition de l'équipe de France de danse synchronisée avec de très jolies patineuses. On croirait des hirondelles venues pour annoncer le printemps, mais malheureusement... pas pour l'Hormadi !

Rouen prend le match en mains

Le premier tiers débute avec une totale domination des Dragons qui prennent le match à leur compte aidés en cela par une équipe d'Anglet plutôt apathique. À peine 19 secondes de jeu et déjà les Orques sont à la faute, sans conséquence toutefois. Il faut attendre le deuxième power play rouennais et une énorme bourde de Guillaume Drouot qui, au lieu de geler le palet, relance sur sa droite où il n'y a aucun Angloy. Par contre les Rouennais sont là, récupèrent le palet et ouvrent le score par Alexandre Mulle assisté de Sucré (0-1 à 11'14").

Anthony_RECH_-Rouen-_-_10993L'Hormadi réagit timidement mais se procure une occasion franche, le palet rentre, mais l'arbitre siffle alors que le gardien n'avait absolument pas la maîtrise du palet. Trop de précipitation dans cette décision arbitrale et pas assez de discernement sur d'autres fautes non sifflées et pourtant bien réelles. On s'achemine vers la fin du tiers et Rouen bénéficie de sa troisième supériorité numérique. La sanction est immédiate, par Anthony Rech (0-2 à 19'18").

Un équilibre instable

Début du deuxième tiers et une "charge avec la crosse" de Mendy est sanctionnée par M. Garbay. Et bien entendu, cette quatrième supériorité amène le troisième but rouennais, une nouvelle fois par Anthony Rech (0-3 à 25'02").

Anglet est à la rue joue sans conviction ! Mais finalement, c'est encore une supériorité, double celle–là et en faveur d'Anglet, qui permet la réduction du score après un gros travail de Géraud Maréchal qui trompe Goechon (1-3 à 38'06"). En cette fin de tiers on sent les Dragons un peu pressés par les orques et le but du 2-3 est tout proche ! Quelques situations chaudes sur les buts normands, enfin ! Tout n'est peut-être pas perdu ?

Ce tiers a été un peu plus équilibré, et après la mi-match, on sent qu'Anglet commence à dominer légèrement ! Il en reste encore un, dans lequel il va falloir mettre toute son énergie et toute son expérience pour renverser la vapeur, mais cela ne sera pas facile car Rouen est une équipe jeune, dynamique, rapide, volontaire et surtout admirablement placée sur la glace.

2010-03-13-Anglet-Rouen2Réveil tardif

Le dernier tiers sera angloy grâce à une pression de tous les instants mais ce sera aussi le "festival Goechon" car le gardien rouennais a sauvé son équipe de plusieurs situations périlleuses. Rodolphe Goechon n'a commis aucune erreur sur ce match et il a réalisé quelques arrêts spectaculaires, à tel point que nombreux étaient ceux qui pensaient qu'il s'agissait de Fabrice Lhenry. La feuille de match a révélé que nous étions dans l'erreur.

Les Orques appuient très fort maintenant et le bateau rouennais tangue un peu. C'est l'assaut, mais ça résiste jusqu'au but de Géraud Maréchal (2-3 à 45'31"). On a l'impression qu'Anglet joue en supériorité numérique mais il n'en est rien. Dix minutes plus tard, et à la suite d'un nouvel assaut rageur, Jimmy Ferrez crucifie Goechon pour l'égalisation (3-3 à 55'52"). La patinoire "explose" ! C'est le délire et cela devient difficile pour Rouen, mais Goechon insiste à bien jouer et bloque tout.

La mort subite

Le temps additionnel n'aura pas duré bien longtemps, la décision de M. Garbay de sanctionner une faute comme il y en a des dizaines non sifflées dans tous les matches de hockey, à savoir un retenir, alors que le palet n'est pas en possession du joueur retenu, va sceller le sort de cette rencontre, celui de ce tour de play off et signifier la fin de saison pour Anglet ! C'est donc Kevin Beziau assisté de Quentin Berthon qui marque le "game-winning goal" (3-4 à 62'25").

Tous les buts des Dragons auront donc été marqués en supériorité numérique et il aura fallu seulement 8'46" de supériorité effective pour marquer 4 buts, alors que du côté des Orques 7'15" effectives pour seulement un but !

Laurent_CAZENAVE_-Anglet_Hormadi-_-_9884Voilà, cette saison 2009-2010 est terminée pour Anglet, mais c'est aussi terminé pour Laurent Cazenave qui raccroche les patins.

Salut Laurent et merci !

Un grand merci à toi pour toutes ces années que tu as fidèlement consacrées à l'Hormadi ! C'est grâce à des gars dans ton genre que se fait l'histoire d'un club, et au-delà des aléas des résultats, il se crée une âme et c'est bien plus important que les victoires ou les défaites ! Merci encore Lolo, mais on espère quand même te voir encore derrière le plexi !

Conclusion

La saison se termine donc sur cette fausse note pour Anglet et cela confirme la tradition selon laquelle l'Hormadi n'est jamais à l'aise dans le costume du favori, peut-être aurait-il valu mieux rencontrer Tours dès ce premier tour ? Car finalement le meilleur match de la saison, ils l'ont réalisé contre Cholet, invaincu avant de venir ici à La Barre et de nouveau invaincu depuis...

Le bilan de cette première saison en D2 est sur un plan comptable globalement positif ! 20 matches, 12 victoires, 3 nuls, 5 défaites - 102 buts marqués et 79 encaissés. Seul ce huitième de finale fait de l'ombre au tableau, et ma foi ça s'est joué à tellement peu de choses (un début de rencontre sans envie, un adversaire réaliste et peut-être un petit coup de sifflet de plus ou de moins).

Rouen a une équipe très sympathique qui a joué sans complexes, avec beaucoup de vitesse et une très bonne couverture de l'aire de jeu. Un super gardien aussi qui a fait plus que son job. La joie des jeunes Dragons à la fin du match faisait vraiment plaisir à voir et ils ont été salués comme il se doit par tout le public de La Barre. J'espère pour eux qu'ils continueront sur cette voie et nous les suivront attentivement.

Entre Rouen et Anglet, il n'y a jamais eu de problèmes que ce soit entre joueurs et supporters et malgré la rivalité sportive le respect est mutuel. Un petit mot toutefois au sujet des quelques joueurs qui n'étaient pas retenus pour la rencontre et qui se trouvaient en haut de la tribune C. Il faut un minimum de respect pour l'adversaire, et SVP, prenez exemple sur le public d'Anglet et sur les joueurs qui étaient sur la glace. Vos collègues ont fait un tour d'honneur sous les applaudissements du public ! Peut-être la frustration pour vous de n'avoir pas été retenus ? Il y a quelques années il n'est pas sûr que vous soyez sortis indemnes de cette tribune !



Anglet – Rouen 3-4 (0-2, 1-1, 2-0)
Samedi 13 mars 2010 à 21h00 à la patinoire de La Barre. 1300 spectateurs.
Arbitrage de Laurent Antunes et Laurent Garbay.
Pénalités : Anglet 18' (6', 6', 6'), Rouen 10' (4', 4', 2').
Évolution du score :
0-1 à 11'14" : Mulle assisté de Sucré (sup. num.)
0-2 à 19'18" : Rech assisté de Tarantino et Mulle (sup. num.)
0-3 à 25'02" : Rech assisté de Mulle (sup. num.)
1-3 à 38'06" : Maréchal (double sup. num.)
2-3 à 45'31" : Maréchal assisté de Frasier
3-3 à 55'52" : Ferrez
3-4 à 62'25" : Beziau assisté de Berthon (sup. num.)


Anglet

Gardien : Guillaume Drouot.

Défenseurs : Patrice Bellier – Julien Hitze ; Sébastien Rousselin – Christophe Cantos ; Thomas Molia – Mathieu Grazina ; Jimmy Ferrez – Tom Grat-Guiraute.

Attaquants : Aurélien Frasier – Xavier Daramy (c) – Géraud Maréchal ; Jean-Michel Larroque – Mathieu Saint-Marc - Pierre-Hervé Coulombeix ; Cyril Mendy - Maxime Badets – Tristan Larbaigt ; Xavier Cazaubon – Antoine Courant – Laurent Cazenave.

Remplaçants : Xavier Chatelin (G). Absents : Naomi Glorieux, Romain Grazina, Martin Trecu.

Rouen

Gardien : Rodolphe Goechon.

Défenseurs : Clément Hondier – Franck Pihan ; Paul Séraudie – Cédric Custosse ; Sebastien Levasseur – Nicolas Lehericey ; Mathieu Chevalier – Aurèlien Greverend.

Attaquants : Alexandre Sucré (C) – Valentin Dumelie – Thomas Dreyfus (A) ; Quentin Berthon – Alexandre Mulle – Kévin Beziau ; Germain Raimbourg – Bryan Ten Braak – Jason Lorcher ; Lionel Tarantino – Anthony Rech – Kévin Marias-Magill (A).

Remplaçants : Adrien Fénart (G). Absents : Maxime Lefebvre, Arnaud Briand, Clément Gaudeaux, Nordine Mahdidi.