Amiens – Grenoble (Ligue Magnus, ¼ de finale, Match 1)

Amiens fait grise mine.

2010-03-16-Amiens-GrenobleNous y voilà ! Les playoffs, ce mot anglophone dont on parle tout au long de la saison, celui que l'on attend avec impatience, ce synonyme de stress, d'adrénaline, d'émotion... Ce soir, ce mot était à la bouche de tous les spectateurs venus encourager les Picards. Enfin, après une cinglante défaite à Villard (0-7) et une semaine de repos, les Amiénois retrouvaient l'antre du Coliseum pour y affronter le champion de France en titre, Grenoble.

Cette confrontation, la troisième de la saison après les deux matchs de saison régulière, promettait quelques explications. Une victoire locale des Isérois au match aller (6-3) contre une victoire des roses au match retour dans l'enfer du nord (4-3 après tirs au but). À chaque fois des matchs complexes, tendus, qui ont coûé cher à Béron et Rodier au retour, tout cela dans un seul but : la quatrième place directement qualificative pour le quart de final. Et au bout du compte, cette place est revenue aux Amiénois pour un simple point d'avance. Un point qui ne doit son salut qu'aux Rapaces gapençais qui se sont imposés face aux Brûleurs de loups lors de la dernière journée, évitant aux Gothiques de se faire dépasser. Mais Grenoble peut contester cette nouvelle hiérarchie ce soir. Cette série promet bien des explications, d'autant que ce match marque le retour de Béron, blessé en janvier dernier face à ces mêmes grenoblois. Face aux anciens joueurs picards venus à l'occasion du millième match amiénois en ligue élite, les joueurs de Richer arborent un maillot gris et noir spécialement crée pour le match et se doivent de faire bonne figure.

Au coup d'envoi, les kops locaux nous font découvrir leurs banderoles, et Richer nous fait une première surprise : le retour de Béron sur sa ligne, la première, accompagné de ses habituels équipiers que sont Mortas, Pazak, Kowalczyk et Bachet. Les équipes se jaugent et Sivic ouvre les hostilités par un tir qui lobe Koivula mais ne trouve pas le cadre. C'est ensuite la troisième ligne amiénoise du soir, formée de Petit, Henderson et Offret, qui réplique par un lancer de ce dernier dans les bottes de Ferhi (2'). Les joueurs nous proposent un jeu rapide, précis, qui s'exerce d'une cage à l'autre. Ce jeu exigeant tend l'atmosphère et un premier accrochage intervient devant la cage amiénoise, sans pour autant déclencher de pénalité. Les Grenoblois commencent à titiller les locaux qui se déconcentrent. Sur un jeu contre la bande amiénoise de Dufour et Tartari, Fleury récupère le puck dans le slot et débloque le compteur isérois (03'49, 0-1). Amiens réagit par l'intermédiaire de Petit qui part à la bleue face à Ferhi mais se fait accrocher par Besch (4'13). Le jeu de puissance picard se met en place et Roussel lance à côté de la cage. Nilsson part ensuite seul en contre, résiste au retour de Riendeau qui commet une faute, et trouve la botte droite du cerbère gris et noir.

À 4 contre 4, le jeu est plus ouvert mais aucune occasion dangereuse n'est à déceler avant la fin de pénalité des visiteurs. En effet, Grenoble temporise et installe ensuite son jeu offensif en zone adverse. Seul Fleury peut prendre sa chance depuis la bleue, son tir finissant sur Koivula (06'34). Amiens joue de nouveau au complet mais ne peut empêcher Manavian de mettre le portier local à contribution. Grenoble domine et Amiens ne parvient à s'exprimer qu'en contre. Il faut même une montée plein axe de Trabichet, servi à la bleue pour forcer Eddy Ferhi à geler le palet de la mitaine. Ce duel raté fait sourire l'ex-Grenoblois.
2010-03-16-Amiens-Grenoble2Le pressing des visiteurs paye avec une récupèration en zone offensive de Jansson qui ne peut tirer. Les locaux paniquent alors quelque peu et commettent leur quatrième dégagement interdit depuis le début de la partie (14'). Sur une autre interception en zone offensive, Mitja Sivic transmet la rondelle à Rouleau qui sollicite encore Koivula. Une incursion amiénoise se dessine par la suite, initiée par Miroslav Pazak. L'action débouche sur un tir de Mortas dévié par Béron, mais pas suffisamment pour tromper le cerbère visiteur. Richer fait alors tourner ses lignes et l'on voit Riendeau servir Petit dans le slot, mais le 14 local ne peut pousser le caoutchouc au fond des filets. Claireaux interrompt le semblant de domination amiénoise en prenant une pénalité pour obstruction devant la cage adverse (17'04), sans doute énervé par le jeu musclé des Grenoblois qui reste légal selon les arbitres. Il n'empêche que Grenoble domine outrageusement pendant la pénalité. Rouleau puis Fleury par deux fois voient leurs tirs déviés par le portier picard. Le cerbère se fait ensuite des frayeurs en relançant le palet un peu vite sur le gant de Fleury qui permet à ses équipiers de poursuivre leur offensive. La pénalité amiénoise s'achève et, quelques secondes plus tard, c'est le buzzer qui se fait entendre.

Grenoble domine, Grenoble mène et Amiens subit. Les locaux semblent dépasser par le rythme et n'arrivent pas à créer de jeu. Sur ce premier tiers, ils peuvent remercier Koivula qui sauve les meubles.

À la reprise, Béron se met en évidence en récupérant un palet en zone adverse. Seul sur le côté gauche de Ferhi, il lance le palet dans le casque de ce dernier, qui ne semble pas plus intimidé que cela et le replace à la faveur d'un arrêt de jeu accordé par les arbitres (20'34). Grenoble reprend ensuite sa marche en avant : après une magnifique baffe à l'égard d'un Amiénois et dans le dos des arbitres, Rouleau reçoit le palet à la bleue, avance et l'expédie dans la lucarne droite de Koivula (21'26, 0-2). C'est ensuite Baylacq qui envoie le puck hors cadre alors que Ville Koivula était battu. Fleury se joue ensuite de la défense picarde et transmet à Milovanovic qui ne peut convertir l'occasion. Peu après, un accrochage à lieu derrière la cage de son homologue Eddy Ferhi, et il en résulte une prison pour un faire trébucher de Jansson (26'28). Amiens a tout juste le temps de s'organiser que Glaude se fait justice et commet une obstruction sur un adversaire (28'33). De nouveau à 4 contre 4, c'est cette fois Amiens qui se met en évidence avec un tir de Pazak bien arrêté par le portier grenoblois. Tartari réplique par un lancer côté droit, détourné par le cerbère local.

Les pénalités s'achèvent et l'on reprend les lignes habituelles sur un engagement dans la zone amiénoise. Baylacq hérite du palet et lance immédiatement. Son shoot termine dans la lucarne droite de Koivula qui ne peut que le toucher trop légèrement de sa mitaine (28'47, 0-3). Amiens n'y est plus et Richer bouleverse totalement ses lignes et le champion de France continue de se créer des occasions. Milovanovic lance vicieusement entre la botte de Koivula et son poteau mais trouve le gant de ce dernier. Le Finlandais laisse ensuite un rebond dans le slot, s'avance et se fait feinter. Glaude s'allonge alors sur la ligne de but et évite un quatrième filet adverse. Amiens frise la correctionnelle et on sent que son portier n'est plus vraiment dans son match depuis ce troisième but à l'image d'une relance manquée. Seul le lancer hors cadre d'un Grenoblois sauve le gardien amiénois. Les locaux font ensuite un énième hors-jeu, pressés par des Isérois en forme. Ferhi est enfin sollicité par Henderson dont le tir est trop timide pour réellement inquiéter l'international français.

Mais les Picards ne renoncent pas, et l'homme de la situation semble enfin se dépêtrer de l'attention que ses adversaires lui accordaient depuis le début de la soirée. Lancé en deux contre deux, Pazak profite de l'appel de Claireaux au second poteau pour feinter une passe et avancer. À bonne distance, le Slovaque réussit à glisser le puck dans les filets adverses, permettant au public d'exulter enfin (35'53, 1-3). Les supporters, réveillés, poussent leurs joueurs, et Grenoble s'énerve à l'image de Rouleau qui prend deux minutes pour dureté (36'34). Amiens parvient enfin à créer un jeu de puissance correct mais ses tirs restent imprécis. La pénalité prend fin bien vite au goût des locaux et les rythme s'accelère, offrant une série de contres pour chaque équipe.

2010-03-16-Amiens-Grenoble3Le deuxième tiers se termine sur ce score de 3 buts à 1 pour les visiteurs. Sans se montrer plus dangereux, les Isérois ont été réalistes. Les deux buts de différence à remonter pour les Amiénois en paraissent cinq, tant leur jeu reste brouillon. À cet instant, Pazak a simplement sauvé l'honneur pour les siens.

Au début de la troisième période, force est de constater que l'équipe amiénoise est méconnaissable par rapport aux deux tiers précédents. Les Picards semblent enfin jouer leu jeu, et arrêter de subir. Retrouvant ses habituels équipiers de ligne, Pazak décoche un tir sur un service en retrait de Mortas. Puis c'est Cayer, esseulé dans le slot, qui met Ferhi à contribution (41'). Successivement, un 2 contre 1 se dessine mais Petit voit sa passe en direction d'Offret interceptée. Broz réplique par un tir sur lequel Koivula doit s'employer. Les jeux en zone deviennent plus équilibrés. Riendeau longe justement la bande et passe derrière la cage, tente le change avec Cayer mais perd le puck. Glaude anticipe la relance en zone et intercepte le caoutchouc pour l'envoyer sur Cayer seul dans le slot. Le 19 des gris et noir ne rate pas l'occasion et envoie le palet entre les bottes de Ferhi (43'54, 2-3).

Amiens est alors revenu dans le match et Grenoble a un moment de faiblesse, illustré par ces moments délicats contre leur bande défensive. Le public supporte encore un peu plus son équipe losque Pazak part en contre face à Ferhi mais ne peut égaliser (47'19). Roussel puis Riendeau donnent quelques boîtes aux visiteurs le long de la balustrade. Le jeu se fait intense derrière la cage de Ferhi qui perd sa gourde. Rouleau profite alors d'un arrêt de jeu pour souffler en se mettant aux petits soins pour son gardien. L'Isérois fait un numéro près de son banc en nettoyant consciencieusement le bidon de son portier avant de lui apporter pour enfin laisser le jeu reprendre. Décidément l'homme a tout faire, c'est ce même numéro 32 qui s'en va en contre, ne touche pas le palet, semble oublier la présence de la cage amiénoise et la déplace involontairement bien entendu.

Le temps passe, joue en faveur de Grenoble et crispe les Amiénois. Les Picards parviennent tout de même à s'installer en zone offensive. Kowalczyk, par deux fois, puis Bachet lancent sans grande réussite. Successivement, les Isérois ferment le jeu et attendent la fin du match. Amiens sort enfin son gardien dans la dernière minute mais ne parvient pas pour autant à entrer en zone offensive, malgré la supériorité numérique. Mortas lance finalement dans la mitaine de Ferhi qui, intelligemment, ne gèle pas le palet. Sur la relance, Milovanovic et Broz sont à deux contre un. Ce dernier ne s'embarrasse pas et slape dans la cage vide (59'49, 2-4).

Le match se termine sur ce score et Amiens peut regretter ses deux tiers d'absence. Ville Koivula, malgré les trois buts, s'est montré indispensable. Grenoble a joué un jeu musclé, énervant, parfois limite, mais qui convient à l'esprit des playoffs. À chaque fois Amiens a pris un but en attendant que les arbitres sifflent. Privilégiant le jeu, les zèbres se sont montrés tolérants et Amiens aurait dû adopter le jeu grenoblois pour rivaliser un peu plus.

Toujours est-il que le point du match revient aux Isérois et que les Amiénois devront se rattraper dès demain pour espérer encore passer. Dans le cas contraire, il serait difficile pour les Picards de s'imposer par deux fois à Pôle Sud.

Photos : Jérémy Beuvin

Galerie photo de la rencontre


Amiens – Grenoble 2-4 (0-1, 1-2, 1-1)
Mardi 16 mars 2010 à 20h au Coliseum. Environ 2700 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli, assisté de Jérémy Rauline et Adrien Ernecq.
Pénalités : Amiens 6' (4', 2', 0') ; Grenoble 6' (2', 4', 0').

Évolution du score :
0-1 à 03'47'' : Fleury assisté de Dufour et Tartari
0-2 à 21'26'' : Rouleau assisté de Milovanovic et Tartari
0-3 à 28'47'' : Baylacq assisté de Broz
1-3 à 35'53'' : Pazak assisté de Béron et Kowalczyk
2-3 à 43'54'' : Cayer assisté de Glaude et Riendeau
2-4 à 59'49'' : Broz assisté de Milovanovic (cage vide)


Amiens


Gardien : Ville Koivula

Défenseurs : Vincent Bachet (C) - Pavel Kowalczyk ; Jean-Philippe Glaude (A) - Thomas Roussel  (A) ; Teddy Trabichet - Romain Bault

Attaquants : Miroslav Pazak - Anthony Mortas – Grégory Béron ; David Cayer- Valentin Claireaux - Yanick Riendeau ; Yannick Offret – Brian Henderson – Simon Petit.

Remplaçants : Sébastian Ylönen, Julian Marcos, Maxime Belov, Jonathan Boehrer, Loïc Sadoun, Sylvain Rodier (double fracture de la mâchoire)

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Antonin Manavian - Vincent Llorca ; Alexandre Rouleau - Jakob Milovanovic ; Jason Crossman – Nicolas Besch.

Attaquants : Nicolas Arrossamena - Martin Jansson (A) - Anders Nilsson ; Jean-François Dufour - Christophe Tartari (C) - Damien Fleury ; Mitja Sivic - Ludek Broz (A) - Julien Baylacq.

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Elie Raibon, Maxime Moisand Absents : Viktor Wallin (appendicite), Loup Benoît (épaule), Raphaël Papa (acromio-claviculaire).